La Société pour l’étude de la gravure française (Partie 2)

Parmi les nombreux projets nés dans le sillage de la création de la Société pour l’étude de la gravure française, la part la plus importante revient aux publications. L’article 3 de ses statuts indique ainsi qu’elle se propose « d’éditer les Travaux présentés par leurs auteurs », de « demander des ouvrages spéciaux à des érudits » et de « réimprimer des livres devenus rares » en précisant que « tous les travaux édités par la Société seront rémunérés1 ». Les articles suivants reviennent sur le circuit éditorial en précisant que l’examen des manuscrits sera réalisé par deux membres du Comité-Directeur, auxquels des exemplaires spéciaux seront attribués, et que les ouvrages seront réservés aux membres de la Société. Est ainsi clairement affirmé le choix d’une approche élitiste, a priori peu compatible avec le projet d’étendre et de faciliter les études sur l’estampe mais conforme aux vues d’un comité surtout composé d’érudits bibliophiles et de collectionneurs ainsi que de quelques professionnels des bibliothèques comme François Courboin. Particulièrement soignés, issus des presses de l’Imprimerie Nationale, de Frazier-Soye ou de Gauthier-Villars, les volumes étaient accompagnés d’une marque composée par Auguste Lepère, ainsi décrite dans l’Annuaire de 1911 :

Sous le chiffre G. F. brille une pierre précieuse : c’est la Gravure Française. Armés de loupes ou de compas, d’inlassables chercheurs se sont penchés sur elle ; l’un d’eux l’éclaire de sa lanterne, pendant que l’Histoire inscrit le résultat de leurs investigations. A l’appel de notre Président, le flot des admirateurs se rue vers la gemme merveilleuse. Au fond c’est Paris en raccourci : le Moulin de la Galette, Notre-Dame et le Panthéon2.

Auguste Lepère, Marque de la Société pour l’étude de la gravure française publiée dans l’Annuaire de la gravure française en 1911.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 3 282 U 8 (1911).

Tout en se montrant très ambitieux dans les projets de publications, le comité eut tendance à se priver du vivier des jeunes historiens de l’art pour favoriser la commande « à des érudits ». Les livres sur l’illustration ne furent ainsi par exemple pas demandés à des doctorants ou jeunes docteurs comme Jeanne Duportal (1866-1954), pourtant membre de la Société dès 1911, mais à des personnages comme Julien Baudrier (1860-1915), Alfred Cartier (1854-1921), Édouard Rahir (1862-1924) ou René Ledoux-Lebard3. Un tel choix est caractéristique du goût des recherches patientes, « [inspirées] des méthodes scientifiques qu’on réclame aujourd’hui des historiens4 », appuyées sur la description de documents d’archives et faites pour aboutir à des résultats censément « définitifs » qui faisait la marque d’Henri Bourin et Albert Vuaflart, véritables chevilles ouvrières de la Société financée par Fenaille et Doucet. Ce dernier suggéra de multiplier des réalisations plus dynamiques en faisant ressortir, à l’occasion de la séance du Comité-directeur du 23 décembre 1912, « l’intérêt qu’il y aurait à demander à des historiens des monographies de graveurs contemporains » comme Albert Besnard (1849-1934), Jules Chéret (1841-1910) ou Marcellin Desboutin (1823-1902) :

En s’adressant à des écrivains qui connaissent personnellement les artistes, on a chance de voir composer des œuvres d’une parfaite documentation5.

La façon dont les historiens et écrivains chargés d’évoquer leurs contemporains deviennent des « érudits » destinés à collecter « mille détails intéressants » dans le discours d’Henri Bourin lors de l’Assemblée générale du 28 avril 1913 est particulièrement significative des divergences dans les méthodes et les vues entre certains acteurs de la jeune société :

Lors de la réunion du Comité Directeur, tenue au mois de décembre dernier, M. Doucet, en nous remettant le manuscrit de M. Mellerio – car c’est à son entremise que nous devons cette captivante étude – fit une proposition qui reçut l’assentiment général, celle de demander à des érudits des monographies de graveurs contemporains. Une sorte de collaboration entre les historiens et les artistes, ou leurs héritiers immédiats, peut, en dehors de toute question de réclame, permettre la conservation de mille détails intéressants sur l’homme et sur son œuvre6.

Parus en 1912 et 1914, les deux premiers ouvrages portant la marque dessinée par Lepère sont très caractéristiques de l’approche « analytique » portée par la Société7 et de la variété de son programme.

Favorisée par François Courboin, la première publication fut celle de la Vie de Jacques Callot : graveur lorrain d’Edmond Bruwaert (1847-1927), érudit philanthrope installé entre l’avenue de l’Alma et Genève après une carrière diplomatique à Chicago, New York, Cuba et Montevideo. Retiré de la vie professionnelle et particulièrement attaché à réunir des documents sur Jacques Callot et Philippe Thomassin, Bruwaert était présenté par Bourin comme l’auteur d’un travail particulièrement remarquable, auquel il avait « consacré quinze ans de sa vie » et qui constituait « l’ouvrage définitif sur le graveur lorrain », dans lequel se trouvaient « presque jour par jour, les détails de la biographie de l’artiste et la genèse de toutes ses œuvres », accompagné « d’index et de tables, qui constituent à eux seuls un travail de bénédictin8 ». Le caractère « définitif » de son livre n’empêcha toutefois pas Bruwaert de poursuivre et de publier ses recherches sur Jacques Callot, sa maison natale ou son voyage à Florence jusqu’à la fin de sa vie9. Après une description des richesses des bibliothèques parisiennes ayant permis son travail, il rend dans l’introduction de son ouvrage hommage à Doucet et à ses entreprises :

Et comme si tant de sources ne suffisaient pas à l’alimentation des générations présentes, voici qu’il vient de se fonder, 19, rue Spontini, une nouvelle Bibliothèque d’art et d’archéologie, qui, par un raffinement des plus goûtés des auteurs, s’attache à donner à ceux-ci des renseignements complets sur tout ce qui s’est publié ou se publie en matière d’art, et va même, grâce aux libéralités princières de son fondateur, M. Doucet, jusqu’à fournir les textes les plus rares et les plus inaccessibles. Et cette création en a fait surgir une autre, sous l’action de MM. Fenaille, Bourin et Doucet : la Société pour l’étude de la gravure française, qui s’attache à susciter et à publier des œuvres de vulgarisation nouvelles. Il est impossible qu’ainsi encouragés, les ouvrages ne se multiplient pas qui fassent mieux connaître non seulement un maître et ses procédés, mais bien des maîtres et leurs écoles, de manière à constituer une histoire complète, à fixer d’une manière durable les traditions de l’art en France, histoire, traditions utiles, puisqu’il s’agit de conserver, en le décrivant et en le définissant mieux, un patrimoine dès longtemps acquis qui est un des beaux apanages de notre génie national10.

Edmond Bruwaert, Vie de Jacques Callot : graveur lorrain : 1592-1635, Paris, Imprimerie Nationale ; Société pour l’étude de la gravure française, 1912.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, NY CALL9.A3 1912.

Fort différent dans son sujet comme dans sa forme, l’Odilon Redon d’André Mellerio (1862-1943), pour lequel Jacques Doucet joua, avec Loys Delteil (1869-1927), le rôle de « Commissaire responsable » après avoir agi en entremetteur, est le second ouvrage portant la marque de la Société. Il fut lui aussi présenté comme une œuvre « définitive », associant à un récit sur la « genèse [du] talent11 » de Redon un catalogue de plus de deux cents pièces, illustré en phototypie grâce à la mise à disposition du photographe de la Bibliothèque d’art et d’archéologie et accompagné d’une eau-forte :

Sa dernière planche à l’eau-forte est une œuvre originale, dont l’artiste n’a point encore tiré d’épreuve et dont il veut bien faire hommage à la Société. Elle constituera le frontispice de son catalogue. Nous reproduirons en phototypie un crayon, le portrait de Redon par lui-même, et nous grouperons, par le même procédé, sur une quarantaine de planche, les 206 pièces cataloguées. La reproduction totale de l’œuvre nous a paru d’autant plus utile que l’absence fréquente de toute légende et l’étrangeté des sujets rendent fort malaisée la description des compositions du graveur. Cette délicate besogne nous a été facilitée par M. Doucet qui a mis généreusement à notre disposition M. Devismes, le photographe de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie. Je saisis cette occasion de remercier l’habile opérateur pour la si grande part qu’il a déjà prise aux divers travaux de la Société12.

André Mellerio, Odilon Redon, Paris, Société pour l’étude de la gravure française, 1913.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 Res 775 (exemplaire de Jacques Doucet).

Dans l’exemplaire réservé à Jacques Doucet conservé à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, une lettre d’André Mellerio est insérée, dans laquelle le mécène est remercié :

N’est ce point grâce à votre généreuse initiative que cet hommage pût être rendu, en de superbes conditions, à un noble et très modeste artiste. J’éprouve une fierté et un grand bonheur de me trouver associé à une œuvre qui m’a toujours passionné. Voici un service nouveau qu’il faut ajouter à tous ceux éminents, que vous ne cessez de rendre à la cause de l’art13.

La liste des ouvrages en projet, répétée et augmentée au fil des Annuaires, témoigne de l’importance des profils de l’amateur-érudit ayant eu une autre profession que l’histoire de l’art au sein de la Société ; Marius Audin (1872-1951), Albert Besombes, Philippe Dally, Jacques Hérold, Georges Keller-Dorian, René Ledoux-Lebard, Charles Petitjean et Charles Wickert, Bernard Populus (1877-1952) sont en effet notamment plébiscités pour publier sur leur sujet de prédilection. Sans doute la sollicitation de ces érudits, de préférence aux écrivains et historiens professionnels, explique-t-elle tout autant que le déclenchement de la Guerre les retards dans les publications, ajournées tantôt en raison des scrupules à clôturer un travail qui pourrait être augmenté de nouvelles recherches, tantôt en raison de l’état de santé ou la mort de l’auteur.

Albert Vuaflart, Épreuves de l’État des publications de l’Annuaire de gravure française 1913-1914.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 138bis, 65, 4.

Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « La Société pour l’étude de la gravure française (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 11/02/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/583.

  1. « Statuts adoptés par l’Assemblée constitutive du 6 mai 1911 », Annuaire de la gravure française, 1911,p. 10. []
  2. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1911,p. 32. []
  3. « État des publications », Annuaire de la gravure française, 1911,p. 37-38. []
  4. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 31. []
  5. « Séance du Comité-directeur tenue chez le Président, le 23 décembre 1912 », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 30-31. []
  6. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 37-38. []
  7. « Pour la gravure comme pour beaucoup d’autres études, les érudits ont été trop souvent séduits par les ouvrages de synthèse, alors que s’imposaient les travaux analytiques. Enfin, si méritoires que soient les efforts individuels, ils demandent à être encouragés et coordonnés, pour réaliser un programme d’études systématiques qui seul comblera les lacunes que nous avons à déplorer. » [s. n.], « Société pour l’étude de la gravure française », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 15 juin-15 juillet 1911, p. 287. []
  8. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 31-32. []
  9. Edmond Bruwaert, Jacques Callot : biographie critique, Paris, H. Laurens, 1913 ; « Jacques Callot à Florence », dans La Revue de Paris, 15 juin 1914, p. 827-849 ; « Maison natale de Jacques Callot », Bulletin mensuel de la Société d’archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, 14ème année, 1914-1919, p. 6 ; « Rue et quartier de la Boudière à Nancy au temps des Callot (1552-1666) », Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, tome LXV, 1920-1922, p. 143-178. []
  10. Edmond Bruwaert, Vie de Jacques Callot : graveur lorrain : 1592-1635, Paris, Imprimerie nationale ; Société pour l’étude de la gravure française, 1912, p. 5. []
  11. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 35. []
  12. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 35-36. []
  13. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 Res 775, Lettre d’André Mellerio à Jacques Doucet du 9 janvier 1914. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.