Deux figures de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Adolphe Reinach et Émile Espérandieu

Lecteur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à partir de 1912, Adolphe Reinach (1887-1914) y fut sans doute introduit par son oncle Salomon Reinach (1858-1932), conseiller et donateur1. Le registre des entrées de la bibliothèque2 atteste ainsi de la présence d’Adolphe Reinach rue Spontini à quatorze reprises. La bibliothèque de l’INHA ne conserve malheureusement aujourd’hui aucune trace des ouvrages consultés. Toutefois, quelques hypothèses peuvent être émises.

Alors qu’il vient de terminer en compagnie de Raymond Weill (1874-1950)3 puis d’Adrien Martinaud (1886-1914) des fouilles à Koptos4, Adolphe Reinach rédige au cours des années 1912-1913 son Catalogue des antiquités égyptiennes recueillies dans les fouilles de Koptos en 1910-1911, exposées au Musée Guimet. Or, depuis 1909, date à laquelle s’est tenu au Caire le deuxième congrès d’archéologie classique, Paul Perdrizet, autre grand conseiller de la Bibliothèque d’art et d’archéologie5, manifeste un intérêt grandissant pour l’Égypte. Outre une communication remarquée au congrès concernant « Le fragment de Satyros sur les dèmes d’Alexandrie », il y rencontre aussi le docteur Daniel Fouquet (1850-1914)6, qui lui propose d’assurer la publication de sa riche collection d’objets de l’Égypte gréco-romaine. Ce projet est soutenu financièrement par Jacques Doucet7. La bibliothèque se dote ainsi de ses propres publications d’archéologie tout en continuant à acquérir des ouvrages sur les conseils de Paul Perdrizet, et de son condisciple à l’École normale supérieure, Pierre Jouguet (1869-1949),8.

Dans son courrier du 4 juin 1909 à René-Jean, Paul Perdrizet mentionne ainsi :

« Je rouvre ma lettre, qui n’a pu partir hier avec le paquet recommandé, pour vous remercier de la vôtre, & pour vous répondre au sujet de la Graeco-roman branch : ce n’est pas seulement cette partie-là des publications de l’Egypt exploration fund, ce sont toutes les publications du fund qu’il vous faudrait avoir. De même, procurez-vous le Catalogue du musée du Caire (suite de publications 4o, très bien imprimées & quelquefois, pas toujours, assez bien illustrées). J’ai beaucoup de renseignements bibliographiques sur l’art égyptien à vous fournir, si cela vous intéresse ».9

Le neveu de Salomon Reinach ne devait rien ignorer des acquisitions récentes de la bibliothèque dans ce domaine et on peut penser que ses visites pouvaient être consacrées à la lecture de ces dernières publications. Mais l’Égypte n’était pas le seul centre d’intérêt d’Adolphe Reinach. Depuis février 1911, il était en effet chargé de la rédaction du Recueil Milliet10. Or, la bibliothèque de Jacques Doucet s’était notamment dotée, selon les conseils de Paul Perdrizet, de nombreux ouvrages épigraphiques allemands, qu’Adolphe Reinach aurait pu vouloir également consulter.

Hormis le registre des lecteurs qui fait mention des entrées du jeune Reinach à la bibliothèque, celle-ci conserve donc peu de traces de son passage. De fait, on ne retrouve pas de correspondance entre Adolphe Reinach et René-Jean, comme ce fut le cas entre Salomon Reinach et ce dernier11. Pour mieux comprendre les liens entre Adolphe Reinach et la bibliothèque de Jacques Doucet, il faut donc recourir à d’autres fonds 12 et revenir sur la relation qu’entretenait le neveu de Salomon Reinach avec Émile Espérandieu (1857-1939), autre grande figure du réseau de savants qui entourait le mécène Jacques Doucet et le conseillait dans la constitution des fonds de sa nouvelle bibliothèque.

Les deux hommes avaient en commun un fort intérêt pour l’épigraphie qui les rapprocha. Après la disparition d’Auguste Allmer (1815-1899), épigraphiste, directeur de la Revue Épigraphique du Midi de la France, Émile Espérandieu reprend la direction de cette revue mais il doit l’abandonner au bout de quelques années, faute de temps. En 1910, le jeune Adolphe Reinach, auteur de nombreuses contributions dans le Bulletin épigraphique de la Revue des Etudes Grecques, dirigé par son oncle Théodore Reinach (1860-1928), propose à Émile Espérandieu de refonder la revue d’Auguste Allmer sous le titre de Revue Épigraphique. Adolphe Reinach propose de s’occuper de la partie consacrée aux inscriptions grecques, tandis qu’il laisserait à Émile Espérandieu le soin de diriger la partie portant sur les inscriptions latines :

« Vous savez que je fais depuis cinq ans le Bulletin épigraphique dans la Revue des Etudes grecques ; d’année en année il grossit tandis que la Direction s’efforce de me le rogner davantage. Comme cet énorme travail que je m’impose n’a d’intérêt que s’il est complet, comme c’est parce qu’il l’est autant que possible qu’il s’est acquis une faveur générale, à l’étranger surtout, on m’a demandé et je me suis demandé s’il ne serait pas préférable de le publier indépendamment en le développant encore un peu.

D’autre part la Revue archéologique très encombrée, vous le savez, se déchargerait avec plaisir de l’Année épigraphique de Cagnat-Besnier.

L’idée vient naturellement de les réunir : cette Année épigraphique gréco-latine aurait, avec les Indices, près de 200 p. Mais je me demande si on ne pourrait pas faire plus et mieux.

 D’une part, en effet, il me paraît qu’il vaut mieux ne pas créer de Revue entièrement nouvelle ; d’autre part, il y aurait certainement lieu de donner à l’épigraphie gréco-latine, science aujourd’hui si spéciale et si développée, un organe propre.

Or, vous avez entre les mains, dans l’ancienne Revue épigraphique du Midi un organe d’excellente réputation et qu’il ne serait pas impossible de faire revivre si le plan que voici pouvait se réaliser. Le titre deviendrait Revue épigraphique tout court (en dessous peut-être grecque et latine) »13.

Lettre du 4 décembre 1910 d’Adolphe Reinach à Émile Espérandieu. Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy-Espérandieu

Comme le montre le courrier du 7 décembre 1910 d’Émile Espérandieu, détenu par la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes, la proposition faite par Adolphe Reinach est vite acceptée.

« La meilleure manière d’honorer Allmer, qui a tant fait pour l’épigraphie de la Gaule, c’est de ne pas laisser périr la revue qu’il a fondée en 1878, et qui depuis 20 ans sur mes conseils, s’appelle la Revue Epigraphique, tout court et non R. épigr. du midi de la France.

 J’ai, d’autre part, si bien compris la nécessité d’une transformation plus radicale, que je l’ai commencée l’an dernier. Un numéro que je n’ai jamais fait distribuer, mais qui est imprimé, et dont je vous montrerai un exemplaire, est entièrement conçu sur le modèle de la Revue archéologique. […]    C’est vous dire que j’accepte, en principe, et avec joie la proposition que vous me faites »14.

Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, fonds Adolphe Reinach. Ms 1121-21-1-1, lettre d’Émile Espérandieu à Adolphe Reinach du 7 décembre 1910

En 1913, Adolphe Reinach et Émile Espérandieu refondent donc tous les deux la revue d’Auguste Allmer sous le nom de Revue Epigraphique. Adolphe Reinach souhaite que cette nouvelle publication touche un lectorat international, contrairement aux autres revues consacrées à l’épigraphie en France. Pour cela, il autorise les articles écrits non seulement en français, mais aussi en anglais, en allemand, en italien et en latin. Il s’agit aussi pour Adolphe Reinach d’affirmer l’importance de la science française face à la science allemande dans un domaine qui les a très souvent vu s’opposer15. Cette dernière est aussi une référence pour Adolphe Reinach qui compte ainsi prendre modèle pour la Revue Épigraphique sur l’Archiv für Papyrusforschung, première revue de papyrologie fondée en 1901 par l’historien prussien Ulrich Wilcken (1862-1944)16.

Premier numéro de l’Archiv für Papyrusforschung (1901)

Adolphe Reinach propose à Émile Espérandieu d’organiser la nouvelle revue autour de trois parties distinctes que l’on retrouverait dans chaque numéro, comme il le lui indique dans son courrier du 4 décembre 1910 :  

 « 1° articles de fond : strictement épigraphiques (anciens recueils ms. d’inscriptions, papiers épigraphiques, paléographie, grammaire, lexicographie des inscriptions, petits corpora, séries d’inscr. inédites qui ne seraient pas assez intéressantes pour les Revues d’archéologues ou d’histoire, etc).

 2° Comptes rendus critiques développés des publications épigraphiques

 3° Bulletin épigraphique latin et Bulletin épigraphique grec (ou bien dans chaque fascicule ou bien formant plutôt l’un le 3e l’autre le 4e fascicule). Ainsi compris, et à 10 frcs l’abonnement, je suis convaincu que l’on pourrait faire rapidement de cette nouvelle Revue épigraphique l’organe international de l’épigraphie. »17.

Pour mener à bien ce projet les deux hommes échangent souvent et leur correspondance garde trace du rôle joué par la Bibliothèque d’art et d’archéologie dans la constitution de cette revue épigraphique.

La bibliothèque est tout d’abord un lieu de recherche pour les deux archéologues qui savent pouvoir y disposer des dernières parutions françaises et étrangères18. Lorsque celles-ci n’y étaient pas accessibles, Adolphe Reinach n’hésite pas à proposer l’achat de certains ouvrages à Espérandieu, connaissant son rôle de conseiller auprès de René-Jean19. Ainsi dans le courrier du 6 décembre 1913, Adolphe Reinach signale à Émile Espérandieu la parution d’un article du Dr. L. Sontheimer dans le Festschrift zur feier des fünfzigjährigen bestehens der K. Altertümersammlung in Stuttgart 1912 sur les cachets d’oculistes. Espérandieu, auteur du Recueil des cachets d’oculistes romains,20 ne pouvait manquer de s’intéresser à cette publication. Il est sans doute à l’origine de l’achat de l’ouvrage actuellement conservé à la bibliothèque de l’INHA sous la cote 8 A 1308.

Article de L. Sontheimer dans le Festschrift zur Feier des fünfzigjährigen Bestehens der K. Altertümersammlung in Stuttgart (1912)

La Bibliothèque d’art et d’archéologie est également un lieu de rencontre entre les deux hommes.  Il n’est pas rare de trouver dans leur correspondance mention de leur passage et des dépôts d’épreuves d’articles qu’ils y effectuent pour la future Revue Épigraphique. C’est, par exemple, le cas pour Adolphe Reinach qui écrit à Émile Espérandieu : « J’ai envoyé aujourd’hui à l’imprimerie tout le reste de la Rev. II, n 1. je déposerai pour vous la moitié des miennes chez Doucet »21.

Lettre d’Adolphe Reinach à Emile Espérandieu. Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy-Espérandieu.

Enfin, la bibliothèque est aussi considérée comme une source de revenus potentiels. Adolphe Reinach, soucieux d’équilibrer le budget de la nouvelle revue, s’enquiert régulièrement auprès de d’Espérandieu des abonnements en cours. Le 13 juin 1913, il lui demande : « avez-vous fait abonner la bibliothèque Doucet, elle vous le doit bien ? »22, allusion à l’achat des livres d’Espérandieu par la bibliothèque et son rôle de conseiller au sein de celle-ci.

Lettre d’Adolphe Reinach à Espérandieu du 13 juin 1913. Ville d’Avignon – Palais du Roure – Fondation Flandreysy-Espérandieu

La collaboration des deux hommes dépasse, cependant, le strict cadre de la Revue Épigraphique. Adolphe Reinach propose ainsi à Émile Espérandieu de collaborer avec lui à un projet de livre portant sur les céramistes gréco-romains23 : « Mes céramistes grecs seront bien faits ; il faut que les latins soient à peu près complets et je ne peux faire cette besogne tout seul. »24. Pour présenter son projet, Adolphe Reinach n’hésite pas à établir un parallèle avec les divers répertoires de son oncle Salomon Reinach, qu’il sait très proche d’Espérandieu. Mais ce dernier décline cette offre, faute de temps.

L’aventure de la Revue Épigraphique s’achève brutalement, en 1914. À cette date, seuls quatre fascicules sont parus (trois en 1913 et un en 1914). Après la disparation d’Adolphe Reinach au début de la Première Guerre Mondiale, en août 1914, Émile Espérandieu ne parvient pas à retrouver d’autres collaborateurs pour cette entreprise. Héron de Villefosse (1845-1919)25 lui avait proposé de l’aider à refonder une nouvelle fois la Revue Épigraphique mais en la recentrant sur les inscriptions gauloises comme l’avait fait Auguste Allmer, en son temps. La mort d’Héron de Villefosse vient mettre un terme à ce projet, qui ne verra pas le jour. À compter de 1919, Émile Espérandieu, est nommé conservateur des musées de Nîmes, sa carrière change de direction et ses publications sur l’épigraphie se font plus rares.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Deux figures de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Adolphe Reinach et Émile Espérandieu », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/05/2022, https://baadoucet.hypotheses.org/2870.
  1. Sur les dons de Salomon Reinach à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, voir : https://baadoucet.hypotheses.org/899. []
  2. Archives Nationales, AJ/16/8416-8417 []
  3. Égyptologue spécialiste des  Hyksos et de la XIIe dynastie, il a été l’élève de Gaston Maspero à l’École Pratique des Hautes Études puis y a enseigné entre 1928 et 1945. []
  4. Après un désaccord entre Adolphe Reinach et Raymond Weill, le photographe Adrien Martinaud remplace Raymond Weill sur le chantier de fouilles. []
  5. Pour plus d’informations, voir les ouvrages de Samuel Provost cités dans les autres billets en lien avec le séminaire []
  6. Docteur en médecine, il fait ses études à la faculté de Paris puis part s’installer au Caire, au début des années 1880, où il commence sa collection de petites antiquités égyptiennes de la période gréco-romaine en achetant des terres cuites et des statuettes de bronze auprès des marchands locaux. En 1886, il aide Gaston Maspéro (1846-1916) au déroulement des momies royales de Déir-el-Bahari, ce qui lui fournit la matière pour son article « Observations relevées sur quelques momies royales d’Égypte », dans le Bulletin de la société d’anthropologie de Paris paru la même année. À ce sujet voir : Paul Perdrizet, Bronzes grecs d’Egypte de la collection Fouquet : publications pour faciliter les études d’art en France, Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1911, p. VIII-IX []
  7. En 1909, Jacques Doucet envisage de financer une histoire de l’art de l’Antiquité de grande ampleur et de confier la direction de ce projet à Paul Perdrizet. Le projet n’aboutit pas tel quel mais débouche sur la publication d’une série d’ouvrages sur les collections du docteur Fouquet. Cette série devait comporter, au départ, cinq ouvrages : Les Bronzes grecs d’Égypte , les Antiquités de Léontopolis, les Étrangers de Memphis, d’après les terres cuites archaïques, les Terres cuites de l’Égypte gréco-romaine et les Graffites grecs du Memmonion d’Abydos mais seuls Les Bronzes sont publiés avec le concours de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Le Memmonion d’Abydos et les terres cuites d’Égypte, en cours d’impression lorsque la guerre éclate, ne sont publiés qu’en 1919 et 1921 chez Berger-Levrault. Quant aux Antiquités de Léontopolis, elles paraissent dans un recueil des Monuments et Mémoires de la Fondation Piot, en 1922. Sur ce sujet voir Elodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : de sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, mémoire de l’ENSSIB sous la direction de Dominique Varry, 2007, p 64. []
  8. Professeur de papyrologie à l’université de Lille et de la Sorbonne, il est directeur de l’Institut français d’archéologie orientale, au Caire de 1928 à 1940. []
  9. Paris, Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’art, Autographes 144-2-674 []
  10. Ouvrage inspiré de l’œuvre de Johannes Overbeck, Die antiken Schriftquellen zur Geschichte der bildenden Künste bei den Griechen (1868), sur les sources de la peinture antique chez les Grecs, Adolphe Reinach l’adapte à un public plus large en traduisant les textes grecs et latins compilés par le savant allemand et en y ajoutant des notes explicatives. []
  11. La Bibliothèque d’art et d’archéologie détient dix-neuf autographes de Salomon Reinach adressés à René-Jean, alors que la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence compte trente-et-une lettres de René-Jean à Salomon Reinach. []
  12. Ceux du palais du Roure à Avignon pour la correspondance active d’Adolphe Reinach avec Espérandieu et ceux de la bibliothèque Carré d’Art de Nîmes pour sa correspondance passive. []
  13. Avignon, Palais du Roure-fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Emile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach à Emile Espérandieu du 4 décembre 1910 []
  14. Nîmes, Bibliothèque Carré d’Art, fonds Adolphe Reinach, Ms 1121-21-1-1, lettre d’Émile Espérandieu à Adolphe Reinach du 7 décembre 1910. []
  15. Depuis les années 1830-1840, l’académie des Inscriptions et Belles-Lettres envisageait un projet de recueil général des inscriptions latines, qui prenait exemple sur le Corpus Graecarum de Boeckh. Mais alors que sont engagées les discussions pour désigner les savants qui s’en chargeraient, l’académie allemande des sciences annonce en 1854 son propre projet de recueil d’inscriptions latines. C’est seulement, en 1854, que Léon Rénier est chargé par l’académie des inscriptions de publier son corpus d’inscriptions gauloises, qu’il préparait depuis 1843. À ce sujet, voir : Marianne Altit-Morvillez, Émile Espérandieu, un archéologue entre institution militaire et monde académique, Drémil-Lafage, éditions Mergoil, 2021, p. 43-44. []
  16. Il étudie l’histoire antique et orientale à Leipzig, Tübingen et Berlin, notamment sous la direction de Theodor Mommsen (1817-1903) et présente en 1885 une thèse de papyrologie. En 1889, il succède comme professeur à Eduard Meyer à la chaire d’histoire à l’université de Breslau puis il occupe une chaire à Wurtzbourg, Halle, Leipzig, Bonn, Munich et Berlin, en tant que successeur d’Otto Hirschfeld. Pionnier de la papyrologie gréco-romaine en Allemagne, il réunit avec le soutien de Mommsen, en 1899, un vaste répertoire de pièces datant de l’époque ptolémaïque, d’ostraca et d’actes écrits sur des papyri. []
  17. Avignon, Palais du Roure-Fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Émile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach à Emile Espérandieu du 4 décembre 1910. []
  18. Sur les liens de la Bibliothèque d’art et d’archéologie avec l’Allemagne : https://baadoucet.hypotheses.org/2082 et https://baadoucet.hypotheses.org/2091. []
  19. Sur Espérandieu et les fonds qu’il a laissés à la bibliothèque de l’INHA : références des billets d’Isabelle et Marianne à venir. []
  20. Les cachets d’oculistes sont « des plaquettes d’un grain fin [..] sur les tranches desquelles sont gravées différentes indications se rapportant à des collyres de l’antiquité » pour reprendre les mots d’Espérandieu dans la Revue archéologique de janvier 1893). []
  21. Avignon, Palais du Roure-Fondation Espérandieu-Flandresy, fonds Émile Espérandieu, Lettre d’Adolphe Reinach à Émile Espérandieu Sd 15. []
  22. Avignon, Palais du Roure, fonds Emile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach du 13 juin 1913. []
  23. Dont nous n’avons pu établir le lien avec son grand projet du Recueil Milliet, portant sur la peinture antique et dans lequel était également prévu une partie sur les céramistes []
  24. Avignon, Palais du Roure, fonds Emile Espérandieu, lettre d’Adolphe Reinach à Émile Espérandieu, AR SD 24-01 []
  25. Spécialiste d’épigraphie latine et paléographe de formation, Héron de Villefosse étudie à l’École des Chartes avant d’être conservateur des sculptures grecques et romaines du musée du Louvre. Il effectue de nombreuses fouilles en Afrique du Nord (Algérie et Tunisie) et en Europe (Allemagne et Italie). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.