La base de données prosopographique

Le programme de recherche « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet : corpus, savoirs et réseaux » a donné lieu à la création d’une base de données sur l’application AGORHA (Accès global et organisé aux ressources en histoire de l’art), qui rassemble les ressources documentaires produites par l’Institut national d’histoire de l’art.

Dans une démarche prosopographique, cette base de données a pour ambition de mieux saisir le maillage des acteurs ayant entretenu des liens avec l’entreprise de Jacques Doucet — collaborateurs directs, conseillers, lecteurs, rédacteurs, donateurs ou encore fournisseurs.
Elle regroupe ainsi des notices bio-bibliographiques de personnes gravitant autour de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.
Cette dernière ayant fait l’objet d’un don à l’Université de Paris durant la Première Guerre mondiale, les notices s’intéressent en particulier à la carrière et aux publications de ces acteurs avant les années 1920.
Elle donnent en outre une grande importance à l’étude des liens qui les unissent à d’autres personnes, physiques et morales, afin de constituer un tableau précis des interactions internes à la Bibliothèque de Doucet et des dynamiques qui se mettent en place autour de celle-ci.

De ces notices émanent d’ailleurs certains billets de la catégorie « Qui êtes-vous ? » sur ce carnet de recherche.

La base de données peut être retrouvée en ligne à l’adresse suivante : https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00178

Elle regroupera, une fois achevée, environ 300 notices relatives à des personnes liées à la Bibliothèque.

Émile Espérandieu, un archéologue entre institution militaire et monde académique par Marianne Altit-Morvillez

Marianne Altit-Morvillez, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l’Antiquité gallo-romaine sous la IIIe République et chercheuse associée à l’UMR 5608 Traces à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, vient de publier aux éditions Mergoil, dans la collection « Archives et histoire de l’archéologie », Émile Espérandieu, un archéologue entre institution militaire et monde académique. Cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat soutenue, en 2014, sous la direction du professeur Alain Schnapp, s’attache à retracer le parcours atypique de l’archéologue et conservateur.

Militaire de carrière, Émile Espérandieu (1857-1939) se convertit à l’épigraphie au cours d’une campagne en Tunisie puis consacre une grande partie de sa vie à deux grandes œuvres : les fouilles d’Alésia, qui donnent naissance à une archéologie nationale, et le Recueil des Bas-Reliefs de la Gaule. L’ouvrage de Marianne Altit-Morvillez est aussi l’occasion d’évoquer le réseau d’Émile Espérandieu, dont fait partie le jeune Adolphe Reinach (1887-1914), avec qui il refonde brièvement la Revue Épigraphique.

Si la riche correspondance du savant sur laquelle a travaillé l’auteure est actuellement conservée au palais du Roure à Avignon, les fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie peuvent également s’avérer intéressants pour comprendre la figure de cet archéologue. En 1913, le savant avait, en effet, choisi de vendre pour des raisons financières une partie de sa bibliothèque privée à la Bibliothèque Doucet. Salomon Reinach, conseiller actif auprès de René-Jean, avait notamment suggéré cet achat.

Cette étude est l’occasion d’appréhender au travers de la carrière d’Émile Espérandieu le tournant que constitue la professionnalisation de l’archéologie, à la charnière du XIXe et XXe siècle.