Albert Vuaflart (1871-1927), “sire de Vicaflort” et premier directeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 1)

Accompagné du titre de directeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie dans plusieurs sources à partir de 1912, Albert Vuaflart est probablement l’un des personnages les plus méconnus de l’aventure de l’institution créée par Jacques Doucet.

François Chapon, dans sa monographie sur le mécène-couturier, le présente comme son serviteur fidèle et obscur, correspondant parfaitement au « type d’esclaves » que savent découvrir « les hommes autoritaires1 ». Au cours des quelques pages qu’il lui consacre, il s’appuie notamment sur les souvenirs de Clément-Janin, conservateur du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque à partir de 1911, qui livra un portrait posthume du duo en 1930 dans Candide :

Jacques Doucet n’avait pas eu d’abord l’idée d’une bibliothèque publique. Collectionneur spécialisé dans le XVIIIe siècle, il s’était entouré de tous les documents nécessaires. Un érudit, Albert Vuaflart, le secondait activement dans cette tâche.

                  Doucet était un type, type de « grand bourgeois », comme il se qualifiait lui-même, son alter ego Vuaflart était également un type, mais d’une autre espèce. Jeune encore, chauve, contrefait, presque impotent, c’était un homme fort intelligent, plein d’idées, ayant le vif désir de percer par son érudition étendue, mais à peu près incapable d’écrire seul quoi que ce fût. Jamais il ne se croyait assez documenté ; le moindre point d’interrogation suspendait sa plume. Des notes, tant qu’on en voulait ; une page, impossible ! Il a pourtant signé deux ouvrages, mais en collaboration. Il y a ainsi, de par le monde des esprits de haute valeur qui, par excès de scrupule, ne laissent rien des richesses qu’ils eurent en eux.

                                                                                   **

                  Ce souci inquiet de la perfection servait les desseins de Jacques Doucet. Il achetait tout ce que Vuaflart lui signalait d’intéressant. Il forma bientôt un fonds important que les spécialistes demandaient à consulter. L’idée vint alors d’ouvrir au public cette bibliothèque unique, composée de pièces qu’on ne trouvait nulle part ailleurs2.

Le portrait dressé par Clément-Janin a le mérite de souligner le rôle de conseiller de Vuaflart auprès de Doucet, largement passé sous silence par René-Jean, avec lequel il entretenait de mauvaises relations et qui ne manquait pas de le tourner en dérision, notamment avec son ami Paul Perdrizet. Ils ne furent d’ailleurs pas les seuls à souligner avec sarcasme le caractère antipathique du secrétaire, dont le ton péremptoire et la fausse familiarité gênèrent par exemple l’écrivain André Suarès, qui l’appelait le « sire de Vicaflort3 ». Jacques Doucet connaissait bien lui-même ses travers ; il fut amené à se désolidariser de déclarations faites par Vuaflart en son nom et se moqua assez ouvertement de son goût des honneurs tout en le conservant auprès de lui.

La biographie d’Albert Vuaflart explique probablement en partie sa difficulté à faire accepter aux écrivains et critiques d’art qui le côtoyaient sa place auprès de Doucet. Il naquit en effet dans un milieu modeste – ses parents étaient boulangers – avec d’importants soucis de santé et n’effectua que des « études primaires supérieures » avant de se tourner vers des travaux de comptabilité. Rien ne le prédisposait à devenir l’alter ego d’un grand couturier de la rue de la Paix et son parcours fut semble-t-il entièrement autodidacte. Devenu commis à la Banque de France par concours en 1896, il chercha à poursuivre son ascension sociale par le mariage. La tentative qui réussit en 1897 se solda cependant par un divorce à la demande de l’épouse dès 1899. Les minutes du Tribunal conservées aux Archives de Paris dressent un portrait particulièrement inquiétant : accusé de n’avoir été intéressé que par la fortune de son épouse et d’avoir menti sur son patrimoine en se constituant une dot fictive pour le mariage, Vuaflart fut reconnu coupable de grossièretés, violences, injures et menaces de mort envers sa femme au terme d’une enquête pendant laquelle il fut « pris en flagrant délit d’adultère4 ». Le dossier de carrière de la Banque de France décrit quant à lui, au fil des années, tantôt un personnage à « l’esprit méthodique », « intelligent, lettré, bon rédacteur » qui « rendrait d’excellents services dans un bureau d’archives ou de secrétariat », tantôt un homme auteur « de nombreux actes d’insubordination » au caractère exécrable. Son parcours au sein de l’institution fut entrecoupé de nombreux arrêts maladies pendant lesquels il travaillait plus ou moins ouvertement pour d’autres entreprises – il fut notamment liquidateur de la Compagnie agricole, commerciale et industrielle de la Guyane française présidée par Albert Brière – et s’acheva par un poste d’attaché auprès du Gouverneur5.

L. Fernbach, Ex-libris d’Albert Vuaflart, 1899.
Collection Jensen Tusch.

Les premières traces de la présence d’Albert Vuaflart dans le milieu des érudits parisiens apparaissent dans les Archives de la Société française des collectionneurs d’ex-libris qui publie en 1899 la composition qu’il avait conçue pour sa bibliothèque lors « d’une longue soirée d’hiver ». Dans la courte description de l’œuvre, qui représente une semeuse de Roty, hommage à sa profession, entourée de la locution « Habent Sua Fata Libelli » (les livres ont leur propre destinée), apparaissent déjà son désir d’organisation et un souci d’économie confinant à la pingrerie6. À la suite de cette publication, son nom apparaît rapidement dans les annuaires de plusieurs sociétés intéressées par l’histoire de Paris ainsi dans quelques publications, comme L’intermédiaire des chercheurs et curieux, qui montrent qu’il s’intéresse plus particulièrement au XVIIIe siècle. Il publie d’ailleurs en 1905 son premier article dans le Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, intitulé « Un guide de Paris du XVIIIe siècle à l’usage des dessinateurs pour étoffes » et consacré à un texte méconnu décrit comme un « véritable inventaire des sources de l’art décoratif à Paris, à l’usage des ouvriers d’art », rédigé par un « fervent féministe7 ». Ces recherches le conduisirent sans doute à se rapprocher du baron Carl de Vinck de Deux-Orp, collectionneur d’estampes du XVIIIe siècle qu’il fréquenta assidûment et avec lequel il entretint des liens étroits jusqu’à la fin de sa vie. Un rôle lui est d’ailleurs attribué dans la négociation du don de la collection du baron à la Bibliothèque nationale en 1906 et 19098. De cette période semble aussi dater son amitié avec un militaire, Henri Bourin, avec lequel il débuta un travail de recension des portraits de Marie-Antoinette – qui semble en partie avoir été un moyen de fréquenter les châteaux d’Europe et leurs propriétaires9.

Henri Bourin et Albert Vuaflart, Les portraits de Marie-Antoinette : étude d’iconographie critique :
I. L’archiduchesse : 1755-1770, Paris, André Marty, 1909.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 K 365 (1).

Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « Albert Vuaflart (1871-1927), “sire de Vicaflort” et premier directeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 27/01/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/76.

  1. François Chapon, C’était Jacques Doucet, Paris, Fayard, 2006,p. 137. []
  2. Clément-Janin, « Quelques souvenirs sur Jacques Doucet », Candide, 2 janvier 1930, p. 4. []
  3. François Chapon, C’était Jacques Doucet, Paris, Fayard, 2006,p. 135. []
  4. Archives de Paris, DU5 1124, n° 14336 de 1898. []
  5. Archives de la Banque de France, dossier personnel n° 1987. []
  6. « M. Vuaflart (…) nous fait observer non sans raison qu’il enverra volontiers son Ex-libris aux personnes qui le lui demanderont ; mais que ne voulant pas supporter des frais de poste dont le chiffre à la longue devient onéreux, il ne fera cet envoi qu’à celles dont la demande sera accompagnée d’un timbre-poste de réponse. » Archives de la Société française des collectionneurs d’ex-libris, 6ème année, 1899,p. 93. []
  7. Albert Vuaflart, « Un guide de Paris du XVIIIe siècle à l’usage des dessinateurs pour étoffes », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 32ème année, 1905, p. 202-206. []
  8. Selon son dossier de renseignements en vue de sa nomination en tant que chevalier de la Légion d’honneur, Albert Vuaflart « a rendu de grands services à la science française, en négociant les dons suivants en faveur des collections publiques : en 1906, don de la collection du Baron de Vinck au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale ». Archives nationales, LH/2739/79. []
  9. Henri Bourin et Albert Vuaflart, Les portraits de Marie-Antoinette : étude d’iconographie critique, Paris, André Marty, 1909-1910. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.