Deux figures de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Adolphe Reinach et Émile Espérandieu

Lecteur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à partir de 1912, Adolphe Reinach (1887-1914) y fut sans doute introduit par son oncle Salomon Reinach (1858-1932), conseiller et donateur1. Le registre des entrées de la bibliothèque2 atteste ainsi de la présence d’Adolphe Reinach rue Spontini à quatorze reprises. La bibliothèque de l’INHA ne conserve malheureusement aujourd’hui aucune trace des ouvrages consultés. Toutefois, quelques hypothèses peuvent être émises.

Alors qu’il vient de terminer en compagnie de Raymond Weill (1874-1950)3 puis d’Adrien Martinaud (1886-1914) des fouilles à Koptos4, Adolphe Reinach rédige au cours des années 1912-1913 son Catalogue des antiquités égyptiennes recueillies dans les fouilles de Koptos en 1910-1911, exposées au Musée Guimet. Or, depuis 1909, date à laquelle s’est tenu au Caire le deuxième congrès d’archéologie classique, Paul Perdrizet, autre grand conseiller de la Bibliothèque d’art et d’archéologie5, manifeste un intérêt grandissant pour l’Égypte. Outre une communication remarquée au congrès concernant « Le fragment de Satyros sur les dèmes d’Alexandrie », il y rencontre aussi le docteur Daniel Fouquet (1850-1914)6, qui lui propose d’assurer la publication de sa riche collection d’objets de l’Égypte gréco-romaine. Ce projet est soutenu financièrement par Jacques Doucet7. La bibliothèque se dote ainsi de ses propres publications d’archéologie tout en continuant à acquérir des ouvrages sur les conseils de Paul Perdrizet, et de son condisciple à l’École normale supérieure, Pierre Jouguet (1869-1949),8.

Dans son courrier du 4 juin 1909 à René-Jean, Paul Perdrizet mentionne ainsi :

« Je rouvre ma lettre, qui n’a pu partir hier avec le paquet recommandé, pour vous remercier de la vôtre, & pour vous répondre au sujet de la Graeco-roman branch : ce n’est pas seulement cette partie-là des publications de l’Egypt exploration fund, ce sont toutes les publications du fund qu’il vous faudrait avoir. De même, procurez-vous le Catalogue du musée du Caire (suite de publications 4o, très bien imprimées & quelquefois, pas toujours, assez bien illustrées). J’ai beaucoup de renseignements bibliographiques sur l’art égyptien à vous fournir, si cela vous intéresse ».9

Le neveu de Salomon Reinach ne devait rien ignorer des acquisitions récentes de la bibliothèque dans ce domaine et on peut penser que ses visites pouvaient être consacrées à la lecture de ces dernières publications. Mais l’Égypte n’était pas le seul centre d’intérêt d’Adolphe Reinach. Depuis février 1911, il était en effet chargé de la rédaction du Recueil Milliet10. Or, la bibliothèque de Jacques Doucet s’était notamment dotée, selon les conseils de Paul Perdrizet, de nombreux ouvrages épigraphiques allemands, qu’Adolphe Reinach aurait pu vouloir également consulter.

Hormis le registre des lecteurs qui fait mention des entrées du jeune Reinach à la bibliothèque, celle-ci conserve donc peu de traces de son passage. De fait, on ne retrouve pas de correspondance entre Adolphe Reinach et René-Jean, comme ce fut le cas entre Salomon Reinach et ce dernier11. Pour mieux comprendre les liens entre Adolphe Reinach et la bibliothèque de Jacques Doucet, il faut donc recourir à d’autres fonds 12 et revenir sur la relation qu’entretenait le neveu de Salomon Reinach avec Émile Espérandieu (1857-1939), autre grande figure du réseau de savants qui entourait le mécène Jacques Doucet et le conseillait dans la constitution des fonds de sa nouvelle bibliothèque.

Les deux hommes avaient en commun un fort intérêt pour l’épigraphie qui les rapprocha. Après la disparition d’Auguste Allmer (1815-1899), épigraphiste, directeur de la Revue Épigraphique du Midi de la France, Émile Espérandieu reprend la direction de cette revue mais il doit l’abandonner au bout de quelques années, faute de temps. En 1910, le jeune Adolphe Reinach, auteur de nombreuses contributions dans le Bulletin épigraphique de la Revue des Etudes Grecques, dirigé par son oncle Théodore Reinach (1860-1928), propose à Émile Espérandieu de refonder la revue d’Auguste Allmer sous le titre de Revue Épigraphique. Adolphe Reinach propose de s’occuper de la partie consacrée aux inscriptions grecques, tandis qu’il laisserait à Émile Espérandieu le soin de diriger la partie portant sur les inscriptions latines :

« Vous savez que je fais depuis cinq ans le Bulletin épigraphique dans la Revue des Etudes grecques ; d’année en année il grossit tandis que la Direction s’efforce de me le rogner davantage. Comme cet énorme travail que je m’impose n’a d’intérêt que s’il est complet, comme c’est parce qu’il l’est autant que possible qu’il s’est acquis une faveur générale, à l’étranger surtout, on m’a demandé et je me suis demandé s’il ne serait pas préférable de le publier indépendamment en le développant encore un peu.

D’autre part la Revue archéologique très encombrée, vous le savez, se déchargerait avec plaisir de l’Année épigraphique de Cagnat-Besnier.

L’idée vient naturellement de les réunir : cette Année épigraphique gréco-latine aurait, avec les Indices, près de 200 p. Mais je me demande si on ne pourrait pas faire plus et mieux.

 D’une part, en effet, il me paraît qu’il vaut mieux ne pas créer de Revue entièrement nouvelle ; d’autre part, il y aurait certainement lieu de donner à l’épigraphie gréco-latine, science aujourd’hui si spéciale et si développée, un organe propre.

Or, vous avez entre les mains, dans l’ancienne Revue épigraphique du Midi un organe d’excellente réputation et qu’il ne serait pas impossible de faire revivre si le plan que voici pouvait se réaliser. Le titre deviendrait Revue épigraphique tout court (en dessous peut-être grecque et latine) »13.

Lettre du 4 décembre 1910 d’Adolphe Reinach à Émile Espérandieu. Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy-Espérandieu

Comme le montre le courrier du 7 décembre 1910 d’Émile Espérandieu, détenu par la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes, la proposition faite par Adolphe Reinach est vite acceptée.

« La meilleure manière d’honorer Allmer, qui a tant fait pour l’épigraphie de la Gaule, c’est de ne pas laisser périr la revue qu’il a fondée en 1878, et qui depuis 20 ans sur mes conseils, s’appelle la Revue Epigraphique, tout court et non R. épigr. du midi de la France.

 J’ai, d’autre part, si bien compris la nécessité d’une transformation plus radicale, que je l’ai commencée l’an dernier. Un numéro que je n’ai jamais fait distribuer, mais qui est imprimé, et dont je vous montrerai un exemplaire, est entièrement conçu sur le modèle de la Revue archéologique. […]    C’est vous dire que j’accepte, en principe, et avec joie la proposition que vous me faites »14.

Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, fonds Adolphe Reinach. Ms 1121-21-1-1, lettre d’Émile Espérandieu à Adolphe Reinach du 7 décembre 1910

En 1913, Adolphe Reinach et Émile Espérandieu refondent donc tous les deux la revue d’Auguste Allmer sous le nom de Revue Epigraphique. Adolphe Reinach souhaite que cette nouvelle publication touche un lectorat international, contrairement aux autres revues consacrées à l’épigraphie en France. Pour cela, il autorise les articles écrits non seulement en français, mais aussi en anglais, en allemand, en italien et en latin. Il s’agit aussi pour Adolphe Reinach d’affirmer l’importance de la science française face à la science allemande dans un domaine qui les a très souvent vu s’opposer15. Cette dernière est aussi une référence pour Adolphe Reinach qui compte ainsi prendre modèle pour la Revue Épigraphique sur l’Archiv für Papyrusforschung, première revue de papyrologie fondée en 1901 par l’historien prussien Ulrich Wilcken (1862-1944)16.

Premier numéro de l’Archiv für Papyrusforschung (1901)

Adolphe Reinach propose à Émile Espérandieu d’organiser la nouvelle revue autour de trois parties distinctes que l’on retrouverait dans chaque numéro, comme il le lui indique dans son courrier du 4 décembre 1910 :  

 « 1° articles de fond : strictement épigraphiques (anciens recueils ms. d’inscriptions, papiers épigraphiques, paléographie, grammaire, lexicographie des inscriptions, petits corpora, séries d’inscr. inédites qui ne seraient pas assez intéressantes pour les Revues d’archéologues ou d’histoire, etc).

 2° Comptes rendus critiques développés des publications épigraphiques

 3° Bulletin épigraphique latin et Bulletin épigraphique grec (ou bien dans chaque fascicule ou bien formant plutôt l’un le 3e l’autre le 4e fascicule). Ainsi compris, et à 10 frcs l’abonnement, je suis convaincu que l’on pourrait faire rapidement de cette nouvelle Revue épigraphique l’organe international de l’épigraphie. »17.

Pour mener à bien ce projet les deux hommes échangent souvent et leur correspondance garde trace du rôle joué par la Bibliothèque d’art et d’archéologie dans la constitution de cette revue épigraphique.

La bibliothèque est tout d’abord un lieu de recherche pour les deux archéologues qui savent pouvoir y disposer des dernières parutions françaises et étrangères18. Lorsque celles-ci n’y étaient pas accessibles, Adolphe Reinach n’hésite pas à proposer l’achat de certains ouvrages à Espérandieu, connaissant son rôle de conseiller auprès de René-Jean19. Ainsi dans le courrier du 6 décembre 1913, Adolphe Reinach signale à Émile Espérandieu la parution d’un article du Dr. L. Sontheimer dans le Festschrift zur feier des fünfzigjährigen bestehens der K. Altertümersammlung in Stuttgart 1912 sur les cachets d’oculistes. Espérandieu, auteur du Recueil des cachets d’oculistes romains,20 ne pouvait manquer de s’intéresser à cette publication. Il est sans doute à l’origine de l’achat de l’ouvrage actuellement conservé à la bibliothèque de l’INHA sous la cote 8 A 1308.

Article de L. Sontheimer dans le Festschrift zur Feier des fünfzigjährigen Bestehens der K. Altertümersammlung in Stuttgart (1912)

La Bibliothèque d’art et d’archéologie est également un lieu de rencontre entre les deux hommes.  Il n’est pas rare de trouver dans leur correspondance mention de leur passage et des dépôts d’épreuves d’articles qu’ils y effectuent pour la future Revue Épigraphique. C’est, par exemple, le cas pour Adolphe Reinach qui écrit à Émile Espérandieu : « J’ai envoyé aujourd’hui à l’imprimerie tout le reste de la Rev. II, n 1. je déposerai pour vous la moitié des miennes chez Doucet »21.

Lettre d’Adolphe Reinach à Emile Espérandieu. Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy-Espérandieu.

Enfin, la bibliothèque est aussi considérée comme une source de revenus potentiels. Adolphe Reinach, soucieux d’équilibrer le budget de la nouvelle revue, s’enquiert régulièrement auprès de d’Espérandieu des abonnements en cours. Le 13 juin 1913, il lui demande : « avez-vous fait abonner la bibliothèque Doucet, elle vous le doit bien ? »22, allusion à l’achat des livres d’Espérandieu par la bibliothèque et son rôle de conseiller au sein de celle-ci.

Lettre d’Adolphe Reinach à Espérandieu du 13 juin 1913. Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy-Espérandieu

La collaboration des deux hommes dépasse, cependant, le strict cadre de la Revue Épigraphique. Adolphe Reinach propose ainsi à Émile Espérandieu de collaborer avec lui à un projet de livre portant sur les céramistes gréco-romains23 : « Mes céramistes grecs seront bien faits ; il faut que les latins soient à peu près complets et je ne peux faire cette besogne tout seul. »24. Pour présenter son projet, Adolphe Reinach n’hésite pas à établir un parallèle avec les divers répertoires de son oncle Salomon Reinach, qu’il sait très proche d’Espérandieu. Mais ce dernier décline cette offre, faute de temps.

L’aventure de la Revue Épigraphique s’achève brutalement, en 1914. À cette date, seuls quatre fascicules sont parus (trois en 1913 et un en 1914). Après la disparation d’Adolphe Reinach au début de la Première Guerre Mondiale, en août 1914, Émile Espérandieu ne parvient pas à retrouver d’autres collaborateurs pour cette entreprise. Héron de Villefosse (1845-1919)25 lui avait proposé de l’aider à refonder une nouvelle fois la Revue Épigraphique mais en la recentrant sur les inscriptions gauloises comme l’avait fait Auguste Allmer, en son temps. La mort d’Héron de Villefosse vient mettre un terme à ce projet, qui ne verra pas le jour. À compter de 1919, Émile Espérandieu, est nommé conservateur des musées de Nîmes, sa carrière change de direction et ses publications sur l’épigraphie se font plus rares.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Deux figures de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Adolphe Reinach et Émile Espérandieu », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/05/2022, https://baadoucet.hypotheses.org/2870.
  1. Sur les dons de Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, voir : https://baadoucet.hypotheses.org/899. []
  2. Archives Nationales, AJ/16/8416-8417 []
  3. Égyptologue spécialiste des  Hyksos et de la XIIe dynastie, il a été l’élève de Gaston Maspero à l’École Pratique des Hautes Études puis y a enseigné entre 1928 et 1945. []
  4. Après un désaccord entre Adolphe Reinach et Raymond Weill, le photographe Adrien Martinaud remplace Raymond Weill sur le chantier de fouilles. []
  5. Pour plus d’informations, voir les ouvrages de Samuel Provost cités dans les autres billets en lien avec le séminaire []
  6. Docteur en médecine, il fait ses études à la faculté de Paris puis part s’installer au Caire, au début des années 1880, où il commence sa collection de petites antiquités égyptiennes de la période gréco-romaine en achetant des terres cuites et des statuettes de bronze auprès des marchands locaux. En 1886, il aide Gaston Maspéro (1846-1916) au déroulement des momies royales de Déir-el-Bahari, ce qui lui fournit la matière pour son article « Observations relevées sur quelques momies royales d’Égypte », dans le Bulletin de la société d’anthropologie de Paris paru la même année. À ce sujet voir : Paul Perdrizet, Bronzes grecs d’Egypte de la collection Fouquet : publications pour faciliter les études d’art en France, Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1911, p. VIII-IX []
  7. En 1909, Jacques Doucet envisage de financer une histoire de l’art de l’Antiquité de grande ampleur et de confier la direction de ce projet à Paul Perdrizet. Le projet n’aboutit pas tel quel mais débouche sur la publication d’une série d’ouvrages sur les collections du docteur Fouquet. Cette série devait comporter, au départ, cinq ouvrages : Les Bronzes grecs d’Égypte , les Antiquités de Léontopolis, les Étrangers de Memphis, d’après les terres cuites archaïques, les Terres cuites de l’Égypte gréco-romaine et les Graffites grecs du Memmonion d’Abydos mais seuls Les Bronzes sont publiés avec le concours de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Le Memmonion d’Abydos et les terres cuites d’Égypte, en cours d’impression lorsque la guerre éclate, ne sont publiés qu’en 1919 et 1921 chez Berger-Levrault. Quant aux Antiquités de Léontopolis, elles paraissent dans un recueil des Monuments et Mémoires de la Fondation Piot, en 1922. Sur ce sujet voir Elodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : de sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, mémoire de l’ENSSIB sous la direction de Dominique Varry, 2007, p 64. []
  8. Professeur de papyrologie à l’université de Lille et de la Sorbonne, il est directeur de l’Institut français d’archéologie orientale, au Caire de 1928 à 1940. []
  9. Paris, Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’art, Autographes 144-2-674 []
  10. Ouvrage inspiré de l’œuvre de Johannes Overbeck, Die antiken Schriftquellen zur Geschichte der bildenden Künste bei den Griechen (1868), sur les sources de la peinture antique chez les Grecs, Adolphe Reinach l’adapte à un public plus large en traduisant les textes grecs et latins compilés par le savant allemand et en y ajoutant des notes explicatives. []
  11. La Bibliothèque d’art et d’archéologie détient dix-neuf autographes de Salomon Reinach adressés à René-Jean, alors que la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence compte trente-et-une lettres de René-Jean à Salomon Reinach. []
  12. Ceux du palais du Roure à Avignon pour la correspondance active d’Adolphe Reinach avec Espérandieu et ceux de la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes pour sa correspondance passive. []
  13. Avignon, Palais du Roure-fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Emile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach à Emile Espérandieu du 4 décembre 1910 []
  14. Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, fonds Adolphe Reinach, Ms 1121-21-1-1, lettre d’Émile Espérandieu à Adolphe Reinach du 7 décembre 1910. []
  15. Depuis les années 1830-1840, l’académie des Inscriptions et Belles-Lettres envisageait un projet de recueil général des inscriptions latines, qui prenait exemple sur le Corpus Graecarum de Boeckh. Mais alors que sont engagées les discussions pour désigner les savants qui s’en chargeraient, l’académie allemande des sciences annonce en 1854 son propre projet de recueil d’inscriptions latines. C’est seulement, en 1854, que Léon Rénier est chargé par l’académie des inscriptions de publier son corpus d’inscriptions gauloises, qu’il préparait depuis 1843. À ce sujet, voir : Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu, un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafage, éditions Mergoil, 2021, p. 43-44. []
  16. Il étudie l’histoire antique et orientale à Leipzig, Tübingen et Berlin, notamment sous la direction de Theodor Mommsen (1817-1903) et présente en 1885 une thèse de papyrologie. En 1889, il succède comme professeur à Eduard Meyer à la chaire d’histoire à l’université de Breslau puis il occupe une chaire à Wurtzbourg, Halle, Leipzig, Bonn, Munich et Berlin, en tant que successeur d’Otto Hirschfeld. Pionnier de la papyrologie gréco-romaine en Allemagne, il réunit avec le soutien de Mommsen, en 1899, un vaste répertoire de pièces datant de l’époque ptolémaïque, d’ostraca et d’actes écrits sur des papyri. []
  17. Avignon, Palais du Roure-Fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Émile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach à Emile Espérandieu du 4 décembre 1910. []
  18. Sur les liens de la Bibliothèque d’art et d’archéologie avec l’Allemagne : https://baadoucet.hypotheses.org/2082 et https://baadoucet.hypotheses.org/2091. []
  19. Sur Espérandieu et les fonds qu’il a laissés à la bibliothèque de l’INHA : références des billets d’Isabelle et Marianne à venir. []
  20. Les cachets d’oculistes sont « des plaquettes d’un grain fin [..] sur les tranches desquelles sont gravées différentes indications se rapportant à des collyres de l’antiquité » pour reprendre les mots d’Espérandieu dans la Revue archéologique de janvier 1893). []
  21. Avignon, Palais du Roure-Fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Émile Espérandieu, Lettre d’Adolphe Reinach à Émile Espérandieu Sd 15. []
  22. Avignon, Palais du Roure, fonds Emile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach du 13 juin 1913. []
  23. Dont nous n’avons pu établir le lien avec son grand projet du Recueil Milliet, portant sur la peinture antique et dans lequel était également prévu une partie sur les céramistes []
  24. Avignon, Palais du Roure, fonds Emile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach à Émile Espérandieu, AR SD 24-01 []
  25. Spécialiste d’épigraphie latine et paléographe de formation, Héron de Villefosse étudie à l’École des Chartes avant d’être conservateur des sculptures grecques et romaines du musée du Louvre. Il effectue de nombreuses fouilles en Afrique du Nord (Algérie et Tunisie) et en Europe (Allemagne et Italie). []

Salomon Reinach et Émile Espérandieu, deux amis à la Bibliothèque d’art et d’archéologie

Salomon Reinach (1858-1932) et Émile Espérandieu (1857-1939), figures majeures de l’archéologie au XIXe siècle, occupent une place centrale parmi les conseillers dont s’est entouré Jacques Doucet (1853-1929) pour réaliser sa Bibliothèque d’art et d’archéologie. La bibliothèque de l’INHA conserve aujourd’hui sept autographes d’Émile Espérandieu et dix-sept de Salomon Reinach adressés à René-Jean, preuves de leurs nombreux échanges avec le bibliothécaire du célèbre couturier. Mais ces deux savants étaient beaucoup plus proches que ne laisse penser une simple coopération au sein de la bibliothèque. Pour mieux comprendre les relations qu’ont entretenues ces deux archéologues, outre ceux de la bibliothèque de l’INHA, il faut recourir à deux fonds principaux qui permettent de reconstituer leurs échanges, leurs parcours et leurs centres d’intérêts : le fonds de la bibliothèque Méjanes1 et le fonds du Palais du Roure2. Notre étude portera sur les années 1908-1917, de la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à la donation de celle-ci à l’université de Paris.

Deux archéologues aux profils bien différents.

Si Émile Espérandieu et Salomon Reinach se sont rapprochés tout au long de leur vie professionnelle et sont devenus plus intimes dans leurs échanges, ils sont pourtant issus de deux milieux bien différents. Comme le rappelle Marianne Altit-Morvillez dans sa thèse Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, l’archéologuealongtemps souffertde la modestie de ses origines, recherchant une reconnaissance professionnelle longue à atteindre : « Dans ces Souvenirs, Espérandieu souligne très clairement l’élévation sociale dont il a profité grâce à l’armée.». « [Il ] n’a pas été imprégné de latin, n’a pas fait d’études classiques, n’ayant pas fréquenté le lycée ». C’est donc « un homme qui a construit sa carrière archéologique en utilisant de manière stratégique les réseaux en place, et en se donnant des mentors qui le soutiennent »3.

A l’inverse, comme le rappelle le sociologue et historien Pierre Birnbaum, les Reinach appartiennent à la haute bourgeoisie. Le père de Salomon, Hermann Reinach a été « naturalisé en 1870 […]. Ce grand banquier […] mène à bien ses affaires, s’installe dans les beaux quartiers, entre dans les milieux dominants. Orléaniste convaincu, il fréquente aussi Thiers avant de s’engager résolument en 1848 dans la défense de la République »4. Hervé Duchêne, de son côté, rappelle que « la fortune des Reinach est immense », que « la succession [d’Hermann] s’élèvera à près de quatorze millions de francs, soit l’une des plus importantes de France »5. L’éducation de Salomon est confiée à Charles-Marie Laurent (1840-1897), qui est aussi le précepteur de l’ainé des frères Reinach, Joseph, et du benjamin Théodore. Outre, la langue allemande et la culture classique, le latin et le grec, Charles-Marie Laurent fait découvrir aux enfants Reinach les héros de la culture nationale, à l’image de Vercingétorix, ce qui explique en partie le goût que développent les frères pour l’archéologie nationale. Les relations d’Hermann Reinach permettent à Salomon de fréquenter, dès son plus jeune âge, un monde parisien que ne connaît pas Émile Espérandieu et d’entrer en relation avec de nombreux intellectuels6. Si le réseau paternel est important, Salomon Reinach constitue aussi le sien au cours de ses études. Après avoir réussi le concours de l’École normale supérieure, Salomon Reinach entre à l’École française d’Athènes, en 18807. C’est au cours de son voyage d’études en Grèce qu’il rencontre Charles-Joseph Tissot (1828-1884), archéologue-diplomate français, pionnier des recherches sur l’Afrique du Nord ancienne, et qu’il devient son secrétaire particulier. Il l’aide également à finir son ouvrage la Géographie comparée de la province Romaine d’Afrique (1884-1888). Directeur de la commission archéologique de Tunisie, Charles-Joseph Tissot engage rapidement Salomon Reinach au sein de cette institution et lui confie des campagnes de fouilles à Ghitis et à Zian8

Fragment d’inscriptions sur le forum de Zian, (v. 42 ap. J.-C.) Source : photographie de Salomon Reinach, Mission archéologique de Salomon Reinach avec Ernest Babelon (1883-1884). Bibliothèque de l’INHA / coll. J. Doucet, 8 phot. 1

L’Afrique du nord, une source commune d’intérêt

Ce sont ces fouilles en Afrique et leur relations communes avec Charles-Joseph Tissot qui vont rapprocher Salomon Reinach et Émile Espérandieu, alors que ce dernier commence sa carrière de militaire en Tunisie et y découvre l’épigraphie grâce au contrôleur civil, Bernard Roy (1846-1919)9.

 Le 3 novembre 1885, évoquant un premier courrier qu’il lui avait envoyé après la mort de Charles-Joseph Tissot, Émile Espérandieu écrit à Salomon Reinach : « À une époque assez lointaine, j’ai eu besoin des plans des villes romaines que j’avais autrefois adressés à Monsieur Tissot et vous avez bien voulu me les faire parvenir »10. Espérandieu fait allusion au plan de Mactar11, qu’il avait envoyé à Charles-Joseph Tissot et que ce dernier avait présenté à l’Académie des Instructions et Belles-Lettres. Dans son courrier, Émile Espérandieu rappelle à Salomon Reinach que si la majorité des plans des villes romaines ont été publiés dans son ouvrage Épigraphie sommaire des environs du Kef12, le plan de Mactar ne l’est pas encore. C’est la raison pour laquelle il soumet à Reinach la proposition suivante : « Peut-être en publiant qq inscriptions de Macteur le Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques pourrait-il le faire graver ? »10.

Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, fonds Salomon Reinach, boîte 59. lettre d’Émile Espérandieu à Salomon Reinach du 3 novembre 1885

Les souhaits d’Espérandieu ne seront pas exaucés mais il obtient, néanmoins, une première marque de reconnaissance avec une médaille au congrès de la Société française d’archéologie pour ses travaux sur la Tunisie en 1885.

Les cachets d’oculistes romains, une polémique qui rapproche Émile Espérandieu et Salomon Reinach

            Bien que la correspondance entre les deux savants s’espace à la fin des années 1880 et au début des années 1890, les quelques lettres qui ponctuent cette décennie montrent une poursuite des échanges scientifiques entre les deux hommes et la naissance d’une relation plus amicale. Ainsi, en janvier 1893, la Revue Archéologique dirigée par Salomon Reinach accueille les articles concernant les nouvelles recherches d’Émile Espérandieu sur les cachets d’oculistes romains. En 1894, ces articles sont regroupés et publiés sous le titre Recueil des cachets d’oculistes romains.

Recueil des cachets d’oculistes romains d’Émile Espérandieu (1894). Source : Gallica

A la sortie de cet ouvrage, Émile Espérandieu est accusé d’avoir empiété sur les recherches de l’abbé Thédenat (1844-1916)13 et d’Héron de Villefosse (1845-1919)14 qui avaient déjà publié en 1882 une monographie sur les cachets romains et avaient annoncé  la publication d’un second volume. Alors que la polémique enfle, Salomon Reinach prend le parti d’Émile Espérandieu et rédige un article dans la Revue Archéologique dans lequel il défend l’archéologue, allant aux devants des erreurs qui lui ont été reprochées : « Une erreur du Recueil de M. Espérandieu a déjà été notée par la Revue critique (4 mars 1895), mais d’une manière peu équitable pour l’auteur. Le n’61 du Recueil est publié avec l’indication de provenance « Erdarbeiten ». Or « Erdarbeiten » signifie, en allemand, « travaux de terrassement ». Il n’y a jamais eu de localité de ce nom et le cachet en question paraît avoir été découvert à Bonn. Mais M. Espérandieu en citant le Korrespondenzblatt, renvoie à l’Année épigraphique de M. Cagnat. Or, c’est là que l’erreur a été commise avec renvoi au Korrenpondenzblatt de 1890 (au lieu de 1891), autre erreur que M. Espérandieu a reproduite. M. Cagnat possède des titres assez éclatants à l’estime des érudits pour pouvoir revendiquer gaiement la responsabilité d’une inadvertance, comme les plus savants sont exposés à en commettre. Il n’est pas juste de la rejeter sur M. Espérandieu »15.

La correspondance adressée à Espérandieu au cours de l’année 1894 conserve traces des efforts faits par Reinach pour tenter d’apaiser la colère de ce dernier. A la recherche d’arguments, le savant n’hésite pas à faire le parallèle avec ses propres difficultés, évoquant ses déconvenues à la sortie de son Manuel de Philologie, rédigé lors de ses années à l’École normale supérieure16 : « Si j’ai l’occasion d’imprimer qq. part mon sentiment au sujet de vos cachets d’oculistes, vous pourrez être sûr que je rappellerai vos efforts […]. Surtout ne vous découragez pas à cause d’une attaque inconsidérée. Nous en avons tous subi, et de raides. Mon premier travail, un travail colossal et abrutissant, mon Manuel de Philologie, a été éreinté »17.

Manuel de philologie classique de Salomon Reinach (1880). Source : Gallica

L’année 1894 marque une étape dans le rapprochement des deux savants. Après le décès de son beau-père, Émile Espérandieu rencontre des difficultés financières qui le conduisent à solliciter l’aide de Salomon Reinach. Les formules utilisées dans les échanges épistolaires montrent toute la gêne du commandant mais expriment aussi son assurance d’être entendu par un collègue avec qui il est devenu plus intime. Il écrit, ainsi, à Salomon Reinach le 11 avril 1894 : « La lettre qui va suivre est d’une nature très délicate et n’a rien d’archéologique […] J’aurais tant désiré ne pas avoir à vous demander ce service d’argent précisément parce que je ne doutais pas de votre bienveillance et que je savais que vous ne resteriez sourd à ma prière »10. Ce à quoi Salomon Reinach répond par l’envoi d’une somme de 500 francs pour aider son ami de longue date.

Salomon Reinach et le Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine

    Mais, c’est surtout à partir de 1903 que la relation entre les deux hommes devient plus suivie puisque à cette date Émile Espérandieu entame une œuvre qui fera sa notoriété, tout en le liant à Salomon Reinach : le Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine. Avant même que ne lui parvienne son arrêté de nomination pour le recueil, Émile Espérandieu reçoit, le 24 décembre 1902, un courrier de Salomon Reinach : « Mon cher Capitaine, la Commission18 a décidé de faire demander au Directeur de l’Enseignement supérieur les fonds nécessaires à la préparation du corpus des Bas-Reliefs des Gaules […]. J’ai été chargé du contrôle de ces crédits, du choix des auxiliaires, etc. » 19. Ayant enfin été nommé, Espérandieu ne manque pas d’indiquer, en retour, à Reinach, les grandes lignes des directives du ministère de l’instruction publique, dans son courrier du 18 février 1903 : « Pour cette préparation, vous serez obligé de faire des voyages, d’entretenir une correspondance afin d’obtenir des photographies et autres documents qui vous seront nécessaires, de dépouiller les archives »10.

Recueil général des Bas-Reliefs de la Gaule Romaine tome 1 (1907). Source : archives.org

Sur les conseils de son « mentor », Émile Espérandieu commence son enquête par le musée de Saint-Germain-en-Laye. Il sait pouvoir profiter des moulages du musée, de son fonds photographique et de la bibliothèque, riche en périodiques. Le musée d’archéologie nationale s’inspire, en effet, depuis sa création des principes de l’Altertumwissenschaft20, et du modèle du musée romano-germanique central de Mayence21.

Vue du château de Saint-Germain-en-Laye, Musée des antiquités nationales. Salomon Reinach, Guide illustré du musée de Saint-Germain-en-Laye, Paris, 1899, Maison Ernest Leroux. Bibliothèque de l’INHA / coll. J. Doucet, 12 F 422

Bien informé des sources françaises et allemandes, Émile Espérandieu dépouille les périodiques des différentes bibliothèques qu’il fréquente et essaie de rassembler toutes les photographies nécessaires à son corpus et aux illustrations de ses notices. Dans la préface de son tome 1 du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine(1907), il évoque son désir de rendre « aussi sobre que possible le texte qui accompagne chaque sculpture », s’inspirant pour cela de l’ouvrage consacré aux bas-reliefs de Wurttemberg par Messieurs Haug et Sixt et de certains catalogues de Salomon Reinach22.

Extrait du Recueil général des Bas-Reliefs de Gaule, tome 1 (1907). Source : archives.org

Comparaison d’Apollon dans le Recueil des Bas-Reliefs et le Répertoire de la statuaire grecque et romaine. Source : Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique (2014), vol. II Annexes.

Pour sa collecte de photographies et de renseignements, Espérandieu met à contribution les sociétés savantes, les correspondants du ministère. Les remerciements adressés dans le tome 1 du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine dessinent ainsi le réseau de ses collaborateurs dans lequel on retrouve aussi des conservateurs de musées régionaux23. En raison de l’importance des recherches et des difficultés rencontrées24, le premier volume du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine ne paraît qu’au cours de l’année 1907.

Pour la publication, c’est Salomon Reinach qui propose de faire paraître l’ouvrage dans la collection Documents inédits relatifs à l’histoire de France, signe de l’importance, à ses yeux, de ce travail, mais aussi volonté d’affirmer le poids de l’archéologie française face à aux publications allemandes. C’est encore lui qui subvient financièrement à la publication du volume IX, relatif à la rive droite du Rhin, alors que le budget dédié au recueil est dépassé25.

Les apports d’Émile Espérandieu à l’œuvre de Salomon Reinach

Si la « dette » d’Espérandieu à l’égard de Reinach est importante, il convient maintenant de rappeler que Salomon Reinach, l’homme des index et des répertoires, doit aussi beaucoup à Émile Espérandieu qui a souvent fourni à son « cher maître et ami » photographies et renseignements sur ces nouvelles découvertes. Reinach l’en remercie d’ailleurs dans l’introduction des tomes 1 et 2 du Répertoire des Reliefs Grecs et Romains. Dans ce dernier, il salue « M. le commandant Espérandieu, libéral à son ordinaire, et qui a bien voulu relire de près les sections de l’Allemagne, de la France et des Iles britanniques »26. Quant au 3e tome du Répertoire des Reliefs (1912), il est dédicacé à Émile Espérandieu alors que les deux premiers l’étaient à Wolfgang Helbig (1839-1915)27 et Henri Lechat (1862-1925)28 ce qui montre la considération que Reinach accorde au savant.

Tout comme Salomon a su adoucir la colère d’un ami en son temps, Espérandieu a aussi joué un rôle d’apaisement ou d’intermédiaire auprès de certains savants avec qui Salomon Reinach était en froid. Qualifié par Jean-Yves Marc d’« archéologue-muséographe »29, Salomon Reinach est particulièrement intéressé par l’histoire des collections privées. En 1905, il fait paraître dans la Revue Archéologique un article « Esquisse d’une histoire de la collection Campana ».

« Esquisse d’une histoire de la collection Campana », Revue Archéologique 4e série tome 5, janvier-juin 1905, p. 343

N’ayant pu accéder à certaines archives, pour écrire son article, Salomon Reinach interroge lui aussi son réseau. C’est à ce titre qu’Espérandieu est sollicité pour aider son ami car celui-ci souhaiterait obtenir des informations auprès de Wilhelm Froehner (1834-1925)30, mais les relations entre le conservateur de Saint-Germain et ce dernier ne sont pas très bonnes, comme l’indique, non sans humour, la petite note que Reinach fait paraître au bas de son article dans la Revue archéologique : « M. Fröhner a bien voulu répondre par écrit à toutes les questions que lui posait de ma part notre ami commun, M. le capitaine Espérandieu. J’ai d’autant plus lieu de reconnaître ici sa libéralité que l’an prochain, si nous sommes encore de ce monde, nous pourrons célébrer M. Fröhner et moi, le vingtième anniversaire d’une brouille archéologique sans éclaircie »31. C’est donc Espérandieu qui va se faire l’intermédiaire entre les deux savants, répondant dans un premier temps aux questions posées par Reinach, puis joignant régulièrement les correspondances reçues de Fröhner, pour appuyer son propos.

Salomon Reinach et Émile Espérandieu poursuivent leur correspondance bien au-delà de la vente de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à l’université de Paris32, jusqu’au décès de Salomon Reinach en 1932. Plus que des relations professionnelles, ils partagent pendant ces années les joies et les douleurs qui marquent leur vie, comme le montre ce courrier d’Espérandieu adressé à René-Jean33. L’archéologue y fait part au bibliothécaire de la disparition d’Adolphe Reinach34. À la fin de son courrier, il ajoute qu’il n’ose pas avouer à son « maître et ami » qu’il ne « partage pas son […] optimisme » de retrouver son neveu vivant. Cette réserve illustre bien les liens amicaux que les deux savants entretenaient et que la Bibliothèque d’art et d’archéologie a contribué à faire croître.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Salomon Reinach et Émile Espérandieu, deux amis à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/05/2022, https://baadoucet.hypotheses.org/3056.
  1. Légué après le décès de Salomon Reinach par son neveu et exécuteur testamentaire, Abraham Morgoulieff. []
  2. Ancien hôtel particulier de Jeanne de Flandresy, dans lequel ont été réunies des archives relatives à l’histoire de la Provence et celles de son mari, Émile Espérandieu. []
  3. Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafarge, Mergoil, 2021, p. 217. Sur ce sujet, on peut lire aussi le billet de Marianne Altit-Morvillez dans le carnet de recherche (référence du billet de Marianne Altit-Morvillez à venir). []
  4. Pierre Birnbaum, Les Fous de la République, Paris, Fayard, 1992, 512 p. []
  5. Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, la Flèche, Robert, 2009, préface par Hervé Duchêne, p X. []
  6. Notamment le philologue et historien des religions, Ernest Renan. []
  7. Les nombreux succès des frères Reinach au Concours Général leur valent le surnom de frères Je-Sais-Tout en référence à l’initiale respective de leurs prénoms. []
  8. La Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art conserve, aujourd’hui, sous la côte 8 phot. 1, un album de photos prises par Salomon Reinach et par le photographe Georges Balagny (1837-1919) lors de ces fouilles, en 1883-1884. []
  9. En 1875, « Espérandieu s’engage pour cinq ans devançant le service militaire », puis passe le concours de Saint-Cyr en 1878. En 1882, il est « affecté au 77e de Ligne à la redoute de Ras-el-Oued (près de Gabès) participe à des expéditions de sécurité, de transport de vivres, et apprend un peu d’arabe. Puis, en janvier 1883, il est affecté aux brigades topographiques qui doivent lever la carte de la Tunisie ». Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafarge, Mergoil, 2021, p. 28-29. []
  10. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, fonds Salomon Reinach, boîte 59. [] [] [] []
  11. Ou Macteur. []
  12. publié à ses propres frais, en sept fascicules, 1885 []
  13. Oratorien, historien de l’antiquité et archéologue, il suit les cours de Léon Renier et d’Ernest Desjardins à la Sorbonne et est élu  membre libre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1898. []
  14. Archiviste paléographe et archéologue, conservateur au département des antiquités grecques et romaines du Louvre, membre de la section d’archéologie du CTHS en 1876, élu membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1886. []
  15. Salomon Reinach, « Les cachets d’oculistes romains », Revue Archéologique, 3e série, tome 26, janvier-juin 1895, p. 263. []
  16. Son professeur Michel Bréal (1832-1915), linguiste et futur fondateur de l’École Pratique des Hautes Études, lui avait alors dit « Imprimez le bien vite ; dans un an, vous n’oserez plus ! ». Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, la Flèche, Robert, 2009, préface par Hervé Duchêne, p XIX. []
  17. Avignon, Palais du Roure-fondation Espérandieu-Flandresy, lettre de Salomon Reinach à Émile Espérandieu, sans date, peut-être 1894. []
  18. Il s’agit de la Commission des Musées. []
  19. Avignon, Palais du Roure-fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Émile Espérandieu. []
  20. Sciences de l’Antiquité. []
  21. crée en 1852 par Ludwig Lindenschmit père []
  22. Haug Ferdinad et Sixt Gustav, Die römischen Inschriften und Bildwerke Württembergs, Stuttgart, W. Kohlhammer,1900, 727 p. []
  23. « M. Rachou à Toulouse, M. Jean Lataste à Tarbes, M. J. Larrède à Dax, M. Eugène Bérot à Bagnères de Bigorre, M. Charles Palanque à Auch, M. Camille de Mensignac à Bordeaux, M. Jules Momméja à Agen, M. Roubaud à Cahors, M. É. Biais à Angoulême, M. É. Besse à Limoges, M. Arthur Bonneault à Niort, M. Mater à Bourges, M. A. Lascombe au Puy, m’ont facilité dans la plus large mesure, et quelques fois en m’accompagnant, la visite des collections confiées à leur soins. […] D’autres sont devenus de véritables collaborateurs, soit en me fournissant des renseignements sur la provenance des objets, soit en me procurant des photographies qui me manquaient. M. le marquis de Fayolle à Périgueux, M. Charles Dangibeaud à Saintes, le R. P. Camille de la Croiw à Poitiers […] » – Émile Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine tome 1, Paris, Imprimerie Nationale, 1907, p. V-VI. []
  24. Pour n’en signaler qu’une, on peut évoquer l’absence de catalogue de nombreux musées régionaux. Sur ce sujet, consulter la thèse de Marianne Altit-Morvillez : Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafarge, Mergoil, 2021, p. 117-124. []
  25. Le coût de la collecte de photographies, l’étalement des recherches et les corrections confiées à divers savants dont Salomon Reinach, Camille Julian ou encore Héron de Villefosse ont considérablement augmenté les frais d’Espérandieu. []
  26. Préface du Répertoire des Reliefs Grecs et Romains tome 2 par Salomon Reinach, pl IX, 1912. []
  27. Élève d’Otto Jahn, il étudie la philologie classique et l’archéologie aux universités de Göttingen et Bonn. En 1862, il obtient une bourse au Deutsches Archäologisches Institut de Rome, où il succède quelques années plus tard à Heinrich von Brunn comme second secrétaire. Il devient membre associé de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, en 1894. []
  28. Historien de l’art antique spécialiste de la statuaire grecque, Henri Lechat entre à l’Ecole française d’Athènes en 1886. A son retour en France, il enseigne à l’université de Montpellier puis à l’université de Lyon, à partir de 1898. []
  29. Jean-Yves Marc, « Le musée de l’Institut d’archéologie classique », Laboratoire d’Europe : Strasbourg 1880-1930, Roland Recht (dir.), 2017, p. 250-259. []
  30. Il étudie la philologie à l’université de Bonn. Après ses études, il s’installe à Paris, et aide Napoléon III dans la rédaction de son ouvrage consacré à Jules César. Conservateur adjoint au Louvre, il est empêché d’enseigner à l’École Pratique des Hautes Études, car accusé d’intelligence avec l’ennemi. À la fin de sa vie, il se consacre à la rédaction de catalogues pour divers collectionneurs. []
  31. Salomon Reinach, « Esquisse d’une histoire de la collection Campana », extrait de la Revue Archéologique de 1905, Paris, Leroux, p 4. []
  32. A propos du rôle de Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, voir le billet sur ses dons à la Bibliothèque : https://baadoucet.hypotheses.org/899 Concernant le rôle d’Émile Espérandieu à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, se référer au billet de Marianne Altit-Morvillez. Lien du billet à venir. []
  33. Paris, Bibliothèque de l’INHA, lettre d’Émile Espérandieu du 8 juin 1917 à René-Jean, Autographe 143-2-217. []
  34. Sur le front en août 1914. []

Espérandieu et la bibliothèque Doucet

Grâce aux croisements des correspondances conservées dans quatre fonds d’archives1, il est possible de reconstituer les relations qu’Émile Espérandieu entretint avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie (BAA).2.

Après avoir rappelé la situation professionnelle et scientifique d’Espérandieu entre 1908 et 1913, nous nous demanderons s’il n’était pas un peu chez lui à la bibliothèque de la rue Spontini pour avoir vendu à Doucet une partie de sa bibliothèque et y avoir laissé autant d’archives. Cette vente permet aussi de soulever le problème des bibliothèques d’archéologie gallo-romaine de l’époque.

1- Espérandieu en 1908-1913

A partir de 1901, le commandant Émile Espérandieu habite Paris. Sous-directeur de la Revue du Cercle militaire, il dirige ensuite au Havre puis à Evreux les bureaux de recrutement, de 1910 jusqu’à sa retraite en octobre 1913. Parce que sa carrière militaire est freinée à cause d’une surdité de plus en plus handicapante depuis plusieurs années, Espérandieu développe sa carrière scientifique. Ses travaux épigraphiques dans les années 1890 l’avaient fait connaître au monde érudit, en particulier des corpus d’inscriptions régionaux3. Membre de plusieurs sociétés savantes, dont les Antiquaires de France et le CTHS4, il est élu en 1901 Correspondant de l’Institut. Il change alors de statut : d’érudit de province, il devient un savant à l’instar des universitaires parisiens. En 1903, il commence le Recueil des bas-reliefs de la Gaule, dont le premier tome sort en 1907. Et depuis 1906, il dirige les fouilles d’Alésia avec la société de Semur d’abord, puis sur ses propres terrains ensuite dès 1908.

Le 8 juin 1912, il écrit à Salomon Reinach :

« Mon bien cher Maître et Ami,

(…) J’ai suivi votre conseil et écrit à mon propriétaire. Comme je ne puis pas accepter l’augmentation de loyer qu’il exige, je me verrai forcé presque sûrement, dans six mois, de quitter le logement que j’habite. Je le ferai, du reste, sans trop de regret ; ce logement, s’il a des avantages, n’est pas non plus sans inconvénients. Mais où aller ? Le principal, pour ne pas dire, le seul obstacle à mon installation à Paris est ma bibliothèque. Ne serait-ce pas rendre service aux autres et à moi-même que de la proposer à M. Doucet ? Les volumes et brochures que je collectionne patiemment depuis trente ans constituent, comme vous le savez, une des plus riches bibliothèques d’archéologie gallo-romaine à l’heure actuelle. Que vaut-elle au juste? Je n’en sais rien. Quinze ou vingt mille francs, peut-être, car si j’ai des ouvrages rares et devenus, pour la plupart, introuvables, je ne possède pas des éditions de grand prix. Son estimation ne pourrait se faire que sur fiche. D’autre part, il y a des livres dont je ne me séparerai qu’à ma mort : ce sont surtout, comme vos répertoires, des instruments de travail dont je me sers à chaque instant. Mais ils existent déjà, sans nul doute, à la bibliothèque Doucet.

Ne soyez pas trop surpris de mon idée. Elle m’est venue tout d’un coup. Hier encore, j’en étais à cent lieues. Mais s’il est bien certain que je ne saurais consentir à m’adresser à des libraires, n’en voyant aucunement la nécessité, il me semble que je n’éprouverais qu’un chagrin relatif en les cédant à M. Doucet, s’il les désirait, et aussi que leur réunion, dans une même salle consacrée à l’époque gallo-romaine pourrait rendre service aux travailleurs. Cela me permettrait de loger à Paris pas trop loin de la rue Spontini afin de pouvoir profiter, non seulement, le cas échéant, de mes propres livres, dont je connaîtrais bien le catalogue, mais aussi de ceux que je n’ai pas en ce moment. Car je prévois parfaitement ce qui m’attend ; ma femme et ma fille, ne pouvant se passer l’une de l’autre, vivront ensemble à Milan5, une bonne partie de l’année et je resterai seul peut-être neuf mois sur douze. Quant à m’établir moi-même en Italie, je ne puis pas y songer pour une foule de raisons. Une des principales est que je perdrais mes droits à ma retraite militaire. Puis, je vous avoue que cette pensée quil faudra bien que je me sépare tôt ou tard de mes livres et de mes manuscrits me cause maintenant une véritable peine. Que deviendront-ils ? Si j’étais riche, je les donnerais simplement à M. Doucet ou, pour mieux dire, à la Bibliothèque ; ce serait une excellent façon d’éviter leur dispersion, mais je ne le suis pas et la formation de la bibliothèque Doucet est une occasion qui ne se représentera peut-être jamais d’établir ces livres et ses manuscrits pour la commodité des travailleurs.

Est-ce que M. Doucet ne pourrait pas réaliser, d’autre part, cette pensée que je caresse depuis longtemps d’une collection de clichés photographiques ? Que de travailleurs seraient heureux, bien souvent, de pouvoir se procurer pour quelques centimes telle ou telle photographie de nos musées qui leur fait besoin. J’ai des milliers de clichés. Il suffirait d’une salle et de quelques étagères pour les contenir, et je consentirais fort volontiers à les administrer pour rien, simplement pour rendre service. Je n’ai pas besoin d’ajouter que je les céderais, pour rien également, à M. Doucet. Pour le tirage éventuel de ces clichés, on pourrait s’entendre avec un photographe. Aucun atelier joint à la bibliothèque ne serait nécessaire. Le principe admis, il me serait facile d’accroître en peu de temps une collection de cette sorte. Je n’ai guère photographié jusqu’ici que des sculptures et des inscriptions. Mais la masse des menus objets dispersés dans les musées de province pourrait l’être aussi. Je ne parle, bien entendu, que de ceux qui en valent la peine. De bonnes images d’objets sont aussi utiles que des livres. Supposons, par exemple, qu’un travailleur ait à s’occuper de l’agriculture à l’époque gallo-romaine. Ne serait-ce pas l’aider notablement que de lui montrer d’abord, par des albums, tout ce que nos musées de province contiennent d’instruments agricoles, ensuite que de lui procurer des photographies de ces objets ?

Je vous écris tout cela un peu à la diable ; mais je suis extrêmement pressé. Veillez bien me pardonner, et recevez, mon bien cher Maître et Ami, l’expression très cordiale de ma respectueuse affection.

E. Espérandieu

(PS : La bibliothèque de M. Mowat6 et la mienne pourraient se compléter l’une par l’autre. Mowat ne possède guère que des ouvrages de numismatique et d’épigraphie. J’ai surtout des ouvrages d’archéologie. Mowat a 86 ou 87 ans, et son fils n’aura certainement rien de plus pressé que de vendre les livres. »7

Espérandieu, prenant sa retraite l’année suivante, va perdre une grande partie de ses revenus, ce qui explique qu’il veuille déménager8. L’idée de la vente de sa bibliothèque montre qu’il connait et fréquente la rue Spontini.

A cette lettre, Salomon Reinach répond :

« Mon cher Commandant,

J’ai parlé de l’affaire de votre bibliothèque à René Jean. Elle l’intéresse d’autant plus que la Bibl<iothèque> Doucet est encore pauvre en gallo-romain bien qu’elle ait les grands ouvrages et vienne d’acheter le C.I.L. à Mowat. Quant aux clichés, ils en possèdent déjà des milliers et ne craindraient pas d’en avoir 3 000 de plus. Doucet ne s’occupe de ces affaires que lorsqu’elles sont mûres. Jai dit à René Jean que je vous écrivais pour vous conseiller de lui adresser une lettre développée, indiquant par à peu près le nombre de vos brochures, la nature des grands ouvrages à planches et le prix d’estimation. Entre 12-15 000, je crois bien qu’on s’arrangerait ; vous auriez votre vie durant toutes facilités de travail et René Jean m’a même dit : « on pourrait lui confier le soin de tenir cette section au courant ». Donc idée heureuse, à ne pas perdre de vue.

Cordialement à vous. S. R. »9

Si les premières lettres entre Espérandieu et René-Jean sont perdues, les suivantes montrent que la vente est décidée et le choix des ouvrages engagé. Ainsi, Espérandieu indique à René-Jean :

« Je n’ai que très peu de plaquettes ou d’ouvrages consacrés à l’art chrétien. A peine 150, en y comprenant les 80 brochures de Mgr Barbier de Montault10. Mais je possède les Inscriptions chrétiennes d’Edmond Le Blant, qui sont assez rares. J’ai aussi ses Sarcophages d’Arles et ses Sarcophages de la Gaule. Je possède également les Inscriptions chrétiennes rhénanes de Kraus. Ma bibliothèque, comme je vous l’ai dit, est surtout gallo-romaine. Merci de la démarche que vous avez bien voulu faire. Pour les questions pratiques, l’entente sera facile. Avant tout, j’ai le désir de placer mes livres de telle sorte, qu’ils ne risquent pas, après moi, d’être dispersés à tous vents11

La lettre suivante de René-Jean officialise, en quelque sorte la vente :

« Mon Commandant,

Plus que jamais le principe de l’achat de votre bibliothèque est entendu. La question du prix se réglera aisément, je crois. J’en ai parlé du reste à M. Salomon Reinach. Un crédit de quinze mille francs m’est accordé pour l’ensemble de vos livres. Reste la question de livraison. Il faudra en reculer la date de quelques semaines, car, à l’heure présente, nous ne saurions où vous installer. Je me réjouis de tout cela et espère avoir bientôt le plaisir de vous voir.

Agréer, mon Commandant, l’assurance de mes sentiments bien dévoués. René-Jean. »12

La somme indiquée incite à penser qu’il a vendu sinon toute sa bibliothèque, au moins une très grande partie. A la question de René-Jean « A quel moment peut-on aller chercher vos livres ?»13, il répond :

« tous mes livres sont descendus et encombrent fortement ma salle à manger ! Si vous pouviez les faire enlever Samedi (à défaut d’après demain) j’en serais heureux. Cela me permettrait de commencer, en y consacrant mes matinées, le catalogue des livres que vous voulez bien me déléguer. Ce n’est, en effet, que lorsque je serai nettement fixé sur ce qui existe déjà que je pourrai vous remettre des listes d’achat. »14

Pour l’instant, on n’a pas retrouvé, dans les archives Doucet, la liste des ouvrages vendus, mais deux témoignages tendent à confirmer la réalité de cette transaction : ainsi Louis Chatelain15 écrit à Espérandieu : « J’ai été très heureux d’apprendre qu’on vous a confié une partie de la bibliothèque Doucet, que la vôtre a si opportunément augmentée. »16

Et en 1914, Espérandieu remercie Joseph Déchelette pour le deuxième tome de son Manuel d’archéologie qu’il vient de recevoir et précise « Votre livre va prendre rang, à côté de ses précédents, sur les rayons de ma bibliothèque reconstituée et à mes premières heures de loisir, je le lirai d’un bout à l’autre. »17

2-  Une place au sein de la bibliothèque

On a noté dans ces différents courriers qu’Espérandieu, après avoir cédé ses livres, va participer à l’accroissement de la bibliothèque Doucet en suggérant de nouveaux achats. C’est une activité qui est désintéressée, mais l’année suivante, Salomon Reinach fait un geste pour lui car il sait qu’il a besoin d’un revenu complémentaire à sa pension de retraite. En effet, Espérandieu lui écrit :

« J’attends impatiemment le relèvement des soldes ; non pas que j’espère en profiter beaucoup, mais parce que je suppose qu’on augmentera aussi le taux des retraites, et qu’on donnera les nouvelles retraites à tous ceux qui auront bénéficié des nouvelles soldes. Alors que les fonctionnaires civils reçoivent, comme retraite, les 2/3 de leur traitement d’activité, il me parait impossible qu’on ne donne, comme à présent, que 3000 fr à un commandant qui aura touché un traitement de plus de 9000 fr. Le moins que l’on puisse faire sera d’accorder la moitié, et j’y gagnerai 1500 fr. »18

Lettre d’Espérandieu à Reinach, 24 juin 1913. archives MAN, fonds de correspondance ancienne, dossier Espérandieu

Reinach lui répond :

« Hier, j’ai reçu la visite de René Jean, venu pour me parler de vous. J’ai pris sur moi de dire qu’à mon avis, vous ne refuseriez pas votre concours régulier (mais non permanent) aux sections antiques de la Bibl<iothèque> Doucet moyennant une indemnité de début de 1 200 – 1 500 fr. . Cela représenterait, à mes yeux, votre loyer dans les parages. René Jean va en parler aussitôt à Doucet ; mais il est entendu que vous n’êtes nullement engagé par mes propos ; j’ai seulement exprimé l’opinion, l’avis qu’on me demandait. Maintenant, attendez ; mais quand la proposition ferme viendra, croyez m’en, acceptez ; il y a là, au milieu de gens qui vous sont très inférieurs à tous égards, un grand avenir. »9

Lettre de Reinach à Espérandieu, sans date, restitué 1912. ms 18PDR_E_COR 38, Palais du Roure, fonds Espérandieu.

Et René-Jean confirme rapidement :

« Si vous pouvez être ici à la bibliothèque vendredi à 2 heures moins 1/4, je pense que nous pourrons voir M. Doucet. Voici à peu près, dans les grandes lignes ce qui est arrêté :

a) d’abord notre atelier photographique vous fournira toutes les plaques qui pourraient vous être nécessaires puisque vos clichés entrent dans nos collections.

b) moyennant une indemnité mensuelle, vous voudrez bien nous aider à compléter la section gallo-romaine en allant jusqu’au Rhin et au Danube. Il va sans dire que c’est là un programme très élastique : vous le réaliserez comme vous l’entendez. Si même vous jugez bon de faire des achats directement, rien de plus simple. Il faudra seulement que nous nous entendions pour respecter les grandes divisions déjà adoptées dans la section antique. Mais c’est là un point de détail et nous n’aurons pas de peine, vous et moi, à être d’accord. Je me propose d’avoir recours à vos conseils pour une foule de choses ! Je tenais à vous informer de ce qui avait été dit entre M. D. et moi. Mais il ne s’agit là que de très grandes lignes et il reste entendu que votre indépendance reste entière dans les moindres détails. M. Reinach a pu vous dire déjà les propos que je lui avais tenus à ce sujet. »19

Enfin, Vuaflart, secrétaire de Jacques Doucet, entérine la décision :

« Mon cher Commandant, Je nai pas manqué d’entretenir M. Doucet de votre aimable proposition et je m’empresse de vous annoncer qu’il y souscrit bien volontiers. Voulez-vous avoir l’obligeance de lui écrire pour lui précisez ce que vous comptez faire – classement, répertoire, reliure, achats – et quelle indemnité vous serait agréable. Je crois que le chiffre de 1800 francs serait bien à tous égards, qu’il rétablirait pour vous le traitement d’activité et qu’il nous procurerait tous les loisirs d’un collaborateur de premier ordre. Également, soyez assez bon pour indiquer à quelle date vous verriez le début de ce nouveau mode d’activité dans la Bibliothèque.

Veuillez agréer, mon cher Commandant, l’expression de mes sentiments les plus cordialement dévoués. A Vuaflart. »20

La loi du 30 décembre 1913 relèvera effectivement les pensions, mais pas autant qu’il le souhaitait. Espérandieu touchera ainsi, environ 4000 fr. La loi autorisant aussi le cumul de la pension avec un salaire à hauteur de 6000 fr., le salaire de la BAA lui permet alors de maintenir à minima son train de vie.

Espérandieu a donc apparemment travaillé pour la BAA jusqu’à la guerre. Et lorsque Doucet donne la bibliothèque à l’université début 1918, Vuaflart écrit au commandant :

« Mazerolle et vous-même aviez constitués à la Bibliothèque deux sections qui vous appartiennent puisquenrichies de votre science et de votre labeur désintéressé. M. Doucet se doit donc de vous demander votre avis. Mazerolle étant à Paris j’ai pu lui causer : il approuve pleinement et il est prêt à continuer son concours précieux. Ainsi, sa section restera sa chose, moralement il n’en sera pas dépouillé par suite du passage de la bibliothèque à l’université.

Je suis bien en retard pour faire auprès de vous la même commission au nom de M. Doucet. Mais vous devinez tout ce qu’il m’a fallu faire quand je vous dirai que tout cela s’est conclu en 12 jours. La cause de l’érudition a eu gain de cause, l’outil est sauvé, et il nous parfaitement agréable et flatteur d’obtenir votre approbation.21

Lettre de Vuaflart à Espérandieu, 3 janvier 1918. ms 22PDR_E_COR 117, Palais du Roure, fonds Espérandieu

Espérandieu lui répond :

« Je ne puis qu’approuver la détermination que vient de prendre Monsieur Doucet. La constitution de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie fut un événement d’une extrême portée scientifique ; sa donation à l’Université de Paris en est un autre. Sans doute il ne peut manquer à Monsieur Doucet de penser que son nom est attaché à une fondation hors de pair, même en Amérique. Mais la satisfaction personnelle qu’il doit éprouver pourrait être singulièrement accrue par la certitude des immenses avantages que des générations de professeurs, d’étudiants et d’érudits retireront de sa générosité.

Je suis particulièrement sensible au bon souvenir que Monsieur Doucet a bien voulu conserver de mon passage à sa bibliothèque. Je vous serais reconnaissant, en lui transmettant avec mes devoirs respectueux, mes vœux les plus sincères de nouvelle année, de lui exprimer ma gratitude la plus vive pour la commission me concernant dont il vous a chargé. En ce moment, par suite de ma mobilisation, je ne pourrais prêter à l’établissement qu’un concours relatif, malgré la connaissance que je crois avoir de la section gallo-romaine. Mais aussitôt que les circonstances le permettront, c’est-à-dire dès que la paix m’aura rendu à la vie civile, la liberté dont je disposerai sera complète. Non seulement, j’accepterai alors de reprendre mes anciennes fonctions, si Monsieur Doucet voulait bien de quelque manière me les faire réserver, mais encore j’en éprouverais beaucoup de joie pour plusieurs raisons. »22

Espérandieu s’était ré-engagé à l’annonce du conflit. Refusé pour le front à cause de sa surdité, il est nommé Inspecteur des sursis du VIIIe Corps d’Armée à Bourges. En 1919, définitivement revenu à la vie civile, il est élu en février membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, et nommé en juillet conservateur des musées archéologiques de Nîmes et des monuments romains du Gard. Il ne travaillera plus pour la BAA, mais y viendra encore quelquefois pour classer ses plaques photographiques.

Les archives Espérandieu

Comme on l’a vu dans la lettre de René-Jean de septembre 1913, Espérandieu a donné ses clichés à la bibliothèque, à peu près au moment où il est engagé à la BAA pour accroitre la section gallo-romaine. Il aurait donc eu une place, un bureau, rue Spontini : ce qui expliquerait qu’en plus d’avoir donné ses plaques photographiques, il y ait laissé un certain nombre d’archives concernant ses travaux, ou provenant d’autres archéologues.

Les clichés photographiques

Lorsque la bibliothèque passe à l’université, André Joubin, le directeur de la bibliothèque, demande à Espérandieu :

« Cher ami, Nous mettons, – d’accord avec Doucet – tous les clichés qu’il nous avait donnés, en dépôt au Service photographique des Beaux-Arts. De cette façon, on pourra les exploiter et en mettre des épreuves à la disposition des travailleurs. Nous avons réservé, avant de connaître vos intentions, tous les clichés que nous avions mis en dépôt à la Bibliothèque et qui sont votre propriété. Verriez-vous un inconvénient à ce que vos clichés fussent joints aux nôtres et mis, de votre part, en dépôt aux Beaux-Arts, et auriez-vous des instructions particulières à me donner à ce sujet ? »23

Espérandieu répond :

« Cher ami, Lisez la préface de mon tome III, vous verrez que, depuis douze ans (et l’idée m’en est venue bien avant) j’ai envisagé la création d’un service analogue à celui dont la Direction des Beaux-Arts est en train de prendre l’heureuse initiative. (…)

Maintenant, je donne mon approbation complète à votre idée de déposer aux Beaux-Arts les quelques 6000 ou 8000 clichés, que j’ai donnés à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie. Mais … il y a un mais ! Ils ne sont pas classés et personne, sauf moi, à moins d’y consacrer un temps énorme, ne pourra les mettre en ordre. Les clichés furent donnés à la Bibliothèque en 1913, vers la fin de l’année. Je devais en faire le classement ; j’en fus empêche  par la guerre. Depuis lors, j’ai cessé, comme vous le savez, sinon de m’intéresser à la Bibliothèque d’Art, du moins de faire partie de son personnel. (…)

En tous cas, il serait nécessaire que les clichés soient classés et, je le répète, nul autre que moi ne peut accomplir ce travail, sans avoir besoin, pour chaque cliché, de tourner toutes les pages de mes 8 volumes. »24

Des courriers montrent qu’il est venu commencer le classement : « J’espère que vous pourrez finir le classement des clichés ; dans tous les cas je vous recommande de bien fermer la bibliothèque. »25 mais l’on sait qu’il n’a pas pu le terminer puisque c’est le centre Camille Jullian qui a effectué l’inventaire pour le mettre en ligne sur la base RBR-Nesp en 200826. Cette base a été intégrée à la Plateforme de recherche sur la sculpture romaine en Méditerranée, Sculpturo, en 2019. Les plaques sont aujourd’hui à la Médiathèque du Patrimoine, numérisées et en ligne. Elles concernent effectivement les Bas-reliefs de la Gaule, mais aussi les fouilles de Vieil-Evreux de 1912-191327, – ces dernières ne sont pas encore indexées sur la base.

Les cachets d’oculistes

Parmi les archives qu’Espérandieu a laissées à la BAA, se trouvent les empreintes des cachets d’oculistes qui lui ont servi à la publication de son Recueil des cachets d’oculistes romains en 189328. Pour faire ce corpus, il est aidé par Robert Mowat qui possède, à l’époque, sans doute la collection la plus complète des cachets connus, soit des originaux29, soit des fac-simile. Celui-ci donne à Espérandieu sa documentation sur les cachets qui elle-même venait des épigraphistes qui s’étaient intéressés à ces objets.

On notera l’intérêt de ces empreintes aujourd’hui : un certain nombre d’entre elles, avec d’autres du Musée d’Archéologie Nationale sont les seuls témoins de cachets disparus, remplaçant de facto les originaux. On trouve aussi accompagnant les empreintes, les dessins qu’il avait réalisés pour le tiré-à-part de la publication de ses cachets dans le CIL ((Espérandieu, Signacula medicorum oculariorum, Leroux, 1904.)).

Cachets d’oculistes de la collection donnés par Espérandieu à la BAA. Paris, Bibliothéque de l’Institut National d’histoire de l’art

Le rapport des inscriptions du Kef

Enfin, on trouve aussi le manuscrit Rapport sur les ruines romaines de la subdivision du Kef, accompagné de plans et de quelques dessins de ruines. Ce document est le tout premier travail épigraphique d’Espérandieu envoyé à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1883. Les inscriptions contenue dans ce Rapport ainsi que les plans des ruines seront intégrées l’année suivante dans sa première publication Epigraphie des environs du Kef ((En 7 fascicules, Champion, Paris, 1884-1885.)). En revanche, il ne publiera pas les dessins qui restent donc inédits.

Rapport d’Émile Espérandieu sur les inscriptions du Kef (1883). Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Ms 616, feuillets 16 et 28.

Les archives d’autres archéologues

Papiers d’Auguste Allmer

Espérandieu entre en contact vers 1886 avec Auguste Allmer, le créateur et directeur de la Revue épigraphique du Midi de la France. Une relation de maître à disciple, quasi filiale se noue peu à peu entre eux, qui fera qu’Allmer lui donne la direction de la revue.

En 1899, Espérandieu écrit dans son Journal « C’est avec une douleur infinie que j’ai embrassé, sur son lit de mort, le savant dont la bienveillance et la bonté pour moi furent sans égales. (…) Je suis resté à Lyon (…) pour aider Mlle Louise Allmer, petite-fille de M. Allmer, à déménager les quelques rares objets qu’elle héritait. Il m’a été remis personnellement tous les papiers de mon pauvre ami. »30

Ce sont ces papiers qu’il donne à la BAA en 1913 : « Allmer mourut le 27 novembre 1899 et j’héritai de ses papiers. Ils sont aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Université de Paris, où je les donnai en 1913. Il avait dû vendre ses livres (achetés 500 fr par M. Dissard), et les regrets qu’il éprouva de leur cession furent très grands. »31

Carnets de Robert Mowat

Parmi les épigraphistes avec lesquels Espérandieu tisse des liens, on trouve Robert Mowat. Celui-ci, par affinité autant militaire qu’épigraphique, l’aide dans ses recherches et lui prodigue des conseils, en particulier pour sa publication des cachets d’oculistes.

A sa mort, son fils lui écrit :

« Ainsi que je vous l’ai dit, j’ai vendu les livres de mon père à Picart (sic), je n’ai pas trouvé de papiers intéressants, à part ses carnets de notes ; il n’y avait que quelques feuilles de brouillon, car il ne gardait rien après l’avoir publié. Je n’ai pas encore fait le tri de ses brochures et vous en soumettrai la liste. S’il vous en manque, je serai très heureux de vous les offrir. J’ai trouvé en outre dans sa vitrine des liasses de fiches d’inscriptions romaines. Si vous avez un moment je serais très heureux si vous pouviez venir les voir. »32 Espérandieu est donc entré en possession de ces carnets par le fils de Robert Mowat.

Papiers de Gaston de la Noë

On peut supposer qu’Espérandieu envoie quelques-uns de ses ouvrages d’épigraphie au général de la Noë33, parce que comme lui, il est topographe. Les quelques lettres de ce dernier en témoignent. C’est son fils, après sa mort, qui propose à Espérandieu de venir prendre s’il veut, dans les archives de son père, ce qui concerne les fortifications antiques et les fouilles34.

Les Papiers de Charles-Édouard Lambert

La question reste ouverte pour savoir comment Espérandieu a acquis les papiers de Charles-Édouard Lambert (1794-1870), bibliothécaire de la ville de Bayeux qui a été en contact avec de nombreux érudits locaux. Il est possible qu’ayant été à Evreux en 1912-1913, il ait eu des contacts en Normandie qui lui ont permis d’entrer en possession de ces archives.

On peut se demander pourquoi Espérandieu a laissé ces papiers disparates et sans cohérence à la BAA, d’autant qu’à Avignon, dans ses archives, il y a aussi des documents ayant appartenu à Allmer, Mowat et Lambert. Ce constat d’éparpillement m’entraine à poser l’hypothèse que la BAA servait au commandant de succursale où il déposait ses papiers ou une partie, en attente de classement

3Des bibliothèques d’archéologie gallo-romaine

L’exemple de la bibliothèque d’Espérandieu, des papiers dont il hérite, nous montre un problème récurrent à l’époque : l’accès aux livres, à la documentation.

Si Espérandieu s’est constitué une bibliothèque, ce n’est pas tant qu’il est bibliophile (sans doute un peu) mais bien pour des raisons pratiques : les livres sont difficiles à trouver, il y a peu de librairies, peu de tirages en archéologie, et peu de bibliothèques fournies en ouvrages archéologiques dans les villes de garnison, malgré celles des sociétés savantes qui elles-mêmes sont surtout locales et généralistes. Ce qui explique d’ailleurs qu’on note beaucoup d’échanges, de prêts de livres dans les correspondances entre érudits.

Pour ces raisons, Espérandieu n’est pas le seul à se constituer une bibliothèque. En fonction de la fortune personnelle, certains peuvent en posséder une extrêmement fournie. On pensera à celle de Joseph Déchelette à Roanne35, plus importante que celle de la Diana, la société savante de Montbrison.

Enfin, on se souvient qu’avant l’achat des livres d’Espérandieu, Reinach lui écrivait « la bibliothèque Doucet reste encore pauvre en gallo-romain. » En effet, si Perdrizet avait contribué à l’achat des grands ouvrages d’archéologie, étant helléniste, il était peu intéressé par le gallo-romain, à l’instar de l’ensemble des grandes institutions.

Or, la bibliothèque d’Espérandieu est nécessairement gallo-romaine, et c’est peut-être une des rares bibliothèques privées de l’époque autant spécialisée.

Émile Espérandieu dans sa bibliothèque au Palais du Roure, à Avignon,  vers 1937.  ms 7 PDR_E_ICO 13, Palais du Roure, fonds Espérandieu

En effet, il y a très peu de spécialistes du gallo-romain ; Raymond Lantier, dans la notice nécrologique qu’il publie à la mort d’Espérandieu, le dit : « il fut avec Jullian le meilleur connaisseur de nos antiquités nationales. »36

La vente de la bibliothèque Espérandieu à Doucet souligne aussi la fragilité de ces bibliothèques privées. On a vu qu’il n’est pas le seul à vendre sa bibliothèque pour des raisons financières : Allmer, de son vivant, a vendu la sienne, de même que Mowat a vendu le CIL à Doucet. Et beaucoup de bibliothèques sont dispersées par les héritiers. Dans sa lettre du 8 juin 1912 à Reinach, Espérandieu soulève d’ailleurs sans détour cette question douloureuse du devenir de ses papiers : « Puis, je vous avoue que cette pensée qu’il faudra bien que je me sépare tôt ou tard de mes livres et de mes manuscrits me cause maintenant une véritable peine. Que deviendront-ils ? » ((Méjanes, fonds Reinach, boîte 59))

C’est peut-être cette sensibilité de bibliophile qui lui fait faire un geste en souvenir de son ami S. Reinach. Espérandieu est conservateur du musée et des monuments antiques de Nîmes lorsque celui-ci meurt en 1932.

Suivant ses volontés testamentaires, une partie de sa bibliothèque, le fonds gallo-romain est offert au Musée des antiquités de Saint-Germain-en-Laye. En revanche, rien n’était prévu pour le reste des collections, soit plus de vingt mille ouvrages. Les exécuteurs testamentaires proposent aux universités une donation. La faculté de lettres de Lyon se porte acquéreur de la bibliothèque, 16 000 ouvrages d’archéologie, d’histoire de l’art grec, d’art médiéval et d’histoire religieuse37. Il reste 4000 volumes qu’Espérandieu va faire récupérer par la ville de Nîmes pour le musée archéologique, comme le montre la correspondance d’Abraham Morgoulieff, beau-frère de S. Reinach et exécuteur testamentaire38. Cette bibliothèque ainsi que les papiers d’Adolphe Reinach intègrera finalement la bibliothèque municipale qui se trouve dans le même bâtiment que le musée39.

Pour citer ce billet : Marianne Altit-Morvillez, « Espérandieu et la bibliothèque Doucet », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/05/2022, https://baadoucet.hypotheses.org/2718.
  1. INHA, correspondance René-Jean, correspondance Joubin, Bibliothèque Méjanes, correspondance Reinach, MAN, correspondance Reinach, Palais du Roure, correspondance Espérandieu. []
  2. Cet article complète les informations précédemment publiées : M Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), Un archéologue entre institution militaire et monde académique, éditions Mergoil, 2021, p.195-198. []
  3. Espérandieu, Epigraphie romaine du Poitou et de la Saintonge, Melle, 1888; Inscriptions de la cité des Lemovices, Paris, 1891; Musée de Périgueux : inscriptions antiques, Périgueux, 1893. []
  4. Comité des travaux historiques et scientifiques []
  5. Madeleine Espérandieu (1888-1918) se marie le 8 août 1912 avec Adolphe Gibert qui habite à Milan, où il est négociant. []
  6. Robert Mowat (1823-1912), commandant d’artillerie, épigraphiste, numismate, directeur du Bulletin épigraphique de la Gaule, membre correspondant du CTHS, membre de la Société nationale des antiquaires de France. []
  7. Méjanes, fonds Reinach, boîte 59. []
  8. Il déménagera début 1913, toujours à Clamart []
  9. Lettre de Reinach à Espérandieu, sans date, restitué 1912, ms 18PDR_E_COR 38, Palais du Roure, fonds Espérandieu. [] []
  10. Xavier Barbier de Montault (1830-1901), ecclésiastique, prélat de la Maison du pape, et antiquaire, historiographe du diocèse d’Angers, a publié de nombreuses études d’archéologie chrétienne. Neveu Bruno, « Entre archéologie et romanité : Mgr Xavier Barbier de Montault (1830-1901) », Bibliothèque de l’école des chartes. 2005, t. 163, 1. pp. 241-264 []
  11. Lettre d’Espérandieu à René-Jean, 16 juin 1912, archives INHA, Autographes 143-2-213. []
  12. Lettre de René-Jean à Espérandieu, 20 juin, sans date, restitué 1912, ms 18PDR_E_COR 44, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  13. Lettre de René-Jean à Espérandieu, 2 septembre, sans date, restitué 1912, ms 18PDR_E_COR 44, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  14. Lettre d’Espérandieu à René-Jean, 11 septembre 1912, archives INHA, Autographes 143-2-212 []
  15. En 1908, Louis Chatelain (1883-1950) avait reçu l’aide d’Espérandieu pour son ouvrage Les monuments romains d’Orange. Il deviendra spécialiste du Maroc antique. []
  16. Lettre de Louis Chatelain à Espérandieu, 17 décembre 1912, ms 3PDR_E_COR 101, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  17. Lettre d’Espérandieu à Déchelette, 1er juillet 1914, ms AJDL-ESPEE02901, Fonds Joseph Déchelette, correspondance scientifique, Roanne – Musée J. Déchelette. A la fin de sa vie, sa bibliothèque, conservée au Palais du Roure à Avignon, compte au moins 6000 volumes d’archéologie. []
  18. Lettre d’Espérandieu à Reinach, 24 juin 1913, archives MAN, fonds de correspondance ancienne, dossier Espérandieu. []
  19. Lettre de René-Jean à Espérandieu, 4 septembre, sans date, restitué 1913, ms 18PDR_E_COR 44, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  20. Lettre de Vuaflart à Espérandieu, 24 octobre 1913, ms 22PDR_E_COR 117, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  21. Lettre de Vuaflart à Espérandieu, 3 janvier 1918, ms 22PDR_E_COR 117, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  22. Brouillon de réponse d’Espérandieu à Vuaflart, 7 janvier 1918, ms 22PDR_E_COR 117, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  23. Lettre de Joubin à Espérandieu, 23 février 1922, ms 10PDR_E_COR 36, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  24. Lettre d’Espérandieu à Joubin, 24 février 1922, Archives des collections photographiques de la bibliothèque de l’INHA []
  25. Lettre de Joubin à Espérandieu, 17 août 1922, ms 10PDR_E_COR 36, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  26. http://sculpturo.huma-num.fr []
  27. Espérandieu a publié deux rapports sur ces fouilles du Vieil-Evreux, dans le Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques, 1913, p.56-131 et 1921, p. 3-80. Sur ces fouilles peu connues, j’ai donné une communication à la Journée d’Etudes « Archéologues et archéologie en province sous la IIIe République », à l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort d’Émile Cartailhac (1845-1921), le 20 novembre 2021, organisée par S. Péré-Noguès et M-L. Le Brazidec, Université Toulouse-Jean Jaurès, Laboratoire TRACES, UMR5608, à paraitre. []
  28. Recueil paru dans la Revue Archéologique, en 1893 et 1894. Sur l’originalité de ce recueil, M. Altit-Morvillez, « Émile Espérandieu et les cachets d’oculistes romains », Histoire des sciences médicales, t.XLIX, 3-4, 2015, p.341-352. Et sur les critiques de son recueil, idem, « De la concurrence en archéologie : la réception du Recueil des cachets d’oculistes romains d’Espérandieu », V. Krings, C. Valenti (dir), Connaître l’antiquité. Individus, réseaux, stratégies du XVIIIe au XXIe siècle, PUR, Rennes, 2010, 109-119. []
  29. Mowat vend ses cachets au Cabinet des Médailles en 1905. []
  30. Espérandieu, « Journal », 17 décembre 1899, ms E3, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  31. Espérandieu, « Souvenirs », cahier 3, p.20, ms E3b, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  32. Lettre d’Alfred Mowat à Espérandieu, 29 mai 1913, ms 13PDR_E_COR 256, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  33. Gaston-Ovide de la Noë (1836-1902), spécialiste de topographie, nommé à la Commission de topographie des Gaules en 1877, Directeur du service géographique de l’armée, membre du CTHS. Son ouvrage principal : Principes de la fortification antique depuis les temps préhistoriques jusqu’aux croisades pour servir au classement des enceintes dont le sol de la France a conservé la trace, Leroux, Paris, 1890 []
  34. Lettre de Georges de la Noë à Espérandieu, sans date, restitué 1902, ms 12PDR_E_COR 7, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  35. Alex Journaix, « La bibliothèque comme “atelier’’ du savant », S. Péré-Noguès (dir), Joseph Déchelette, un précurseur de l’archéologie européenne, Errance, Arles, 2014, p.148-153. []
  36. Raymond Lantier, « Le Commandant Émile Espérandieu (1857-1939) », Revue Archéologique, t.4, juillet-décembre 1939, pp. 53-58. []
  37. Brice Rosier-Laperrousaz, « De la bibliothèque Salomon Reinach à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée : 80 ans de documentation pour la recherche en études antiques à Lyon », Mémoire de master 2011, Enssib, p.19-25. []
  38. Lettre d’Abraham Morgoulieff à Espérandieu, 11 octobre 1934, non coté, Palais du Roure, fonds Espérandieu. []
  39. Conservés aujourd’hui à la bibliothèque municipale, Carré d’art. []

Conférence sur la Société pour l’étude de la gravure française (Stéphane Roy, New York, 12 mai 2022)

“IV. – Portrait de Perronet, d’après Ch.-N. Cochin / Gravé par A. de Saint-Aubin / État terminé”, Annuaire de la gravure française, 1913-1914, planche hors-texte insérée entre les pages 260 et 261.
Bibliothèque de l’INHA, 282 U 8 (1913-1914).

En février 2021, Pascale Cugy (ancienne coordinatrice scientifique du programme), publiait sur ce carnet un billet (partie 1 ; partie 2) introduisant la Société pour l’étude de la gravure française — l’une des nombreuses sociétés savantes ayant entretenu des liens avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie.
Elle y exprimait le souhait que cette entreprise soit étudiée de façon plus approfondie — notamment afin de mieux comprendre son fonctionnement durant l’entre-deux-guerres.

L’équipe du programme est donc particulièrement ravie d’annoncer la tenue prochaine de la conférence « A Print Council avant la lettre? The Société pour l’étude de la gravure française (1911-1936) ».

Celle-ci aura lieu le 12 mai 2022 à la New York Historical Society, dans le cadre de la réunion annuelle du Print Council of America.

Elle sera donnée par Stéphane Roy, Professeur adjoint à la « School for Studies in Art and Culture: Art & Architectural History » de l’université Carleton (Ottawa, Canada).

Pour toute question ou demande, n’hésitez pas à contacter Stéphane Roy à son adresse : stephane_roy@carleton.ca.

L’estampe, un médium coopératif : Graveurs, imprimeurs, éditeurs entre 1890 et 1930 (actes de la journée d’études sur Pierre Gatier du 22 juin 2021 à l’INHA)

 

Le 22 juin 2021, s’est tenue à l’Institut national d’histoire de l’art, dans le cadre du programme de recherche « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet : corpus, savoirs et réseaux », une journée d’études consacrée à « L’ estampe, un médium coopératif : Graveurs, imprimeurs, éditeurs entre 1890 et 1930 ». Réunissant autour de Pascale Cugy (INHA), Caroline Oliveira (musée d’art et d’histoire Louis Senlecq) et Rémi Cariel (musée national du Château de Malmaison) de jeunes chercheurs et des spécialistes plus confirmés, cet événement avait pour objectif de réfléchir à la coopération entre les différents acteurs de « l’écosystème de l’estampe ».

En parallèle de l’exposition Pierre Gatier (1848-1944) : De l’élégance parisienne aux rives de l’Oise , conçue par le Musée Louis-Senlecq de L’Isle-Adam en collaboration avec l’Institut national d’histoire de l’art, cette journée a permis d’évoquer le couple graveur-imprimeur et d’interroger le processus de création au sein de l’atelier. Au travers de diverses études de cas portant sur les acteurs et les pratiques, les participants se sont intéressés particulièrement aux techniques, aux matériaux, mais aussi aux questions de transferts et de réception.

L’équipe du programme à le plaisir de vous annoncer la parution des actes de cette journée dans la revue en ligne Nouvelles de l’estampehttps://journals.openedition.org/estampe/.