Victor Segalen (1878-1919), un poète-voyageur à la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 1)

Poète, essayiste, médecin de marine, voyageur, photographe, archéologue, sinologue. Parmi toutes ces facettes, c’est aujourd’hui en tant que poète que Victor Segalen est reconnu et célébré dans la Pléiade. La littérature le présente comme incertain1, mais aussi visionnaire1, insaisissable et mystérieux2. Toutefois, ce n’est pas en raison de sa plume si caractéristique qu’il fut introduit à la Bibliothèque d’art et d’archéologie fondée par Jacques Doucet, mais du fait de son intérêt pour l’archéologie extrême-orientale et de ses expéditions.

La vie de Victor Segalen est marquée par le voyage. Il fait ses études médicales à Rennes et Brest avant d’entrer à l’École de Santé navale de Bordeaux en 1898, où il soutient une thèse intitulée L’observation médicale chez les écrivains naturalistes en 19023. Nommé médecin de marine en septembre 1902, il est affecté sur la Durance qui l’emmène à Tahiti et Nouméa durant deux ans4. C’est à Tahiti qu’il découvre l’atelier de Gauguin, achète plusieurs de ses dernières œuvres lors de la vente aux enchères de ses biens à Papeete et compose ses Immémoriaux5. Cette affectation en Polynésie est à l’origine de son goût des voyages et lui permet de réaliser son premier tour du monde, achevé à son retour en France en 1905. Il découvrit en effet New-York et San Francisco avant d’embarquer pour Tahiti, Wallis et Nouméa puis de faire escale à Ceylan (Sri Lanka) et Djibouti. Ces voyages le guident déjà vers la Chine – il est particulièrement marqué par la découverte du quartier chinois de San Francisco et son initiation au bouddhisme à Ceylan6. De même, sa rencontre avec Auguste Gilbert de Voisins en 1905 par l’intermédiaire de Claude Farrère débouche sur une amitié solide et un projet commun d’expédition en Chine.

Cet intérêt grandissant pour la Chine se précise en 1908 lorsqu’il suit les cours de chinois d’Édouard Chavannes au Collège de France et ceux d’Arnold Vissière à l’École des langues orientales7. Au début de l’année 1909, Segalen obtient son diplôme d’élève interprète de la Marine et est détaché en Chine pour deux ans. Il arrive à Pékin en juin 1909, où il est rejoint par son ami Gilbert de Voisins, sans le soutien financier de qui l’expédition n’aurait pas vu le jour. Ce dernier la finance en effet à hauteur de trente mille francs – une somme complétée, du côté de Segalen, par la vente de ses dernières toiles de Gauguin et un emprunt permettant la venue de sa femme Yvonne et de son fils en 19108.

Victor Segalen ne retourne en France que pour quelques mois en 1913 afin de préparer une nouvelle expédition archéologique officielle. Il est « envoyé en mission en Chine par l’Académie [des Inscriptions et Belles-Lettres], aux termes de la fondation Benoit Garnier9 ». C’est peut-être à ce moment qu’il rentre en contact, grâce à Édouard Chavannes, avec l’équipe de la Bibliothèque, dans laquelle un « réseau asiatique10 » particulièrement actif permettait la réunion de collections dont des chercheurs comme Raphaël Petrucci (1872-1917) soulignèrent la grande qualité11.

Deux lettres de Segalen adressées à René-Jean, du 20 et 22 décembre 1913, nous donnent des détails sur la préparation de ce voyage. On y comprend qu’il s’appuie sur le soutien financier de Jacques Doucet et qu’il a débuté un catalogue des ouvrages chinois de la Bibliothèque d’art et d’archéologie :

Péking, 20 déc. [19]13 

Mon cher Ami, nous voici tous au travail ; voulez-vous une fois ou plus, nous aider en nous rendant le service suivant : 

  – Quand j’ai quitté Paris, Mr Chavannes corrigeait les épreuves du texte afférent aux deux volumes déjà publiés sur sa « Mission archéologique dans la Chine septentrionale ». Je ne crois pas que ce volume ait paru. Mais ce texte, vous le concevez, serait pour nous le plus précieux des points de départ. Pourriez-vous, priant Mr. Chavannes de mettre à notre disposition ce qui est disponible, mettre ces « bonnes feuilles », sous enveloppes fermées, affranchies comme lettres, et nous les adresser, via Siberia, à Péking, Légation de France, aussi vite qu’il vous sera pratique de le faire ! D’avance, nos meilleurs remerciements.

J’ai grand besoin aussi du catalogue des livres chinois de votre Bibliothèque, que je n’ai malheureusement pas eu le temps de terminer avant de vous quitter, & que je n’ai pas reçu. Prière aussi de rappeler au comptable de Mr. Doucet, que j’attends le relevé exact des sommes payées par lui pour notre mission.

Tout va fort bien. Nous trouvons à Péking, à propos de nos projets, une sympathie égale à celle rencontrée en France. D’autre part, nous avons pu nous procurer tous les ouvrages de documentation indiqués par Mr. Chavannes, & la chasse aux « vestiges de l’antiquité » s’organise.

Reçu, avant-hier, la première traite de 5000 f.

Notre départ est toujours fixé au 10 février. Notre itinéraire archéologique reste le même. Seule la dernière partie, Batang au Tonkin, reçoit la modification suivante : Batang à Li Kiang par le Yang-Zé ; puis descende du Me-Kong ; puis descente du Fleuve Rouge jusqu’à Laokay.

22 Dec.

Reçu aujourd’hui même le catalogue – carnet de votre bibliothèque. Il est dès maintenant probable que les plus fructueux achats de livres se feront, non pas à Péking où le marché est haut, mais à Singanfou & à Tcheng-Fou, moins explorés.

Avant mon départ, je préciserai où à Mr. Doucet. Je vous prie de lui transmettre dès à présent notre fort reconnaissant et empressé souvenir, & de croire, mon cher Ami à toute notre communauté d’efforts lointains, à toute ma sympathie, Victor Segalen12.

Dans cette expédition archéologique qui débute le 10 février 1914, Segalen est de nouveau accompagné par Auguste Gilbert de Voisins mais également par Jean Lartigue, enseigne de vaisseau et ami de longue date, rencontré à l’École de santé navale de Bordeaux, retrouvé en 1910 en Chine avec qui il noue une « amitié passionnée13 ».

Péking, 20 décembre-22 décembre 1913, Lettre de Victor Segalen à René-Jean.
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 16584, fol. 102-103.

Le 26 février 1914, Segalen adresse une lettre à Henri Cordier présentant les objectifs et l’itinéraire de l’expédition. Cette lettre est lue lors de la séance à l’Académie du 27 mars 1914 et présente ainsi l’expédition :

Malgré le peu d’inconnu que présentait notre trajet de Mien che hien […] à Si-ngian-fou, nous avons essayé de fixer quelques données de « topographie archéologique » peu précisées jusqu’ici. […] Nous espérons faire de même pour tous les points d’importance historique notable, en cherchant dans l’étude géographique exacte les raisons mêmes de cette importance.

D’ailleurs, le précédent voyage de M. Chavannes, si fructueux et si enseignant pour nous, nous permettait de considérer ce premier trajet plutôt comme une étape d’entraînement que de recherches originales. Nous considérons comme un excellent début du voyage d’avoir refait, simplement guidés par lui, le chemin qu’il avait si bien exploré14.

Segalen explique dans la suite de cette lettre qu’ils décident de se séparer : Voisins et Lartigue partent d’un côté et Segalen de l’autre afin de « couvrir ainsi une large bande de terrain qui […] leur permettra d’ébaucher une carte archéologique avec gisement exacts des monuments de la vallée moyenne du fleuve ». Il fournit également leur tableau de marche donnant le détail des villes traversées ainsi que leurs dates de passage. Succèdent à cette première lettre diverses interventions au sein de l’Académie, par Henri Cordier et Édouard Chavannes principalement, afin de transmettre résultats et nouvelles de l’expédition.

Grâce aux envois réguliers de Segalen, les découvertes sont rapidement présentées à l’Académie ; dès le mois de mai, il met au jour la sculpture d’un cheval de pierre. Il s’agit d’une œuvre datant de 117 avant J.-C., « de deux siècles et demi antérieur[e] aux plus anciens monuments jusqu’ici connus de la sculpture chinoise »15.

Cheval découvert par Victor Segalen dans un tombeau Han lors de son expédition en Chine, en 1914.
Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, BOITE FOL A-EO-298 (3).
Groupe de l’expédition dirigée par Victor Segalen devant un tombeau Han.
Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, BOITE FOL A-EO-298 (8).

Puis en juin 1914, Édouard Chavannes expose à nouveau des résultats plus conséquents de l’expédition :

À l’Ouest de Si-ngnan-fou, devant la sépulture d’un empereur mort en 683 après J.-C., des fouilles ont mis au jour le corps d’un admirable cheval ailé dont la tête seule émergeait. Dans la province de Sseu-tch’ouen, la mission a découvert un menhir qui confirme l’existence de monuments mégalithiques déjà supposée par M. Pelliot ; elle a exploré l’intérieur d’une tombe de l’époque des Han dont les parois sont faites de grandes briques décorées de bas-reliefs ; elle a photographié et dessiné plusieurs piliers funéraires qui complètent notre connaissance de l’art architectural et ornemental chinois au deuxième siècle de notre ère ; elle a étudié les falaises rocheuses trouées de niches que peuplent des statues bouddhiques du VIIIe et du IXe siècle. Ces trouvailles archéologiques ont une grande importance16. »

L’expédition devait se poursuivre vers le Tibet ; cependant, dans un télégramme du 17 juillet 1914, Segalen et Gilbert de Voisins annoncent que « les troubles qui règnent au Thibet les empêchent de poursuivre l’exploration du Yang-Tse17 ». De même, le déclenchement du conflit en Europe en août 1914 précipite leur retour.

Rentré en France à partir du mois d’octobre 1914, Segalen envoie un billet à Jacques Doucet, dans lequel il indique souhaiter lui présenter en personne les résultats de l’expédition :

Brest, 14 décembre [19]14 

Monsieur, de retour en France depuis octobre, je puis seulement aujourd’hui obtenir et faire à Paris un séjour que j’emploi tout d’abord à communiquer à la séance du 18 à l’Académie des Inscriptions, les résultats généraux du voyage auquel vous vous êtes si bienveillamment intéressé. Je passe à Paris du 17 au 22, et serai libre surtout à partir du 19. Je serais très désireux de vous présenter, parmi les nombreux documents réunis, ceux qui rapportent directement à l’Histoire des arts de la Chine, & vous remercie sincèrement de l’aide si efficace reçu[e] de vous.

Je vous serais reconnaissant de me dire où et quand il nous sera possible de nous joindre. Votre réponse ne peux plus m’atteindre à Brest ; veuillez l’adresser à Paris chez Madame L. de Fourcauld 83 rue Vaneau, où j’habiterai durant mon séjour à Paris.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes plus dévoués & respectueux sentiments. Victor Segalen18.

Brest, 14 décembre 1914, lettre de Victor Segalen à René-Jean.
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 16584, fol. 104-105.

Segalen rapporte de cette première expédition officielle en Chine un ensemble important de photographies aujourd’hui conservées au Département des estampes et de la photographie à la Bibliothèque nationale de France19. Il revient avec des clichés archéologiques précis, mais aussi des paysages et des scènes de vie de l’expédition.

Photographie de paysage prise durant l’expédition de Victor Segalen en Chine.
Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, BOITE FOL A-EO-298 (8).
Photographie de la vie quotidienne de l’expédition de Victor Segalen en Chine (1914).
Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, BOITE FOL A-EO-298 (3).

Cependant, dans cette lettre à Jacques Doucet, Segalen indique qu’il souhaite lui présenter non des photographies mais des « documents […] qui rapportent à l’histoire des arts de la Chine ». En effet, lors de la préparation de l’expédition, dans la lettre du 22 décembre 1913 envoyée à René-Jean, il fait état d’achats de livres20. Le financement octroyé par Jacques Doucet à la mission Segalen lui a ainsi permis de faire l’acquisition, directement en Chine, d’ouvrages destinés à augmenter le riche fonds asiatique de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dont Doucet souhaitait faire la base d’une « École française de Pékin », ainsi que le laisse entendre une lettre de René-Jean datée du 2 juillet 1914 :

M. Chavannes continue à travailler pour nous, au moins deux fois par semaine, de 9 h à 12, avec un zèle et un empressement touchants. A lui aussi, Segalen a dit qu’il vous écrivait. Votre lettre se sera perdue. Les résultats de Segalen paraissent devoir être très importants. Chavannes s’en félicite, car ce pourrait être le point de départ d’une sorte d’école de Pékin pour l’exploration et l’étude archéologique de la Chine. Les Américains – je cite Chavannes – veulent le tenter, mais ils ne sont pas prêts. Nous aurions, nous, deux hommes qui ne veulent pas revenir en Europe : Segalen et Lartigue, déjà très au courant ; leurs rapports avec Paris s’appuieraient sur les savants qui y résident et leur préparation et leurs recherches sur la bibliothèque. Il ne s’agira au moment opportun que de trouver l’argent. En somme, c’est le développement de votre idée. La chaire de l’Asie orientale ne paraît pas possible en ce moment à Paris, faute d’un homme pour l’occuper, mais si cette fondation se fait jamais à Pékin, il faudrait la rattacher logiquement à vos idées21.

Pour citer ce billet : Myriam Chevallier, « Victor Segalen (1878-1919), un poète-voyageur à la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 07/04/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/847.

  1. Marie Dollé, Victor Segalen. Le voyageur incertain, Croissy-Beaubourg, Ed. Aden, 2008. [] []
  2. Jean-Luc Coatalem, Mes pas vont ailleurs, Paris, Stock, 2017. []
  3. Victor Segalen, L’observation médicale chez les écrivains naturalistes : thèse pour le doctorat en médecine, présentée et soutenue publiquement le 29 janvier 1902, Bordeaux, Y. Cadoret, 1902. Cette thèse a été ensuite publiée sous le titre Les cliniciens ès lettres. []
  4. Victor Segalen, « Deux séjours de Victor Segalen, à Nouméa, voici cinquante ans. Lettres inédites », Journal de la Société des océanistes, tome 10, 1954, p. 185. []
  5. Marie Dollé, Victor Segalen. Le voyageur incertain, Croissy-Beaubourg, Ed. Aden, 2008, p. 355. Les Immémoriaux sont publiés à compte d’auteur sous le pseudonyme de Max-Anély. []
  6. Ibid., p. 354-355. []
  7. Id., p. 356. []
  8. Marie Dollé, Victor Segalen. Le voyageur incertain, Croissy-Beaubourg, Ed. Aden, 2008, p. 128-130, 356. []
  9. Henri Cordier, « Nouvelles de la mission Segalen en Chine », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 58-2, 1914, p. 123. []
  10. Les spécialistes d’arts asiatiques, comme Henri d’Ardenne de Tizac, Édouard Chavannes, Victor Goloubew ou Paul Pelliot, furent particulièrement actifs autour de la Bibliothèque de Doucet, le conseillant et servant d’intermédiaires dans ses achats. À ce sujet, voir : par Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, Mémoire de l’ENSSIB, 2007 ; Michèle Pirazzoli-t’Serstevens et Cédric Laurent, « Le fonds chinois de la Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet à la Bibliothèque de l’INHA », Études chinoises, n° 26, 2007, p. 109-127. []
  11. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 996 à 1012. []
  12. Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 16584, f. 102-103. []
  13. Marie Dollé, Victor Segalen. Le voyageur incertain, Croissy-Beaubourg, Ed. Aden, 2008, p. 353-357. []
  14. Henri Cordier, « Nouvelles de la mission Segalen en Chine », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 58-2, 1914, p. 192-194. []
  15. « Séance du 1er mai 1914 », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 58-3, 1914, p. 252. []
  16. Édouard Chavannes, « Résultats de la mission Segalen en Chine », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 58-4, 1914, p. 428-430. []
  17. « Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Journal des savants, n° 8, 1914, p. 383. []
  18. Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 16584, f. 104-105. []
  19. Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, EO-298 (1-17)-BOITE FOL A, ESTNUM-11668-12404. []
  20. Bibliothèque Nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 16584, f. 102-103. []
  21. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1097, lettre de René-Jean à Jacques Doucet du 2 juillet 1914. Cité par Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, Mémoire de l’ENSSIB, 2007, p. 187. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.