Le Catalogue du Deutsches Archäologisches Institut d’August Mau à la Bibliothèque d’art et d’archéologie

Alors que la science antiquaire qui caractérisait le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle disparaît progressivement au profit d’une archéologie plus professionnelle, la création en 1829 de l’Institut de correspondance hellénique à Rome1 marque le début de la professionnalisation de l’archéologie2. Cette institution centrale coordonne le travail de sections locales dans lesquelles se réunissent des savants de nationalités diverses. À côté des Français Quatremère de Quincy (1755-1849), Charles Lenormant (1802-1859), ou encore le Duc de Luynes (1802-1867), on retrouve les Italiens Carlo Fea (1753-1836) et Bartolomeo Borghesi (1781-1860), les Allemands August Böckh (1785-1867), Georg Friedrich Creuzer (1771-1858) et Carl Otto Müller ou l’Anglais James Milligen (1774-1845). L’Institut se présente ainsi comme le symbole d’une « belle internationalité des sciences » que l’historien Theodor Mommsen (1817-1903) vante encore dans sa lettre du 14 juin 1866 à l’Empereur Napoléon III3. Pourtant, la faillite des principes défendus par le Prince de Metternich lors du Congrès de Vienne en 1814-18154, ainsi que la naissance des identités nationales, semblent peu à peu avoir raison de celle-ci.

Au lendemain de la guerre franco-prussienne de 1870, les nationalismes bouleversent les conditions de travail des savants. Signe des temps, le roi Guillaume Ier transforme l’Institut de correspondance archéologique en un Institut archéologique prussien, qui devient, en 1874, l’Institut impérial allemand ou le Kaiserliches Deutsches Archäologisches Institut, affirmant le poids de la science allemande.

Conscient de cette avance de l’archéologie allemande, Paul Perdrizet (1870-1938), titulaire de la chaire d’archéologie à l’université de Nancy  et récent conseiller de la Bibliothèque d’art et d’archéologie5, recommande dès 1908 l’achat du catalogue réalisé par August Mau6, ouvrage bibliographique jugé « capital en la matière »7. C’est en des termes tout aussi élogieux, que Salomon Reinach, conservateur du musée de Saint-Germain-en Laye et conseiller de la bibliothèque de Jacques Doucet, avait dès 1900 salué la sortie de ce catalogue dans un article de la Revue archéologique :

« Quand j’arrivai à Rome, au commencement de 1880, la bibliothèque de l’École française naissait à peine, alors que celle de l’Institut capitolin passait déjà pour une des plus riches du monde en ouvrages d’archéologie et de géographie ancienne. J’obtins immédiatement la permission du vénérable Henzen d’y travailler – et j’y fis tellement de fiches que je négligeai les musées, ce qui était un tort. Mais le moyen de résister à la séduction, quand on est jeune et épris de bibliographie, qu’exerce un beau catalogue méthodique comme celui que la bibliothèque de l’institut mettait à la disposition des visiteurs ! Aujourd’hui grâce à M. Mau, on n’ira plus à Rome pour faire des fiches dans une bibliothèque : le catalogue méthodique, augmenté de l’énorme production de ces vingt dernières années, est mis entre toutes les mains ».8

August Mau, est en ce début de siècle, une figure centrale de l’archéologie allemande. Fidèle aux principes de l’Altertumwissenschaft, il étudie la philologie classique à l’université de Kiel puis à Bonn. En 1873, il devient secrétaire du directeur du Deutsches Archäologisches Institut à Rome, Wilhelm Henzen (1816-1887). Au cours de ses années à l’Institut, il rédige notamment son ouvrage Geschichte der dekorativen Wandmalerei in Campanien (1882) dans lequel il élabore l’idée de quatre styles pompéiens. Cependant, sa tâche principale à ce poste fut la rédaction, en 1900-1902, du catalogue de la bibliothèque de l’Institut, dont une autre édition fut publiée de manière posthume, en 1913. Dès 1900, August Mau précisait d’ailleurs au terme de la préface de son ouvrage : « Dann aber besteht die Absicht, diesen so weit geführten Katalog noch zu vervollständigen und damit in erhöhtem Maasse für die wissenschaftliche Benutzung brauchbar zu machen, indem auch die Einzelaufsätze aus Zeit- und anderen bisher nicht excerpirten Sammelschriften einzeln verzeichnet werden sollen »9.

Katalog der Bibliothek des Kaiserlich deutschen archaeologischen Instituts in Rom, volume I August Mau 8 B 297-1. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

August Mau souhaite avant tout faire de ce catalogue un outil interne à la bibliothèque du Deutsches Archäologisches Institut : « Die veröfftenlichung diese zunächst für den Gebrauch in der Bibliothek selbst bestimmten systematischen Katalogs wurde beschlossen in der Hoffnung, dass er, bei allen Lücken des Bestandes, doch als bibliographisches Hülfsmittel der Archäologie, so lange ein volkomeneres fehlt nüztlich sein werde »10. Mais la richesse de ces informations en fait aussi un outil pour l’ensemble des archéologues, comme le souligne Salomon Reinach dans son article de la Revue archéologique précédemment cité : « ce premier volume, où, sous le nom de chaque pays, de chaque province, de chaque ville, on trouve l’indication des livres et des brochures qui les concernent, sera désormais, je l’espère, sur la table de tous les archéologues »8.

L’ouvrage d’August Mau se compose de deux tomes :

            Le premier volume se divise lui-même en deux parties : une première section intitulée généralités contient les bibliographies, les encyclopédies, l’histoire de l’archéologie, les revues et des ouvrages collectifs. Parmi la multitude de références, nous relèverons la place des ouvrages philologiques fondements de l’Altertumwissenschaft11 et de ceux relatifs à l’histoire de l’archéologie12. Une large place est aussi faite aux acteurs de cette science et notamment aux fondateurs de l’Institut de correspondance hellénique à Rome. On peut ainsi citer la biographie d’Eduard Gerhard par Adolf Michaelis. Les revues particulièrement nombreuses sont classées par pays. Pour la France, la distinction a été faite entre revues parisiennes13, provinciales14 et revues concernant les recherches archéologiques ou épigraphiques en Afrique15.

La seconde section de ce premier tome est consacrée aux études régionales concernant les antiquités et les collections des musées. Signes de l’évolution rapide de la discipline, les ouvrages relatifs aux premières investigations en Grèce sont encore nombreux16 et côtoient des ouvrages plus récents sur les dernières fouilles européennes et notamment les fouilles allemandes à Olympie17. On retrouve cette même dualité pour l’Égypte avec les ouvrages anciens du Baron Vivant Denon18 aux côtés des comptes-rendus plus récents de Dominique Mallet19.

Dans le deuxième volume une section est consacrée aux antiquités, classées en différentes catégories : architecture, petits objets archéologiques, sculptures, bas-reliefs, peinture, mosaïques. Enfin, les quatre dernières sections regroupent des études antiques en fonction de leurs thématiques : ouvrages relatifs à la numismatique, aux antiquités chrétiennes et à l’épigraphie. Cette dernière rubrique laisse une large place aux sommes allemandes consacrées à l’étude des inscriptions latines et grecques20.

Extrait du sommaire du volume II, Katalog der Bibliothek des Kaiserlich deutschen archaeologischen Instituts in Rom, 8 B 297-2. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

Ainsi l’ouvrage d’August Mau présente un état des lieux de l’archéologie en général et de l’archéologie allemande en particulier. Au-delà, il est aussi une source d’information sur le fonctionnement de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, car l’exemplaire que détient aujourd’hui la Bibliothèque de l’INHA garde encore les annotations portées par René-Jean. On y voit ainsi dans le Tome II la traduction de l’ensemble des titres et sous-titres allemands de ce volume ou dans le Tome I les corrections faites de la main du bibliothécaire de Jacques Doucet.

Extrait du Tome I du catalogue d’August Mau portant des corrections de la main de René-Jean, 8 B 297-1. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

En outre, René-Jean avait suivi les conseils de Paul Perdrizet : « notez-y d’une marque au crayon tous les ouvrages que la Bibl [iothèque] Doucet possède déjà. Après quoi, apportez vous-même, ou envoyez-moi votre exemplaire ainsi annoté. Je vous dirai quels sont parmi les ouvrages mentionnés par Mau & que la bibl[iothèque] Doucet ne posséderait pas, ceux qui, à mon avis, me sembleraient nécessaires »21. Les nouveaux titres, indiqués par l’archéologue nancéen, sont inscrits de la main même de René-Jean dans la marge du volume de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Si Paul Perdrizet considère cet ouvrage comme une référence en archéologie, il mentionne aussi dans son courrier du 4 novembre 1908 que « cette base » doit être débarrassée des « vieilleries encombrantes et des livres de pure philologie ou histoire ancienne » ((Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144-2-592.)). On retrouve dans ces propos la volonté du savant d’affirmer l’archéologie comme une discipline autonome et indépendante, propre aux savants de l’époque. Dans ses courriers à René-Jean, Paul Perdrizet n’hésite pas à faire de sévères critiques à l’égard de certains ouvrages, qu’il qualifie de « loufoques » ou de « publications aberrantes que l’école symboliste de Panofka & de Ch [arles] Lenormant a multipliées sur les vases peints ». Par ailleurs, il souligne les oublis concernant certains sujets et notamment « ce qui concerne la Grèce, & particulièrement la Grèce mycénienne »22. Par conséquent, pour remettre à jour cet ouvrage, il conseille de consulter « Les catalogues des bouquinistes, les bibliographies annuelles du Jahrbuch des K[aiser] l[ich] archäologischen Instituts & de la Revue des études grecques ». De fait, Paul Perdrizet s’engage à envoyer à René-Jean plusieurs catalogues sur lesquels il indiquera « deux [astérisques au crayon] pour les ouvrages dont l’achat est ultra nécessaire & pressant, un pour les ouvrages bien utiles. Les titres sans astérisque seront ceux des ouvrages dont l’achat n’aura rien d’urgent & pour lesquels vous pourrez attendre la bonne occasion »23.

Le savant nancéen n’aura donc de cesse de compléter cet outil par les indications des dernières publications en archéologie issues de toute l’Europe. Cette recherche d’exhaustivité qu’a poursuivi l’ensemble des conseillers de la Bibliothèque d’art et d’archéologie a permis à René-Jean d’affirmer que la Bibliothèque, voulue pat Jacques Doucet, a été « une bibliothèque formée pour les savants » et dont la constitution n’a jamais été « livrée au hasard des catalogues ». Malgré les divers oublis ou les inexactitudes de l’ouvrage de Mau, Paul Perdrizet réaffirme à plusieurs reprises, dans sa correspondance avec René-Jean, l’intérêt que présente ce catalogue. Il s’avère à un outil majeur pour la constitution de son catalogue sur fiches, dont il veut doter la nouvelle bibliothèque de Jacques Doucet. Il indique ainsi dans son courrier du 4 novembre 1908, que pour  « réaliser ce projet  », qui lui «  tient à cœur », il « [établira] […] un catalogue sur fiches » dans lequel « chaque fiche comporterait, quand il s’agirait d’un ouvrage étranger, la traduction exacte de ce titre ».

« Les ouvrages que vous achèterez sur mes indications donneront donc lieu, chacun, à une fiche au moins. Pourquoi ne pas s’arranger de façon à ce que les fiches qui formeront [mot barré] ma liste ne puissent être utilisées pour votre catalogue ? Il n’y aurait, pour cela, qu’à m’envoyer un stock de fiches blanches, du format que vous avez adopté. Je m’en servirais pour établir ma liste. Chaque fois que vous auriez acheté un ouvrage indiqué dans ma liste vous feriez passer la liste correspondante du catalogue que je vous aurais dressé dans le catalogue de la bibliothèque Doucet. »23.

Si la méthode employée par Perdrizet s’avère si précise et déjà aussi avancée, c’est qu’il avait déjà le projet de constituer un tel catalogue à l’Institut d’archéologie de Nancy et qu’il ne put le  mener à bien faute de moyens. La Bibliothèque d’art et d’archéologie est donc la réalisation d’un rêve, mais sa constitution sera aussi une véritable aubaine pour les recherches de l’archéologue nancéen.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Le Catalogue du Deutsches Archäologisches Institut d’August Mau à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 10/05/2022, https://baadoucet.hypotheses.org/2233.
  1. Fondé en 1829, par Eduard Gerhard (1795-1867), professeur d’archéologie à Berlin, il est en partie financé par le duc de Luynes (1802-1867), aristocrate français amateur d’archéologie. []
  2. Ève Gran-Aymerich, « L’archéologie européenne à Rome, de 1829 à 1875 : la « belle internationalité » de la science franco-allemande », Revue Germanique Internationale n° 16,  2012 ; Alain Schnapp, La Conquête du Passé, Paris, le Livre de Poche, 1998, 511 p. []
  3. Lothar Wickert, Theodor Mommsen. Eine Biographie, vol. 4, Größe und Grenzen, Francfort-sur-le-Main, Klostermann,1980, p. 151. []
  4. Metternich était un partisan de l’équilibre européen et cherchait à maintenir les forces sociales traditionnelles telles que l’aristocratie terrienne et l’et l’Église. Opposé au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, il entendait conserver les acquis territoriaux et sociaux pré-révolutionnaires. []
  5. Samuel Provost, « Les bibliothèques de Paul Perdrizet », dans D. Gallo, S. Provost (éd.), Nancy-Paris 1871-1939, Des bibliothèques spécialisées au service de l’enseignement universitaire d’histoire de l’art et d’archéologie, éditions des Cendres, 2018, p. 76-118. []
  6. Katalog der Bibliothek des Kaiserlich deutschen archaeologischen Instituts in Rom, publié en 1902 à Rome []
  7. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographe 144-2-592. []
  8. Reinach Salomon, Revue Archéologique, 1900, 3e série, Tome XXXVII, p. 335. [] []
  9. « Mais l’intention est ensuite de compléter ce vaste catalogue et ainsi d’augmenter son utilisation pour la recherche scientifique, en y ajoutant également les articles de périodiques et d’autres publications collectives qui n’ont pas encore été recensées jusque-là ». Traduction de l’auteur . []
  10. « La publication de ce catalogue systématique, destinée d’abord à l’usage de la bibliothèque elle-même, a été décidée dans l’espoir que, malgré toutes les lacunes de la collection, il serait utile à l’archéologie en tant qu’outil bibliographique, aussi longtemps qu’un outil plus complet fera défaut ». Traduction de l’auteur. []
  11. « A. Boeckh, Encyklopädie und Methodologie der philologische Wissenschaften. Herausgegeben von E. Bratuscheck, Leipzig, 1877 ». Nous avons volontairement conservé les références telles qu’elles apparaissent dans le catalogue, abréviations comprises. []
  12. A. Michaelis. Die Aufgaben und Ziele der kaiserlischen deutschen archäologischen Instituts, Berlin 1889. 8. SA. Preussische. Jahrbuch LXILI. []
  13. Académie des inscriptions et belles-lettres. Comptes rendus des séances. Tome I-VIII, 1857-64. — Nouvelle série I-IV. VI-VII, 1865-68. 70. 71. — 30 série I, 1872. — 4e série I-XX, 1873-92. 8. []
  14. Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie. Tome I. II, 1841-46 (von III, 1847-49, nur Année 1847 N° 1-4). Amiens et Paris 1844-47. 8. []
  15. École supérieure des lettres d’Alger. Bulletin de correspondance africaine. Année I-IV, tome I-III. Alger 1882-85. 4. Revue de l’Afrique française et des antiquités africaines publiées par J. Poinssot. Tome IV, 1886. — Rev. de. L’Afr. franc., ancien Bull. des ant. afr. Directeurs J. Poinssot, P. Pelet. Tome V-VI, 1887-88. Paris. 8. []
  16. Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce, et du Levant, fait aux années 1675 & 1676, par Jacob Spon & G. Wheler. Tome I.II. Amsterdam 1679. 8 ou Voyage archéologique en Grèce et en Asie mineure, par Ph. L e Bas et ses collaborateurs et continuateurs. Paris 1847-77. []
  17. E. Curtius, O. Ein Vortrag. Berlin 1852. 8, A. Conze, O. Berlin 1876. 8. SA. Preuss. Jahrb. XXXVII. []
  18. Vivant Denon, Voyages dans la basse et la haute Egypte, pendant les campagnes de Bonaparte en 1798 et 1799. Par Vivant Denon et les savants attachés à l’expédition des Français. Tome I-II. Londres 1807. 4. Planches 2. []
  19. Dominique Mallet, Les premiers établissements des Grecs en Egypte. Paris 1893. 4. Mémoire publié par les membres de la mission archéologique française. au Caire XII, 1. []
  20. Cl. Gnaedinger, De Graecarum magistribus eponymis quaestiones epigraphicae selectae. Argentorati, 1822 ou encore le Corpus Inscriptionium Latinarum de Theodor Mommsen. []
  21. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographe 144-2-592 []
  22. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144-2-599. []
  23. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144-2-599. [] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.