“Voyons, cher Monsieur Jean, aidez un camarade” : Meier-Graefe et Degas, via Doucet et René-Jean

« Si Henri veut voir l’ouvrage à Paris il n’a qu’à aller à la bibliothèque Doucet qui possède tous mes livres et où on peut travailler très tranquillement. Elle se trouve dans une rue tout près du bois de Boulogne. J’ai malheureusement oublié le nom1. »

 

Ainsi s’adressait en 1912, depuis Berlin, l’historien et critique d’art Julius Meier-Graefe (1867-1935) à Maria Van de Velde, dans une lettre aujourd’hui conservée à la Bibliothèque royale de Bruxelles. La missive donnait suite à la requête du mari de sa destinataire, le peintre et décorateur belge Henry Van de Velde, qui cherchait à mettre la main sur les trois tomes de l’Histoire de l’évolution de l’art moderne publiée par l’Allemand en 1904 où il se savait figurer en bonne place. La mention de la bibliothèque de la rue Spontini et de sa « tranquillité » témoigne de la fréquentation régulière des lieux par Meier-Graefe qui, bien qu’à nouveau installé dans la capitale de l’Empire à l’issue de ses années parisiennes du tournant du siècle, effectuait régulièrement des séjours prolongés en France. Lors de ses haltes hivernales consacrées à l’écriture de ses ouvrages et à l’entretien de ses réseaux artistiques, le critique occupait traditionnellement un appartement situé dans le quartier cosmopolite de Montparnasse, au numéro 16 de la rue Boissonade.

C’est de ce domicile parisien transitoire que furent rédigées les quelques lettres de Meier-Graefe au bibliothécaire René-Jean ainsi qu’à son patron, Jacques Doucet, conservées à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art et principalement datées du début de l’année 1913. Ces documents évoquent l’intérêt porté par Meier-Graefe aux œuvres d’Edgar Degas de la collection personnelle de Doucet et de sa bibliothèque, et expriment son souhait de les faire reproduire en vue de leur publication2. Alors que le critique alimentait le lectorat germanophone d’une série de monographies généreusement illustrées consacrées aux grands maîtres de la peinture moderne française, il travaillait à ce moment à son premier ouvrage entièrement dédié à Degas3. Les lettres à René-Jean évoquent un projet éditorial largement entamé et dont l’achèvement semblait alors imminent. Envisagé aux éditions de Bruno Cassirer en 1913, il dut cependant être abandonné en raison d’un désaccord entre ce dernier et l’auteur. Le livre ne parut qu’en 1920 sous le titre Degas. Ein Beitrag zur Entwicklungsgeschichte der modernen Malerei4, chez l’éditeur munichois Piper & Co. Il comprend certaines belles feuilles de la collection de la bibliothèque créée par Doucet (huit au total), grâce à des reproductions probablement réalisées rue Spontini par le photographe spécialisé Étienne Delétang, dont la lettre du 25 février 1913 fait mention. Parmi elles, plusieurs monotypes dont une scène de maison close et une lithographie figurant une baigneuse s’essuyant. Elles furent obtenues au prix d’une intense discussion au sujet des problèmes soulevés par les droits de reproduction des images, dont le critique semble avoir pris en charge l’entière responsabilité.


Edgar Degas, Scène de maison close, vers 1879.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collections Jacques Doucet, EM DEGAS 9.

Edgar Degas, Baigneuse s’essuyant, s. d.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collections Jacques Doucet, EM DEGAS 43.

Comme l’indiquent certains passages de sa monographie, Meier-Graefe considérait d’un double point de vue l’action artistique menée par Doucet : s’il représentait avant tout à ses yeux un collectionneur de goût, il était aussi un philanthrope ayant « généreusement versé sa précieuse collection d’œuvres graphiques de Degas, peut-être la plus complète, à sa bibliothèque, les rendant ainsi accessibles au public5». Dans un article publié dans la Frankfurter Zeitung à l’occasion de la vente qui suivit la mort de Doucet en 1930, le critique allemand se souvient ainsi d’un collectionneur d’un type rare, sinon « insolite », aux obsessions fluctuantes, tout en rendant hommage à sa bibliothèque, « la source de littérature la plus abondante pour les chercheurs épris d’art de tous les pays6». Associé aux lettres dont nous proposons la transcription, ce document témoigne du point de ralliement que représentait la Bibliothèque d’art et d’archéologie pour les savants et amateurs d’art internationaux, ainsi que du rôle joué par cette institution encore jeune dans la diffusion du patrimoine qu’elle abritait.

 

Pour citer ce billet : Victor Claass, « “Voyons, cher Monsieur Jean, aidez un camarade” : Meier-Graefe et Degas, via Doucet et René-Jean », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 05/02/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/494.

 

  1. Bruxelles, Archives et musée de la littérature, fonds Van de Velde, FS X 576/14, lettre de Julius Meier-Graefe à Maria Van de Velde du 3 octobre [1912]. Les registres d’entrées de la Bibliothèque d’art et d’archéologie documentent les acquisitions régulières des ouvrages de Meier-Graefe, notamment auprès de la librairie Simmel. Le fichier des lecteurs conserve la trace de sept visites de Meier-Graefe rue Spontini (cinq en 1912 et deux en 1913). []
  2. Au sujet des estampes de Degas et de Doucet, voir Degas en blanc et noir, Anne-Marie Peylhard (dir.),  cat. exp., Avignon, Musée Angladon, 10 septembre-21 novembre 2004, Avignon, Fondation Angladon-Dubrujeaud, 2004. []
  3. Plusieurs passages du Journal du critique permettent de suivre l’avancement de la rédaction de l’ouvrage entre 1911 et 1913 et documentent sa quête d’informations sur le peintre auprès des critiques et marchands parisiens. Voir Julius Meier-Graefe, Tagebuch 1903-1917 und weitere Dokumente, Catherine Krahmer, Ingrid Grüninger et Jeanne Heisbourg (éd.), Göttingen, Wallstein, 2009. []
  4. Julius Meier-Graefe, Degas. Ein Beitrag zur Entwicklungsgeschichte der modernen Malerei, Munich, R. Piper & Co., 1920. []
  5. Ibid., p. 55-56 : « Doucet hat generöserweise seine kostbare Sammlung der Degasschen Graphik, die wohl die vollständigste sein dürfte, seiner öffentlichen Bibliothek zugeführt und dadurch allgemein zugänglich gemacht. » []
  6. Julius Meier-Graefe, « Verkauf der Sammlung Doucet », Frankfurter Zeitung, 75e année, no 702, 28 octobre 1930, p. 1. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.