« Si loin, si proche ». Étudier la Renaissance dans la France du XIXe siècle à la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet

Observatoire Doucet

L’étude de la Renaissance au XIXe siècle a fait l’objet d’un intérêt renouvelé ces dernières années grâce à plusieurs initiatives impliquant diverses disciplines, de la littérature à l’art en passant par l’historiographie1 En ce qui concerne l’histoire de l’architecture, des recherches spécifiques se sont concentrées sur les éditions de traités du XIXe siècle, les dessins de voyage réalisés pendant le Grand Tour, les biographies de grands maîtres tels que Raphaël et Michel-Ange, et les restaurations effectuées au XIXe siècle — alors que faisait rage le débat sur la conservation des matériaux comme support de mémoire2. Au XIXe siècle, à une époque où le recours à l’histoire devient partie intégrante de la construction de l’identité nationale, chaque pays expérimente sa propre interprétation du passé. En France, et particulièrement à Paris, les études de Percier et Fontaine ont joué un rôle précurseur dans la diffusion des recherches consacrées à la culture architecturale de la Renaissance italienne. À partir de la publication de Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome (1798)3, l’intérêt pour l’architecture des XVe et XVIe siècles s’éveille, initiant un processus qui ne cessera de croître et d’évoluer tout au long du XIXe siècle4.

Fig. 1 : Charles Percier, Pierre Fontaine, Palais, maisons, et autres édifices modernes, dessinés à Rome, publiés à Paris, l’an 6 de la République française, Paris, De l’Imprimerie de Baudouin, 1798, v. st.
Collections Jacques Doucet, FOL EST 688
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/15932

À partir des années 1840, la recherche peut compter sur de nouveaux outils techniques, comme la photographie. Ceux-ci renouvellent la perception de l’architecture et de l’imagerie qui s’y rapporte, et influencent également la pédagogie autour de la Renaissance des académies. L’intérêt pour cette période a des retombées matérielles, allant de la construction d’œuvres dans le style néo-renaissance à la restauration d’édifices construits aux XVe et XVIe siècles, comme le Louvre ou le château de Blois5.

Fig. 2 : George Charles Aid, Château de Blois, porte d’entrée (1899-1911).
Collections Jacques Doucet, EM AID 11
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1740/?offset=1#page=1&viewer=picture&o=download&n=0&q=

D’un point de vue théorique, bien qu’apparaissant tardivement dans les publications françaises, la Renaissance italienne occupe une place centrale dans la réflexion des savants et des architectes. D’une part, ces derniers s’intéressent à la réception des différents jugements esthétiques transmis au fil du temps. D’autre part, ils soulignent l’importance de l’histoire en tant que modèle pour de nouveaux projets6.

Les publications de Percier et Fontaine sont de véritables stimulants dans ce domaine. De plus, animés par l’enseignement de Percier lui-même, les étudiants de l’École des Beaux-Arts participent eux aussi activement à la consolidation de cette réflexion. Leurs contributions se manifestent surtout sous la forme de carnets de dessins ainsi que par la publication de textes consacrés à l’architecture du XVe et surtout du XVIe siècle — comme l’Architecture Toscane d’Auguste Grandjean et Auguste Famin (1806-1815)7.

L’École des Beaux-Arts constitue à l’époque un laboratoire d’idées et de suggestions, au sein duquel les élèves de l’école étudient l’architecture du passé, se livrant à des relevés et à des interprétations d’œuvres existantes observées pendant le Grand Tour et retravaillées comme modèles pour concevoir de nouveaux projets. Ils sont en cela aidés par la situation politique, les liens entre la France et la péninsule italienne étant renforcés pendant les années des campagnes napoléoniennes. La richesse de ces réflexions laisse des traces documentaires évidentes dans les fonds livresques et documentaires français, où il est possible de suivre le parcours d’étude et de connaissance mis en œuvre par les élèves de l’École des Beaux-Arts, les publications issues de leurs séjours de recherche et les ouvrages de leurs bibliothèques. Il n’est donc pas étonnant que les collections de l’École des Beaux-Arts contiennent de nombreuses traces de ce phénomène, à commencer par les carnets de voyage — on peut notamment penser à ceux de Jean-Baptiste Cicèron Lesueur, Guillaume Abel Blouet, Jean-Baptiste Plantar et François Debret, qui constituent un noyau de plusieurs centaines de feuillets8. Le fonds Doucet de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art rassemble lui aussi de précieux témoins pour renouer les fils qui s’effilochent dans l’imaginaire des architectes. Les documents acquis par la bibliothèque qu’il a financée comprennent des livres et des dessins, mais aussi des outils d’aide à la recherche — comme l’inventaire de la bibliothèque de l’École des Beaux-Arts dressé par Ernest Vinet et imprimé en 18739.

Fig. 3 : Ernest Vinet, Catalogue méthodique de la Bibliothèque de l’École nationale des beaux-arts, 1873.
Collections Jacques Doucet, 8 B 572
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/13437-catalogue-methodique-de-la-bibliotheque-de-l-ecole-nationale-des-beaux-arts?offset=1

En feuilletant les pages de l’inventaire, on se plonge dans l’atmosphère de l’époque en mesurant, à travers la composition de la bibliothèque de l’École des Beaux-Arts, quels sujets étaient les plus étudiés, et quelle importance était accordée aux publications récentes — comme le Recueil des plus beaux tombeaux exécutés en Italie dans les XVe et XVIe siècles… d’Auguste Grandjean de Montigny (1813).

La Bibliothèque d’Art et d’Archéologie avait acquis plusieurs ouvrages courants sur des thématiques artistiques, qui sont encore disponibles dans la collection de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, dont le Parallèle entre plusieurs résidences de souverains de France, d’Allemagne, de Suède, de Russie, d’Espagne, et d’Italie, par Percier et Fontaine (1833)10.

Fig. 4 : Palais du Té à Mantoue. Charles Percier, Pierre Fontaine, Plans de plusieurs châteaux, palais et résidences de souverains de France, d’Italie, d’Espagne et de Russie, A.P.P.P.L.P.D.R.D.R. [au plan projeté pour le Palais du roi de Rome], plans gravés par Hibon, Paris, C. Marquerie fils, 1833.
Collections Jacques Doucet, FOL GT 33 (2)
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/19949-redirection

Les acquisitions de la Bibliothèque comprennent également de nombreux textes du XIXe siècle consacrés à la Renaissance française, parmi lesquels les livres sur l’histoire du château d’Anet ou les deux volumes sur La Renaissance en France publiés par Léon Palustre (1879) — qui ont été immédiatement salués comme des textes d’une importance considérable, dont la réédition économique était réclamée pour qu’il serve de vade-mecum pour les voyageurs :

“Une fois la publication terminée, M. Palustre rendrait grand service à tous les travailleurs en publiant une édition plus commode à consulter et aussi d’un prix plus accessibile.”11

Fig. 5 : Pierre Désiré Roussel, Histoire et description du Château d’Anet depuis le dixième siècle jusqu’à nos jours précédée d’une notice sur la ville d’Anet, terminée par un so mmaire chronologique sur tous les Seigneurs qui ont habité le château et sur ses propriétaires et contenant une étude sur Diane de Poitiers, Paris, Imp. par D. Jouaust, pour l’auteur, 1875.
Collections Jacques Doucet, 4 C 767
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/26327
Fig. 6 : Le vieux Louvre. Léon Palustre, La Renaissance en France par Léon Palustre, dessins et gravures sous la direction de Eugène Sadoux. Volume 2. Paris, A. Quantin, 1879.
Collections Jacques Doucet, FOL C 103 (2)
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/15915-la-renaissance-en-france-tome-2

Les dessins

Outre les livres, le fonds Doucet se caractérise par une importante collection de dessins d’architecture. La collection OA (Ornement – Architecture) comprend 330 dessins réalisés par les architectes de l’École des beaux-arts lors de leur séjour en Italie. Entièrement numérisés, ils permettent de parcourir thématiquement et chronologiquement des édifices aux fonctions et aux usages différents — religieux, résidentiels, sépulcraux… — et d’en tirer des conclusions12.

Les dessins, réalisés à l’aide de différentes techniques, ne sont pas signés : six peuvent être attribués à Prosper-Matthieu Morey (OA 190-196) qui a fourni ceux représentant les décors de la charpente de la cathédrale de Messine, dans un ouvrage de Henri Roux paru chez Firmin Frères Didot (Paris) en 1841. Ces relevés d’architecture ont été réalisés en Italie durant la première moitié du XIXe siècle. Certains d’entre eux reproduisent des monuments de l’Antiquité conservés à Pompéi, Naples, Rome, en Étrurie, ou encore en Sicile. D’autres ont été réalisés d’après des édifices datant, la plupart, du Moyen Âge et situés à Florence, Assise, Sienne, Rome, Venise, en Sicile, etc. Dans ce lot de dessins, on trouve des relevés de fresques, de mosaïques, d’architecture (tombeaux, autels, temples, églises…), ainsi que de détails de monuments (voûtes, frises, corniches…).

Si les dessins consacrés aux antiquités — en particulier à Rome et à Pompéi — prédominent, les aperçus sur l’architecture des XVe et XVIe siècles ne manquent pas. Parmi eux, on trouve des dessins consacrés aux édifices emblématiques de la Renaissance romaine, tels que le Casino de Pie V ou la Villa Lante à Bagnaia — également publiés par Percier et Fontaine dans le Choix des plus célèbres maisons de plaisance de Rome et de ses environs (Paris, Didot, 1809). Mais également des études sur l’architecture du XVe siècle, comme la façade de Santa Maria Novella à Florence, où l’intervention d’Alberti coexiste avec des éléments inferieurs qui remontent au Trecento.

Fig. 7 : Vatican – Villa Pia, relevé des décors des vestibules. Ensemble de dessins exécutés probablement par des architectes français pensionnaires de l’Académie de France à Rome.
Collections Jacques Doucet, OA 86-263 : OA 135
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/2708-ensemble-de-dessins-executes-probablement-par-des-architectes-francais-pensionnaires-de-l-academie-de-france-a-rome?offset=9
Fig. 8 : Bagnaia (Viterbo) – Villa Lante. Ensemble de dessins exécutés probablement par des architectes français pensionnaires de l’Académie de France à Rome.
Collections Jacques Doucet, OA 86-263 : OA 263
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/2708-ensemble-de-dessins-executes-probablement-par-des-architectes-francais-pensionnaires-de-l-academie-de-france-a-rome?offset=9
Fig. 9 : Florence – Santa Maria della Novella, élévation de la façade. Ensemble de dessins exécutés probablement par des architectes français pensionnaires de l’Académie de France à Rome.
Collections Jacques Doucet, OA 86-263 : OA 187
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/2708-ensemble-de-dessins-executes-probablement-par-des-architectes-francais-pensionnaires-de-l-academie-de-france-a-rome?offset=9

Alors que le noyau de l’OA est constitué de dessins de présentation, souvent complétés par des aquarelles, l’album 703 rassemble un ensemble de matériaux graphiques. S’il s’agissait initialement de dessins en vrac exécutés sur du papier de soie, ils sont aujourd’hui reliés en trois tomes. Ils constituent ainsi une collection hétérogène, dans laquelle sont rassemblés des dessins de différents architectes, qui ne sont qu’occasionnellement reconnaissables grâce aux initiales figurant sur les feuilles. Grâce à la multiplicité des vues, l’album 703 permet une étude comparative des thèmes communs aux différents auteurs des dessins et de ceux qui constituent des intérêts individuels.13.

Fig. 10 : Cour du Palais Bevilacqua à Bologne ; détails de la cour du Palais Bevilacqua à Bologne. Voyage d’Italie. Tome 2.
Collections Jacques Doucet, MS 703 (2)
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/5765-voyage-d-italie-tome-2

La collection de Pierre-Léonard Laurécisque (1797-1860), dont on conserve 137 dessins sur feuilles volantes, est particulièrement riche14. Né à Paris et inscrit à l’École des Beaux-Arts sous le numéro 441, Laurécisque consacre ses réflexions graphiques à des reliefs architecturaux et à des projets de nouveaux bâtiments.

Fig. 11 : Pierre-Léonard Laurécisque, Palais Negroni, Rome, 1831.
Collections Jacques Doucet, OA 693 (32)
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/9255-rome-palais-negroni?offset=21

Même dans ses dessins — comme dans les écrits de Percier et de Fontaine — la prééminence de Rome en tant qu’objet d’observation et d’étude apparaît clairement : l’impact de la ville éternelle sur les architectes se reflète dans ses dessins cités, presque techniques, comme le montre par exemple celui de la villa de Jules III (inventorié à tort sous le nom de “Jules II”).

Fig. 12 : Pierre-Léonard Laurécisque, Rome, Vigne du Pape Jules II [Jules III].
Collections Jacques Doucet, OA 693 (33)
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/9256-rome-vigne-du-pape-jules-ii?offset=58

Cependant, on y retrouve également les traces d’un itinéraire culturel dans les architectures italiennes des XVe et XVIe siècles construites en dehors de Rome ­— comme avec le dessin du tombeau de Giovanni Pontano à Naples.

Fig. 13 : Pierre-Léonard Laurécisque, Divae Dei matri… Chapelle dédiée à la Vierge (chapelle Pontano, Naples).
Collections Jacques Doucet, OA 693 (49)
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/9272/?offset=28#page=1&viewer=picture&o=download&n=0&q=

La journée d’études « Si loin, si proche »

À partir de la consultation des matériaux rassemblés par Doucet, une question s’est progressivement dessinée : combien et quelles périodes de la Renaissance ont été étudiées en France au XIXe siècle ?

Si, d’un point de vue artistique, la Renaissance est considérée comme un évènement d’importance universelle — comme le montre la large diffusion des traités d’architecture du XVIe siècle —, elle est aussi perçue comme dépendant d’un esprit des lieux. François Léonard Séheult, dans son Recueil d’Architecture, dessiné et mesuré en Italie (1811-1823), propose une subdivision de l’architecture en fonction du caractère des villes italiennes (Florence “moderne Athènes”, Gênes, “la plus séduisante”, Rome “la plus célèbre”). L’étude de la Renaissance connait aussi des déclinaisons locales, par exemple à Lyon à partir des années 1850, quand la redécouverte de l’histoire de la ville au XVIe siècle fournit des modèles à l’architecture publique et privée, comme aux arts majeurs et décoratifs.

Telles sont les questions auxquelles ambitionne de répondre la journée d’étude “Si loin, si proche. Le regard du XIXe siècle sur l’architecture de la Renaissance italienne dans les relations entre la France et l’Italie”, qui se tiendra le 19 octobre dans la salle Vasari de l’Institut national d’histoire de l’art.

Dans la continuité des conférences “Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance” (Tours, 2009), “L’architecture de la Renaissance italienne au XIXe siècle. Relectures, outils, finalités” (Paris 2014), “La Renaissance réinventée. Historiographie, architecture et arts décoratifs à Lyon aux XIXe et XXe siècles” (Paris 2017), cette journée se propose de réfléchir à la réception et à la fortune kaléidoscopiques de l’architecture de la Renaissance au XIXe siècle, en s’intéressant plus particulièrement aux relations culturelles, historiques et historiographiques entre la France et l’Italie. En s’appuyant sur la collection Doucet, le séminaire vise à enrichir la discussion sur le concept multiforme de “Renaissance”, à mettre en valeur de nouveaux éléments d’histoire de l’architecture et d’historiographie, à exploiter des sources et des matériaux jusqu’ici ignorés, et à contribuer à la réflexion sur la longue durée de vie du livre et du patrimoine architectural, ainsi que sur les enjeux liés à sa préservation.

Ilaria Andreoli et Francesca Mattei



Citer ce billet
L'équipe du carnet (2023, 20 septembre). « Si loin, si proche ». Étudier la Renaissance dans la France du XIXe siècle à la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet. Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/luwi

  1. Lina Bolzoni, Alina Payne (dir.), The Italian Renaissance in the 19th Century: Revision, Revival, and Return, Cambridge, Harvard University Press, 2018 ; Frédérique Lemerle, Yves Pauwels, Alice Thomine (dir.), Le XIXe siècle et l’architecture de la Renaissance [actes du colloque international, Tours et Blois, 30 mai – 1er juin 2007], Paris, Picard, 2010. []
  2. Stephen Bann, “Inventing the Renaissance in Nineteenth-Century France”, in The Italian Renaissance in the 19th Century: Revision, Revival, and Return, op. cit., p. 31-48 ; Antonio Brucculeri, « Représentations et transferts de l’architecture de la Renaissance toscane dans l’œuvre des pensionnaires de l’Académie de France au seuil du XIXe siècle », in Architektur- und Ornamentgraphik der Frühen Neuzeit, Migrationsprozesse in Europa (dir. S. Frommel, E. Leuschner), Rome, Campisano Editore, 2014, p.357-370 ; Barrie Bullen, “The Source and Development of the Idea of the Renaissance in Early Nineteenth-Century French”, The Modern Language Review, vol. 76, n° 2, 1981, p. 311-322 ; Sabine Frommel, Antonio Brucculeri (dir.), Renaissance italienne et architecture au XIXe siècle : interpretations et restitutions, Rome, Campisano Editore, 2015. []
  3. Charles Percier, Pierre Fontaine, Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome, Paris, De l’Imprimerie de Baudouin, 1798. Un exemplaire est conservé à la Bibliothèque de l’Institut nationale d’Histoire de l’Art, Collections Jacques Doucet, NUM FOL EST 688. L’édition numérique peut être consultée ici : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/15932-palais-maisons-et-autres-edifices-modernes-dessines-a-rome?offset=1 []
  4. Jean-Philippe Garric, “La Renaissance perfectionnée. Le Cinquecento dans Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome de Charles Percier et Pierre Fontaine”, Ricerche di storia dell’arte, vol. 105, 2011, p. 25-41 ; Jean-Philippe Garric, Percier et Fontaine : les architectes de Napoléon, Paris, 2012 ; Jean-Philippe Garric (dir.), Charles Percier. Architecture and Design in an Age of Revo­lutions, New Haven, Yale University Press, 2016. []
  5. Paul Vitry, « Les études sur la Renaissance en France de 1834 à 1934 », in Congrès archéologique de France, centenaire du service des monuments historiques et de la société française d’archéologie, Paris, Picard, 1935, p. 259-271. []
  6. Simona Talenti, L’histoire de l’architecture en France. Émergence d’une discipline (1863-1914), Paris, Picard, 2000 ; Simona Talenti, « Entre Primitifs et Maniéristes : l’historiographie française face à la Renaissance italienne », in Renaissance italienne et architecture au XIXe siècle, op. cit., p. 55-66. []
  7. Auguste-Henri-Victor Grandjean de Montigny et Auguste-Pierre Famin, Architecture toscane, ou Palais, maisons et autres édifices de la Toscane, Paris, Denonvilliers, 1806-1815. Voir à ce sujet : Antonio Brucculeri, « Représentations et transferts de l’architecture de la Renaissance toscane dans l’œuvre des pensionnaires de l’Académie de France au seuil du XIXe siècle », op. cit. ; Antonio Brucculeri, « La Toscana di Grandjean e il viaggio in Italia degli architetti francesi tra fine Settecento e inizio Ottocento », in Tra Firenze e Rio. Auguste Grandjean de Montigny e la riscoperta dell’architettura del Rinascimento toscano (dir. M. Bevilacqua), Florence, Didapress, 2019, consultable en ligne : https://mostre.sba.unifi.it/architecture-toscane/it/100/home-mostraconsulté []
  8. Pour la collection de dessins numérisés, voir : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection-dessins []
  9. Ernest Vinet, Catalogue méthodique de la Bibliothèque de l’École nationale des Beaux-Arts, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1873. Un exemple est conservé à la Bilbiothèque de l’Institut national d’histoire de l’art : BINHA 8 B 572. Pour l’édition numérique, voir : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/13437-catalogue-mthodique-de-la-bibliothque-de-lecole-nationale-des-beaux-arts []
  10. Pierre Fontaine, Charles Percier, Parallèle entre plusieurs résidences de souverains de France, d’Allemagne, de Suède, de Russie, d’Espagne, et d’Italie, Paris, C. Marquerie fils, 1833. Un exemplaire est conservé à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art : BINHA NUM FOL GT 33 (2). Pour l’édition numérique, voir : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/19949-redirection []
  11. Joseph-Jules Guiffrey, « Recension de “La Renaissance en France” », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 48, 1887, p. 304-306. []
  12. [Ensemble de dessins exécutés probablement par des architectes français pensionnaires de l’Académie de France à Rome]. Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, collections Jacques Doucet, NUM OA 86-263. On peut y noter la présence de nombreux dessins sur papier filigrané (filigrane John Wathman Turkey Mill) : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/2708-ensemble-de-dessins-executes-probablement-par-des-architectes-francais-pensionnaires-de-l-academie-de-france-a-rome []
  13. Voyage d’Italie, croquis. Tome II. Un exemplaire est conservé à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet : MS 703. Pour la version numérisée, voir : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/it/collezioni/item/5760-voyage-d-italie-tome-1?offset=6 []
  14. Voir à ce sujet : https://francearchives.gouv.fr/agent/19486865 ; http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-20206719643314923 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search