Un exemple de mécénat de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Charles Picard et les fouilles de Thasos (Partie 1)

La Bibliothèque fondée par Jacques Doucet visait à la fois à collationner tous les ouvrages relatifs à l’art et à l’archéologie et à constituer un véritable espace de recherche pour les savants. Dès ses débuts, son fondateur voulut s’attacher les services et conseils des plus grands noms de l’histoire de l’art ou de la science archéologique. Les propositions d’achats faites par François Thureau-Dangin pour l’art assyrien, Clément-Janin pour la gravure contemporaine, Émile Bertaux pour l’art espagnol ou encore Paul Perdrizet pour l’archéologie classique ont permis de garnir les trente pièces des cinq appartements de la rue Spontini1. Près de « cent mille imprimés, cinq cents volumes manuscrits, quinze cents dossiers de documents originaux, cent cinquante mille photographies, dix mille estampes, deux mille recueils de gravures et un millier de dessins » furent ainsi mis à la disposition des chercheurs2. Aux achats d’ouvrages et de documents, Jacques Doucet désira adjoindre la publication d’ouvrages-clefs qui ne se trouvaient pas dans la Bibliothèque.

Selon les mots de son bibliothécaire René-Jean, « un pareil organisme, soumis à la volonté supérieurement intelligente de son fondateur, ne pouvait [en effet] se contenter d’un rôle passif. Il devait rayonner, s’étendre au dehors »3. Soutenir les recherches des savants était une nécessité pour contribuer à l’avancée de l’histoire de l’art et de l’archéologie en France. La Bibliothèque d’art et d’archéologie finança donc la publication d’une collection d’ouvrages intitulée Publications pour faciliter les études d’art en France4.

L’exemple de la publication des Bronzes grecs d’Egypte de la collection Fouquet est le plus connu5. Paul Perdrizet, professeur d’archéologie classique à l’Université de Nancy et ami de René-Jean, contribua à l’édition de cet ouvrage qu’il mentionne régulièrement dans sa correspondance avec les agents de la Bibliothèque. Les bronzes grecs d’Égypte de la collection Fouquet ne fut cependant pas le seul livre projeté par la Bibliothèque, qui reçut de nombreuses propositions de chercheurs désireux de voir publier leurs travaux ou de recevoir de l’aide pour les mener à bien. Dans le vaste réseau de savants entretenu par René-Jean émerge ainsi par exemple le nom de Charles Picard (1883-1965), archéologue auquel Jacques Doucet avait octroyé un financement. Le but en était la publication de volumes relatifs aux fouilles qu’il conduisait dans l’île grecque de Thasos avec Adolphe Reinach et Charles Avezou6.

Pour comprendre le rôle de Charles Picard et l’importance de sa  collaboration avec la Bibliothèque, il faut rappeler « les étapes de [sa vie] à bien des égards exemplaire, où les épreuves les plus cruelles ont eu leur place à côté des honneurs les plus éclatants et les plus mérités » : « C’est le panorama de ce que fut en France, pendant soixante ans, l’archéologie classique qui se laisse entrevoir à travers ces souvenirs7 ».

Né en Bourgogne, Charles Picard fut, sa vie durant, attaché aux régions du centre de la France comme l’Orléanais et le Poitou où il fit ses premières études avant de réussir le concours de l’École normale supérieure en 1905 et d’obtenir son agrégation de lettres en 1908. Mais c’est à l’École française d’Athènes, où il passa de très nombreuses années en tant qu’élève puis directeur 1919 à 1925, qu’il put le mieux affirmer son talent. Il y participa aux fouilles de Délos, entamées depuis 1902 sous la direction de Maurice Holleaux, effectua de nombreux voyages en Chersonèse, se rendit avec Fernand Courby en Acarnanie, en 1911, pour dégager le temple de Zeus à Stratos, puis en Thrace, accompagné par Adolphe Reinach, jeune archéologue prometteur, et par Charles Avezou, son camarade à l’École normale supérieure. C’est à sa demande que les fouilles du site de Thasos furent ouvertes par le directeur de l’École française d’Athènes, Holleaux 8. Il s’y rendit à plusieurs reprises, de 1911 à 1914, avant que les circonstances ne l’appellent à exercer d’autres responsabilités en 19149. Dès cette époque, Charles Picard s’affirme comme un travailleur acharné et un collaborateur régulier des plus grandes revues archéologiques. C’est ce dont témoigne sa correspondance avec Salomon Reinach, oncle d’Adolphe.

Lettre de Charles Picard à Salomon Reinach du 13 mars 1912.
Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, boîte 123, feuillet 7.

Je vous envoie en même temps que ce mot, un article pour lequel je vous serais reconnaissant de m’accorder l’hospitalité à la Rev[ue] arch[éologique]. Je l’intitule Études de céramique hellénistique et vous verrez que j’essaie d’y arriver à plus de précision, pour les classements et les dates, en ce qui concerne certaines séries hellénistiques10.

Je me permets d’ajouter à ma thèse deux tirages à part d’articles parus dans le Bulletin de Correspondance Hellénique. Vous les avez sans doute mais peut-être vous paraîtra-t-il-plus commode de les manier séparément11.

Plan de la zone de fouilles de la porte de Zeus à Thasos.
Charles Picard, « La porte de Zeus à Thasos », Revue Archéologique, tome 2, 1912, p. 44.

Votre neveu vous aura dit nos embarras de Thasos. Au moment où le firman allait être concédé, Halil-Bey vient de partir inopinément à Rome. On nous menace d’un retard de 6 semaines, jusqu’à son retour !12

Je continue en ce moment, avec M. Avezou la campagne commencée l’an dernier à Thasos par A. J. Reinach et par moi. Cette année encore, les résultats sont satisfaisants. Je vous envoie ci-joint une petite photographie, d’ailleurs médiocre, du Silène au Canthare, dont nous venons d’achever le déblaiement. Ce document (pris avant les derniers travaux) suffit au moins à montrer les dimensions du personnage. J’espère qu’il vous intéressera. Nous avons trouvé plusieurs constructions archaïques intéressantes, et nous commençons en ce moment le dégagement d’un temple, moins ancien, mais bien conservé, qui – inconnu jusqu’ici, – a échappé au vandalisme et nous donne les plus belles espérances13.

Cette correspondance régulière entre les deux hommes14 porte aussi la marque de l’estime profond que Charles Picard portait à Salomon Reinach, comme le montre le titre de « Cher Maître » attribué au savant ou encore le courrier qu’il lui envoie avant son retour à Paris en 1912 :

Je compte d’ailleurs vous faire visite à Paris où je passerai quelques jours avant mon départ avec ma jeune femme. Je prendrai la liberté de vous demander quelques renseignements au sujet de questions thasiennes15.

En effet, les fouilles de Thasos conduites par Charles Picard et l’École d’Athènes ne sont pas les premières effectuées dans cette région. Dès le milieu des années 1850, des voyageurs tels que l’helléniste Georges Perrot16 ou le philologue Emmanuel Miller17 explorent régulièrement l’île. Dans les années 1880-1890, Salomon Reinach, André de Ridder ou Gustave Mendel avaient déjà prouvé l’intérêt d’explorer cette île grecque18. C’est donc au savant, défenseur d’une archéologie ouverte aux thématiques nouvelles que s’adresse cette lettre car Charles Picard et Salomon Reinach, ne cessèrent en effet « d’élargir dans l’espace et dans le temps l’étude de ce qu’on est convenu d’appeler la Grèce antique »19. Dans une lettre adressée à René-Jean en octobre 1912, Charles Picard rappelle d’ailleurs ce passé de la cité :

C’est en 1910 que j’ai proposé à M. Holleaux, alors directeur de l’École une tentative sur Thasos. Le terrain avait été préparé par de nombreux voyageurs; (vous trouverez la liste de leurs noms et la bibliographie de leurs travaux dans les Inscript.gr., XII, 8, Introd.) mais à part les recherches hâtives et nullement méthodiques de Bent (1866) et de Miller (1864) il n’avait pas été tenté de fouilles20.

Après une brève période d’enseignement à la Faculté des Lettres de Bordeaux, Charles Picard est nommé à la tête de l’École d’Athènes en 1919. « On avait jugé en haut lieu que nul n’était plus propre à remettre l’École au travail, après la longue épreuve, que cet homme de trente-six ans, dont l’autorité et le caractère s’étaient largement affirmés dans les travaux de la guerre comme dans ceux de la paix et qui, ancien secrétaire de l’École, connaissait la maison et ses besoins par l’intérieur21 ». Il étend le champ d’action de celle-ci à des régions continentales moins explorées (Thessalie, Thrace, Macédoine), mais aussi à l’Asie Mineure (notamment, la Ionie) et à la Crète (en particulier, le site de Malia) alors même que l’École d’Athènes subit la concurrence de l’archéologie allemande, anglaise et américaine. Il relate dans sa correspondance cette situation, alors que les crédits alloués par le ministère se font plus rares :

Sait-on à Paris que la misère des crédits de l’École est extrême, en un temps où les Américains, Allemands même, font ici un effort financier extravagant ? Je pourrais fournir là-dessus des détails édifiants. L’Allemagne a repris les travaux d’Égine avec des centaines d’ouvriers ; elle songe maintenant (en collaboration avec les Américains. Rappelons-nous qu’en 1921, après le retour de Constantin, l’Allemagne devait reprendre Dodone, avec de l’argent d’Amérique) à acquérir les terrains de l’Agora ou du Céramique, à Athènes même en expropriant des maisons qui coûtent des prix fabuleux. W. Dörpfeld, qui est ici à demeure, et va faire les premières fouilles de l’année demande aux Grecs un terrain près de l’École américaine pour y installer au large l’Institut de la rue Phidias ? Le « cinquantenaire » de l’École allemande a été ici célébré en grande pompe le 18 décembre avec la participation du g[ou]v[ernemen]t grec. Je ne vous parle pas des Américains qui ne savent que faire de leurs dollars22.

Ces années sont aussi pour Charles Picard l’occasion de laisser son empreinte sur les méthodes de formation et de travaux :

Pour les jeunes membres [de l’École d’Athènes] qui m’arrivent le programme est prêt : études, voyages, fouilles – sans compter deux mois de conférences pratiques, dont j’ai tracé le plan, ce par quoi j’espère les accueillir à leur arrivée23.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Un exemple de mécénat de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Charles Picard et les fouilles de Thasos (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 09/03/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/677.

  1. François Chapon, C’était Jacques Doucet, La Flèche, Fayard, 2006, p. 133. []
  2. François Chapon, C’était Jacques Doucet, La Flèche, Fayard, 2006, p. 133. D’après les estimations données par André Joubin dans « la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris », Paris, Acte du Congrès d’Histoire de l’art, 1921. []
  3. René-Jean, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie », Revue de synthèse historique, 1914, p. 169. Cité dans Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, Mémoire de l’ENSSIB, 2007, p. 42. []
  4. Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, mémoire de l’ENSSIB, 2007, p. 60. []
  5. « Seuls Les Bronzes parurent sous l’égide de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Deux autres volumes, en cours d’impression quand la guerre éclata, furent publiés chez Berger-Levrault ». Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, Mémoire de l’ENSSIB, 2007, p. 64. []
  6. Ces fouilles ont eu lieu entre 1910 et 1914 puis ont repris après la guerre, au début des années 1920 []
  7. François Chamoux, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Picard, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 131ᵉ année, n° 2, 1987, p. 460-474. []
  8. Ève Gran-Aymerich, « Charles Picard », Les chercheurs du passé 1798-1945 : Aux sources de l’archéologie moderne, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 1058. []
  9. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, comme sergent, puis sous-lieutenant au 210e régiment d’infanterie, il passa d’abord quelques années sur le front français, avant d’intégrer l’armée d’Orient. Il assura, alors la direction des services de renseignements de l’État-major. « Sa connaissance de la Macédoine lui permet de donner à ce service une efficacité que ses chefs reconnaissent dans de très élogieuses citations. Le capitaine Picard reçoit la Légion d’honneur à titre militaire ». Raymond Lebègue, « Éloge funèbre de M. Charles Picard, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 110ᵉ année, n° 1, 1966, p. 1-6. []
  10. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 123, feuillet 7, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Athènes, 13 mars 1912. []
  11. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 123, feuillet 31, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Athènes, le 2 décembre 1922. []
  12. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 123, feuillet 5-6, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Athènes, 12 avril 1911. []
  13. Aix-en-Provence, Bibliothèque, Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 123, feuillet 10-11, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Thasos, 4 juin 1912 []
  14. La Bibliothèque Méjanes conserve vingt-huit lettres entre Salomon Reinach et Charles Picard, allant de 1909 et 1932. []
  15. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, fonds Salomon Reinach, boîte 123, feuillet 12, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Ferrières en Gâtinais, 16 octobre 1912. []
  16. Joseph-Daniel Guiniaut, « Le mémoire sur l’île de Thasos de Georges Perrot : Rapport de la Commission chargée d’examiner les travaux de l’École française d’Athènes », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2e année, 1858, p. 341-351. []
  17. Emmanuel Miller, « Note explicative des inscriptions grecques se trouvant sur les trois bas-reliefs archaïques et provenant des fouilles de Thasos », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 9e année, 1865, p. 405-408. []
  18. Charles Picard, « Les fouilles de Thasos 1ère partie », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 1912, p. 193. []
  19. Raymond Lebègue, « Éloge funèbre de M. Charles Picard, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 110ᵉ année, n° 1, 1966, p. 1-6. []
  20. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1014. []
  21. François Chamoux, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Picard, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 131ᵉ année, n° 2, 1987, p. 460-474. []
  22. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîte 123, feuillet 34-35, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Athènes, 23 janvier 1925. []
  23. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach boîte 123, feuillet 17, lettre de Charles Picard à Salomon Reinach, Ferrières en Gâtinais, 18-31 janvier 1920. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.