La bibliothèque d’art et d’archéologie et l’Allemagne (part 2)

Les liens de la Bibliothèque d’art et d’archéologie avec l’Allemagne ne se réduisent pas à ces achats d’ouvrages et de revues, Perdrizet et René-Jean se rendent aussi en Allemagne et échangent régulièrement avec des savants allemands.

Ainsi Perdrizet assiste-t-il à Berlin en août 1908 au congrès des sciences historiques et rend compte de ses « Recherches archéologiques en Macédoine Première » lors d’une communication. L’archéologue nancéen revient régulièrement dans sa correspondance avec René-Jean sur ce séjour berlinois car il fut aussi l’occasion pour lui d’être « recruté » par Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf et Friedrich Hiller von Gaertringen1 comme membre correspondant de l’Académie de Berlin, chargé du corpus des inscriptions de Macédoine.

De son côté, René-Jean séjourne aussi à Berlin en septembre 1909. Cette visite a été préparée soigneusement par son ami Perdrizet qui dans un courrier lui précise avec force détails l’ensemble des guides à emporter, les trains à emprunter ainsi que les hôtels dans lesquels il pourra résider :

Pour l’Allemagne, munissez-vous, bien entendu, du Bädeker. Faites attention qu’il faut emporter les 3 volumes, Allemagne du Nord (où se trouve Berlin), A [llemagne] du Sud (où se trouve Munich), & les Bords du Rhin (avec Cologne & Francfort).

Je ne vous indique pas, pour les divers musées, les catalogues, vous les trouverez à la porte. Pour Berlin, je vous expédie aujourd’hui le guide (en all [eman] d, malheureusement) qu’on nous a distribué l’an dernier, lors du congrès […] des sciences historiques.

Pour l’hôtel à Berlin, je vous recommande celui où j’étais descendu, Saxonia : écrivez d’avance, en indiquant votre jour d’arrivée, pour retenir une chambre dans les prix de 4 marks. Ne prendre aucun repas à l’hôtel, sauf le petit déjeuner du matin. Vous aurez à travailler surtout dans l’île des musées (où tous les musées sont groupés, sauf celui d’ethnographie). Vous irez dîner non loin de là, dans un des restaurants appelés Aschinger. Je vous recommande comme hors d’œuvre le Bismark-Herring (hareng au vin blanc) & comme rôti l’oie, plat national des Berlinois. Le vin est hors de prix, la bière est excellente.

Vous lirez avec intérêt, en wagon, avant d’arriver à Berlin, l’ouvrage tout récent de Huret (Berlin 1 vol. Charpentier, 3.50). Je le possède, & vous l’enverrai volontiers. Mais pourquoi ne passeriez-vous pas à Nancy en allant à Berlin ? C’est sur le chemin, somme toute, ou plutôt sur l’un des chemins. De Nancy à Berlin, vous vous arrêteriez à Francfort, je vous mettrais dans un wagon qui va directement à Francfort depuis Nancy. Partez le matin (7 h) de Paris, vous serez ici à midi, vous verrez notre Exposition, & vous repartirez à 2 h du matin : vous serez à 11 h ½ à Francfort, où vous verrez l’admirable musée Städel, le Palmarium & votre libraire Baer. Départ à 8 h pour Berlin, où vous êtes le lendemain matin2

Nancy, lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, sans date. Paris, Bibliothèque de l’institut national d’histoire de l’art, Autographe 144, 3, 630

Comme le précise ce courrier, il ne s’agit pas uniquement pour René-Jean de visiter la ville mais aussi d’y travailler et d’y rencontrer les libraires avec lesquels les deux hommes sont en négociation pour l’achat de nouveaux ouvrages. En janvier 1910, c’est au tour de Jacques Doucet de se rendre en Allemagne, et Perdrizet se dit enchanté de pouvoir le recevoir à Nancy avant son départ3.

Perdrizet mobilise, également, son réseau professionnel pour aider la Bibliothèque de Jacques Doucet à enrichir ses collections. Deux noms, attachés aux travaux réalisés par Perdrizet avec le soutien financier de Jacques Doucet, reviennent régulièrement dans la correspondance du savant nancéen. Il s’agit de Friedrich von Bissing (1873-1956) et de Paul Wolters (1858-1936).

Comme le rappelle Perdrizet dans l’introduction de son ouvrage Les Bronzes grecs d’Égypte de la collection Fouquet (1911),après la parution de ce premier livre pour le compte des Publications pour faciliter les études d’art en France, il fut rapidement encouragé par Jacques Doucet à enrichir la documentation relative à la collection Fouquet :

Il y a bientôt trois ans, j’eus l’honneur, unus multorum, d’être délégué par M. Bayet au 11° Congrès international d’archéologie, qui devait se tenir au Caire en avril 1909. A peine débarqué à Alexandrie, dans l’une des salles du Musée, je rencontrai M. Jacques Doucet, qui rentrait en France après avoir passé quelques semaines au pays du Nil. L’Égypte l’avait enchanté, il désirait aider aux recherches d’archéologie égyptienne : il me donna carte blanche pour entreprendre toute publication utile. Quelques jours après cette conversation, je visitais au Caire la collection du Dr Fouquet. Mon choix, dès lors, était fait.  […] La présente publication n’est pas due à la rencontre de deux fantaisies. Sitôt qu’elle lui a été proposée, M. Doucet y a vu le commencement d’une série d’études documentaires sur l’Antiquité, pouvant faire pendant aux nombreux travaux qu’il encourageait déjà dans le vaste champ de l’histoire de l’art moderne. Si le public savant fait bon accueil à ce premier ouvrage, d’autres suivront rapidement, dont voici les titres : Les Antiquités de Léontopolis; Les Étrangers à Memphis, d’après les terres cuites archaïques; Les Terres cuites de l’Égypte gréco-romaine; Les Graffites grecs du Memnonion d’Abydos.((Perdrizet, Les Bronzes Grecs d’Egypte de la collection Fouquet))

C’est notamment pour ses recherches concernant Léontopolis que Perdrizet sollicite Friedrich von Bissing (1873-1956) qui occupe la chaire d’égyptologie depuis 1906 à Munich. Celui-ci lui offre alors de consulter ses propres ressources :

Cher ami et collègue,

Je suis extrêmement heureux de pouvoir contribuer en quelque peu à Vôtre ( sic)  travail et je vous prie de vouloir  vous servir de tout ce que je sais sur la trouvaille de Léontopolis et tout ce que j’en possède.

Voulez vous que je vous envoie une série de photographies et de notes que le Dr Fouquet m’avait autrefois communiquées quand je pouvais espérer faire moi- même ce que heureusement vous faites maintenant4 ?

Les recherches sur Léontopolis ne furent pas les seules occasions d’échanges entre Perdrizet et ce « bon connaisseur des choses d’Égypte »5 comme le mentionne l’archéologue français à René-Jean. Von Bissing mit aussi à la disposition de Perdrizet sa collection égyptologique6 pour les recherches que celui-ci avait entamées sur les terres cuites l’Égypte gréco-romaines.

Avec la correspondance de Paul Wolters, successeur de Furtwängler à l’université de Munich et ancien secrétaire du Deutsches Archäologisches Institut à Athènes, nous pouvons entrevoir la mise en place d’une relation professionnelle, mais aussi plus amicale. Les deux hommes semblent s’apprécier. Alors qu’il se plaint auprès de René-Jean de l’attitude de Hans Pomtow7, Perdrizet indique à son interlocuteur « Heureusement, tous les Allemands ne sont pas des Pomtow : vous avez pu vous en rendre compte en approchant Wolters.8 et évoque dans leur correspondance des questions plus personnelles.

“Cher Monsieur Perdrizet, sans doute vous pensez que je sois un des demis-dieux qui ont robur et aes triplex circa pectur ; parce que je n’ai pas encore répondu à votre lettre touchante. Mais vraiment , si pendant le semestre je n’écrie que les lettres les plus nécessaires, je je n’ai pas encore exprimé ma vive joie d’entendre que vous avez heureusement échappé au danger de cette maladie funeste, je vous prie de croire que ce n’est qu’à cause de mes travaux journaliers qui m’étouffent. J’espère qu’après avoir regagné votre santé vous vous trouverez mieux qu’avant l’attaque, et votre santé restera sure et ferme. Même aujourd’hui je n’ai pas le temps de vous entretenir plus long, mais je crois que peut être la lettre enclose vous intéresse, que je viens d’envoyer à quelques collèges des universités d’Allemagne et que j’enverrai à tous. Je ne sais pas, si vous faites usage des Vorgeblätter de Vienne. Je les trouve indispensables, mais pas suffisants. En tout cas, je voudrai en faire une réimpression à bon marché, et si voudrez en profiter je mets à votre disposition les exemplaires au même prix modeste, qu’aux séminaires des autres universités.

Je suis, mon cher ami, avec les voeux les plus sincères.

tout à vous,

Paul Wolters”

((Nancy, Université de Lorraine, fonds Perdrizet, PP 976))

La correspondance entre Perdrizet et René-Jean montre le crédit que le Français accordait à Paul Wolters9. Il signale certains de ses ouvrages à René-Jean10  et ne manque pas de faire référence à d’autres11, demandant à René-Jean de consulter pour lui le livre que détient la Bibliothèque d’art et d’archéologie12.

     L’existence d’un vaste réseau de correspondants allemands autour de la Bibliothèque d’art et d’archéologie n’est pas pour autant exempte de polémiques. Ainsi, la correspondance de Perdrizet avec René-Jean témoigne des tensions qui ont pu exister entre le savant français et Hans Pomtow (1859-1925), qui l’accuse de se servir de son rôle de conseiller à la Bibliothèque pour ses propres recherches13.

Nancy, le 8 avril 1910

Mon cher ami

je vous renvoie la lettre de Pomtow junior, & la réponse, très bien tapée, que vous faites au père de cet éphèbe. Les Pomtow sont de sombres brutes, méchants & bêtes. Ils doivent pourtant bien se douter qu’ici, à Nancy, à notre bibl[iothèque] univ[ersitaire], j’ai toutes les œuvres de Pomtow. Elles sont éparses dans

Neue Jahrbücher für Philologie

Hermes

Philologus

Klio

Athenische Mittheilungen

toutes revues que nous avons au complet, […] mais que votre bibliothèque n’a pas à acheter [… ] (les Ath[enische] Mitth[eilungen] exceptés), parce que ce sont des revues de philologie & d’histoire, non des revues d’archéologie & d’art. Je vous ai conseillé de vous procurer les tirages à part relevant de votre spécialité […], & je vois […], d’après la lettre de Pomtow junior, que les bibliothèques des instituts archéologiques des Univ[ersités] de Munich, Vienne, & c. ont fait de même. C’est donc que mon idée n’était pas mauvaise. Mais quelle brute, ce Pomtow, de me mettre en cause ! de chercher des dessins ténébreux ! Voilà bien l’Allemand, mauvais coucheur, chercheur de mauvaises querelles. Par ces petits incidents, nous pouvons […] deviner leurs procédés, quand il s’agit du Maroc, de l’Alsace ou d’autres questions graves14.

Nancy, lettre de Paul Perdrizet à René-Jean du 5 avril 1910. Paris, Bibliothèque de l’institut national d’histoire de l’art, Autographe 144, 3, 659

Prenant la défense de son ami, René-Jean, répond avec fermeté à Pomtow soulignant l’objectif scientifique et pédagogique que s’est donné la bibliothèque.

Monsieur

Je vous remercie de votre indication et j’écris aujourd’hui même au libraire pour lui demander ce qu’il peut posséder de vos tirages à part.

La lettre que votre fils nous écrit à votre place renferme des inexactitudes qui m’étonnent & contre lesquelles je dois protester. Je ne sais sur quoi il s’appuie pour affirmer que ma lettre n’avait pour but que de procurer à M. Perdrizet, par le détour de la bibliothèque Doucet, vos mémoires sur Delphes pour qu’il en fasse un « usage profitable ». M. Perdrizet – dont je m’honore d’être l’ami – n’a pas l’habitude d’employer des moyens détournés, et nous n’avons pas coutume de nous prêter à des manœuvres que nous dédaignons. J’ignore si M. Perdrizet possède ou ne possède pas vos travaux. Dans tous les cas, si nous les acquérons, ils seront à sa disposition comme à celle des autres savants qui viennent travailler ici.

La vérité, – et je pourrais m’abstenir de vous donner ces explications – c’est que M. Perdrizet est notre conseil en matière d’archéologie classique. Une œuvre aussi considérable que celle qu’a entreprise si généreusement M. Doucet, ne pouvait réellement se fonder d’une manière scientifique sans le concours de spécialistes et c’est ainsi que MM. les professeurs Ed [mond] Pottier, Chavannes, Foucher, G [abriel] Millet, Moret, É [mile] Bertaux, etc. nous aident de leurs conseils bénévoles et comptent parmi les personnes à qui nos collections ont déjà pu rendre service.15.

On retrouve ce contexte de tension dans certains échanges concernant les achats auprès des libraires allemands, à l’exemple d’Hiesermann. Ainsi Perdrizet n’approuve-t-il pas le prix demandé par ce dernier pour les volumes de l’ouvrage de Petrie Racial Types of Egypt, que le libraire ne lui a pas envoyé dans son intégralité :

Je viens d’étudier aussi les Racial types from Egypt, de ce faiseur de Petrie. Savez-vous ce que j’en pense ? Que vous devriez renvoyer l’ouvrage (si l’on peut l’appeler ainsi) à Hiersemann. 75 marks, vraiment, c’est trop, pour une collection qui en a coûté, neuve, 45, avec une notice explicative que vous n’avez pas. […] Voyez cela, je vous prie. Il serait fâcheux de faire l’acquisition d’ouvrages incomplets, & de laisser ces libraires allemands vous étriller de cette la façon »16.

Ces tensions ne doivent cependant pas masquer la réelle collaboration que la Bibliothèque d’art et d’archéologie a entretenu avec l’espace germanique. Celle-ci était d’ailleurs bien connue des savants allemands, qui se sont rendus nombreux rue Spontini pour leurs recherches, comme le révèle le fichier des lecteurs de la bibliothèque. Parmi eux nous mentionnerons les présences répétées de l’archéologue Georg Karo (1872-1963)17 et de historien de l’art, Julius Meier-Graefe (1867-1935)18, tout deux personnalités représentatives de leur époque et de leur domaine de recherche.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « La bibliothèque d’art et d’archéologie et l’Allemagne (part 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 04/10/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/2091.
  1. Ulrich von Willamowitz-Moellendorff (1848-1931) helléniste et philologue. Détenteur de la chaire de philologie à l’université de Greifswald en 1876, puis de Göttingen (1883) et de Berlin (1897). Il y créé un Institut d’études classiques regroupant philologie, histoire et archéologie fidèle aux préceptes de son maître Otto Jahn (1813-1869). Voir Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs du passé, Paris, Éditions CNRS, 1998 (réd. 2001), p. 1244-1245. Friedrich Hiller von Gaetringen (1864-1947) est un épigraphiste et historien de l’Antiquité. Il étudie à Tübingen puis à Berlin sous la direction de Theodor Mommsen (1817-1903). Il participe aux fouilles de Magnésie en Asie Mineure et reçoit en 1906 la chaire d’histoire antique de l’université de Halle. Voir « Hiller von Gaertringen, Friedrich Freiherr » in : Neue Deutsche Biographie 9 (1972), p. 155-156 ; URL: https://www.deutsche-biographie.de/pnd105268798.html#ndbcontent. []
  2. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, autographes 144-2-630 []
  3. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 647. []
  4. Nancy, Université de Lorraine, fonds Perdrizet, PP 58. []
  5. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 474. []
  6. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 4, 834. []
  7. Philologue et épigraphiste, Hans Pomtow fut chargé, en 1887, par l’académie de Berlin, de réaliser un corpus des inscriptions grecques à Delphes. Alors que la France entre en négociation avec les Grecs pour obtenir l’autorisation de fouiller le site, Pomtow publie un plan du site de Kastari et déclare qu’au vue des autres fouilles menées par la France, ils ne sont pas les plus aptes à fouillé Delphes Voir : Klaus Fittschen, « L’École française d’Athènes et l’Institut archéologique allemand », Bulletin de Correspondance Hellénique, 120-1, 1996, p. 492 []
  8. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 659. []
  9. Secrétaire de l’Institut archéologique allemand  d’Athènes à partir de 1887, Wolters sera par la suite professeur à l’université de Würzburg puis de Munich, ainsi que directeur de la Glythotek et du musée universitaire munichois. Voir : https://www.bbaw.de/die-akademie/akademie-historische-aspekte/mitglieder-historisch/historisches-mitglied-paul-wolters-3055 []
  10. « Est-ce que j’ai envoyé à la Bibliothèque un exemplaire des Mykenische Altertümer, de Wolters. » []
  11. « P. Wolters, Die Gipsabgüsse antiker Bildwerke in historischer Folge erklärt : Bausteine zur Geschichte der griechisch-römischen Plastik, Berlin, Spemann, 1885. » []
  12. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 671. []
  13. Perdrizet avait déjà rédigé en 1908 Monuments figurés : Petits bronzes, terres-cuites, antiquités diverses et devient en 1909 membre  de la commission de la publication des fouilles de Delphes qui doit hâter la rédaction des volumes après le retard pris par Théophile Homolle. []
  14. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144-3-659 []
  15. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1096. []
  16. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 637. []
  17. Le fichier des lecteurs de la bibliothèque nous apprend qu’au cours de l’année 1912 Georg Karo (1872-1963), professeur d’archéologie classique à l’université de Bonn entre 1902 et 1905, secrétaire du l’Institut archéologique allemand en 1905 puis professeur, en 1920, à l’université de Halle, s’est rendu à onze reprises à la bibliothèque []
  18. Après avoir brièvement suivi une formation d’histoire de l’art à Berlin, Meier-Graefe contribue à fonder la revue Pan mais en est écarté, en 1895, ce qui le pousse à émigrer à Paris. Entre 1899 et 1903, il y dirige alors avec Henry van der Velde une galerie d’Art Nouveau nommée “Maison Moderne”. Il commence à rédiger son ouvrage majeur Histoire de l’évolution de l’art moderne, publié en trois volumes en 1904. Il quitte a France au cours de la Grande Guerre et s’installe à Dresde dans les années 1920. Il y devient alors un chroniqueur régulier de la Frankfurter Zeitung et du Berliner Tageblatt, dans lesquels il publie des recensions d’ouvrages ou des critiques d’expositions []

La Bibliothèque d’art et d’archéologie et l’Allemagne (part 1)

Le 14 juin 1908, alors que René-Jean vient d’être embauché par Jacques Doucet pour développer la Bibliothèque d’art et d’archéologie1, Paul Perdrizet (1870-1938) lui propose des conseils pour les acquisitions relatives à l’art antique et l’histoire de l’archéologie2.

La première tâche qui incombe à Perdrizet est la constitution d’un catalogue « des livres les plus nécessaires concernant l’histoire de l’art et l’archéologie dans l’antiquité »3. Dans son courrier à René-Jean le 4 novembre 1908, Perdrizet se dit « enchanté d’être chargé de ce catalogue » et ce d’autant plus qu’il s’agit d’« une idée qui [lui] tient à cœur depuis longtemps et qu’[il n’a] pu, faute d’argent, réaliser qu’imparfaitement à [s]on Institut d’archéologie [de Nancy] 4 ». Si le professeur à l’université de Nancy met ses connaissances au service de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, il entend aussi que le catalogue qu’il veut élaborer puisse « servir ».

Chaque fois que l’occasion m’est offerte de faire prendre corps à un projet que j’avais caressé, j’ai sauté dessus, vous le savez bien. Seulement, qu’il soit bien entendu que si je fais ce travail, je le ferai sérieusement, & qu’il sera pris comme tel. Il me coûtera non seulement du temps, mais de la réflexion & de la peine. Je veux dire par là que si mon catalogue ne doit servir à rien, ou si l’on doit lui préférer les indications de tel ou tel solennel « recteur », j’aime mieux ne pas l’entreprendre3.

Dans ce même courrier, Perdrizet réitère les conseils donnés en juin 1908 à René-Jean sur les premières acquisitions à faire. Il suggère d’acheter « le Katalog der Bibliothek des Kaiserlich deutschen archaeologischen Instituts in Rom, publié en 1902 à Rome, chez Loescher, 2 vol. 8o, prix environ 12 f[ranc]s ((Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 592.)) », catalogue bibliographique jugé « capital » en matière d’archéologie antique. Établi par August Mau, secrétaire du Deutsches Archäologisches Institut, l’importance de cet ouvrage est le reflet de la renommée de l’Institut archéologique allemand et de celle de Mau lui-même. Le catalogue se présente comme une liste de livres et de brochures répartis en diverses sections selon les pays ou les provinces concernés. Dès 1900, Salomon Reinach (1858-1932), également conseiller de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, avait vanté les mérites de ce catalogue dans la Revue Archéologique, réaffirmant au passage l’avance prise par l’archéologie allemande :

Quand j’arrivai à Rome, au commencement de 1880, la bibliothèque de l’École française naissait à peine, alors que celle de l’Institut capitolin passait déjà pour une des plus riches du monde en ouvrages d’archéologie et de géographie ancienne. J’obtins immédiatement du vénérable Henzen la permission d’y travailler et j’y fis tellement de fiches que je négligeai les musées. […] Aujourd’hui grâce à M. Mau, on n’ira plus à Rome pour faire des fiches dans une bibliothèque : le catalogue méthodique, augmenté de l’énorme production de ces vingt dernières années, est mis entre toutes les mains. Ce premier volume, où, sous le nom de chaque pays, de chaque province, de chaque ville, on trouve l’indication des livres et des brochures qui les concernent, sera désormais, je l’espère, sur la table de tous les archéologues. De pareils catalogues ne sont pas seulement utiles en ce qu’ils épargnent aux travailleurs de fastidieuses recherches ; ils ont encore l’avantage de décourager le charlatanisme bibliographique en mettant à la portée de toute la science des dos de livres ((Reinach Salomon, Revue Archéologique, 1900, 3e série, tome XXXVII, p. 335.)).

Lorsque l’on connaît la volonté de Salomon Reinach, influencé par la science allemande, de sommer systématiquement les connaissances en histoire de l’art et en archéologie pour faciliter la recherche dans ces domaines5, on mesure mieux l’importance que l’ouvrage de Mau revêt au yeux du conservateur du musée des Antiquités nationales. Paul Perdrizet indique à René-Jean que le Katalog der Bibliothek des Kaiserlich deutschen archaeologischen Instituts doit constituer une base de travail. Le bibliothécaire doit y indiquer « d’une marque au crayon tous les ouvrages que la Bibl[iothèque] Doucet possède déjà ». Après quoi, il doit apporter ou envoyer son exemplaire annoté à Perdrizet qui lui dira « quels sont parmi les ouvrages mentionnés par Mau & que la bibl[iothèque] Doucet ne posséderait pas, ceux qui, […] [lui] sembleraient nécessaires6 ».

Si ce catalogue d’August Mau sert de référence pour les acquisitions de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, Perdrizet est aussi conscient que cet ouvrage a ses limites et qu’avec  l’affirmation de la science archéologique l’œuvre de Mau doit être « débarrassé[e] des vieilleries encombrantes, des livres de pure philologie ou histoire ancienne, des tirages à part qui font double emploi et des ouvrages loufoques (il y en a beaucoup en archéologie) dont une bibliothèque bien organisée doit priver ses lecteurs »3. C’est la raison pour laquelle Perdrizet mentionne de nombreuses autres suggestions d’achat. Sa connaissance de la langue allemande et son poste à l’université de Nancy lui permettent d’être particulièrement au fait des nouvelles publications germaniques.

 Outre les ouvrages relatifs à l’archéologie classique, il recommande à René-Jean des livres portant sur l’archéologie extra-européenne tels les Griechische Grabreliefs aus Sudrüsland  de von Kieseritzky et  Watzinger7, ou l’ouvrage de Theodor Schreiber et Friedrich Wilhelm von Bissing, Die Nekropole von Kôm-esch-Schukâfa : Ausgrabungen und. Forschungen portant sur l’expédition financée par Ernst Sieglin à Alexandrie de 1898 à 1902 ((Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 625.)). Au-delà de l’aspect scientifique, il s’agit pour Perdrizet de mettre à la disposition du public des ouvrages souvent fort coûteux. Tout comme Seymour de Ricci (1841-1942) – un historien de l’art très proche de Salomon Reinach, dont il fut le collaborateur pour certains de ses travaux8 – qui rend compte de ce dernier ouvrage dans la Revue Archéologique en 19099, Perdrizet dénonce « le prix abominable » de ce catalogue de sculptures hellénistiques et romaines d’Égypte dans une lettre adressée à René-Jean, avant d’en encourager néanmoins l’acquisition par la Bibliothèque10. Si Perdrizet pense aux lecteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, il sait aussi qu’il pourra disposer d’une référence importante pour ses propres recherches et dont le coût est trop élevé pour son propre Institut d’archéologie.

Les ouvrages ne sont pas les seules recommandations faites par Perdrizet. Les revues publiées par les grandes institutions sont aussi des outils majeurs de transferts de connaissances entre les différents savants européens. Parmi ces dernières, les prestigieuses revues des grandes institutions archéologiques allemandes sont particulièrement recommandées par l’universitaire nancéen.

Pour l’Allemagne :

 1) Jahrbuch des K [aiserlich] archäologischen Instituts (Berlin, Reimer)

 2) Bonner Jahrbücher (autrement dit Jahrbücher des Vereins von Altertumsfreunden im Rheinlande, paraît à Bonn depuis 1842, un vol. 4o chaque année : cf. Mau, t. I, p. 18, capital. Nous l’avons à la Bibl [iothèque] Univ [ersitaire] de Nancy)»

Quant à l’Archäologische Zeitung, elle a fini de paraître en 1886 [Note de René-Jean : complet] ; depuis, elle est remplacée par le Jahrbuch. Capital Achetez aussi le volume supplémentaire consacré aux tables. La collection de l’Arch. Zeitung est réellement indispensable.

Pour l’Autriche

 1) Archäeologische-Epigraphische Mittheilungen aus Österreich-Ungarn, à Vienne, chez Holder, continués depuis 1898 par

 2) Jahreshefte (même librairie)

(Il y a un volume de table pour les Arch. ep. Mitth.)

Pour la Suisse

Anzeiger für schweizerische Geschic [h] te und Altert [h] umskunde. À Zurich, publication importante, en plusieurs séries ne se reliant pas l’une à l’autre. Cf. Mau, t. I, p. 24. Adressez-vous de ma part au libraire Carl Beck, Leipzig, 18, Inselstrasse, dont les publications suisses sont la spécialité11.

Nancy, lettre de Paul Perdrizet à René-Jean du 2 mai 1910. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographe 144, 3, 669

Pour disposer de ces ouvrages et revues, Perdrizet conseille à René-Jean différentes librairies allemandes. Réparties dans l’ensemble des pays germaniques à l’image de Holder à Vienne, Reimer à Berlin ou encore Carl Beck à Leipzig, ces librairies disposent de nombreux catalogues que Perdrizet se propose de dépouiller régulièrement pour son ami. Il évoque ainsi celui de l’éditeur Joseph Baer, basé à Zurich et Francfort-sur-le-Main, spécialisé dans les études allemandes et les incunables12, que Paul Perdrizet recommande particulièrement à son ami René-Jean :

J’ai reçu hier une missive de J. Baer, qui m’en avait déjà envoyé une il y a une huitaine, pour m’annoncer l’envoi de ses catalogues. […] Cette maison, très ancienne & avantageusement connue, me semble digne de toute confiance. Le catalogue d’incunables […] est une publication bien intéressante, qu’il vous faudrait pour l’histoire de la gravure aux XVe & XVIe s. […] M. Doucet s’intéresse-t-il aux incunables de la gravure ? Vous pouvez lui signaler, comme une pièce de prix, dont tout musée serait fier, le n°1 « Impression argent sur mince étoffe verte ; essai. Travail italien de la fin du XVe, pièce unique de la plus grande beauté. Le sujet représente la Madone de Lorette ». C’est une pièce qui sera disputée. Mais comme pour toutes les œuvres vraiment importantes, on peut être sûr qu’elle est de celles dont la valeur marchande croît avec les années, selon une proportion mathématique. Nos collections de France ont très peu de gravures incunables. Il n’y a que q[uel]q[ues] centaines à la Nationale. Nous abandonnons à tort ces monuments vénérables aux Allemands. […] Le catalogue Baer contient plusieurs gravures dont j’ai parlé dans mon bouquin. C’est en effet le cat[alogue] des gravures de la collection de W. Schreiber, l’auteur du Manuel de la gravure au XVe & XVIsiècle, l’homme le plus compétent sur la matière13.

On retrouve dans le registre d’inventaire des entrées de la Bibliothèque d’art et d’archéologie bien d’autres acquisitions d’ouvrages allemands par l’intermédiaire de cette librairie14. La librairie fournit ainsi l’ouvrage de Wilhelm von Bode consacré à la collection d’Oscar Hainauer, Die Sammlung Oscar Hainauer (1897), qui rentre à la Bibliothèque Doucet le 1er décembre 191015.

Perdrizet mentionne, également, le libraire Gustav Fock de Leipzig, qui a constitué un vaste réseau à travers l’Europe et le monde.16. Il conseille à René-Jean de se fournir auprès de cette librairie, notamment pour des collections de brochures sur l’Antiquité classique telles le Klassische Kunst-Archaeologie. Cependant, Perdrizet, toujours attentif à la qualité des ouvrages et à leur pertinence, précise au bibliothécaire de Jacques Doucet :

Mais au préalable, priez Fock de m’envoyer la liste des titres des 250 dissertations qui forment ce stock. Il ne faut pas acheter chat en poche. Ces 250 dissertations sont peut-être des vieilleries ridicules, ou des tirages à part de revues que vous possédez17.

Les catalogues d’Harrassowitz 18 et d’Hiesermann19 sont aussi fréquemment évoqués dans les correspondances du nancéen, de même que ceux de Simmel (spécialisé en philologie et linguistique et de l’Orient) et Klincksieck, autres librairies allemandes de renom.


Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Registre d’inventaire n° 1, 18 juillet 1910.

Si Perdrizet recourt à de nombreuses librairies allemandes pour compléter les fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, il requiert aussi les services de libraires allemandes installées en France. C’est le cas du libraire Paul Geuthner, allemand naturalisé français, qui s’est installé à Paris ((Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 662.)). Cette maison d’édition fondée en 1901 sous le nom de « Librairie orientaliste Paul Geuthner » s’est spécialisée dans les publications sur l’Orient. Le catalogue présente des livres consacrés à un champ de disciplines très vaste et comprend des essais, mais aussi des manuels de langues (soureth, ougaritique, akkadien, sumérien, arabe, persan, égyptien hiéroglyphique, peul), des récits de voyages, des livres d’art ou encore des dictionnaires. Parmi les ouvrages fournis par cette librairie se trouve le Baukunst Konstantinopels de Cornelius Gurlitt rentré le 9 septembre 1910 dans la Bibliothèque Doucet20.

Pour acquérir les ouvrages ou publications de la science allemande, la Bibliothèque d’art et d’archéologie ne néglige pas l’achat de bibliothèques de savants allemands. Le plus célèbre exemple de cette politique concerne la tentative d’achat de la bibliothèque d’Adolf Michaelis, qui échoua en 1910 lorsque l’université de Strasbourg fit valoir son droit de préemption.  Après ce premier revers, la Bibliothèque d’art et d’archéologie se porta acquéreur de celle de l’archéologue allemand Reinhard Kekulé von Stradonitz (1839-1911)21. C’est sans doute par l’intermédiaire de Franz Winter (1861-1930), successeur d’Adolf Michaelis sur la chaire d’archéologie de l’université de Strasbourg que cet achat a pu aboutir. Collègue de Reinhard Kekulé von Stradonitz à l’université de Berlin, il a contribué au rapprochement entre la Bibliothèque d’art et d’archéologie et les héritiers du savant allemand. Toutefois, l’ensemble de la bibliothèque ne fut pas acquis, la Bibliothèque d’art et d’archéologie ne conserva que les ouvrages qui lui paraissaient nécessaires (les ouvrages consacrés à la philologie furent envoyés ou vendus à d’autres institutions), conformément aux nombreuses mises en garde de Perdrizet sur les dangers de cumuler des doublons.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie et l’Allemagne (part 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 04/10/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/2082.

  1. Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 13124, lettre de Doucet à René-Jean du 2 juin 1908. Voir : https://skylab.inha.fr/PENSE/LettresDeJacquesDoucetAReneJean1908-1929/Document/bnf_naf13124_02_01 []
  2. Sur Perdrizet, voir, en attendant la publication de sa correspondance avec René-Jean par Samuel Provost, l’important travail disponible en ligne réalisé sous sa direction : http://perdrizet.hiscant.univ-lorraine.fr/)).

    Les deux hommes ont appris à se connaître et à s’apprécier en 1905, lors du récolement des tableaux de la collection Campana dans les musées de province qu’ils mènent ensemble. En novembre 1908, Jacques Doucet accepte officiellement ce conseiller, que lui a recommandé René-Jean, comme l’indique la lettre que Perdrizet adresse à son ami lui demandant de remercier le couturier parisien :

    Voudriez-vous dire à M. Doucet que j’accepte avec plaisir la tâche que vous me proposez en son nom, l’assurer que je ferai mon possible pour la remplir bien, & le remercier de cette marque flatteuse de confiance qu’il me donne sans me connaître autrement que par vos renseignements. ((Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 600. []

  3. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 599. [] [] []
  4. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144-2-599. []
  5. Catalogue sommaire du musée des antiquités nationales au Château de Saint-Germain-en-Laye en 1889 ; Répertoire de la statuaire grecque et romaine, première édition en 1897 ; Répertoire des reliefs grecs et romains entre 1909-1912 ; Répertoire de l’art quaternaire, en 1913 ; Catalogue illustré du musée des antiquités nationale 1917-1921. []
  6. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 592. []
  7. « Je m’aperçois que je ne vous ai pas répondu encore au sujet de l’acquisition des Griechische Grabreliefs aus Sudrüssland (reliefs grecs funéraires de la Russie méridionale) par von Kieseritzky & Watzinger (Berlin 1909) » Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 623. []
  8. Nigel Ramsay, « RICCI, Seymour (de) », Dictionnaire Critique des Historiens d’art, Philippe Sénéchal et Claire Barbillon (dir.), 2008-2009 []
  9. Revue archéologique, 1909, 4e série, tome XIII, p. 430 []
  10. « Quelle bibliothèque achètera[it] un livre comme celui-là, si la rue Spontini le laisse aux libraires ? » Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 625. []
  11. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 669. []
  12. Parmi les livres recommandés par Perdrizet on trouve des ouvrages d’histoire de l’art et de l’archéologie mais aussi des livres ou des gravures anciennes, que la Bibliothèque d’art et d’archéologie se charge d’acquérir auprès de libraires-éditeurs []
  13. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 607. []
  14. Parmi les documents patrimoniaux (non cotés) de l’Institut national d’histoire de l’art se trouvent aujourd’hui les quatre registres d’inventaire de la Bibliothèque d’art et archéologie : le premier couvre la période du 1er juillet 1910 à octobre 1911, le second celle d’octobre 1911 à novembre 1912, le troisièmede novembre 1912 ànovembre 1913 et le quatrième de novembre 1913 à octobre 1920. []
  15. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, inventaire n°1. []
  16. Il s’agit de la librairie allemande la plus importante en nombre de livres et d’opérations, qui a tissé de nombreux liens avec les pays non européens []
  17. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 657. []
  18. La librairie fondée par Otto Harrassowitz (1845-1920) à Wiesbaden fait partie au début du XXe siècle des trois principales librairies allemandes qui exportent, avec la librairie Hiersemann et Fock. Il s’agit d’une librairie spécialisée dans la linguistique concernant l’Orient. []
  19. La librairie de Karl Wilhelm Hiesermann à Leipzig se consacre aux publications sur l’Orient, l’Amérique, l’histoire de l’art, la géographie et l’ethnographie. En tant qu’antiquaire, il vend aussi des estampes, des atlas, des éditions originales, des manuscrits et des incunables. []
  20. Après des études à Stuttgart et Vienne, l’historien de l’art et architecte, Cornelius Gurlitt a été assistant au Kunstgewerbemuseum de Dresde puis il obtient la chaire d’architecture à l’université technique de Dresde. Il publie chez Wasmuth à Berlin die Baukunst Konstantinopels, étude sur les monuments de Constantinople, se concentrant majoritairement sur les monuments religieux ottomans. Voir. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, registre d’entrées n° 1 et https://www.deutsche-biographie.de/sfz24738.html. []
  21. Reinhard Kekulé von Stradonitz étudie la philologie et l’archéologie aux universités d’Erlangen puis de Göttingen et de Berlin, où il obtient son doctorat en 1861. Après avoir obtenu son habilitation à l’université de Bonn (1868), il devient conservateur du musée des antiquités du Nassau, à Wiesbaden, en 1869. Il participe aux fouilles de Pergame, de Magnésie du Méandre, de Milet et de Didymes. Voir : https://www.deutsche-biographie.de/sfz40397.html []