Thorsten Laurin et Jacques Doucet – À propos d’une correspondance conservée à la Bibliothèque royale de Suède et à la Bibliothèque de l’INHA

Thorsten Laurin (1875-1954) [ill. 1] occupe une place centrale dans l’histoire artistique suédoise du début du XXe siècle. Collectionneur, mécène, confident des artistes et homme de musée, il lança de nombreuses initiatives associatives et entrepreneuriales en Suède qui marquèrent durablement sa scène artistique. Les lettres publiées dans ce carnet1) témoignant des liens professionnels et amicaux établis avec le fondateur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, soulignent l’intérêt que nourrit Jacquet Doucet pour l’estampe suédoise tout en mettant en lumière un acteur jusqu’ici mal identifié du réseau du couturier-mécène parisien.

Illustration 1 : Carl Larsson, Portrait de Thorsten Laurin, Aquarelle, 1913, image tirée de l’article “Thosten Laurins konstsamling” de Karl Asplund, Ord och Bild, Vol. 37, no. 6, 1928, p. 307-320.

Collectionneur et mécène au cœur de la vie culturelle suédoise

Né dans une famille de riches éditeurs, Thorsten Laurin est très tôt introduit à l’art. L’entreprise familiale, la maison d’édition Nordstedt och Söner [Nordstedt et fils], dans laquelle il s’engage dès 1904 après une formation en droit, est alors l’une des maisons d’édition les plus puissantes de Suède2. Il y administre la production littéraire et artistique avec son frère aîné3, l’historien de l’art Carl G. Laurin (1868-1940) [ill. 2], et s’engage à ses côtés en faveur de la diffusion de l’art auprès de la population suédoise.

Illustration 2 : Carl Larsson, Portrait de Carl G. Laurin, Eau-forte, 1906, image tirée de l’article “Carl G. Laurin” de Karl Wåhlin, Ord och Bild, Vol. 27, no. 9, 1918, p. 449-462.

En 1897, Carl G. Laurin, « se rendant compte qu’il fallait faire quelque chose pour remédier à l’absence totale de décoration artistique dans les écoles »4, fut en effet à l’origine de Föreningen för skolornas prydande med konstverk [Association pour l’ornementation des écoles par des œuvres d’art].

En 1933, les efforts collectifs des frères Laurin sont d’ailleurs mentionnés dans la revue Museion :

Pendant les dix premières années du siècle, [l’]œuvre de popularisation de l’art demeura l’apanage de particuliers et d’associations. C’est ainsi que les frères Carl G. et Thorsten Laurin conçurent leur activité en donnant leur appui en particulier à l’Association pour les Arts à l’École. Dans une série d’articles et par des conférences, Carl G. Laurin sut éveiller un intérêt très vif pour l’art et l’histoire de l’art, chez ses contemporains, exerçant une influence marquée aussi sur la génération suivante5.

Si la plume de Carl G. Laurin lui assure une importante réputation, Thorsten Laurin se fait connaître auprès du public suédois par les grands projets culturels qu’il initie. Inspiré par l’exemple de l’association des Amis du Louvre, il fonde ainsi en 1911 Nationalmusei vänner [Les amis du Musée national]6

Thorsten Laurin se fait également connaître par sa collection, alors l’une des plus importantes de Suède. Il commence par acquérir des estampes anciennes (Dürer, Nanteuil, Piranèse), puis s’intéresse davantage à l’art moderne français, anglais, américain et suédois. En 1930, son ensemble comprend environ 4500 pièces gravées. En 1934, il fait don au Nationalmuseum de 1000 feuilles, dont des œuvres de Corot, Daubigny, Meryon, Toulouse-Lautrec, Corinth, Liebermann, Meid, Slevogt, Pennell, Whistler7

Caractérisée par la volonté de narrer l’histoire de l’art suédois du XIXe siècle en mettant l’accent sur la période 1875-19308., la collection Laurin se présente comme le récit intime d’une existence « passée au centre de la vie artistique suédoise »9 auprès d’une génération d’artistes qui « [marqua] profondément l’histoire nationale ultérieure »10. Certains graveurs y dominent, tels ses contemporains Carl Larsson (1853-1919), Axel Fridell (1894-1935) et Anders Zorn (1860-1920) [ill. 3], représentés par des séries importantes, souvent en épreuves d’essai avec dédicaces.

Illustration 3 : L’œuvre d’Anders Zorn était amplement représentée dans la collection de Laurin. Dans sa salle à manger était accroché au-dessus de la cheminée le tableau intitulé L’intérieur d’une brasserie, daté de 1890. Image tirée de HOPPE Ragnar, Cataogue de la collection de Laurin, 1936.

Au sujet de ce dernier, l’historien de l’art suédois Ragnar Hoppe (1885-1967) se demande ainsi s’il existe « une autre collection privée suédoise où Anders Zorn est représenté de manière aussi brillante et diversifiée que dans celle de Laurin »11. Aussi n’est-il pas étonnant que Doucet s’adresse à Laurin, celui qui « [connaît] tous les Zorn »12., pour « augmenter [sa] précieuse collection suédoise »13.

Un ami de la France

Les efforts en vue d’établir une collection représentative des développements récents de l’art suédois s’associent chez Laurin à une ouverture vers l’Europe et notamment la France. Alors que la mise en récit récente de l’histoire de l’art en Suède souligne l’importance des impulsions venant du naturalisme et de l’impressionnisme français dans la construction d’un « style national »14., la collection française de Laurin semble offrir un fond contre lequel les développements récents de l’art suédois se dessinent.15. Malgré sa petite taille, qui selon le critique d’art Karl Asplund (1890-1978) s’explique par « les possibilités d’un collecteur venant d’un petit pays éloigné[1] »16, cet ensemble illustre le goût pour l’art impressionniste français en Suède durant les trois premières décennies du XXe siècle17. Le resserrement des liens entre amateurs d’art scandinaves et français est confirmé par la correspondance entre Laurin et Doucet. Elle témoigne de la volonté du premier d’acquérir une œuvre du peintre, graveur et illustrateur Jean-Louis Forain (1852-1931), et du rôle d’intermédiaire tenu par le second dans cette entreprise18.

Alors que nombre de collections privées scandinaves se parent d’œuvres impressionnistes, Thorsten Laurin ne cherche pas seulement à multiplier les acquisitions ; il joue aussi un rôle primordial dans la diffusion et la démocratisation de l’art moderne français. Avec le prince Eugen (1865-1947), son frère Carl ainsi que d’autres hommes de musée, historiens et critiques d’art, il se trouve en novembre 1918 à l’initiative de la création de la Föreningen Fransk Konst (Société de l’art français), branche suédoise d’une association fondée au Danemark quelques mois auparavant19. Le but de cette société est clairement exposé :

Dans le passé et surtout depuis une dizaine d’années, des acquisitions significatives et remarquables d’art français ont été faites conjointement dans plusieurs pays nordiques qui méritent d’être rendues plus accessibles20

Le double aspect des activités de collectionneur de Laurin – partagées entre volonté de créer une collection représentative de l’art suédois et ouverture vers l’art européen – est remarqué par Édouard André dans la revue L’art et les artistes dès 1908 [ill. 4]21.

Illustration 4 : Première page de l’article d’Edouard André paru dans L’art et les artistes, Tome VII, p. 65-72.

Avant que Jacques Doucet ne fasse appel à son confrère pour enrichir de quelques maîtres suédois son « cabinet d’estampes modernes »22, Thorsten Laurin est en effet mentionné dans un article dédié à l’œuvre de Carl Larsson comme « le célèbre collectionneur et érudit […], dont le dévouement infatigable s’emploie fort intelligemment au développement des relations entre l’art français et l’art suédois »23. Vanté pour sa qualité, la collection de Laurin a selon André le mérite d’abriter quelques jalons de l’école suédoise du XIXe siècle, tel Les miens de Carl Larsson [ill. 5], décrit comme « destiné à prendre place parmi les chefs-d’œuvre de notre temps »24.  

Illustration 5 : Dans le hall d’entrée chez Laurin se trouvait l’œuvre de Carl Larsson Ma famille, datée de 1892. Image tirée de HOPPE Ragnar, Cataogue de la collection de Laurin, 1936.



Citer ce billet
dinaeikeland (2023, 12 septembre). Thorsten Laurin et Jacques Doucet – À propos d’une correspondance conservée à la Bibliothèque royale de Suède et à la Bibliothèque de l’INHA. Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/luwh

  1. Voir le billet « faire chez moi un petit coin de Suède où j’ai eu un si grand plaisir d’art…  », contenant la transcription de la correspondance, conservée à la Bibliothèque royale de Suède, SE S-HS L275:2, et à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (Archives, 182, 6, 16 []
  2. Carl G. Laurin, Per Adolf Nordstedt och Söner, Jubileumsskrift 1823-1923, Stockholm, Norsdstedt och Söner, 1923. []
  3. https://www.norstedts.se/forlagets-historia consulté le 7 juillet 2023 []
  4. John Kruse, « Om bildande konst och uppfostran » [« Sur l’art et l’éducation »], Ord och Bild, vol. 9, n° 11, p. 632 : « Att något borde göras för att råda bot på skolornas totala brist på konstnärlig utsmyckning, det insåg en ung kunstvän af gammal Stockholmssläkt, herr Carl G. Laurin » []
  5. Sixten Strömbom, « L’éducation populaire au musée national de Stockholm », Museion, vol. 21-22, n° I-II, 1933, p. 80. []
  6. Jan af Burén, Föreningen Nationalmusei Vänner 1911-2011 [L’association Les amis du Musée National], Stockholm, Nationalmuseum, 2011, p. 17. []
  7. Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes, La Haye, Martinus Nijhoff, 1956, n. L.2446a : http://www.marquesdecollections.fr/detail.cfm/marque/9496. Lugt indique qu’à l’époque de la rédaction de sa notice (1956), les estampes d’artistes suédois et celles de graveurs anglais et américains étaient encore en possession de la famille, mais que la direction du Nationalmuseum avait manifesté l’intention d’en acquérir la plupart. Wolfgang Nittnaus, conservateur de la collection d’estampes du musée, que nous remercions, nous dit qu’il n’en est rien. []
  8. Ragnar Hoppe, Katalog över Thorsten Laurins samling av måleri och skulptur [Catalogue de la collection de peintures et de sculptures de Thorsten Laurin], Stockholm, Nordstedt och Söner, 1936, p. VII []
  9. Ibid., p. VI. []
  10. Michelle Facos, Nationalism and the Nordic Imagination. Swedish art of the 1890s, Berkeley ; Los Angeles, University of California Press, 1998, p. 2 : « had so profoundly influences subsequent national history » []
  11. Ragnar Hoppe, Katalog…, op. cit., p. VIII : « Var finner man i någon annan svensk privatsamling Anders Zorn företrädd så glänsande och mångsidigt som hos Laurin? » []
  12. Bibliothèque royale de Suède, fonds d’archives de Thorsten Laurin, SE S-HS L275:2, lettre de Jacques Doucet à Thorsten Laurin, datée du 31 août 1911 []
  13. Bibliothèque royale de Suède, fonds d’archives de Thorsten Laurin, SE S-HS L275:2 lettre de Jacques Doucet à Thorsten Laurin, non datée []
  14. Michelle Facos, Nationalism and the Nordic Imagination…, op. cit. ; Vibeke Röstorp, Le mythe du retour : Les artistes scandinaves en France de 1889 à 1908, Stockholm, Stockholms universitets förlag, 2013 []
  15. Karl Asplund, « Thorsten Laurins konstsamling » [« La collection d’art de Thosten Laurin »], Ord och Bild, vol. 37, n° 6, 1928, p. 312. []
  16. Ibid., p. 318 : « möjligheterna hos samlaren från det lilla avlägsna landet » []
  17. Nils Messel, The Impressionist Trail: The What, Whence and Wither of French Masterpieces in Norway, Oslo, Messel Forlag, 2019 []
  18. Jean-Louis Forain avait d’ailleurs son atelier au 30 bis de la rue Spontini où Jacques Doucet avait son hôtel particulier au 19 []
  19. Archives du Nationalmuseum, 44:1, Föreningen Fransk Konst, série F, Volume 1, diverse tryck []
  20. Ibid., coupure de presse: « Både i äldre tider men alldeles särskilt sedan ett tiotal år har på många håll i Norden samtidigt gjorts betydande och märkliga förvärv av fransk konst com förtjäna att göras allmännare tillgängliga ». []
  21. Édouard André, « L’art en Suède. Carl Larsson », L’Art et les artistes, t. VII, octobre 1908-mars 1909, p. 65-72, p. 70. []
  22. Bibliothèque royale de Suède, fonds d’archives de Thorsten Laurin, SE S-HS L275:2, lettre de Jacques Doucet à Thorsten Laurin, non datée []
  23. Édouard André, art. cit., 1909, p. 70. []
  24. Ibid., p. 70 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search