La Bibliothèque d’art et d’archéologie et l’Allemagne (Partie 2)

Les liens de la Bibliothèque d’art et d’archéologie avec l’Allemagne ne se réduisent pas à ces achats d’ouvrages et de revues, Perdrizet et René-Jean se rendent aussi en Allemagne et échangent régulièrement avec des savants allemands.

Ainsi Perdrizet assiste-t-il à Berlin en août 1908 au congrès des sciences historiques et rend compte de ses « Recherches archéologiques en Macédoine Première » lors d’une communication. L’archéologue nancéen revient régulièrement dans sa correspondance avec René-Jean sur ce séjour berlinois car il fut aussi l’occasion pour lui d’être « recruté » par Ulrich von Wilamowitz-Moellendorf et Friedrich Hiller von Gaertringen1 comme membre correspondant de l’Académie de Berlin, chargé du corpus des inscriptions de Macédoine.

De son côté, René-Jean séjourne aussi à Berlin en septembre 1909. Cette visite a été préparée soigneusement par son ami Perdrizet qui dans un courrier lui précise avec force détails l’ensemble des guides à emporter, les trains à emprunter ainsi que les hôtels dans lesquels il pourra résider :

Pour l’Allemagne, munissez-vous, bien entendu, du Bädeker. Faites attention qu’il faut emporter les 3 volumes, Allemagne du Nord (où se trouve Berlin), A [llemagne] du Sud (où se trouve Munich), & les Bords du Rhin (avec Cologne & Francfort).

Je ne vous indique pas, pour les divers musées, les catalogues, vous les trouverez à la porte. Pour Berlin, je vous expédie aujourd’hui le guide (en all [eman] d, malheureusement) qu’on nous a distribué l’an dernier, lors du congrès […] des sciences historiques.

Pour l’hôtel à Berlin, je vous recommande celui où j’étais descendu, Saxonia : écrivez d’avance, en indiquant votre jour d’arrivée, pour retenir une chambre dans les prix de 4 marks. Ne prendre aucun repas à l’hôtel, sauf le petit déjeuner du matin. Vous aurez à travailler surtout dans l’île des musées (où tous les musées sont groupés, sauf celui d’ethnographie). Vous irez dîner non loin de là, dans un des restaurants appelés Aschinger. Je vous recommande comme hors d’œuvre le Bismark-Herring (hareng au vin blanc) & comme rôti l’oie, plat national des Berlinois. Le vin est hors de prix, la bière est excellente.

Vous lirez avec intérêt, en wagon, avant d’arriver à Berlin, l’ouvrage tout récent de Huret (Berlin 1 vol. Charpentier, 3.50). Je le possède, & vous l’enverrai volontiers. Mais pourquoi ne passeriez-vous pas à Nancy en allant à Berlin ? C’est sur le chemin, somme toute, ou plutôt sur l’un des chemins. De Nancy à Berlin, vous vous arrêteriez à Francfort, je vous mettrais dans un wagon qui va directement à Francfort depuis Nancy. Partez le matin (7 h) de Paris, vous serez ici à midi, vous verrez notre Exposition, & vous repartirez à 2 h du matin : vous serez à 11 h ½ à Francfort, où vous verrez l’admirable musée Städel, le Palmarium & votre libraire Baer. Départ à 8 h pour Berlin, où vous êtes le lendemain matin2

Nancy, lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, sans date. Paris, Bibliothèque de l’institut national d’histoire de l’art, Autographe 144, 3, 630

Comme le précise ce courrier, il ne s’agit pas uniquement pour René-Jean de visiter la ville mais aussi d’y travailler et d’y rencontrer les libraires avec lesquels les deux hommes sont en négociation pour l’achat de nouveaux ouvrages. En janvier 1910, c’est au tour de Jacques Doucet de se rendre en Allemagne, et Perdrizet se dit enchanté de pouvoir le recevoir à Nancy avant son départ3.

Perdrizet mobilise, également, son réseau professionnel pour aider la Bibliothèque de Jacques Doucet à enrichir ses collections. Deux noms, attachés aux travaux réalisés par Perdrizet avec le soutien financier de Jacques Doucet, reviennent régulièrement dans la correspondance du savant nancéen. Il s’agit de Friedrich von Bissing (1873-1956) et de Paul Wolters (1858-1936).

Comme le rappelle Perdrizet dans l’introduction de son ouvrage Les Bronzes grecs d’Égypte de la collection Fouquet (1911),après la parution de ce premier livre pour le compte des Publications pour faciliter les études d’art en France, il fut rapidement encouragé par Jacques Doucet à enrichir la documentation relative à la collection Fouquet :

Il y a bientôt trois ans, j’eus l’honneur, unus multorum, d’être délégué par M. Bayet au 11° Congrès international d’archéologie, qui devait se tenir au Caire en avril 1909. A peine débarqué à Alexandrie, dans l’une des salles du Musée, je rencontrai M. Jacques Doucet, qui rentrait en France après avoir passé quelques semaines au pays du Nil. L’Égypte l’avait enchanté, il désirait aider aux recherches d’archéologie égyptienne : il me donna carte blanche pour entreprendre toute publication utile. Quelques jours après cette conversation, je visitais au Caire la collection du Dr Fouquet. Mon choix, dès lors, était fait.  […] La présente publication n’est pas due à la rencontre de deux fantaisies. Sitôt qu’elle lui a été proposée, M. Doucet y a vu le commencement d’une série d’études documentaires sur l’Antiquité, pouvant faire pendant aux nombreux travaux qu’il encourageait déjà dans le vaste champ de l’histoire de l’art moderne. Si le public savant fait bon accueil à ce premier ouvrage, d’autres suivront rapidement, dont voici les titres : Les Antiquités de Léontopolis; Les Étrangers à Memphis, d’après les terres cuites archaïques; Les Terres cuites de l’Égypte gréco-romaine; Les Graffites grecs du Memnonion d’Abydos.((Perdrizet, Les Bronzes Grecs d’Egypte de la collection Fouquet))

C’est notamment pour ses recherches concernant Léontopolis que Perdrizet sollicite Friedrich von Bissing (1873-1956) qui occupe la chaire d’égyptologie depuis 1906 à Munich. Celui-ci lui offre alors de consulter ses propres ressources :

Cher ami et collègue,

Je suis extrêmement heureux de pouvoir contribuer en quelque peu à Vôtre ( sic)  travail et je vous prie de vouloir  vous servir de tout ce que je sais sur la trouvaille de Léontopolis et tout ce que j’en possède.

Voulez vous que je vous envoie une série de photographies et de notes que le Dr Fouquet m’avait autrefois communiquées quand je pouvais espérer faire moi- même ce que heureusement vous faites maintenant4 ?

Les recherches sur Léontopolis ne furent pas les seules occasions d’échanges entre Perdrizet et ce « bon connaisseur des choses d’Égypte »5 comme le mentionne l’archéologue français à René-Jean. Von Bissing mit aussi à la disposition de Perdrizet sa collection égyptologique6 pour les recherches que celui-ci avait entamées sur les terres cuites l’Égypte gréco-romaines.

Avec la correspondance de Paul Wolters, successeur de Furtwängler à l’université de Munich et ancien secrétaire du Deutsches Archäologisches Institut à Athènes, nous pouvons entrevoir la mise en place d’une relation professionnelle, mais aussi plus amicale. Les deux hommes semblent s’apprécier. Alors qu’il se plaint auprès de René-Jean de l’attitude de Hans Pomtow7, Perdrizet indique à son interlocuteur « Heureusement, tous les Allemands ne sont pas des Pomtow : vous avez pu vous en rendre compte en approchant Wolters.8 et évoque dans leur correspondance des questions plus personnelles.

“Cher Monsieur Perdrizet, sans doute vous pensez que je sois un des demis-dieux qui ont robur et aes triplex circa pectur ; parce que je n’ai pas encore répondu à votre lettre touchante. Mais vraiment , si pendant le semestre je n’écrie que les lettres les plus nécessaires, je je n’ai pas encore exprimé ma vive joie d’entendre que vous avez heureusement échappé au danger de cette maladie funeste, je vous prie de croire que ce n’est qu’à cause de mes travaux journaliers qui m’étouffent. J’espère qu’après avoir regagné votre santé vous vous trouverez mieux qu’avant l’attaque, et votre santé restera sure et ferme. Même aujourd’hui je n’ai pas le temps de vous entretenir plus long, mais je crois que peut être la lettre enclose vous intéresse, que je viens d’envoyer à quelques collèges des universités d’Allemagne et que j’enverrai à tous. Je ne sais pas, si vous faites usage des Vorgeblätter de Vienne. Je les trouve indispensables, mais pas suffisants. En tout cas, je voudrai en faire une réimpression à bon marché, et si voudrez en profiter je mets à votre disposition les exemplaires au même prix modeste, qu’aux séminaires des autres universités.

Je suis, mon cher ami, avec les voeux les plus sincères.

tout à vous,

Paul Wolters”

((Nancy, Université de Lorraine, fonds Perdrizet, PP 976))

La correspondance entre Perdrizet et René-Jean montre le crédit que le Français accordait à Paul Wolters9. Il signale certains de ses ouvrages à René-Jean10  et ne manque pas de faire référence à d’autres11, demandant à René-Jean de consulter pour lui le livre que détient la Bibliothèque d’art et d’archéologie12.

     L’existence d’un vaste réseau de correspondants allemands autour de la Bibliothèque d’art et d’archéologie n’est pas pour autant exempte de polémiques. Ainsi, la correspondance de Perdrizet avec René-Jean témoigne des tensions qui ont pu exister entre le savant français et Hans Pomtow (1859-1925), qui l’accuse de se servir de son rôle de conseiller à la Bibliothèque pour ses propres recherches13.

Nancy, le 8 avril 1910

Mon cher ami

je vous renvoie la lettre de Pomtow junior, & la réponse, très bien tapée, que vous faites au père de cet éphèbe. Les Pomtow sont de sombres brutes, méchants & bêtes. Ils doivent pourtant bien se douter qu’ici, à Nancy, à notre bibl[iothèque] univ[ersitaire], j’ai toutes les œuvres de Pomtow. Elles sont éparses dans

Neue Jahrbücher für Philologie

Hermes

Philologus

Klio

Athenische Mittheilungen

toutes revues que nous avons au complet, […] mais que votre bibliothèque n’a pas à acheter [… ] (les Ath[enische] Mitth[eilungen] exceptés), parce que ce sont des revues de philologie & d’histoire, non des revues d’archéologie & d’art. Je vous ai conseillé de vous procurer les tirages à part relevant de votre spécialité […], & je vois […], d’après la lettre de Pomtow junior, que les bibliothèques des instituts archéologiques des Univ[ersités] de Munich, Vienne, & c. ont fait de même. C’est donc que mon idée n’était pas mauvaise. Mais quelle brute, ce Pomtow, de me mettre en cause ! de chercher des dessins ténébreux ! Voilà bien l’Allemand, mauvais coucheur, chercheur de mauvaises querelles. Par ces petits incidents, nous pouvons […] deviner leurs procédés, quand il s’agit du Maroc, de l’Alsace ou d’autres questions graves14.

Nancy, lettre de Paul Perdrizet à René-Jean du 5 avril 1910. Paris, Bibliothèque de l’institut national d’histoire de l’art, Autographe 144, 3, 659

Prenant la défense de son ami, René-Jean, répond avec fermeté à Pomtow soulignant l’objectif scientifique et pédagogique que s’est donné la bibliothèque.

Monsieur

Je vous remercie de votre indication et j’écris aujourd’hui même au libraire pour lui demander ce qu’il peut posséder de vos tirages à part.

La lettre que votre fils nous écrit à votre place renferme des inexactitudes qui m’étonnent & contre lesquelles je dois protester. Je ne sais sur quoi il s’appuie pour affirmer que ma lettre n’avait pour but que de procurer à M. Perdrizet, par le détour de la bibliothèque Doucet, vos mémoires sur Delphes pour qu’il en fasse un « usage profitable ». M. Perdrizet – dont je m’honore d’être l’ami – n’a pas l’habitude d’employer des moyens détournés, et nous n’avons pas coutume de nous prêter à des manœuvres que nous dédaignons. J’ignore si M. Perdrizet possède ou ne possède pas vos travaux. Dans tous les cas, si nous les acquérons, ils seront à sa disposition comme à celle des autres savants qui viennent travailler ici.

La vérité, – et je pourrais m’abstenir de vous donner ces explications – c’est que M. Perdrizet est notre conseil en matière d’archéologie classique. Une œuvre aussi considérable que celle qu’a entreprise si généreusement M. Doucet, ne pouvait réellement se fonder d’une manière scientifique sans le concours de spécialistes et c’est ainsi que MM. les professeurs Ed [mond] Pottier, Chavannes, Foucher, G [abriel] Millet, Moret, É [mile] Bertaux, etc. nous aident de leurs conseils bénévoles et comptent parmi les personnes à qui nos collections ont déjà pu rendre service.15.

On retrouve ce contexte de tension dans certains échanges concernant les achats auprès des libraires allemands, à l’exemple d’Hiesermann. Ainsi Perdrizet n’approuve-t-il pas le prix demandé par ce dernier pour les volumes de l’ouvrage de Petrie Racial Types of Egypt, que le libraire ne lui a pas envoyé dans son intégralité :

Je viens d’étudier aussi les Racial types from Egypt, de ce faiseur de Petrie. Savez-vous ce que j’en pense ? Que vous devriez renvoyer l’ouvrage (si l’on peut l’appeler ainsi) à Hiersemann. 75 marks, vraiment, c’est trop, pour une collection qui en a coûté, neuve, 45, avec une notice explicative que vous n’avez pas. […] Voyez cela, je vous prie. Il serait fâcheux de faire l’acquisition d’ouvrages incomplets, & de laisser ces libraires allemands vous étriller de cette la façon »16.

Ces tensions ne doivent cependant pas masquer la réelle collaboration que la Bibliothèque d’art et d’archéologie a entretenu avec l’espace germanique. Celle-ci était d’ailleurs bien connue des savants allemands, qui se sont rendus nombreux rue Spontini pour leurs recherches, comme le révèle le fichier des lecteurs de la bibliothèque. Parmi eux nous mentionnerons les présences répétées de l’archéologue Georg Karo (1872-1963)17 et de historien de l’art, Julius Meier-Graefe (1867-1935)18, tout deux personnalités représentatives de leur époque et de leur domaine de recherche.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie et l’Allemagne (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 04/10/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/2091.
  1. Ulrich von Willamowitz-Moellendorff (1848-1931) helléniste et philologue. Détenteur de la chaire de philologie à l’université de Greifswald en 1876, puis de Göttingen (1883) et de Berlin (1897). Il y créé un Institut d’études classiques regroupant philologie, histoire et archéologie fidèle aux préceptes de son maître Otto Jahn (1813-1869). Voir Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs du passé, Paris, Éditions CNRS, 1998 (réd. 2001), p. 1244-1245. Friedrich Hiller von Gaetringen (1864-1947) est un épigraphiste et historien de l’Antiquité. Il étudie à Tübingen puis à Berlin sous la direction de Theodor Mommsen (1817-1903). Il participe aux fouilles de Magnésie en Asie Mineure et reçoit en 1906 la chaire d’histoire antique de l’université de Halle. Voir « Hiller von Gaertringen, Friedrich Freiherr » in : Neue Deutsche Biographie 9 (1972), p. 155-156 ; URL: https://www.deutsche-biographie.de/pnd105268798.html#ndbcontent. []
  2. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, autographes 144-2-630 []
  3. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 647. []
  4. Nancy, Université de Lorraine, fonds Perdrizet, PP 58. []
  5. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 474. []
  6. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 4, 834. []
  7. Philologue et épigraphiste, Hans Pomtow fut chargé, en 1887, par l’académie de Berlin, de réaliser un corpus des inscriptions grecques à Delphes. Alors que la France entre en négociation avec les Grecs pour obtenir l’autorisation de fouiller le site, Pomtow publie un plan du site de Kastari et déclare qu’au vue des autres fouilles menées par la France, ils ne sont pas les plus aptes à fouillé Delphes Voir : Klaus Fittschen, « L’École française d’Athènes et l’Institut archéologique allemand », Bulletin de Correspondance Hellénique, 120-1, 1996, p. 492 []
  8. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 659. []
  9. Secrétaire de l’Institut archéologique allemand  d’Athènes à partir de 1887, Wolters sera par la suite professeur à l’université de Würzburg puis de Munich, ainsi que directeur de la Glythotek et du musée universitaire munichois. Voir : https://www.bbaw.de/die-akademie/akademie-historische-aspekte/mitglieder-historisch/historisches-mitglied-paul-wolters-3055 []
  10. « Est-ce que j’ai envoyé à la Bibliothèque un exemplaire des Mykenische Altertümer, de Wolters. » []
  11. « P. Wolters, Die Gipsabgüsse antiker Bildwerke in historischer Folge erklärt : Bausteine zur Geschichte der griechisch-römischen Plastik, Berlin, Spemann, 1885. » []
  12. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 671. []
  13. Perdrizet avait déjà rédigé en 1908 Monuments figurés : Petits bronzes, terres-cuites, antiquités diverses et devient en 1909 membre  de la commission de la publication des fouilles de Delphes qui doit hâter la rédaction des volumes après le retard pris par Théophile Homolle. []
  14. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144-3-659 []
  15. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1096. []
  16. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 637. []
  17. Le fichier des lecteurs de la bibliothèque nous apprend qu’au cours de l’année 1912 Georg Karo (1872-1963), professeur d’archéologie classique à l’université de Bonn entre 1902 et 1905, secrétaire du l’Institut archéologique allemand en 1905 puis professeur, en 1920, à l’université de Halle, s’est rendu à onze reprises à la bibliothèque []
  18. Après avoir brièvement suivi une formation d’histoire de l’art à Berlin, Meier-Graefe contribue à fonder la revue Pan mais en est écarté, en 1895, ce qui le pousse à émigrer à Paris. Entre 1899 et 1903, il y dirige alors avec Henry van der Velde une galerie d’Art Nouveau nommée “Maison Moderne”. Il commence à rédiger son ouvrage majeur Histoire de l’évolution de l’art moderne, publié en trois volumes en 1904. Il quitte a France au cours de la Grande Guerre et s’installe à Dresde dans les années 1920. Il y devient alors un chroniqueur régulier de la Frankfurter Zeitung et du Berliner Tageblatt, dans lesquels il publie des recensions d’ouvrages ou des critiques d’expositions []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.