Les dons de Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie

Le 14 juin 1908, dans un courrier adressé à René-Jean1, Paul Perdrizet félicite son ami de ses nouvelles fonctions de bibliothécaire ; il lui propose de mettre à sa disposition les catalogues réunis à l’Institut d’archéologie de Nancy pour la constitution de la Bibliothèque d’art et d’archéologie voulue par Jacques Doucet. Invitant René-Jean à venir « consulter sur place » les nombreux catalogues dont il dispose déjà, Paul Perdrizet lui signale aussi plusieurs autres ouvrages, « dans la mesure de [ses] modestes moyens », pour mener à bien son projet. Ce courrier initial témoigne de l’étendue et de la variété des connaissances de Paul Perdrizet en matière « d’archéologie », « d’art antique » et d’art religieux ; il révèle également le cosmopolitisme de ses sources et de celles auxquelles la Bibliothèque d’art et d’archéologie entend se référer à l’avenir2.

Parmi un ensemble d’ouvrages et de revues, Paul Perdrizet signale à son correspondant deux livres selon lui essentiels à la constitution d’une bibliothèque d’importance. « Pour l’archéologie et l’art antique », René-Jean doit « se procurer » « l’ouvrage capital en cette matière » qu’est [Le] Katalog der Bibliothek des Kaiserlich deutschen archaeologischen Instituts in Rom d’August Mau3 ; « pour l’histoire de l’art à l’époque ultérieure », Perdrizet lui recommande de se référer à l’Apollo de Salomon Reinach (1858-1932)4, dont « [la] bibliographie [est] si abondante1 ». Si l’avancée de l’archéologie allemande et le poids de l’Altertumswissenschaft expliquent la mention du premier ouvrage, l’immense culture du conservateur du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, qui fut aussi professeur d’histoire de l’art à l’École du Louvre, justifie sans doute à ses yeux celle du deuxième.

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, Nancy, 14 juin 1908.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 592.

Le rôle de Salomon Reinach dans la constitution de la Bibliothèque d’art et d’archéologie ne s’arrête toutefois pas à celui de référence : il fut également un conseiller régulier de Doucet et de ses employés, ce que confirme sa correspondance avec René-Jean5. Si cet aspect a déjà été signalé par plusieurs chercheurs6, peu d’auteurs ont relevé qu’il s’est aussi avéré un généreux donateur de l’institution. Ses ouvrages et tirés-à-part sont venus enrichir l’œuvre de Jacques Doucet. C’est à une analyse de ces dons réguliers que nous vous invitons dans ce billet. Elle permettra de montrer que Salomon Reinach partageait les principes défendus par Paul Perdrizet dans son courrier du 14 juin 1908.

Pour cette recherche, les quatre registres d’entrées de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, courant de juillet 1910 à octobre 1920, ont été notre premier outil.

Extrait du registre d’entrées numéro 3 de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

Parmi les 19 000 entrées recensées7, nous avons compté trente et un ouvrages ou tirés-à part donnés par Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Dix-sept de ces dons correspondent à des textes en français, huit à des textes en langue allemande, trois en anglais, deux en italien ; s’y ajoute un lot de brochures en russe. Les ouvrages traitent aussi bien d’histoire de l’art que d’archéologie et recouvrent des périodes historiques et des espaces géographiques très divers.

Huit d’entre eux ont retenus notre attention car ils illustrent non seulement la richesse de la carrière de Salomon Reinach, mais aussi celle du projet de Jacques Doucet. Si les tirés-à-part étaient peut-être des doubles dont le savant désengorgeait ainsi sa bibliothèque privée, d’autres ouvrages donnés par Reinach constituent des « cadeaux » de grande valeur au mécène qui souhaitait « faciliter les études d’art en France ».

Le Recueil des Vases Grecs8 du numismate savoyard Joseph Tôchon d’Annecy (1772-1820) constitue notre première référence. La correspondance de Salomon Reinach avec Jacques Doucet conservée à la Bibliothèque Méjanes permet de revenir sur les conditions de cette donation particulièrement prestigieuse. En effet, dans le courrier du 18 juin 1912, Jacques Doucet remercie chaleureusement Salomon Reinach du don qu’il vient de faire à la Bibliothèque. Il souligne également la fréquence de ses libéralités :

Je viens de voir le bel album de Tôchon d’Annecy dont avez bien voulu enrichir les collections de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie. Je suis confus que vous vous priviez ainsi d’un livre d’une aussi grande rareté en même temps que très flatté des constantes marques de bienveillance que vous apportez à l’œuvre que j’ai entreprise9.

La consultation des quatre registres d’entrées de la Bibliothèque d’art et d’archéologie nous a permis de constater que l’ouvrage a été intégré à la même date dans les collections de la bibliothèque sous le numéro d’inventaire 1214. Le terme de « grande rareté » employé par Jacques Doucet est confirmé par le catalogue Worldcat qui ne mentionne qu’un exemplaire de « ce bel album » détenu par la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art mais aussi par une note que l’on peut retrouver dans la préface de l’ouvrage de Salomon Reinach, Peintures de vases antiques recueillies par Millin (1808) et Milligen (1813)10. Il y signale que « Tôchon d’Annecy avait projeté de publier sa collection de vases ; les planches qu’il fit graver à cet effet existent à la chalcographie du Louvre et sont mentionnés dans le catalogue de ce dépôt mais d’une manière si sommaire que ces indications ne peuvent être d’aucun usage11 ».  L’ouvrage de Tôchon d’Annecy « offert par Salomon Reinach12 », peut donc être considéré comme un exemplaire unique et préalable à une édition, ce qui confère une importance encore plus importante à ce don.

Extraits de Joseph-François Tôchon d’Annecy, Recueil des vases grecs, s.l. n.d.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Pl. Est. 42.

Pour Reinach, à l’origine du Répertoire des vases grecs et étrusques (1899)13, l’ouvrage de Joseph François Tôchon d’Annecy présentait un intérêt certain qu’il a probablement voulu, en conformité avec son œuvre, mettre à la disposition d’un plus grand nombre. En 1900, l’auteur du compte-rendu du Répertoire dans la Revue des Études Grecques – qui n’était autre que Théodore Reinach, frère de Salomon – n’écrivait-il pas : « M. R. poursuit ainsi vaillamment la double campagne qui forme l’unité de sa carrière d’archéologue : combattre le charlatanisme en supprimant les citations “rares” ; combattre l’ésotérisme en vulgarisant les publications coûteuses14 » ? Cette donation enrichissait la bibliothèque d’un bel ouvrage et le mettait à la disposition d’une audience d’amateurs, d’érudits et d’historiens susceptible d’en apprécier la valeur. Pour mieux comprendre l’importance de l’ouvrage de Joseph François Tôchon d’Annecy, il faut revenir sur la personnalité de celui-ci et la constitution de l’ouvrage.

L’Antiquaire Joseph François Tôchon, dit d’Annecy, fit des études de droit aux universités d’Annecy et de Turin. La Révolution le força à émigrer et il s’engagea dans l’armée des Alpes. C’est alors qu’il commença à se tourner vers la littérature. Ce n’est qu’après un voyage en Italie, en 1798, au cours duquel il étudia les collections d’antiquités classiques et de numismatique de ce pays, qu’il se passionna pour l’Antiquité et la numismatique, ce qui le conduisit à entamer sa propre collection15. Les vases italo-grecs de cette dernière contribuèrent à enrichir le département des antiquités grecques du Louvre, après sa vente à l’État en 181816.

Le Recueil de vases grecs donné par Salomon Reinach à la Bibliothèque Doucet est constitué de 180 planches de dessins de grand format (61 centimètres de hauteur), exécutées en couleur ou en noir et en blanc. Celles-ci ne sont accompagnées d’aucun texte explicatif ou légende, mais correspondent aux vases de la collection Tôchon (574 vases) conservée au département des antiquités grecques du Louvre. En comparant les dessins de l’ouvrage avec les pièces de cette dernière conservées au Louvre, nous avons ainsi pu identifier, entre autres, un lécythe noir à figures rouges provenant d’Italie méridionale, daté du quart du IVe av. J-C, et un cratère à figures rouges, daté du troisième quart du IVe siècle que l’on attribue au peintre des Enfers en Apulie. L’auteur de l’ouvrage a choisi de présenter les vases tels que l’on peut les voir lors de leur exposition, mais aussi de dessiner à côté de ceux-ci l’ensemble de la scène qui les décore. Certaines peintures en couleur placées au début de l’ouvrage sont reproduites au simple crayon noir à la fin de celui-ci, accompagnées des détails de quelques décors choisis. Enfin, il convient de constater qu’aucun vase noir lustré de la collection n’est reproduit dans l’ouvrage, alors que ceux-ci figurent en grand nombre dans la collection présente au Louvre.

À côté de son intérêt pour l’archéologie classique, Salomon Reinach a été un grand promoteur des archéologies nationales et de l’archéologie orientale. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le don, le 8 novembre 1910, de l’étude sur Les Fouilles de la Croix Saint Charles au Mont Auxois de l’archéologue Émile Espérandieu (1857-1939), ou de celle concernant Les fibules de l’âge de fer de David Viollier, conservateur du Musée national de Zurich (1908). L’exemplaire conserve là encore la trace du don fait par Salomon Reinach. On y trouve la mention « offert par Salomon Reinach », écrite de la main d’un membre du personnel de la bibliothèque, et une dédicace de l’auteur au conservateur de Saint-Germain-en-Laye.

David Viollier, Les fibules de l’âge de fer, Paris, Alphonse Picard, 1908.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 VA 917.

Le 5 février 1919, l’inventaire mentionne l’entrée du Catalogue du musée des antiquités nationales au château de Saint-Germain, œuvre du conservateur, sous le numéro 1179317. Elle s’accompagne de cinq livraisons de la Revue archéologique de 1916, et de deux livraisons de cette même revue, datées de 1917 et 191818. Directeur de la publication depuis 1903, Salomon Reinach y défend régulièrement les découvertes nationales mais entend aussi faire connaître les découvertes archéologiques orientales qui le passionnent, comme le montre la place qu’y tiennent ses « Chroniques d’Orient ». Là encore, il s’agit de mettre à la disposition du plus grand nombre les découvertes d’une science naissante. Dès le 7 mars 1911, Reinach avait d’ailleurs offert à la Bibliothèque de Jacques Doucet le Catalogue du musée impérial ottoman, réalisé à la demande de l’archéologue Osman Hamdy Bey, qui en était alors le directeur19.  Édité en 1882, ce catalogue rappelle que le savant avait, lors de son séjour à l’École d’Athènes, consacré plusieurs mois à ces fouilles en Orient, comme le mentionne Hervé Duchêne dans son article « Salomon Reinach et les archipels égéens » :

Cette mission, répétant d’autres tournées en mer Egée, décrit une demi-boucle : elle conduit de Salonique au Pirée en passant par la côte thrace et toute une série d’étapes insulaires : Imbros, Lemnos, Lesbos, Patmos, Astypalaia, Nios, Amorgos, Milo20.

C’est également lui qui aurait dû effectuer les fouilles de la nécropole royale de Sidon. Submergé par le travail, il délégua finalement celles-ci à son jeune frère Théodore qui en rendit compte dans une publication réalisée avec Osman Hamdy Bey, au début des années 188021.

L’intérêt que portait Salomon Reinach à l’Orient doit beaucoup aux savant allemands et notamment à l’œuvre d’Alexander Conze (1831-1914). L’Altertumswissenschaft reste prégnante dans l’œuvre du conservateur et explique sans doute l’importance des ouvrages en langue allemande offerts à la Bibliothèque. Ainsi le registre d’entrées signale plusieurs tirés-à-part dont « Eine Neue Ergänzung der Myronischen Athena » de Heinrich von Bulle, daté de 191222 ou encore le « Héphaïstos » de Ludolf Malten (1912) et le « Wiederholungen einer Satyrspelvase in Athen und Bonn » de Margarete Bieber en 1911.

Pour la plupart issues du Jahrbuch des Deutsches Archaölogisches Instituts, journal du Deutsches Archäologisches Institut depuis 1885, ces recherches montrent l’importance de cette institution tout en reflétant un des aspects majeurs du réseau scientifique de Salomon Reinach. Le nom de Margarete Bieber (1879-1978) est ainsi révélateur des liens que le savant entretient avec les archéologues germaniques.  

Archéologue spécialiste du théâtre et du costume antique, Margarete Bieber entra en contact avec le conservateur du musée de Saint-Germain-en-Laye à l’occasion de ses recherches sur les portraits d’empereurs romains pour un article qu’elle souhaitait publier dans la revue Römische Mitteilungen. La correspondance de Salomon Reinach conservée au Musée des Antiquités Nationales permet de retracer les demandes de sa collègue. Cet échange épistolaire est particulièrement intéressant car, au-delà de son contenu, il est le reflet de la structure professionnelle de l’archéologie. Rare figure visible dans cette profession23, Margarete Bieber est la première femme à obtenir des diplômes universitaires à Berlin et à suivre les cours de Georg Loeschcke à Bonn, avant d’entrer au Deutsches Archäologisches Institut et d’obtenir une bourse pour un séjour à Rome en 191324.

Dans son courrier du 17 décembre 1910, elle fait directement allusion à l’article relatif à l’Arc de Constantin que Salomon Reinach vient de faire paraître dans la Revue archéologique de 1910 :

Je me réjouis tout particulièrement d’avoir reçu cette série d’illustrations de la tête du médaillon avec votre texte25.

Salomon Reinach, “Les Médaillons de l’arc de Constantin”, Revue Archéologique XV, Janvier-Juin 1910, p. 119.

Arrivés en 1875 dans les collections du musée archéologique de Saint-Germain-en-Laye, les médaillons de l’arc de Constantin à Rome se présentent sous forme de moulages effectués par la maison Oudry26, à la demande de Pie IX pour l’empereur français Napoléon III27.

Pour son article sur l’arc de Constantin, Margarete Bieber souhaite obtenir du musée de Saint-Germain-en-Laye des photographies des moulages conservés par le musée, car elles sont plus précises que les dessins réalisés par Salomon Reinach pour illustrer son article28 :

Je vous prie […] de m’envoyer les photographies originelles des trois têtes d’empereur examinées (et pas les reproductions), bien que vos exquises reproductions soient les plus nettes. Je me permets de nouveau de demander un exemplaire des plaques photographiques d’après lesquelles vous avez présenté vos illustrations : planche V du numéro 5, planche XI du numéro 15, et planche XVI du numéro 32, mais en 5 photographies en tout. Je vous prie encore une fois de me permettre d’insérer une ou deux de ces têtes dans le texte du Römischen Mitteilungen29.

Lettre de Margarete Bieber à Salomon Reinach du 17 décembre 1910.
Musée d’Archéologie nationale, Centre des archives, fonds de correspondance ancienne, dossier Margarete Bieber.

Pour Salomon Reinach il s’agit bien sûr d’une aubaine qui lui permet de mettre en lumière son musée et la Revue archéologique. Le don à la bibliothèque d’un tiré-à- part de Margarete Bieber est une façon de rendre hommage au travail de cette archéologue allemande, avec laquelle il a correspondu régulièrement, et de faire connaître ses recherches30.

Enfin, comment ne pas souligner l’un des dons de Salomon Reinach les plus révélateurs de son œuvre et de son désir d’ouvrir l’archéologie à d’autres sciences ? Le 15 janvier 1913, il offre à la Bibliothèque de Jacques Doucet sa somme Cultes, mythes et religion, parue en cinq tomes entre 1905 et 1923, dans laquelle il a fait appel à l’anthropologie britannique et sa méthode comparatiste31 pour rendre compte des mythes et leur fonction dans la société occidentale contemporaine. Selon Hervé Duchêne, l’ensemble de cette publication introduit ainsi l’histoire des religions en France et « [engage] à une réflexion sur la place du mythe dans l’Antiquité32 ».

À quelques jours de l’entrée en guerre, le 11 juillet 1914, alors qu’il collabore et échange régulièrement avec René-Jean, Salomon Reinach offre finalement à la bibliothèque sa propre bibliographie. Nul doute que René-Jean aurait pu y appliquer les conseils prodigués par Paul Perdrizet à propos de l’ouvrage d’August Mau :

Notez-y d’une marque au crayon tous les ouvrages que la Bibl [iothèque] Doucet possède déjà. Après quoi, apportez vous-même, ou envoyez-moi votre exemplaire ainsi annoté. Je vous dirai quels sont parmi les ouvrages mentionnés […] que la bibl [iothèque] Doucet ne posséderait pas, ceux qui, à mon avis, me sembleraient nécessaires1.

En plus de ses conseils avisés, Salomon Reinach a, comme l’indique René-Jean dans une lettre, régulièrement « amputé [sa] bibliothèque au profit de [la Bibliothèque d’art et d’archéologie]33 » ; celle-ci lui doit des ouvrages importants, témoignages de l’économie particulière d’une bibliothèque pensée d’abord pour ses usagers. L’analyse de ces dons, que nous avons tenté de mener, n’est pas seulement révélatrice de la richesse de cette bibliothèque ; elle renvoie aussi de manière originale l’image d’un savant qui a consacré sa vie à la diffusion de l’histoire de l’art et de la science archéologique sous toutes ces formes, rejoignant ainsi les ambitions de Jacques Doucet.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Les dons de Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 24/04/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/899.

  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 592. [] [] []
  2. Il conseille aussi des livres en anglais et italien. []
  3. August Mau, Katalog des Kaiserlich Deutschen archäologischen Instituts in Rom, Rome, von Loescher, 1902. []
  4. Salomon Reinach, Apollo : histoire générale des arts plastiques professée en 1902-1903 à l’École du Louvre, Paris, Hachette, 1904. La bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence conserve la trace d’un don de cet ouvrage par son auteur à Jacques Doucet. Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 51, feuillet 2, lettre de Jacques Doucet à Salomon Reinach, s. l., s. d. []
  5. La Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art conserve trente-deux lettres relatives à ces échanges entre les deux hommes. []
  6. Voir notamment Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, mémoire de l’ENSIBB, 2007 et Sylvie Maignan, Un critique d’art parisien : René-Jean, 1879-1951, Mémoire de l’École du Louvre, 1979, p. 96. []
  7. La numérotation de ces registres ne débute qu’au 15 mars 1912 et les 6100 ouvrages entrés avant cette date ne disposent pas de numéros d’inventaire. []
  8. Aucune date de publication n’est indiquée sur ce volume. []
  9. Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 51, feuillet 5, lettre de Jacques Doucet à Salomon Reinach, Paris, 18 juin 1912. []
  10. Salomon Reinach, Peintures de vases antiques recueillies par Millin (1808) et Milligen (1813) publiées et commentées par Salomon Reinach, Paris, Imprimerie de l’Institut, 1891. []
  11. Salomon Reinach, Peintures de vases antiques recueillies par Millin (1808) et Milligen (1813) publiées et commentées par Salomon Reinach, Paris, Imprimerie de l’Institut, 1891, p 7. []
  12. Ainsi qu’il est écrit sur la première page de l’ouvrage conservé à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Pl Est 42. []
  13. Salomon Reinach, Répertoire des vases peints grecs et étrusques, Paris, Leroux, 1899-1900. []
  14. Théodore Reinach, « Reinach (Salomon), Répertoires des vases peints grecs et étrusques », Revue des Études Grecques, vol. 13, n° 52, 1900, p. 219-220. []
  15. Jean Saint-Martin, « Introduction » dans : Joseph François Tôchon, Recherches historiques et géographiques sur les médailles des nomes d’Egypte, Paris, Imprimerie royale, 1822. []
  16. Site du Louvre, « base des collections » :  https://collections.louvre.fr/en/recherche?limit=100&owner%5B0%5D=2904 []
  17. Salomon Reinach, Catalogue illustré du musée des antiquités nationales au château de Saint-Germain, Paris, Éditeur des musées nationaux, 1917. []
  18. Cette livraison correspond peut-être à la volonté de Salomon Reinach de compenser les entrées plus rares de la revue pendant la guerre. []
  19. Salomon Reinach, Catalogue du musée impérial d’Antiquités, Constantinople, Imprimerie Levant Times, 1882. []
  20. Hervé Duchêne, « Salomon Reinach et les archipels égéens. À propos d’un voyage sur le Latouche-Tréville », Revue des Études Anciennes, tome 103, 2001, p. 61-81. []
  21. Osman Hamdy Bey et Théodore Reinach, Une nécropole royale à Sidon, Paris, Leroux, 1892-1896. []
  22. Élève de Heinrich von Brunn, Heinrich von Bulle soutient en 1893 une thèse sous sa direction, portant sur l’image de la Grèce dans le style Goethéen avant de devenir l’assistant d’Adolf Furtwängler. Après avoir passé son habilitation en 1898, sous la direction d’Adolf Furtwängler, il devient assistant à l’université de Würzburg avant d’obtenir une chaire à l’université d’Erlangen, en 1902. Il revient à Würzburg, où il devient professeur titulaire, en 1908, et il dirige alors le musée universitaire Wagner. Il fut également membre de l’Académie des sciences de Bavière. Voir : Deutsche Biographie : https://www.deutsche-biographie.de/sfz7380.html. []
  23. Margarete Bieber est la seule femme parmi les cinquante-cinq archéologues allemands de la fin XIXe-début XXe siècle cités par Eve Gran-Aymerich dans son ouvrage de référence Les chercheurs du passé 1798-1945 : aux sources de l’archéologie, Paris, CNRS éditions, 2001. Par ailleurs, au cours de mes recherches de Master, je n’ai identifié que trois femmes archéologues en contact avec Salomon Reinach : Margarete Bieber, Elvira Fölzer et Amelia Hertz. Voir Alix Peyrard, Salomon Reinach et l’espace germanique, mémoire de Master sous la direction de M. Alain Duplouy et Mme Delphine Burlot, soutenu à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2020. []
  24. Elle fut la deuxième femme à détenir une chaire, obtenue à l’Université de Gieβen en 1919. Voir :  Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs du passé 1798-1845 : aux sources de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 605. []
  25. Archives du Musée des Antiquités Nationales, Fonds de correspondance ancienne, Lettre Autographe Signée de Margarete Bieber à Salomon Reinach, Rome, le 17 décembre 1910, boîte B. []
  26. Le dossier d’œuvre des moulages de l’arc de Constantin mentionne simplement le nom « d’Oudry » et la Revue archéologique de 1910 attribue les moulages à la maison Oudry. Il s’agit d’une usine électrométallurgique, spécialisée dans les travaux d’art en galvanoplastie, qui a reçu une médaille d’or pour ses travaux à l’Exposition universelle de 1867. Archives du Musée d’Archéologie Nationale, fonds de correspondance ancienne, bordure de la lettre de P. L. Oudry et Henri Barrault à Alexandre Bertrand, Paris, le 26 mars 1868, boîte O. []
  27. Dossier d’œuvre, moulages des reliefs de l’arc de Constantin INV. 22289*. []
  28. Voir : Alix Peyrard, Salomon Reinach et l’espace germanique, mémoire de Master sous la direction de M. Alain Duplouy et Mme Delphine Burlot, soutenu à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, 2020, p. 54. []
  29. Archives du Musée des Antiquités Nationales, Fonds de correspondance ancienne, L.A.S de Margarete Bieber à Salomon Reinach, Rome, le 17 décembre 1910, boîte B. []
  30. Malgré la mention du don dans l’inventaire, on ne trouve malheureusement pas trace de ce document dans le catalogue de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. []
  31. Cette méthode fut celles des anthropologues Robertson Smith, à qui il dédie la somme, et George Frazer, dont on pense qu’il eut une grande influence sur Salomon Reinach. []
  32. Hervé Duchêne, « Préface » dans : Salomon Reinach, Cultes, Mythes et Religion, Robert Laffont, Paris, 2009, p. VII. []
  33. Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 88, feuillet 7, lettre de René-Jean à Salomon Reinach, Paris, 7 octobre. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.