Albert Vuaflart (1871-1927), “sire de Vicaflort” et premier directeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 2)

La rencontre de Vuaflart avec Doucet s’effectua probablement dans le cadre de ses recherches sur le XVIIIe siècle – à moins qu’elle n’ait eu lieu dans celui de la Banque de France.

Dînant régulièrement chez le couturier, il déménagea entre 1909 et 1910 au numéro 16 de la rue Spontini tout en conservant son poste à la Banque de France, comme en témoigne un courrier non signé, daté d’octobre 1917 et glissé dans son dossier de carrière1. Il habita ainsi à proximité d’Henri Bourin et devint le voisin du marchand d’art René Gimpel, qui écrit dans son journal en novembre 1919 à son sujet :

C’est le bibliothécaire de Doucet, l’homme qui a organisé, construit, édifié cette merveilleuse bibliothèque d’art et d’archéologie. De plus, c’est lui l’instigateur, l’inspirateur de tous les travaux si intéressant s qui y furent exécutés pendant quinze ans ; il fut le fondateur de la Société des dessins de maîtres, de l’Iconographie parisienne, de la Société de reproduction de manuscrits, de celle de la Gravure française. Les idées, les bonnes idées germent chez lui à foison et il les communique généreusement à tous2.

L’influence d’Albert Vuaflart sur la constitution de la Bibliothèque d’art et d’archéologie peut probablement être suivie à travers différents achats concernant l’Ancien Régime, qui reflètent ses recherches tout autant que les intérêts de Doucet ; probablement joua-t-il par exemple un rôle important dans les acquisitions d’estampes permettant d’étudier le développement des procédés d’impression en couleurs à cette époque. Il semble cependant que Vuaflart ait eut une idée très large de son rôle et n’ait pas souhaité se contenter de celui d’un spécialiste en documentation sur les divers aspects du XVIIIe siècle ; il étendit ses conseils bien au-delà, notamment dans le domaine de l’art contemporain, où il favorisa certaines acquisitions. Le montre l’exemple de Pierre Gatier, dont il découvrit le travail en accompagnant Doucet en 1910 à l’exposition du salon de la Gravure originale en couleurs à la Galerie Georges Petit. Lors des contacts qu’il fut chargé d’établir avec l’artiste, il s’adressa à ce dernier en son nom et en celui de Doucet, n’hésitant ainsi pas à se mettre à pied d’égalité avec son patron3. Il joua aussi probablement un rôle important dans le recrutement d’une partie du personnel, qu’il n’hésitait pas à faire travailler à ses propres projets et grâce auquel il put parvenir à la constitution des index et dépouillements disponibles dans la salle de lecture de la Bibliothèque.

Pierre Gatier, Rue de la Paix, 1910.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM GATIER 42 g.

Ses ambitions et ses vues personnelles coïncident également avec plusieurs entreprises qui marquèrent les débuts de la Bibliothèque, dans le lancement desquelles on peut ainsi penser qu’il joua un véritable rôle de conception. Son désir de développer une « iconographie historique », exposé dans son ouvrage sur les portraits de Marie-Antoinette, se retrouve ainsi dans la Société d’iconographie parisienne lancée en mars 1908 – soit un an avant l’ouverture au public de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Accueillie à l’Union Centrale des Arts Décoratifs grâce à l’entremise de Doucet avant que son siège ne soit transféré au 16 rue Spontini, cette société présidée par Carl de Vinck – dont Vuaflart était secrétaire-adjoint – avait pour ambition de « contribuer à l’établissement d’une méthode critique permettant de déterminer dans quelle mesure » les représentations figurées de Paris et de ses habitant « correspondent à la réalité des choses » ; elle revendiquait l’héritage d’Alfred Bonnardot, présenté comme « le premier iconographe parisien4 ».

Société d’Iconographie parisienne, troisième année, 1910 [1911].
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 PER RES 56.

Il fut également l’animateur de la Société d’étude de la gravure française et le promoteur de nombreux projets, parfois subventionnés par Doucet, visant à cartographier archives, œuvres et documents autour de sujets souvent peu explorés. Il encouragea personnellement de nombreuses publications, comme les Documents sur les Juifs à Paris au XVIIIe siècle de Paul Hildenfinger ou le Catalogue de l’œuvre gravé de Claude Gillot engagé par Bernard Populus5. De son goût pour l’exploration de domaines mineurs témoigne une anecdote de René Gimpel, narrée dans son journal :

Je dis à Vuaflart : « Je veux faire un livre sur les petits peintres français. » Il me répond : « Commencez par les gouacheurs, c’est une vieille idée de Doucet, elle est superbe. Il n’existe rien sur eux. » J’y ai travaillé pendant un an, accumulant un nombre énorme de fiches, mais j’ai trouvé cet art si pauvre, si image, si enfantin, si lamentable, que je l’ai abandonné, dégoûté6.

Réformé pour raison de santé, contrairement à René-Jean et à nombre d’employés et lecteurs de la Bibliothèque qui rejoignirent le front, il demeura rue Spontini pendant la guerre, s’occupant d’honorer les factures et espérant que la fermeture des salles de lecture et la « lassitude du fondateur » ne dureraient pas7. Il se consacra à partir de ce moment à différents travaux d’édition et de typographie, collaborant avec André Suarès à la publication du poème Amour et avec Antoine Poidebard à celle du Carnet de route d’un aumônier de cavalerie8.


André Suarès, Amour : poème de Félix Bangor traduit sur le texte gallois de Llandaff House et publié par William Makepeace Bruce D. D. M. A Ph. D. Traduit de l’anglais par Ponce Baudel lecteur de français à l’université de Swansea, Paris, Émile-Paul, 1917, [n. p.].
Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES M-YE-539.

Ces premiers essais le conduisirent à se lancer dans le dessin et la fonte de caractères typographiques, utilisés pour un recueil de textes autour de La Bièvre – dans le même temps qu’il poursuivait des recherches visant à démontrer l’antériorité de la France vis-à-vis de l’Allemagne en termes d’impression9. La façon dont il sut rester indispensable à Doucet – auquel il ne cessa de témoigner, selon Carl de Vinck, « autant d’admiration que d’attachement10 » – contraste dès lors cruellement avec les dérives dans lesquelles s’enlisèrent ses propres travaux. Au fiasco de son ouvrage sur les portraits de Marie-Antoinette, dont les derniers volumes ne furent jamais publiés, s’ajoutèrent de multiples échecs et défections dans son entourage. Seul un petit cercle de proches sceptiques, lecteurs de Gravuriana, eut ainsi le bénéfice des résultats de ses recherches sur les origines de l’impression, appliquées à la gravure, qui faisaient remonter son invention au XIIe siècle et la situait en Bourgogne11. Parmi ces proches figuraient Henri Bourin, son exécuteur testamentaire, Pierre Gatier, qui avait réalisé son portrait en 1919, et Carl de Vinck, qui lui rendit hommage en rappelant que « Vuaflart assista, à côté de M. Jacques Doucet, dont il fut l’auxiliaire dévoué, aux tous premiers débuts de cette Bibliothèque d’amateur qui, grandissant d’année en année, finit par se transformer, sous sa direction vigilante, en cette création unique, généreusement offerte par son fondateur à l’Université de Paris10 ». C’est à cette Bibliothèque que furent offerts à une date encore inconnue nombre de ses papiers – à travers lesquels peut être documentée de manière très précise la mécanique de ses échecs12. Les deux mille volumes de sa bibliothèque, acquis par la Société pour l’étude de la gravure française après sa mort – qui bénéficia, à l’instar de la Bibliothèque de Doucet, d’un accueil rue Berruyer dans l’ancien hôtel de Mme Salomon de Rothschild13 – restent quant à eux à identifier.

Pierre Gatier, Portrait d’Albert Vuflart, 1919, Localisation actuelle inconnue.
Reproduit dans : Carl de Vinck de Deux-Orp, Albert Vuaflart (1871-1927), [s. l. n. d. n. p.].

Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « Albert Vuaflart (1871-1927), “sire de Vicaflort” et premier directeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 27/01/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/89.

  1. Le courrier indique : Albert Vuaflart « demeure depuis plusieurs années, rue Spontini, 16. Veuf, sans enfant, il occupe seul à la dite adresse, un appartement du prix de 3.000 francs par an. On le dit attaché au Cabinet de Monsieur le Gouverneur et ayant une belle situation. Indépendamment de celle-ci, il est directeur de la bibliothèque de M. Doucet […]. M. Doucet n’est autre que le grand couturier, bien connu. Quant à M. Vuaflard (sic) dont l’état de santé ne laisse nullement à désirer, il villégiature depuis le 15 juillet dernier à Uzerche (Corrèze) et sera de retour à Paris le 12 courant. » Archives de la Banque de France, dossier personnel n° 1987. []
  2. René Gimpel, Journal d’un collectionneur marchand de tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 1963, p. 138. []
  3. « Voudriez-vous avoir l’obligeance de vous trouver à votre atelier […] mardi matin […] ? Nous serions désireux, M. Doucet et moi, de voir vos estampes en couleurs, épreuves d’état, etc. C’est votre bel envoi à la Galerie Georges Petit qui nous engage à faire votre connaissance ». Archives familiales Gatier, Lettre d’Albert Vuaflart à Pierre Gatier, 12 novembre 1910. []
  4. Société d’Iconographie Parisienne, 1er fascicule, 1908,p. V-VII. []
  5. Paul Hildenfinger, Documents sur les Juifs à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Edouard Champion, 1913 ;Bernard Populus, Claude Gillot : 1673-1722 : catalogue de l’œuvre gravé, Paris, Société pour l’étude de la gravure française ; Maurice Rousseau, 1930. []
  6. René Gimpel, Journal d’un collectionneur marchand de tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 1963, p. 139. []
  7. Archives familiales Gatier, Lettre d’Albert Vuaflart à Pierre Gatier du 12 mai 1915. []
  8. André Suarès, Amour : poème de Félix Bangor traduit sur le texte gallois de Llandaff House et publié par William Makepeace Bruce D. D. M. A Ph. D. Traduit de l’anglais par Ponce Baudel lecteur de français à l’université de Swansea, Paris, Emile-Paul, 1917 ; Antoine Poidebard, Carnet de route d’un aumônier de cavalerie : d’Arménie au front français : mai 1914-décembre 1917, Paris, Payot, 1919. []
  9. Eugène Le Senne et Albert Vuaflart (éd.), La Bièvre : Delvau, Huysmans, Mithouard : avec une critique et un portrait par André Suarès et cinq paysages gravés sur bois de Alfred Latour, Paris : Société Gilles Corrozet, 1922. []
  10. Carl de Vinck de Deux-Orp, Albert Vuaflart (1871-1927), [s. l. n. d. n. p.]. [] []
  11. A. V., « La Gravure au Moyen-Âge », Gravuriana, n° 3, juin 1926, p. 1-3. []
  12. Institut national d’histoire de l’art, Archives 101, Autographes 58 et Manuscrits 380 []
  13. « Chronique de l’estampe », L’Amateur d’estampes, mars 1928, p. 61. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.