Sur les traces de Kathleen Johnston (Partie 1)

En parcourant les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, il arrive de rencontrer le nom de « K. Johnston », à qui l’on doit, dans les années 1910, le classement et l’indexation de plusieurs ensembles de documents en lien avec l’archéologie1. Derrière cette initiale et ce nom de famille : une jeune chercheuse, Kathleen Johnston, restée largement inconnue.

Si les traces de son passage ne nous parviennent que par bribes, au gré d’une mention dans un fonds d’archives ou dans une lettre, retracer son parcours s’avère pourtant un passionnant exercice — notamment parce qu’il nous renseigne sur le travail de classification des documents conservés à la Bibliothèque fondée par Jacques Doucet.

Née le 6 août 1884 au château de Beaucaillou, situé dans la commune girondine de Saint-Julien2, Fanny Catherine est rapidement surnommée Kathleen par sa famille3 — peut-être en référence aux racines irlandaises des Johnston, installés depuis plus d’un siècle dans le Bordelais.

Si nous ne disposons que de peu d’informations sur son enfance, celle-ci fut vraisemblablement privilégiée. Sa mère, Marie Caradja4 (1854-1910), originaire de Constantinople, était membre d’une maison princière phanariote — et portait ainsi le titre de Princesse. Son père, Nathaniel Johnston (1836-1914), ancien élève de l’École Polytechnique (1855) et de l’École des Mines (1857), était un prospère négociant en vin, notamment propriétaire du château de Beaucaillou et du château Dauzac. Engagé en politique à partir des années 1860, il fut député de la Gironde sous le Second Empire, puis pendant la Troisième République5.

Portrait de Kathleen Johnston, 1903, collection particulière.
Photographie aimablement communiquée par Catherine Secretan.

Durant sa jeunesse, avant même de commencer ses travaux sur l’archéologie, Kathleen Johnston fait déjà preuve d’un grand intérêt pour la Méditerranée. Dans l’un de ses textes, intitulé « Notes de voyage6 », elle relate ainsi un voyage effectué en 1906 en Italie et en Grèce. Au cours de celui-ci elle découvre d’abord Milan — et s’émerveille de la restauration du château des Sforza permise grâce à des donations privées — puis Bologne et Florence — où elle évoque l’émotion ressentie en admirant les fresques de Fra Angelico du couvent San Marco. Passant par Rome, Naples, Pompéi, elle embarque enfin au port de Brindisi pour Corfou.

Une fois en Grèce, elle visite notamment Athènes et Olympie, et rapporte son saisissement face aux vestiges de temples grecs. Marquée par les figures divines de Perséphone et d’Athéna, elle leur rend hommage dans ses écrits :

Et je ne dis rien des dieux morts et de leur temple en ruines, ou plutôt des dieux éternellement vivants et de leurs glorieux sanctuaires rayonnants de soleil ! Je n’en dis rien, car qu’est-ce que des mots pourraient en dire ! Mais je vous revois et vous reverrai toujours, sites bénis, entre tous sur la terre […]. 
Et puis je vous salue, ô Koré, déesse archaïque, à l’impénétrable sourire, plein de calme hautain et de mépris pour cette humanité qui ose venir interrompre votre rêve divin et vous contempler à travers des vitrines ! Ce sourire, pourtant plein de secrète indulgence et de charmes cachés pour ceux qui portent votre image en leur cœur.
Je te salue, Athéna qui gémit là-haut emprisonnée par la main des hommes, Athéna qui songe appuyée sur ton sceptre de bois, et je vous baise, pieds d’une divinité brisée qui jadis fouliez les asphodèles de ce rocher.
Je vous revois tous d’ici dans la vive clarté du souvenir fidèles […] Je vous adore aux pieds de l’autel qui vous est consacré dans mon âme […].

Portait de Kathleen Johnston en costume grec, 1904, collection particulière.
Photographie aimablement communiquée par Catherine Secretan.

Quelques années plus tard, à partir de 1912, Kathleen Johnston commence des recherches sur l’iconographie des Dioscures — les jumeaux divins Castor et Pollux — sous la direction de Paul Perdrizet, professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Nancy7.

Elle étudie également à l’École du Louvre, sous la direction du conservateur et archéologue Edmond Pottier — activité qu’elle met en avant lorsqu’elle demande, en 1912, une autorisation d’accès à la Bibliothèque nationale8.

Quant à la Bibliothèque de la rue Spontini, à laquelle elle se rend près d’une centaine de fois entre 1912 et 19139, c’est l’archéologue et professeur allemand Georg Karo qui l’y introduit, en la présentant à René-Jean :

Passant quelques jours à Paris, je me suis permis d’aller vous répéter mes remerciements pour les aimables envois que vous nous avez faits, à Athènes, et présenter à votre aimable accueil Mlle Johnston, qui désire se servir de la bibliothèque pour ses travaux d’archéologie classique10.

Il est intéressant de noter que dans cette lettre, l’expression « travailler à [la bibliothèque] » a été barrée et remplacée par le verbe « se servir de [la bibliothèque] » — qui confirme l’image de la Bibliothèque comme un « outil11 » que chercheuses et chercheurs pouvaient utiliser. Peut-être pouvons-nous interpréter cette modification comme établissant une distinction entre l’activité d’étudier à la Bibliothèque d’art et d’archéologie et le fait d’y travailler.

Lettre de Georg Karo à René-Jean.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 143, 3, 343.

Cette séparation n’est toutefois pas adaptée au cas de Kathleen Johnston qui, tout en poursuivant ses propres recherches, se voit confier quelques missions ponctuelles à la Bibliothèque, classant, indexant et résumant des documents liés à l’archéologie.

L’exemple du classement des notes manuscrites d’Olivier Rayet sur les îles grecques de l’Archipel permet de mieux comprendre sa façon de travailler. Partant d’un ensemble de papiers offerts par Salomon Reinach, Kathleen Johnston distingue six catégories de notes. Elle classe ensuite ces dernières dans un album, précédé d’un index. Ainsi, en lieu et place de feuilles volantes, les lecteurs et lectrices de la Bibliothèque peuvent consulter ce qui ressemble à un ouvrage paginé.

Index de l’album comprenant les notes manuscrites d’Olivier Rayet sur les îles grecques de l’Archipel.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Ms 162, p. 2.

Au-delà de ses activités dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Kathleen Johnston met également à profit ses compétences linguistiques, en traduisant plusieurs essais de l’écrivain américain Ralph Waldo Emerson, publiés en France en 191212.

Son activité à la Bibliothèque prend fin en 1914, lorsqu’elle part pour Toul afin de s’engager en tant qu’infirmière au sein des dames de la Croix Rouge — départ annoncé à René-Jean par Edmond Pottier dans une lettre du 1er août 1914 :

Mlle Johnston m’écrit qu’elle s’apprête à partir pour Toul incessamment avec les dames de la Croix Rouge, et qu’elle remettra, avant de s’en aller, les petits cahiers de notes que je lui avais confiés, à votre Bibliothèque13.

Jusqu’à son départ, il apparaît ainsi que Kathleen Johnston a joué un rôle de liaison entre le conservateur du Louvre et la Bibliothèque.


Pour citer ce billet : Lucie Prohin, « Sur les traces de Kathleen Johnston (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 27/01/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/9.

  1. On peut notamment citer deux ensembles de documents liés à la figure de Claudius Tarral (1810-1886), médecin anglais et amateur d’art — correspondant aux cotes Archives 46 (fonds Claudius Tarral) et Ms 222 (documents de Claudius Tarral sur la Vénus de Milo — ainsi que deux autres ensembles liés à l’archéologue français Olivier Rayet (1847-1887) — Ms 162 (notes manuscrites sur les îles grecques de l’Archipel) et Ms 225 (correspondance adressée à Olivier Rayet pendant la campagne des fouilles de Milet, 1872-1873). []
  2. Archives départementales de la Gironde, 4 E 18231, acte n° 17. []
  3. Dans un mot datant de 1898, sa mère se réfère déjà à elle comme « Kathleen » — cette information nous a été communiquée par Catherine Secretan, petite-fille de Kathleen Johnston. []
  4. À ne pas confondre avec l’artiste suédoise Mary Karadja (1848-1943). []
  5. Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, volume III, Paris, Edgar Bourloton, 1889-1891, p. 417-418. []
  6. Ce texte nous a été aimablement communiqué par Catherine Secretan. []
  7. Archives de Paul Perdrizet, Université de Lorraine, lettre n° 301 du 6 décembre 1912, ARJ 144-3-817.
    Voir à ce sujet : Samuel Provost, « Les bibliothèques de Paul Perdrizet », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Paris-Nancy (1871-1939) : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018, p. 76-118. []
  8. Archives de la Bibliothèque nationale de France, lettre datée du 2 septembre 1912, 2009/042/226. []
  9. 90 entrées sont répertoriées entre 1912 et 1913, voir le fichier des lecteurs : Archives nationales, AJ/16/8416-8417. []
  10. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 143, 3, 343. []
  11. Des années plus tard, au cours d’une conférence du 10 mai 1929, André Joubin se réfère ainsi à la Bibliothèque comme à un « outillage scientifique si précieux » dont « M. J. Doucet entendait qu’il fût utilisé pour produire ».
    Voir : André Joubin, « La Vie de la Bibliothèque. La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris », Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, n° 1, 1929, p. 16. []
  12. Ralph Waldo Emerson, Les Forces éternelles, et autres essais [traduit de l’anglais par Mme K. Johnston, préface de M. Bliss Perry], Paris, Mercure de France, 1912. []
  13. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1058. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.