René-Jean (1879-1951) : les années d’apprentissage

 

Paul Perdrizet, René-Jean, La galerie Campana et les musées, Bordeaux, Feret et fils, 1907, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 8 F 1778.
Exemplaire portant la dédicace « A Monsieur J Doucet / Hommages respectueux de / René Jean ».

Dit René-Jean, René Hippolyte Jean (1879-1951) a grandi dans un milieu modeste, d’abord à Paris où il est né d’un père employé de commerce puis, après le décès de son père en 1885, dans sa famille maternelle en Haute-Saône.

Sa vie professionnelle débute à Paris à quinze ans en tant que commis aux écritures au Crédit lyonnais, emploi qu’il conserve dix ans. René-Jean poursuit en effet jusqu’en 1904 ses efforts dans cette voie commerciale : il obtient en 1898 son Certificat d’études commerciales supérieures, en 1899 une deuxième médaille en Droit Commercial du Comité d’encouragement des études commerciales en France, en 1900 et 1901 les deux premières médailles en Droit commercial du dit Comité. De 1901 à 1904, il suit les cours publics de Marcel Dubois à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris et les cours de la Société pour l’Encouragement des études commerciales en France à la mairie Drouot1.

Dans des circonstances qui restent ignorées, René-Jean commence en 1900, parallèlement à son premier emploi, une carrière de journaliste et de critique d’art, qu’il délaissa le temps de sa collaboration avec Jacques Doucet mais reprit après la Première Guerre mondiale, de manière ininterrompue jusqu’à son décès. Que ce soit dans ses premières critiques artistiques publiées dans L’Effort de décembre 1900 à novembre 1901, ses compte-rendu d’expositions ou de salons pour La Revue dorée dont il est l’un des administrateurs à partir de 1901, ses articles de 1904 pour La Revue illustrée, ou encore ses compte-rendu de 1906 et 1907 dans la Gazette des Beaux-Arts et ses articles à partir de février 1906 dans Art et Décoration, ce sont surtout les arts plastiques qui retiennent son attention2.

Durant l’été 1904, René-Jean abandonne définitivement ses ambitions commerciales pour prendre le poste de sous-bibliothécaire à l’Union centrale des Arts décoratifs, dont la bibliothèque a récemment ouvert ses portes dans le Pavillon de Marsan du Louvre, au 107 rue de Rivoli, où elle se trouve encore actuellement. Lié par sa famille paternelle au peintre Aman-Jean, René-Jean aurait obtenu cet emploi grâce à Jules Maciet, cousin et collectionneur de ce dernier. Il avait par ailleurs été recommandé en mai 1904 par Marcel Dubois, dans une lettre soulignant  son assiduité, sa finesse et sa ténacité. Jusqu’en 1908, René-Jean collabore étroitement avec Maciet à l’élaboration des albums thématiques qui recouvrent les murs de la salle de lecture de la bibliothèque. N’ayant aucune formation dans ce domaine, s’était-il engagé à acquérir rapidement les bases de l’histoire de l’art pour justifier en toute légitimité de son emploi3 ?

René-Jean s’inscrit en tout cas à l’École du Louvre en 1904 dans le cours de Gaston Migeon en « Histoire des arts appliqués à l’industrie », dont il passe l’examen final en juin 1907. Les cours suivis en 1908, qu’il avait peut-être aussi déjà suivis les années précédentes, sont ceux d’André Michel et d’Edmond Pottier. Les « Souvenirs en triptyque » de l’École du Louvre que René-Jean rédige en 1932 montrent l’importance de ces années de formation, et des liens noués :

Deux ou trois fois chaque semaine, je quittais la Bibliothèque des Arts Décoratifs et les chères images que j’étais chargé de classer et de répartir dans les albums. Je franchissais la grille ouvrant sur la cour du Carrousel et, quelques minutes après, m’asseyais à la table centrale […] Je retrouvais là Louis Hautecœur […], caustique et enthousiaste, méthodique, généreux et perspicace, soucieux de soumettre ses élans à sa raison sans toutefois les refouler ni leur faire perdre aucune force. Je retrouvais là Abel Bonnard à qui ses cheveux frisés composaient une auréole ténébreuse et romantique, Abel Bonnard qui rêvait alors Les Familiers et qui lorsque, par hasard, j’avais manqué un cours, me prêtait à titre de revanche, les notes qu’il avait prises. Mlle Louise Pillion, active, préparait déjà ses livres, précieux à nos enfants et même à nous, sur notre sculpture médiévale. Il y avait là Jean-Louis Vaudoyer, élégant et rêveur. Il y avait là Jacques Robiquet. […] N’y a-t-il point, de ma part, quelque outrecuidance à joindre, dans cette réunion de famille, mes lignes à celles de savants dont l’érudition s’impose au monde entier ? Du moins puis-je espérer une excuse dans le fait que je n’ai pas cru pouvoir refuser un témoignage de gratitude, si léger qu’en soit le poids, à mes maîtres de l’École du Louvre, à l’École du Louvre elle-même, à qui son âge maintenant promet éternelle et féconde jeunesse et place élue parmi les corps savants4.

D’un point de vue personnel, ces années d’apprentissage de René-Jean sont également marquées par l’art et la littérature, conduisant à son mariage en septembre 1906 avec Pierrette Madeleine Jeannine Berteaux (1883-1912), dite Myto. René-Jean quitte alors le 17e arrondissement pour emménager avec son épouse dans le 16e, 44 rue des Perchamps5. Née de père inconnu, Myto est la fille d’Anna-Clara Victoria Berteaux, dite Pierre Brétigny, femme de lettres ayant publié en 1882 avec le journaliste Georges-Pierre Sauton (1842-1888) La princesse Cantharide6 puis en 1885, le roman naturaliste Mouchot « la fille » 7. Pierre Brétigny a enfin publié seule chez Flammarion, en 1891, La petite Gabi 8. Personnalité et artiste à redécouvrir, Myto est orfèvre et créatrice de bijoux. Formée par l’émailleur Grandhomme, elle expose à la Société nationale des beaux-arts et au Salon d’automne : son Collier Capucines, en argent ciselé et émail, présenté au salon de la Société nationale des beaux-arts de 1909 est offert à l’UCAD par Jules Maciet la même année9.

Myto René-Jean, Collier Capucines, vers 1909, argent et émail ciselés, Paris, Musée des Arts décoratifs.
Numéro d’inventaire : 15433.
© MAD, Paris / Jean Tholance
Photographie utilisée avec l’aimable autorisation du MAD.

Un Portrait de Myto au pastel et fusain sur papier réalisé par Edmond Aman-Jean, daté de 1907, est conservé au musée Baron Martin de Gray10.

Edmond Aman-Jean, Portrait de femme, 1907, pastel et fusain sur papier, Collection du Musée Baron Martin-Ville de Gray.
Numéro d’inventaire : GR 93-13 
© Studio Bernardot
Photographie utilisée avec l’aimable autorisation du Musée Baron Martin-Ville de Gray.

La période est marquée par la naissance d’amitiés durables, comme celles que René-Jean noue avec le clan Besnard autour de 1900 lors des « Dimanches d’Albert Besnard », réunions dominicales qui se tenaient dans l’atelier du peintre, 17 rue Guillaume Tell à Paris. Il s’y lie avec Albert (1849-1934), peintre et graveur, son épouse Charlotte, née Dubray (1854-1931), sculpteur et céramiste, ainsi qu’avec leurs fils Philippe (1885-1971) et Jean (1889-1958), respectivement sculpteur et céramiste. Les correspondances échangées avec Albert et Charlotte Besnard montrent une bienveillance chaleureuse de la part du peintre parisien, grand portraitiste et décorateur de nombreux monuments civils, un partage sincère des moments heureux de la vie, comme à l’occasion du mariage du jeune sous-bibliothécaire avec Myto. Les Besnard étaient d’ailleurs eux-mêmes très liés à Aman-Jean et Jules Maciet.

Lettre d’Albert Besnard à René-Jean du 16 août 1906.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes, 187, 17, 1.

Parmi les lettres aujourd’hui conservées à la Bibliothèque de l’INHA grâce à la générosité de la fille cadette de René-Jean, Sylvie Maignan, le seul correspondant régulier de la période, à côté des Besnard et d’Aman-Jean, est l’archéologue Paul Perdrizet (1870-1938), maître de conférences de langue et de littérature grecques à l’Université de Nancy, que René-Jean assiste, à partir de 1905, pour le récolement des tableaux italiens de la collection Campana – un travail qui le conduit à échanger de nombreux courriers, entre 1906 et début 1907, avec des conservateurs et responsables de musées français. Premier travail en histoire de l’art auquel participe René-Jean, « La Galerie Campana et les musées français » paraît avec le nom des deux auteurs dans le Bulletin italien de janvier-mars 190711. Dédicacé à Théophile Homolle, directeur des musées nationaux, il s’agit d’une publication de soixante-dix pages complétée de cinq planches consacrée à la collection achetée en 1861 par Napoléon III, constituée de six cent quarante-six tableaux datant des XIVe et XVe siècles. Exposée au Palais de l’Industrie en 1862, elle intégra le Louvre l’année suivante et une commission fut chargée de la répartition de trois cent vingt-et-un tableaux dans soixante-sept musées de France, trois cent-treize tableaux ayant été retenus pour le Louvre et douze pour le musée de Cluny. Aucun état ne fut toutefois publié de ces dépôts, jusqu’à ce travail de Perdrizet et René-Jean qui prend appui sur les listes des différents envois dans les musées de province, conservées dans les archives de la Direction des Beaux-Arts et dénichées par René-Jean. Véritable récolement professionnel, la publication est une mise à jour du catalogue de la collection établi en 1862 par l’administrateur provisoire du musée Napoléon III, accompagnée de tableaux de correspondances numériques entre les deux catalogues, de la liste des tableaux Campana par musées avec leur date d’envoi et leur référencement dans les catalogues de ces musées, de fragments de polyptyques ayant été séparés et d’une étude iconographique de quelques tableaux.

La correspondance entre Paul Perdrizet et René-Jean ne s’interrompt pas après la publication des tableaux italiens de la collection Campana12. Pendant une année, ce sont des échanges faisant la liste de leurs envois respectifs, des réponses tardives de conservateurs, des projets de poursuite de leur travail… Bientôt, une  nouvelle tombe. Écoutons Paul Perdrizet :

Nancy, 2, avenue de la Garenne

14 juin 1908

mon cher ami

si je ne vous ai pas encore félicité de l’heureuse nouvelle que m’annonçait votre dernière lettre, ce n’est pas indifférence, croyez-le bien. Je m’associe fraternellement à votre joie, je vous sais gré de m’en avoir fait part, & je vous souhaite le succès. Je suis tout prêt à vous aider dans la mesure de mes modestes moyens13.

Le 23 juin 1908, la demande de démission de René-Jean est examinée par la Commission de l’enseignement de l’Union centrale des Arts décoratifs14. René-Jean a en effet reçu une proposition du couturier et collectionneur Jacques Doucet, qui veut créer une bibliothèque d’histoire de l’art. Le 1er septembre 1908, René-Jean débute comme bibliothécaire rue Spontini.


Pour citer ce billet : Marie-Anne Sarda, « René-Jean (1879-1951) : les années d’apprentissage », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 26/01/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/299.

 

  1. Paris, Musée des Arts décoratifs, Archives, B5/159, dossier René-Jean []
  2. Maignan Sylvie, René-Jean, critique d’art et bibliothécaire, Paris, INHA, 2005 ; Paris, Musée des arts décoratifs, Archives, B5/159, dossier René-Jean []
  3. Paris, Musée des arts décoratifs, Archives, B5/159, dossier René-Jean []
  4. René-Jean, « Souvenirs en triptyque », dans Henri Verne (éd.), L’École du Louvre : 1882-1932, Paris, Bibliothèque de l’École du Louvre, 1932, p. 90-95 []
  5. Archives de Paris, AP, 16M 142. []
  6. Georges Sauton et Pierre Brétigny, La princesse Cantharide, Paris, Librairie nationale, 1882 []
  7. Georges Sauton et Pierre Brétigny, Mouchot « la fille », Paris, Derveaux, 1885 []
  8. Pierre Brétigny, La petite Gabi, Paris, Flammarion, 1891. []
  9. Paris, Musée des Arts Décoratifs, inv. 15433 []
  10. inv. GR-93-13 []
  11. Paul Perdrizet et René-Jean, « La Galerie Campana et les musées français », Bulletin italien, tome VII, n° 1, janvier-mars 1907, p. 7-72. []
  12. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2 à 145, 4 ; Samuel, Provost Samuel, Paul Perdrizet/René-Jean. Correspondance (1905-1938), Paris, INHA, 2021. []
  13. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 192. []
  14. Musée des Arts décoratifs, Archives, B5/159, dossier René-Jean []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.