Adolphe Reinach (1887-1914), un helléniste au-delà du monde grec

Portrait d’Adolphe Simon Reinach, dit Adolphe Joseph Reinach (1887-1914).
Publié dans : Adolphe Reinach, Textes grecs et latins relatifs à l’histoire de la peinture ancienne ou Recueil Milliet (préface par Agnès Rouveret), Alençon, Macula, 1985, p. IV.

« Jeune érudit de la plus belle espérance1 », Adolphe Reinach suit l’exemple de ses oncles Théodore (1860-1928) et Salomon Reinach (1858-1932) en entamant une carrière d’helléniste à la suite d’un voyage en Grèce, en 1905, au cours duquel il accompagne Gustave Fougères (1863-1927), directeur de l’École française d’Athènes, entre 1913 et 1919. Après des études au lycée Condorcet, il prépare l’agrégation d’Histoire puis devient membre hors cadre de l’École française d’Athènes entre 1909 et 1911. Fondée en 1846 par Narcisse-Achille de Salvandy (1795-1856), Grand Maître de l’Université, et Théobald Piscatory (1800-1870), ambassadeur de France en Grèce2, l’École française d’Athènes était, à l’origine, destinée à affirmer l’archéologie française face à l’archéologie britannique. Mais après la guerre franco-prussienne, elle devint une institution d’érudition, en concurrence avec l’Institut archéologique allemand3.

Passionné par les mondes minoens et mycéniens ainsi que par l’histoire des royaumes conquis par Alexandre le Grand, Adolphe Reinach se spécialise alors dans la période hellénistique, suivant là encore l’exemple familial. Alors que l’époque classique était jugée plus prestigieuse dans le monde universitaire, il choisit de privilégier pour ses recherches une période souvent déconsidérée, manifestant ainsi originalité et modernité. Dès son arrivée à l’École française d’Athènes, il est envoyé dans les divers musées et collections particulières anglaises pour y retrouver les monuments de Délos.  

À partir de 1911, il fouille avec son ami Charles Picard (1883-1965) à Thasos, en Anatolie, ou en Crète, reprenant notamment les travaux de Joseph Demargne (1870-1912) sur le site de Lâto ; mais déjà il se sent « à l’étroit dans les limites du monde grec 4», selon le mot de Théophile Homolle (1848-1925), directeur de l’École française d’Athènes. Ses premiers écrits, avant même son entrée dans cet établissement, montrent son éclectisme et sa passion pour l’Égypte, dont il tente d’élucider les origines. En 1908, il avait consacré un premier ouvrage à la préhistoire égyptienne, dans lequel il mettait en œuvre la méthode comparative de l’anthropologie britannique5. Pour compléter ses sources littéraires et épigraphiques, il multiplie les voyages en Orient et mène plusieurs fouilles en Égypte, dont les plus importantes sur le site de Koptos, en 1910, avec Raymond Weill (1874-1950), puis en 1911 avec Adrien Martinaud (1886-1913).

Plan de la partie sud-ouest de la cité égyptienne de Koptos.
Rapports de fouilles de Koptos (janvier-février 1910) adressés à la Société française des fouilles archéologiques, Paris, Ernest Le Roux, 1910.

Les artéfacts trouvés à l’issue de ces fouilles viennent enrichir le musée créé par l’industriel Émile Guimet (1836-1918) à Lyon, avec le soutien financier du baron Rothschild et d’Adolphe Reinach lui-même. Pour ce nouveau musée, le jeune homme rédige un catalogue dans lequel apparaît une volonté pédagogique commune à celle de son oncle Salomon :

Ce n’est donc pas un pur catalogue scientifique, destiné aux spécialistes, que l’on trouvera ici […] Il a semblé préférable de présenter ici une description rédigée de façon que tout esprit cultivé pourra y prendre intérêt6.

M.B. Fayolle, Salles égyptiennes du musée Guimet de Lyon .
Adolphe Reinach, Catalogue des antiquités égyptiennes recueillies dans les fouilles de Koptos en 1910 et 1911, exposées au Musée Guimet de Lyon, Châlons sur Saône, 1913, p. 11.

Au cours de ses recherches, Adolphe Reinach entend apporter sa contribution à l’étude de la préhistoire en Crète et en Égypte tout en montrant les liens entre les deux espaces ; il participe ainsi aux travaux visant à répondre à la question des origines des civilisations nées autour de la Méditerranée, notamment ceux engagés par son oncle Salomon. Ces efforts en faveur de l’Égyptologie se voient récompensés lorsque, en 1909, le congrès d’Archéologie classique se déplace d’Athènes (où il se trouvait auparavant) pour s’installer à Alexandrie et au Caire. Adolphe y propose plusieurs contributions7, démontrant à nouveau la variété de ses centres d’intérêts.

Ses multiples recherches l’amènent à fréquenter la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie fondée par Jacques Doucet à partir de 1912, alors qu’il est revenu habiter à Paris, rue Van Dyck, dans le 8ème arrondissement. Le registre des lecteurs mentionne ainsi quatorze présences du jeune homme jusqu’en 1914. Sans doute son oncle l’avait-il introduit dans cette institution fréquentée de manière régulière par des chercheurs comme Richard Lefebvre des Noëttes (1856-1936) ou Émile Éspérandieu (1857-1939) et qui se voulait un foyer propice aux rencontres parmi un public choisi plutôt qu’une bibliothèque « pour la foule8 ». S’il est impossible de savoir exactement quels ouvrages il y consulta, il est probable que les nombreux livres relatifs à l’archéologie rassemblés par René-Jean sur les conseils de Paul Perdrizet (1870-1938), Edmond Pottier (1855-1934) ou Salomon Reinach constituèrent de précieuses ressources pour Adolphe Reinach, qui avait entrepris en 1911 la rédaction du Recueil Milliet.

Lettre de Salomon Reinach à René-Jean.
Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145-1, 1082.

Alors que Georges Mendel avait refusé de s’y atteler, Adolphe Reinach accepte le projet de Paul Milliet (1844-1918) de réaliser une compilation traduite et expliquée des textes antiques portant sur la peinture – un projet qui devint son ouvrage majeur, publié de manière posthume en 19219. Adolphe Reinach reprend, tout en le complétant, le travail de Johannes Adolph Overbeck – Die Antiken Schriftsquellen zur Geschichte der bildenden Künsten bei der Griechen (1868) – et manifeste ainsi sa volonté de s’inscrire dans une dynamique d’émulation, mais aussi de rivalité, avec la science allemande. Souhaitant diffuser les connaissances sur la peinture antique au-delà du cercle étroit des spécialistes, il traduit les textes grecs et latins et y ajoute des notes explicatives en commentaires. Il se différencie de l’ouvrage de Johannes Overbeck, qui suit un plan chronologique depuis l’origine des arts, en adoptant quant à lui un plan thématique et en se concentrant en priorité sur la peinture. Toujours attaché à la comparaison des époques et des disciplines, il n’hésite cependant pas à faire des digressions sur les autres arts dans ses notes et met en avant l’apport des sources épigraphiques pour l’étude sociale des productions artisanales et artistiques. Archéologue et historien, il se montre attentif au contexte de découverte des œuvres d’art et souligne le lien entre les décors figurés et les inscriptions ou les sources juridiques, d’ordinaire peu considérées.

En parallèle, cet esprit éclectique se consacre aussi à l’histoire des religions et à l’ethnographie, participant à diverses revues telles que la Revue des Études ethnographiques et sociologiques, la Revue de Synthèse historique, la Revue de l’Histoire des Religions, ou encore l’Anthropologie, à laquelle il confie ses articles sur l’Égypte et la préhistoire méditerranéenne. Il collabore régulièrement à la Revue Celtique et à la Revue Archéologique, dirigée par son oncle Salomon Reinach. En 1913-1914, Adolphe Reinach assume brièvement la direction de la Revue Épigraphique avec Émile Éspérandieu, prenant la suite de la Revue Épigraphique du Midi d’Auguste Allmer (1815-1899).

Revue Épigraphique, tome 1, 1913.

Adolphe Reinach propose en effet à son aîné de reprendre et développer le Bulletin Épigraphique dont il a la charge, de manière indépendante de la Revue des Études Grecques :

Vous savez que je fais depuis cinq ans le Bulletin Épigraphique dans la Revue des Études grecques ; d’année en année il grossit tandis que la Direction s’efforce de me le rogner davantage. Comme cet énorme travail que je m’impose n’a d’intérêt que s’il est complet, comme c’est parce qu’il l’est autant que possible qu’il s’est acquis une faveur générale, à l’étranger surtout, on m’a demandé et je me suis demandé s’il ne serait pas préférable de le publier indépendamment en le développant encore un peu10.

Il propose, également, de réunir ce bulletin avec l’Année épigraphique extraite de la Revue Archéologique.  Lors de la refondation de cette revue, Adolphe Reinach et Émile Éspérandieu affirment leur volonté de concurrencer les publications allemandes et de donner une ouverture internationale à leur travail en retenant en plus du français, quatre autres langues (l’anglais, l’allemand, l’italien et le latin).

À la fin de sa vie, Adolphe s’engage dans la rédaction d’une Histoire de Pyrrhus. Il disparaît dans la fleur de l’âge lors d’un combat dans les Ardennes, le 30 août 1914, laissant derrière lui une riche bibliographie et une carrière d’archéologue pleine d’espérance.

Alix Peyrard

Bibliographie

Altit-Morvillez, Marianne, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, thèse de doctorat sous la direction d’Alain Schnapp, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2014, 2014.  

Gran-Aymerich, Ève, Les chercheurs du passé 1798-1945 : Aux sources de l’archéologie, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 1097-1098.

Fittschen, Klaus, « L’École française d’Athènes et l’Institut archéologique allemand », dans Bulletin de correspondance hellénique, volume 120, livraison 1, 1996, p. 487-496.

Gran-Aymerich, Ève, « L’Égypte dans l’œuvre de Salomon et Adolphe Reinach », dans Les Frères Reinach, Paris, AIBL/De Boccard, 2008, p. 97-113.

Gran-Aymerich, Ève et Gran-Aymerich, Jean, « La création des Écoles françaises d’Athènes, Rome et Madrid », dans Communications, n° 54, 1992, p. 175-187.

Jouanna, Jacques, « Les Reinach et les Revues savantes », dans Au-delà du savoir : les Reinach et le monde des Arts, Paris, De Boccard, 2017, p. 2‑18.

Maignan, Sylvie, « Chapitre IV : Jacques Doucet et René-Jean, la constitution de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie (1908-1914) », dans Un critique d’art parisien : René-Jean (1879-1951), Paris, mémoire de recherche de l’École du Louvre, 1979, p. 85-124.

Mulliez, Dominique, « Les Reinach et l’École française d’Athènes », dans Les Frères Reinach, Paris, AIBL/De Boccard, 2008, p. 41-56.

Picard, Charles, À la Mémoire des Reinach, Paris, Société d’éditions françaises et internationales, 1949.

Rouveret, Agnès, « Adolphe Reinach (1887-1914) : peinture antique et modernité », dans Au-delà du savoir : les Reinach et le monde des Arts, Paris, De Boccard, 2017, p. 61-84.

Rouveret, Agnès, « Introduction », Recueil Millet, Alençon, Macula, 1921 (réed : 1985), p. V-XVI.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Adolphe Reinach (1887-1914), un helléniste au-delà du monde grec », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 26/01/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/33.

  1. Salomon Reinach, « Adolphe Reinach », dans Revue Archéologique, 1919, tome 1, p. 191-197 []
  2. Gran-Aymerich, Ève et Gran-Aymerich, Jean, « La création des Écoles françaises d’Athènes, Rome et Madrid », dans Communications, n° 54, 1992, p. 176 []
  3. Afin de rivaliser avec le grand chantier de fouilles allemand lancé à Olympie, en 1875, l’École française d’Athènes organise des grandes campagnes à Délos, à partir de 1877, et Delphes, à partir de 1892 []
  4. Théophile Homolle, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1911, p. 628 []
  5. On peut, à nouveau, faire ici un parallèle avec son oncle Salomon Reinach, qui dans Cultes, mythes et religions, fait appel à ce même modèle mêlant sociologie et anthropologie considérant que des parallèles du folklore et des mythes existent dans chaque civilisation. []
  6. Reinach Adolphe, Catalogue des antiquités égyptiennes recueillies dans les fouilles de Koptos en 1910 et 1911, exposées au Musée Guimet de Lyon, Châlons-sur-Seine, E. Bertrand, 1913, p. 4. []
  7. Une étude du sarcophage d’Hagia Triada, une analyse de deux têtes de Gaulois trouvées à Délos, une communication sur les mercenaires gaulois en Égypte ainsi qu’un essai sur les armes des Dieux. Gran-Aymerich, Ève, « L’Égypte dans l’œuvre de Salomon et Adolphe Reinach », dans Les Frères Reinach, Paris, AIBL/De Boccard, 2008, p. 105 []
  8. « Une Fondation de M. Jacques Doucet : La Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans La Liberté, 9 juin 1912, p. 3. []
  9. L’ouvrage est achevé par son oncle Salomon Reinach. []
  10. Lettre d’Adolphe Reinach à Émile Éspérandieu, 4 décembre 1910. Citée par Marianne Altit-Morvillez, Émile Éspérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, thèse de doctorat sous la direction d’Alain Schnapp, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2014, tome 2, p. 211. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.