Salomon Reinach et Émile Espérandieu, deux amis à la Bibliothèque d’art et d’archéologie

Salomon Reinach (1858-1932) et Émile Espérandieu (1857-1939), figures majeures de l’archéologie au XIXe siècle, occupent une place centrale parmi les conseillers dont s’est entouré Jacques Doucet (1853-1929) pour réaliser sa Bibliothèque d’art et d’archéologie. La bibliothèque de l’INHA conserve aujourd’hui sept autographes d’Émile Espérandieu et dix-sept de Salomon Reinach adressés à René-Jean, preuves de leurs nombreux échanges avec le bibliothécaire du célèbre couturier. Mais ces deux savants étaient beaucoup plus proches que ne laisse penser une simple coopération au sein de la bibliothèque. Pour mieux comprendre les relations qu’ont entretenues ces deux archéologues, outre ceux de la bibliothèque de l’INHA, il faut recourir à deux fonds principaux qui permettent de reconstituer leurs échanges, leurs parcours et leurs centres d’intérêts : le fonds de la bibliothèque Méjanes1 et le fonds du Palais du Roure2. Notre étude portera sur les années 1908-1917, de la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à la donation de celle-ci à l’université de Paris.

Deux archéologues aux profils bien différents.

Si Émile Espérandieu et Salomon Reinach se sont rapprochés tout au long de leur vie professionnelle et sont devenus plus intimes dans leurs échanges, ils sont pourtant issus de deux milieux bien différents. Comme le rappelle Marianne Altit-Morvillez dans sa thèse Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, l’archéologuealongtemps souffertde la modestie de ses origines, recherchant une reconnaissance professionnelle longue à atteindre : « Dans ces Souvenirs, Espérandieu souligne très clairement l’élévation sociale dont il a profité grâce à l’armée.». « [Il ] n’a pas été imprégné de latin, n’a pas fait d’études classiques, n’ayant pas fréquenté le lycée ». C’est donc « un homme qui a construit sa carrière archéologique en utilisant de manière stratégique les réseaux en place, et en se donnant des mentors qui le soutiennent »3.

A l’inverse, comme le rappelle le sociologue et historien Pierre Birnbaum, les Reinach appartiennent à la haute bourgeoisie. Le père de Salomon, Hermann Reinach a été « naturalisé en 1870 […]. Ce grand banquier […] mène à bien ses affaires, s’installe dans les beaux quartiers, entre dans les milieux dominants. Orléaniste convaincu, il fréquente aussi Thiers avant de s’engager résolument en 1848 dans la défense de la République »4. Hervé Duchêne, de son côté, rappelle que « la fortune des Reinach est immense », que « la succession [d’Hermann] s’élèvera à près de quatorze millions de francs, soit l’une des plus importantes de France »5. L’éducation de Salomon est confiée à Charles-Marie Laurent (1840-1897), qui est aussi le précepteur de l’ainé des frères Reinach, Joseph, et du benjamin Théodore. Outre, la langue allemande et la culture classique, le latin et le grec, Charles-Marie Laurent fait découvrir aux enfants Reinach les héros de la culture nationale, à l’image de Vercingétorix, ce qui explique en partie le goût que développent les frères pour l’archéologie nationale. Les relations d’Hermann Reinach permettent à Salomon de fréquenter, dès son plus jeune âge, un monde parisien que ne connaît pas Émile Espérandieu et d’entrer en relation avec de nombreux intellectuels6. Si le réseau paternel est important, Salomon Reinach constitue aussi le sien au cours de ses études. Après avoir réussi le concours de l’École normale supérieure, Salomon Reinach entre à l’École française d’Athènes, en 18807. C’est au cours de son voyage d’études en Grèce qu’il rencontre Charles-Joseph Tissot (1828-1884), archéologue-diplomate français, pionnier des recherches sur l’Afrique du Nord ancienne, et qu’il devient son secrétaire particulier. Il l’aide également à finir son ouvrage la Géographie comparée de la province Romaine d’Afrique (1884-1888). Directeur de la commission archéologique de Tunisie, Charles-Joseph Tissot engage rapidement Salomon Reinach au sein de cette institution et lui confie des campagnes de fouilles à Ghitis et à Zian8

Fragment d’inscriptions sur le forum de Zian, (v. 42 ap. J.-C.) Source : photographie de Salomon Reinach, Mission archéologique de Salomon Reinach avec Ernest Babelon (1883-1884). Bibliothèque de l’INHA / coll. J. Doucet, 8 phot. 1

L’Afrique du nord, une source commune d’intérêt

Ce sont ces fouilles en Afrique et leur relations communes avec Charles-Joseph Tissot qui vont rapprocher Salomon Reinach et Émile Espérandieu, alors que ce dernier commence sa carrière de militaire en Tunisie et y découvre l’épigraphie grâce au contrôleur civil, Bernard Roy (1846-1919)9.

 Le 3 novembre 1885, évoquant un premier courrier qu’il lui avait envoyé après la mort de Charles-Joseph Tissot, Émile Espérandieu écrit à Salomon Reinach : « À une époque assez lointaine, j’ai eu besoin des plans des villes romaines que j’avais autrefois adressés à Monsieur Tissot et vous avez bien voulu me les faire parvenir »10. Espérandieu fait allusion au plan de Mactar11, qu’il avait envoyé à Charles-Joseph Tissot et que ce dernier avait présenté à l’Académie des Instructions et Belles-Lettres. Dans son courrier, Émile Espérandieu rappelle à Salomon Reinach que si la majorité des plans des villes romaines ont été publiés dans son ouvrage Épigraphie sommaire des environs du Kef12, le plan de Mactar ne l’est pas encore. C’est la raison pour laquelle il soumet à Reinach la proposition suivante : « Peut-être en publiant qq inscriptions de Macteur le Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques pourrait-il le faire graver ? »10.

Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, fonds Salomon Reinach, boîte 59. lettre d’Émile Espérandieu à Salomon Reinach du 3 novembre 1885

Les souhaits d’Espérandieu ne seront pas exaucés mais il obtient, néanmoins, une première marque de reconnaissance avec une médaille au congrès de la Société française d’archéologie pour ses travaux sur la Tunisie en 1885.

Les cachets d’oculistes romains, une polémique qui rapproche Émile Espérandieu et Salomon Reinach

            Bien que la correspondance entre les deux savants s’espace à la fin des années 1880 et au début des années 1890, les quelques lettres qui ponctuent cette décennie montrent une poursuite des échanges scientifiques entre les deux hommes et la naissance d’une relation plus amicale. Ainsi, en janvier 1893, la Revue Archéologique dirigée par Salomon Reinach accueille les articles concernant les nouvelles recherches d’Émile Espérandieu sur les cachets d’oculistes romains. En 1894, ces articles sont regroupés et publiés sous le titre Recueil des cachets d’oculistes romains.

Recueil des cachets d’oculistes romains d’Émile Espérandieu (1894). Source : Gallica

A la sortie de cet ouvrage, Émile Espérandieu est accusé d’avoir empiété sur les recherches de l’abbé Thédenat (1844-1916)13 et d’Héron de Villefosse (1845-1919)14 qui avaient déjà publié en 1882 une monographie sur les cachets romains et avaient annoncé  la publication d’un second volume. Alors que la polémique enfle, Salomon Reinach prend le parti d’Émile Espérandieu et rédige un article dans la Revue Archéologique dans lequel il défend l’archéologue, allant aux devants des erreurs qui lui ont été reprochées : « Une erreur du Recueil de M. Espérandieu a déjà été notée par la Revue critique (4 mars 1895), mais d’une manière peu équitable pour l’auteur. Le n’61 du Recueil est publié avec l’indication de provenance « Erdarbeiten ». Or « Erdarbeiten » signifie, en allemand, « travaux de terrassement ». Il n’y a jamais eu de localité de ce nom et le cachet en question paraît avoir été découvert à Bonn. Mais M. Espérandieu en citant le Korrespondenzblatt, renvoie à l’Année épigraphique de M. Cagnat. Or, c’est là que l’erreur a été commise avec renvoi au Korrenpondenzblatt de 1890 (au lieu de 1891), autre erreur que M. Espérandieu a reproduite. M. Cagnat possède des titres assez éclatants à l’estime des érudits pour pouvoir revendiquer gaiement la responsabilité d’une inadvertance, comme les plus savants sont exposés à en commettre. Il n’est pas juste de la rejeter sur M. Espérandieu »15.

La correspondance adressée à Espérandieu au cours de l’année 1894 conserve traces des efforts faits par Reinach pour tenter d’apaiser la colère de ce dernier. A la recherche d’arguments, le savant n’hésite pas à faire le parallèle avec ses propres difficultés, évoquant ses déconvenues à la sortie de son Manuel de Philologie, rédigé lors de ses années à l’École normale supérieure16 : « Si j’ai l’occasion d’imprimer qq. part mon sentiment au sujet de vos cachets d’oculistes, vous pourrez être sûr que je rappellerai vos efforts […]. Surtout ne vous découragez pas à cause d’une attaque inconsidérée. Nous en avons tous subi, et de raides. Mon premier travail, un travail colossal et abrutissant, mon Manuel de Philologie, a été éreinté »17.

Manuel de philologie classique de Salomon Reinach (1880). Source : Gallica

L’année 1894 marque une étape dans le rapprochement des deux savants. Après le décès de son beau-père, Émile Espérandieu rencontre des difficultés financières qui le conduisent à solliciter l’aide de Salomon Reinach. Les formules utilisées dans les échanges épistolaires montrent toute la gêne du commandant mais expriment aussi son assurance d’être entendu par un collègue avec qui il est devenu plus intime. Il écrit, ainsi, à Salomon Reinach le 11 avril 1894 : « La lettre qui va suivre est d’une nature très délicate et n’a rien d’archéologique […] J’aurais tant désiré ne pas avoir à vous demander ce service d’argent précisément parce que je ne doutais pas de votre bienveillance et que je savais que vous ne resteriez sourd à ma prière »10. Ce à quoi Salomon Reinach répond par l’envoi d’une somme de 500 francs pour aider son ami de longue date.

Salomon Reinach et le Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine

    Mais, c’est surtout à partir de 1903 que la relation entre les deux hommes devient plus suivie puisque à cette date Émile Espérandieu entame une œuvre qui fera sa notoriété, tout en le liant à Salomon Reinach : le Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine. Avant même que ne lui parvienne son arrêté de nomination pour le recueil, Émile Espérandieu reçoit, le 24 décembre 1902, un courrier de Salomon Reinach : « Mon cher Capitaine, la Commission18 a décidé de faire demander au Directeur de l’Enseignement supérieur les fonds nécessaires à la préparation du corpus des Bas-Reliefs des Gaules […]. J’ai été chargé du contrôle de ces crédits, du choix des auxiliaires, etc. » 19. Ayant enfin été nommé, Espérandieu ne manque pas d’indiquer, en retour, à Reinach, les grandes lignes des directives du ministère de l’instruction publique, dans son courrier du 18 février 1903 : « Pour cette préparation, vous serez obligé de faire des voyages, d’entretenir une correspondance afin d’obtenir des photographies et autres documents qui vous seront nécessaires, de dépouiller les archives »10.

Recueil général des Bas-Reliefs de la Gaule Romaine tome 1 (1907). Source : archives.org

Sur les conseils de son « mentor », Émile Espérandieu commence son enquête par le musée de Saint-Germain-en-Laye. Il sait pouvoir profiter des moulages du musée, de son fonds photographique et de la bibliothèque, riche en périodiques. Le musée d’archéologie nationale s’inspire, en effet, depuis sa création des principes de l’Altertumwissenschaft20, et du modèle du musée romano-germanique central de Mayence21.

Vue du château de Saint-Germain-en-Laye, Musée des antiquités nationales. Salomon Reinach, Guide illustré du musée de Saint-Germain-en-Laye, Paris, 1899, Maison Ernest Leroux. Bibliothèque de l’INHA / coll. J. Doucet, 12 F 422

Bien informé des sources françaises et allemandes, Émile Espérandieu dépouille les périodiques des différentes bibliothèques qu’il fréquente et essaie de rassembler toutes les photographies nécessaires à son corpus et aux illustrations de ses notices. Dans la préface de son tome 1 du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine(1907), il évoque son désir de rendre « aussi sobre que possible le texte qui accompagne chaque sculpture », s’inspirant pour cela de l’ouvrage consacré aux bas-reliefs de Wurttemberg par Messieurs Haug et Sixt et de certains catalogues de Salomon Reinach22.

Extrait du Recueil général des Bas-Reliefs de Gaule, tome 1 (1907). Source : archives.org

Comparaison d’Apollon dans le Recueil des Bas-Reliefs et le Répertoire de la statuaire grecque et romaine. Source : Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique (2014), vol. II Annexes.

Pour sa collecte de photographies et de renseignements, Espérandieu met à contribution les sociétés savantes, les correspondants du ministère. Les remerciements adressés dans le tome 1 du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine dessinent ainsi le réseau de ses collaborateurs dans lequel on retrouve aussi des conservateurs de musées régionaux23. En raison de l’importance des recherches et des difficultés rencontrées24, le premier volume du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine ne paraît qu’au cours de l’année 1907.

Pour la publication, c’est Salomon Reinach qui propose de faire paraître l’ouvrage dans la collection Documents inédits relatifs à l’histoire de France, signe de l’importance, à ses yeux, de ce travail, mais aussi volonté d’affirmer le poids de l’archéologie française face à aux publications allemandes. C’est encore lui qui subvient financièrement à la publication du volume IX, relatif à la rive droite du Rhin, alors que le budget dédié au recueil est dépassé25.

Les apports d’Émile Espérandieu à l’œuvre de Salomon Reinach

Si la « dette » d’Espérandieu à l’égard de Reinach est importante, il convient maintenant de rappeler que Salomon Reinach, l’homme des index et des répertoires, doit aussi beaucoup à Émile Espérandieu qui a souvent fourni à son « cher maître et ami » photographies et renseignements sur ces nouvelles découvertes. Reinach l’en remercie d’ailleurs dans l’introduction des tomes 1 et 2 du Répertoire des Reliefs Grecs et Romains. Dans ce dernier, il salue « M. le commandant Espérandieu, libéral à son ordinaire, et qui a bien voulu relire de près les sections de l’Allemagne, de la France et des Iles britanniques »26. Quant au 3e tome du Répertoire des Reliefs (1912), il est dédicacé à Émile Espérandieu alors que les deux premiers l’étaient à Wolfgang Helbig (1839-1915)27 et Henri Lechat (1862-1925)28 ce qui montre la considération que Reinach accorde au savant.

Tout comme Salomon a su adoucir la colère d’un ami en son temps, Espérandieu a aussi joué un rôle d’apaisement ou d’intermédiaire auprès de certains savants avec qui Salomon Reinach était en froid. Qualifié par Jean-Yves Marc d’« archéologue-muséographe »29, Salomon Reinach est particulièrement intéressé par l’histoire des collections privées. En 1905, il fait paraître dans la Revue Archéologique un article « Esquisse d’une histoire de la collection Campana ».

« Esquisse d’une histoire de la collection Campana », Revue Archéologique 4e série tome 5, janvier-juin 1905, p. 343

N’ayant pu accéder à certaines archives, pour écrire son article, Salomon Reinach interroge lui aussi son réseau. C’est à ce titre qu’Espérandieu est sollicité pour aider son ami car celui-ci souhaiterait obtenir des informations auprès de Wilhelm Froehner (1834-1925)30, mais les relations entre le conservateur de Saint-Germain et ce dernier ne sont pas très bonnes, comme l’indique, non sans humour, la petite note que Reinach fait paraître au bas de son article dans la Revue archéologique : « M. Fröhner a bien voulu répondre par écrit à toutes les questions que lui posait de ma part notre ami commun, M. le capitaine Espérandieu. J’ai d’autant plus lieu de reconnaître ici sa libéralité que l’an prochain, si nous sommes encore de ce monde, nous pourrons célébrer M. Fröhner et moi, le vingtième anniversaire d’une brouille archéologique sans éclaircie »31. C’est donc Espérandieu qui va se faire l’intermédiaire entre les deux savants, répondant dans un premier temps aux questions posées par Reinach, puis joignant régulièrement les correspondances reçues de Fröhner, pour appuyer son propos.

Salomon Reinach et Émile Espérandieu poursuivent leur correspondance bien au-delà de la vente de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à l’université de Paris32, jusqu’au décès de Salomon Reinach en 1932. Plus que des relations professionnelles, ils partagent pendant ces années les joies et les douleurs qui marquent leur vie, comme le montre ce courrier d’Espérandieu adressé à René-Jean33. L’archéologue y fait part au bibliothécaire de la disparition d’Adolphe Reinach34. À la fin de son courrier, il ajoute qu’il n’ose pas avouer à son « maître et ami » qu’il ne « partage pas son […] optimisme » de retrouver son neveu vivant. Cette réserve illustre bien les liens amicaux que les deux savants entretenaient et que la Bibliothèque d’art et d’archéologie a contribué à faire croître.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Salomon Reinach et Émile Espérandieu, deux amis à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/05/2022, https://baadoucet.hypotheses.org/3056.
  1. Légué après le décès de Salomon Reinach par son neveu et exécuteur testamentaire, Abraham Morgoulieff. []
  2. Ancien hôtel particulier de Jeanne de Flandresy, dans lequel ont été réunies des archives relatives à l’histoire de la Provence et celles de son mari, Émile Espérandieu. []
  3. Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafarge, Mergoil, 2021, p. 217. Sur ce sujet, on peut lire aussi le billet de Marianne Altit-Morvillez dans le carnet de recherche (référence du billet de Marianne Altit-Morvillez à venir). []
  4. Pierre Birnbaum, Les Fous de la République, Paris, Fayard, 1992, 512 p. []
  5. Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, la Flèche, Robert, 2009, préface par Hervé Duchêne, p X. []
  6. Notamment le philologue et historien des religions, Ernest Renan. []
  7. Les nombreux succès des frères Reinach au Concours Général leur valent le surnom de frères Je-Sais-Tout en référence à l’initiale respective de leurs prénoms. []
  8. La Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art conserve, aujourd’hui, sous la côte 8 phot. 1, un album de photos prises par Salomon Reinach et par le photographe Georges Balagny (1837-1919) lors de ces fouilles, en 1883-1884. []
  9. En 1875, « Espérandieu s’engage pour cinq ans devançant le service militaire », puis passe le concours de Saint-Cyr en 1878. En 1882, il est « affecté au 77e de Ligne à la redoute de Ras-el-Oued (près de Gabès) participe à des expéditions de sécurité, de transport de vivres, et apprend un peu d’arabe. Puis, en janvier 1883, il est affecté aux brigades topographiques qui doivent lever la carte de la Tunisie ». Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafarge, Mergoil, 2021, p. 28-29. []
  10. Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, fonds Salomon Reinach, boîte 59. [] [] [] []
  11. Ou Macteur. []
  12. publié à ses propres frais, en sept fascicules, 1885 []
  13. Oratorien, historien de l’antiquité et archéologue, il suit les cours de Léon Renier et d’Ernest Desjardins à la Sorbonne et est élu  membre libre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1898. []
  14. Archiviste paléographe et archéologue, conservateur au département des antiquités grecques et romaines du Louvre, membre de la section d’archéologie du CTHS en 1876, élu membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1886. []
  15. Salomon Reinach, « Les cachets d’oculistes romains », Revue Archéologique, 3e série, tome 26, janvier-juin 1895, p. 263. []
  16. Son professeur Michel Bréal (1832-1915), linguiste et futur fondateur de l’École Pratique des Hautes Études, lui avait alors dit « Imprimez le bien vite ; dans un an, vous n’oserez plus ! ». Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, la Flèche, Robert, 2009, préface par Hervé Duchêne, p XIX. []
  17. Avignon, Palais du Roure-fondation Espérandieu-Flandresy, lettre de Salomon Reinach à Émile Espérandieu, sans date, peut-être 1894. []
  18. Il s’agit de la Commission des Musées. []
  19. Avignon, Palais du Roure-fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Émile Espérandieu. []
  20. Sciences de l’Antiquité. []
  21. crée en 1852 par Ludwig Lindenschmit père []
  22. Haug Ferdinad et Sixt Gustav, Die römischen Inschriften und Bildwerke Württembergs, Stuttgart, W. Kohlhammer,1900, 727 p. []
  23. « M. Rachou à Toulouse, M. Jean Lataste à Tarbes, M. J. Larrède à Dax, M. Eugène Bérot à Bagnères de Bigorre, M. Charles Palanque à Auch, M. Camille de Mensignac à Bordeaux, M. Jules Momméja à Agen, M. Roubaud à Cahors, M. É. Biais à Angoulême, M. É. Besse à Limoges, M. Arthur Bonneault à Niort, M. Mater à Bourges, M. A. Lascombe au Puy, m’ont facilité dans la plus large mesure, et quelques fois en m’accompagnant, la visite des collections confiées à leur soins. […] D’autres sont devenus de véritables collaborateurs, soit en me fournissant des renseignements sur la provenance des objets, soit en me procurant des photographies qui me manquaient. M. le marquis de Fayolle à Périgueux, M. Charles Dangibeaud à Saintes, le R. P. Camille de la Croiw à Poitiers […] » – Émile Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine tome 1, Paris, Imprimerie Nationale, 1907, p. V-VI. []
  24. Pour n’en signaler qu’une, on peut évoquer l’absence de catalogue de nombreux musées régionaux. Sur ce sujet, consulter la thèse de Marianne Altit-Morvillez : Émile Espérandieu (1857-1939), un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafarge, Mergoil, 2021, p. 117-124. []
  25. Le coût de la collecte de photographies, l’étalement des recherches et les corrections confiées à divers savants dont Salomon Reinach, Camille Julian ou encore Héron de Villefosse ont considérablement augmenté les frais d’Espérandieu. []
  26. Préface du Répertoire des Reliefs Grecs et Romains tome 2 par Salomon Reinach, pl IX, 1912. []
  27. Élève d’Otto Jahn, il étudie la philologie classique et l’archéologie aux universités de Göttingen et Bonn. En 1862, il obtient une bourse au Deutsches Archäologisches Institut de Rome, où il succède quelques années plus tard à Heinrich von Brunn comme second secrétaire. Il devient membre associé de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, en 1894. []
  28. Historien de l’art antique spécialiste de la statuaire grecque, Henri Lechat entre à l’Ecole française d’Athènes en 1886. A son retour en France, il enseigne à l’université de Montpellier puis à l’université de Lyon, à partir de 1898. []
  29. Jean-Yves Marc, « Le musée de l’Institut d’archéologie classique », Laboratoire d’Europe : Strasbourg 1880-1930, Roland Recht (dir.), 2017, p. 250-259. []
  30. Il étudie la philologie à l’université de Bonn. Après ses études, il s’installe à Paris, et aide Napoléon III dans la rédaction de son ouvrage consacré à Jules César. Conservateur adjoint au Louvre, il est empêché d’enseigner à l’École Pratique des Hautes Études, car accusé d’intelligence avec l’ennemi. À la fin de sa vie, il se consacre à la rédaction de catalogues pour divers collectionneurs. []
  31. Salomon Reinach, « Esquisse d’une histoire de la collection Campana », extrait de la Revue Archéologique de 1905, Paris, Leroux, p 4. []
  32. A propos du rôle de Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, voir le billet sur ses dons à la Bibliothèque : https://baadoucet.hypotheses.org/899 Concernant le rôle d’Émile Espérandieu à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, se référer au billet de Marianne Altit-Morvillez. Lien du billet à venir. []
  33. Paris, Bibliothèque de l’INHA, lettre d’Émile Espérandieu du 8 juin 1917 à René-Jean, Autographe 143-2-217. []
  34. Sur le front en août 1914. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.