Sur les traces de Kathleen Johnston (Partie 2)

Peu d’informations nous sont parvenues sur la période d’engagement de Kathleen Johnston dans les ambulances de la Croix Rouge — mises à part deux photographies aimablement communiquées par Catherine Secretan.

Kathleen Johnston portant un brassard d’infirmière à Compiègne, 1915, collection particulière.
Photographie aimablement communiquée par Catherine Secretan.

Nous savons néanmoins que celui-ci s’interrompt, au moins ponctuellement, lorsque Kathleen Johnston épouse Édouard de Billy le 14 avril 19151 — une union largement annoncée dans la presse locale2 et nationale3. Ingénieur des Mines et licencié en droit, ce diplomate natif de l’Hérault occupa notamment le poste de délégué général du haut-commissaire de France aux États-Unis. À cette occasion, il devint l’adjoint et l’ami d’André Tardieu4 — homme politique nommé commissaire général aux Affaires de guerre franco-américaines à Washington en 1917. Kathleen Johnston connaissait déjà Édouard de Billy depuis de nombreuses années : en 18935, il avait en effet épousé sa demi-sœur, Alice Henriette Johnston — fille de Nathaniel Johnston et de sa première épouse, Lucie Caroline Dassier — décédée en 19096.

Après plusieurs années passées dans le 7e arrondissement, au n° 4, rue Talleyrand, Kathleen s’établit ainsi chez son époux, dans le 8e arrondissement. Leur union est néanmoins de courte durée, Édouard décédant durant l’été 1919 d’une chute de cheval7.

L’année suivante, Kathleen publie l’ensemble des discours prononcés par Édouard lors de sa mission aux États-Unis, dans un ouvrage préfacé par André Tardieu. Ces discours ayant été rédigés en langue anglaise, elle s’attache à indiquer leur traduction en français, à la manière d’un livre bilingue. Si son nom n’apparaît pas en toutes lettres, elle signe toutefois de ses initiales, « K. J. B. », l’avant-propos intitulé « To His American Friends8 ». Dans ce court texte d’une page, elle explique la charge symbolique d’un tel ouvrage, publié alors que la Grande Guerre vient à peine de se terminer :

A book in English, written by a Frenchman, and published in France, may be a very risky undertaking, yet it is a symbol of the days we have gone through and still live in,—days, let us hope, of widened sympathies and better understanding,—when true internationalism should be made up of large and more generous nationalisms, of a wider range of inclusiveness rather than of a narrower and more selfish exclusiveness9.

Elle termine son propos en rendant hommage à l’engagement et aux convictions de son défunt mari :

[…] none served more sincerely or with more conviction the Ideals of France and America united, than the Author of these speeches, who was called away by a most cruel fate from the scenes where too much good work still awaited his ever-ready heart and active mind10.

La même année, le 20 août 1920, Kathleen Johnston épouse en secondes noces l’Américain Robert Davis, rencontré à la fin de la Grande Guerre. Né dans le Massachusetts, ce pasteur presbytérien avait en effet occupé le poste de commissaire pour la Croix Rouge américaine en Europe entre 1918 et 191911.

Kathleen Johnston dans le Palais de Compiègne, transformé en hôpital militaire, durant la Grande Guerre, collection particulière.
Photographie aimablement communiquée par Catherine Secretan.

De leur union naissent trois filles : Anne-Françoise (également appelée Joy) en 1921, Noëlle en 1924 et Elizabeth (surnommée Betty) en 1926.

À partir des années 1920, la vie de Kathleen — qui se fait désormais appeler Madame Johnston-Davis — semble s’éloigner de la recherche en histoire de l’art. Toutefois, plusieurs éléments concourent à montrer qu’elle conserve des liens avec plusieurs acteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, et même avec la Bibliothèque elle-même. Le document le plus instructif à ce sujet est une lettre envoyée par Kathleen à Paul Perdrizet en 192912, dont voici quelques extraits :

Cher “maître et ami”,
M’avez-vous tout à fait oubliée ?
Vous n’aurez pas su sans doute que je suis maintenant installée ici avec 3 gosses et 1 époux ! Nous n’avons pas lâché le Médoc. Mais “l’éducation” de mes filles commence à compter ! (l’aînée a 8 ans ½ !) et nous avons pris cette installation permanente à Paris pour y venir 6 mois par an.
Et je passe souvent sous les fenêtres du cher Pottier au Louvre… Et je me suis ré-inscrite aux “amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie”…
Et je rêve des études que je vais faire faire à ma fille aînée, qui a un charme terrible et qui est trop intelligente…
***
Dites-moi, cette lettre a un 2nd but très sérieux : j’ai un espoir que je renferme depuis 10 ans au fond de mon cœur. Si cher que je n’ose en parler — mais qui peut-être, peut-être se réalisera fin avril. “Aller en frère”…
Irez-vous pour les fêtes de Delphes, du Centenaire ?
Dites-moi qui est maintenant à l’École ? Y trouverais-je des amis à vous ? à nous ?
***
« C’est parfait pour… “les Enfants !” (ce sont les grands tyrans de ma vie maintenant.)

La description de ses enfants comme des « tyrans » fait sans doute référence à l’interruption subie de son travail de chercheuse au profit d’une activité domestique familiale — il est d’ailleurs marquant de voir quelle importance elle semble accorder à l’éducation future de sa fille aînée. Toutefois, malgré cette possible frustration, l’on peut constater que, tant dans ses relations personnelles que dans ses projets et ses engagements, Kathleen Johnston-Davis reste investie, au moins durant la décennie 1920, dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’archéologie.
Dans ses relations personnelles d’abord, puisqu’elle garde manifestement contact avec son ancien directeur de recherches Paul Perdrizet, devenu un ami. Il ne l’avait d’ailleurs pas oubliée dans son ouvrage sur les terres cuites grecques d’Égypte de la collection Fouquet, publié en 192113 — dans lequel il précise que c’est Kathleen qui lui avait indiqué un bronze représentant un Dioscure au Louvre14.
Dans ses projets ensuite, car elle évoque, fidèle à son amour pour la Grèce, son rêve de participer aux Fêtes delphiques prévues en mai 1930.
Dans ses engagements enfin, puisqu’en 192915 elle compte parmi les nouveaux membres de la « Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie », fondée en 1925 pour soutenir le développement de l’établissement fondé par Jacques Doucet puis donné à l’Université de Paris. Avant cela, en 1923, elle avait envoyé un chèque — probablement le règlement de sa cotisation — à la Société française d’égyptologie16.

La trace de Kathleen Johnston-Davis se perd à partir des années 1930 — nous savons néanmoins qu’elle rejoint son époux aux États-Unis durant la Seconde guerre mondiale, et y reste avec ses enfants de février 1943 jusqu’au mois de mai 194517. Si la fin de la guerre marque son retour en France, elle retourne vraisemblablement aux États-Unis en septembre 1949, date à laquelle son mari, Robert Davis décède dans le Vermont.
La même année, un huitième numéro du Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie est publié, après plus d’une décennie d’interruption. Il comporte une liste de tous les membres de la société à date mais Kathleen n’y est pas mentionnée.
Quelques années plus tard, elle renoue néanmoins avec ses activités de jeunesse, lorsqu’elle traduit de l’anglais plusieurs essais du poète et philosophe indien Rabindranath Tagore18 — dont elle avait commencé à traduire des conférences dans les années 1910, sans toutefois mener ce projet à son terme19.

Vraisemblablement retirée dans le Médoc à la fin de sa vie, Kathleen Johnston-Davis s’éteint le 13 mai 1971 à Labarde, à quelques kilomètres de sa commune natale de Saint-Julien.

Son parcours constitue un passionnant témoignage de l’important rôle des « petites mains » de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Il offre également à voir les différents moyens par lesquels une mère de famille, ayant dû laisser de côté ses recherches en archéologie, pouvait continuer à s’investir dans des cercles de socialisation liés à la Bibliothèque de Jacques Doucet.


Pour citer ce billet : Lucie Prohin, « Sur les traces de Kathleen Johnston (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 27/01/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/24.

  1. Archives de Paris, 7M 197, acte n° 79. []
  2. Notamment dans La Petite Gironde (8 janvier 1915, p. 3) et La France de Bordeaux et du Sud-Ouest (8 janvier 1915, p. 4). []
  3. Par exemple dans Le Gaulois (15 avril 1915, p. 3), Le Figaro (15 avril 1915, p. 3), L’Excelsior (16 avril 1915, p. 10) ou encore La Gazette de France (16 avril 1915, p. 2). []
  4. Voir à ce sujet : Maxime Tandonnet, André Tardieu, visionnaire et incompris, Paris, Place des éditeurs, 2019. []
  5. Archives de Paris, V4E 9993, acte n° 437. []
  6. Archives de Paris, V4E 945, acte n° 28. []
  7. Archives nationales, LH/242/9, avis de décès.Archives nationales, LH/242/9, avis de décès. []
  8. K. J. B, « To His American Friends », Discours d’Édouard de Billy prononcés pendant sa mission aux États-Unis (1917-1919), Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1920, p. 5. []
  9. « Un livre en anglais, écrit par un Français et publié en France, est peut-être une entreprise risquée, pourtant c’est un symbole de la période que nous venons de vivre et dans laquelle nous vivons toujours — une période marquée, espérons-le, par une plus grande compassion et une meilleure compréhension — où le véritable internationalisme devrait être composé de nationalismes plus généreux, au caractère inclusif plutôt qu’égoïstement exclusif. » [traduction de l’autrice du billet] []
  10. « […] aucun n’a servi plus sincèrement, ou avec plus de conviction, les idéaux de la France et de l’Amérique réunies que l’auteur de ces discours, qui quitta, par un destin si cruel, les lieux où tant de bon travail attendait encore son cœur toujours prêt et son esprit actif. » [traduction de l’autrice du billet] []
  11. Voir à ce sujet un court filet du New York Times annonçant l’union de Kathleen et Robert (5 octobre 1920, p. 8). []
  12. Archives de Paul Perdrizet, Université de Lorraine, PP 158. []
  13. Paul Perdrizet, Les terres cuites grecques d’Egypte de la collection Fouquet expliquées par Paul Perdrizet, professeur d’archéologie à l’université de Strasbourg, Nancy-Paris-Strasbourg, Chez Berger-Levrault, 1921, p. 101, n° 255. []
  14. Cette information provient des travaux de Samuel Provost sur la correspondance de Paul Perdrizet. []
  15. Voir : « Liste des membres nouveaux depuis le 1er janvier 1929 (addition à la Liste générale parue dans le Bulletin n° 1) », Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, n° 2, 1929, p. 16. []
  16. Cette information provient d’une lettre de Charles Boreux à Paul Perdrizet, datée du 24 août 1923 : Archives de Paul Perdrizet, Université de Lorraine, PP 77. []
  17. Ces informations nous ont été communiquées par Catherine Secretan. []
  18. Rabindranath Tagore, Vers l’homme universel [traduit de l’anglais par Mme K. Johnston, notes de Mme Balbir], Paris, Gallimard (collection Du monde entier), 1964. []
  19. Voir à ce sujet : André Gide, Jean Schlumberger, Correspondance : 1901-1950, Paris, Gallimard, 1993, p. 605, note 3. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.