La Société pour l’étude de la gravure française (Partie 1)

En même temps qu’il réfléchit à donner une nouvelle ampleur au Cabinet des estampes de sa Bibliothèque d’art et d’archéologie en créant un Cabinet des estampes du XXe siècle, Jacques Doucet participe avec Maurice Fenaille (1855-1937), en 1911, à la création d’une nouvelle société artistique et savante : la Société pour l’étude de la gravure française. Tenant ses assemblées à l’Union centrale des Arts décoratifs ou chez Fenaille, qui devient son Président, cette Société se constitue autour de personnalités comme Henri Béraldi (1849-1931), Alfred Beurdeley (1847-1919), François Courboin (1865-1926), Léon Deshairs (1874-1967), Jean Guiffrey (1870-1952), Alexandre de Laborde (1853-1944), René Ledoux-Lebard (1879-1948), Pierre Marcel (1878-1953) et Carl de Vinck (1859-1931). Son secrétariat est assuré par Henri Bourin († 1930) et Albert Vuaflart (1871-1927), cosignataires de travaux sur les portraits de Marie-Antoinette, tandis que Jacques Doucet en est nommé trésorier1. Les revenus issus des cotisations annuelles des membres, fixées à 25 francs, sont complétés par les apports de Fenaille et Doucet, principaux donateurs de la jeune institution, à laquelle ils offrent tour à tour d’importants subsides.

Lettre d’Albert Vuaflart à Robert Azaria Vidal sur papier à en-tête de la Société pour l’étude de la gravure française datée du 5 octobre 1916.
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Naf 15558, fol. 96.

Les statuts, adoptés le 6 mai 1911 par l’Assemblée constitutive, indiquent les objectifs de l’entreprise : grouper des amateurs, collectionneurs et érudits pour aider au développement des études sur la gravure française, de ses origines jusqu’au XXe siècle. Il s’agit de faciliter leur essor via la création d’un réseau et l’édition d’« ouvrages documentaires consacrés à l’histoire de la Gravure et des Graveurs en France2 ». La création de la société est notamment motivée par le vis-à-vis défavorable avec l’état des recherches en Allemagne et en Autriche. Fenaille insiste ainsi, dans son allocution lors de l’Assemblée constitutive, sur la nécessité de suivre l’exemple de ces pays pour combler le manque d’outils spécialisés identifié en France3. S’ils ne concernent que le domaine de l’estampe, les buts exposés sont largement conformes à politique générale de la Bibliothèque fondée par Doucet, soucieuse de « faciliter les études d’art en France » ; à l’instar de l’argent donné par le mécène, sa jeune entreprise apparaît d’ailleurs rapidement comme un instrument au service de la nouvelle société.

Encore mal connue et difficile à cerner en raison de l’absence d’archives constituées4, la Société pour l’étude de la gravure française mériterait d’être étudiée à la lumière de ses publications et des papiers laissés par ses membres, qui permettraient notamment de mieux comprendre son fonctionnement suite à la Première Guerre mondiale – après laquelle elle suivit la Bibliothèque d’art et d’archéologie rue Berryer tout en demeurant indépendante5. Les Annuaires publiés entre 1911 et 1914, ainsi que les livres qui portent son nom, offrent un aperçu des ambitions et des activités de la Société à ses débuts, alors qu’elle connaissait un accroissement continu de ses membres et se développait vers la province et l’étranger. 

Annuaire de la gravure française, 1911.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 3 282 U 8 (1911).

Gardant la trace des débats et projets, les Annuaires témoignent du souci de réunir, de manière cohérente, les études sur l’histoire et l’actualité de l’estampe en France, à travers des livres et des conférences, mais aussi la création d’outils de recherche. L’approche nationale – qui favorisa les élans nationalistes de certains membres – visait à offrir un pendant aux sociétés germanophones comme la Gesellschaft für vervielfätigende Kunst de Vienne, éditrice de la revue Die Graphischen Künste, tout en cherchant à démontrer l’unité, le développement et le caractère pionnier de l’école française à travers les siècles. La Société se donnait ainsi pour but de regrouper des informations précises sur des précurseurs identifiés comme français tout en proposant de grandes synthèses sur les caractères typiques de la production nationale à travers des conférences et « causeries6 ». Cette approche conduisit à la promotion de recherches variées, touchant aux aspects techniques aussi bien qu’esthétiques, faisant une large part aux archives et à l’analyse de « dossiers » documentaires, mais aussi à la mise en avant de certains graveurs contemporains comme Charles Waltner ou Eugène Viala. Était affiché le souhait de faire place aux différents animateurs de la recherche à travers l’appel à de jeunes historiens de l’art comme Henri Focillon ou Jean Locquin, ainsi qu’à des conservateurs entreprenants comme Noël Clément-Janin, dans une perspective de conciliation des champs et des méthodes7.

Eugène Viala, Portrait de l’Artiste par lui-même, eau-forte publiée dans l’Annuaire de la gravure française de 1912.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 3 282 U 8 (1912).
Amédée Joyau, Portrait d’Amédée Joyau par lui-même, bois polychrome publié dans l’Annuaire de la gravure française de 1913-1914.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 3 282 U 8 (1913-1914).
Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « La Société pour l’étude de la gravure française (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/02/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/567.

  1. Si Vuaflart devient officiellement secrétaire en août 1914, Bourin étant parti aux armées, son rôle central est évident dès la création de la Société. []
  2. « Statuts adoptés par l’Assemblée constitutive du 6 mai 1911 », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 9. []
  3. La présentation de la société parue dans le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire indique : « Si copieuse que puisse paraître la bibliographie de la gravure française, elle n’est cependant pas en rapport avec l’importance du sujet. Les travaux publiés sur la matière sont nombreux et savants, mais les lacunes sont évidentes. […] Déjà l’Autriche et l’Allemagne ont montré ce que pouvait donner, dans le domaine des arts graphiques, la centralisation des efforts. Des sociétés se sont formées pour favoriser l’histoire de la gravure ; l’intérêt et l’utilité des publications justifient leur prospérité. Il a semblé à quelques personnes éprises de ces recherches, que la France pouvait utilement suivre cet exemple. » [s. n.], « Société pour l’étude de la gravure française », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 15 juin-15 juillet 1911, p. 288. []
  4. Le seul article sur la société est, à notre connaissance : Pierre Juhel, « La Société pour l’Étude de la Gravure Française (1911-1914) », Nouvelles de l’estampe, n° 213, 2007, p. 26-30. []
  5. Elle était alors dotée de la bibliothèque d’Albert Vuaflart. « La bibliothèque formée par l’érudit sur l’art de la gravure, sur la technique de l’impression, ainsi que ses recherches ont été sauvées de la dispersion par M. Maurice Fenaille qui en a doté la Société qu’il préside. Cet ensemble est à la disposition des curieux dans un bâtiment annexe de la ‘‘Bibliothèque d’art et d’archéologie’’, à l’hôtel Salomon de Rothschild. Ce voisinage de la collection modeste du chercheur offre une sorte de symbole, quand on se souvient de la collaboration apportée par le disparu à la formation de l’admirable ensemble de livres et de reproductions sur l’histoire des arts, qui constitue la plus intelligente création et la plus fructueuse pour l’avenir de nos études qu’un amateur au goût le plus raffiné ait jamais imaginée. » « Séance du 11 mai 1928 », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1928, p. 122. []
  6. Voir par exemple la conférence « pleine de charme et fréquemment applaudie » au cours de laquelle Jules Guiffrey « lit et commente deux lettres inédites de Charles-Nicolas Cochin et de Jombert », en 1911, et, en 1912, la « conférence très documentée » au cours de laquelle Albert Vuaflart « dévoile le secret d’un procédé de gravure sous le nom d’Art Polytype inventé par l’Alsacien Hoffmann en 1783 ». Annuaire de la gravure française, 1911, p. 36 ; Annuaire de la gravure française, 1912, p.41. []
  7. Voir notamment Noël Clément-Janin, « L’estampe moderne », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 121-140 ; Jean Locquin, « L’œuvre gravé du peintre J.-B. Oudry », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 173-176 ; Henri Focillon, « Conversation avec un amateur d’estampes », Annuaire de la gravure française, 1913-1914, p. 269-291. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.