Le Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 2)

Parution et organisation du Bulletin

Le premier numéro du Bulletin — qui couvre le premier semestre 1929 — est organisé en deux parties distinctes, concernant respectivement « La vie de la Société » et « La vie de la Bibliothèque ».

Dans la première partie se trouvent l’avant-propos écrit par Georges Wildenstein, les listes de membres et des principaux dons faits à la Société, le compte-rendu de l’assemblée générale du 9 janvier 1929, la reconnaissance d’utilité publique de la Société ainsi que ses statuts.

La seconde est constituée de deux articles, rédigés par André Joubin et Louis Réau, portant respectivement sur l’histoire de la Bibliothèque et sur « Un recueil de lettres de Houdon donné à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie ». Dans son récit, issu d’une conférence du 10 mai 1929, Joubin présente la fondation de la Bibliothèque par Doucet, son « époque héroïque et glorieuse » — entre 1909 et 1914 — puis son don à l’Université de Paris. L’auteur dresse également un inventaire sommaire de ses collections au moment de la donation. Il souligne en outre le rôle de la Société des amis — après avoir fait allusion au délai d’intervention financière de l’État entre 1918 et 1921, date d’inscription de la Bibliothèque à son budget à l’initiative d’Édouard Herriot :

Pourtant ne croyez pas que seul l’État fasse vivre la bibliothèque d’art. Si utile et si importante que soit une pareille fondation, elle ne peut demander aux subventions officielles toutes les ressources dont elle a besoin. Comme toutes les œuvres vivantes, elle possède des ressources personnelles qui lui viennent de ses amis. La Société des Amis de la Bibliothèque, qui s’est fondée en 1925, a groupé des amateurs, des savants, des bienfaiteurs de tous pays qui s’intéressent au développement de nos collections, et qui, par leurs cotisations et par leurs dons, permettent des acquisitions que le budget officiel rendrait impossibles. Grâce à la Société des Amis, nous avons pu conserver à la Bibliothèque sa réputation scientifique, et acheter chaque année pour plus de 50.000 fr.de livres, sans parler des dons en nature, livres, manuscrits, photographies, qui nous sont venus de partout et qui représentent une somme supérieure encore à celle que nous avons reçue en argent. Ce résultat, déjà fort beau, est loin d’être satisfaisant encore, et je vous recommande, à vous qui voulez bien m’écouter, notre Société. Il vous en coûtera 100 francs par an pour vous associer à une œuvre qui fait honneur à notre pays1.

Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, n° 1, 1er semestre 1929, p. 16.
Bibliothèque de l’Institut national de l’art, collections numérisées, NUM 8 PER 584 (1).
Disponible en ligne.

Cette organisation bipartite du Bulletin est cependant abandonnée dès la publication du deuxième numéro, relatif au deuxième semestre de l’année 1930. Celui-ci s’ouvre sur un court hommage à Jacques Doucet, rédigé par André Joubin. Il y souligne notamment l’énergie du fondateur de la Bibliothèque, et ce jusqu’à quelques semaines avant son décès.

Suivent des articles sur deux autres bibliothèques fondées par Doucet, consacrées à la littérature et au cinéma, rédigés respectivement par Marie Dormoy — conservatrice qui devient en 1932 la directrice de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, jusqu’en 1956 — et Jeanne Moussinac.

Le numéro se conclut — à la suite des listes de nouveaux membres et de dons effectués à la Société — par un article de l’historienne de l’art Geneviève Charléty, consacré à un album d’aquarelles attribuées au peintre et graveur Jean-Baptiste Oudry — dont David David-Weill a fait don à la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Il est précisé en note que « cet article a été écrit pour la Gazette des Beaux-Arts »2 et que les éditeurs ont pensé « qu’aucune étude ne rendrait mieux compte de l’importance du don de M. David-Weill », raison pour laquelle le texte est également publié dans le Bulletin — « avec l’autorisation de la Gazette »3.

La troisième livraison est largement commentée dans un article paru dans Beaux-Arts. La revue continue en effet à entretenir des liens privilégiés avec la Société, et relate, de 1929 à 1933, la parution de six des sept numéros du Bulletin publiés pendant cette période. Dans des rubriques qui s’apparentent plus à de la publi-information qu’à de véritables critiques, chaque fois de façon particulièrement — si ce n’est exagérément — élogieuse :

La Société des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris vient de publier son bulletin semestriel.
Le fascicule élégant, ingénieusement illustré, marque encore un progrès sur le précédent numéro, auquel pourtant nous n’avions pas cru, l’an dernier, devoir ménager les compliments. Il y a là un signe tangible de l’activité toujours plus étendue et plus efficace de la jeune Société.
L’activité de la Bibliothèque s’exerce dans divers domaines artistiques, où nous conduisent tour à tour les articles qui composent la brochure.
Après quelques lignes cordiales de M. Joubin, écrites au sujet de l’élévation de M. D. David-Weill, grand bienfaiteur de la Société, à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur, Mme Clotilde Brière-Misme nous introduit dans le département des photographies, dont il faut souhaiter l’enrichissement indéfini, on veut voir la bibliothèque de la rue Berryer demeurer en tous points la plus complète des bibliothèques d’art du monde.
M. Seymour de Ricci nous montre ensuite la collection si intéressante, si curieuse parfois, avec ses pages annotées et ornées de croquis, des catalogues de ventes.
M. Georges Wildenstein enfin, expose la question si importante du catalogue imprimé de la bibliothèque, tâche considérable qu’il a entreprise courageusement, généreusement, de mener à bien : catalogue des périodiques, puis des monographies d’artistes et des photographies.
L’auteur expose clairement le travail de longue haleine, judicieusement échelonné, qui a déjà été entrepris par ses soins.
Le Bulletin contient encore un chapitre que l’on n’aurait garde de laisser de côté : c’est une Enquête sur l’activité de la Bibliothèque. C’est une innovation qui dès l’abord semble devoir rendre les plus grands services. En quelques lignes, chacun des principaux usagers signale les travaux personnels qu’il prépare. Et voilà créé “un lien intellectuel entre savants, favorisant les échanges possibles de documentation, facilitant les recherches. Enfin le risque toujours fréquent d’ouvrages entrepris simultanément sur un même sujet, par deux travailleurs, se trouve évité.”
Avec une liste des membres nouveaux et des dons reçus depuis le 1er janvier, le Bulletin se clôt sur un compte rendu de la dernière assemblée générale, où l’on a plaisir à constater la prospérité de la Société, l’accroissement rapide et régulier du nombre de ces membres et l’activité qu’elle manifeste, grâce aux initiatives et aux libéralités dont elle est l’objet ((G. B. G., « Le Bulletin de la Société des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Beaux-Arts, 20 août 1930, 8e année, n° 8, p. 26.)).

La quatrième livraison — dont Beaux-Arts s’empresse d’affirmer qu’elle « marque encore un progrès sur le précédent numéro4 » est particulièrement fournie en articles. On en compte deux de Georges Wildenstein, l’un rendant hommage à Paul Appell — recteur de l’Académie de Paris et président d’honneur de la Société des amis de la Bibliothèque, décédé en octobre 1930 — et l’autre s’intéressant au XIIe Congrès international d’histoire de l’art, tenu à Bruxelles. Marcel Aubert consacre un texte au projet du Répertoire d’Art et d’Archéologie tandis que Clotilde Brière-Misme présente les derniers accroissements du département des estampes et des photographies. Outre les listes de nouveaux membres et de dons, l’« Enquête sur l’activité de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie » est reconduite. Le numéro s’achève sur un article de Jacques Hérold portant sur les « Estampes gravées en couleurs, conservées à la Bibliothèque ».

Si la cinquième livraison — datée du premier semestre 1931 — comporte bien moins d’articles que les deux précédents numéros, elle compte pourtant elle aussi trente-cinq pages. Cela s’explique par la longueur des deux articles que l’on peut y lire. Le premier, écrit par André Joubin, concerne l’un de ses artistes de prédilection, Eugène Delacroix5, et plus précisément sur sa correspondance avec ses cousins Lamey, de Strasbourg. Suit un autre texte, portant sur les « Ouvrages anciens d’architecture, de fêtes et d’ornements conservés à la Bibliothèque », rédigé par le collectionneur Jules Strauss.

Compte tenu de la longueur de ces deux articles, la publication de « L’Enquête » est différée, ce dont s’excuse le comité de rédaction.

Là encore Beaux-arts ne manque pas de dresser une nouvelle fois un portrait immodérément flatteur du Bulletin :

De numéro en numéro, l’intérêt de ce bulletin s’accroît. Cette fois, un très remarquable article de M. Joubin, sur la correspondance d’Eugène Delacroix avec ses cousins Lamey, suffit à mettre cette publication au rang des plus grandes revues. On comprendra toute la valeur des documents que nous révèle M. Joubin, lorsqu’on saura que cette correspondance porte sur une période de temps qui va de 1853 à 1861 et nous offre maints détails curieux sur l’état d’esprit de Delacroix vieillissant.
Ce même numéro contient un excellent article de M. Jules Strauss sur les ouvrages anciens d’architecture, de fêtes et d’ornements, et à propos duquel il réussit en quelques pages à brosser un rapide tableau de l’histoire de l’art décoratif pendant trois siècles.
Enfin il serait injuste de ne pas signaler l’agréable présentation de ce bulletin, qui vaut non seulement par la qualité des articles, mais encore par l’heureux choix des illustrations et l’élégante présentation des mises en pages.
C’est là un nouveau témoignage de l’activité de cette Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, dont le développement et l’importance sans cesse croissante, font le plus grand honneur à ceux qui en ont assuré la direction6.

En raison du retard de publication du numéro précédent, la sixième livraison du Bulletin, qui aurait dû concerner le second semestre 1931, est en réalité publiée pour l’année 1932 toute entière. Après un hommage à Edward Tuck — l’un des plus importants donateurs de la Société — l’on y trouve un long article de l’historienne de l’art Louise Lefrançois-Pillion sur le « Projet d’un répertoire analytique et iconographique des reproductions de peintures de manuscrits ». Celui-ci est tiré d’une communication effectuée dix ans plus tôt par l’historienne à l’occasion du Congrès d’histoire de l’art — organisé par la société de l’histoire de l’art français à Paris du 26 septembre au 5 octobre 1921. Si le texte, qui comporte quatre illustrations absentes des actes du congrès7, a été légèrement raccourci, sa teneur n’a pas changé : Louise Lefrançois-Pillion y émet le vœu qu’un « continuateur » reprenne le projet — qui, en l’espace d’une décennie, ne semble avoir connu aucun avancement. Le numéro comprend également un rapport de Clotilde Brière-Misme sur le développement du département des photographies et du cabinet de gravures en 1931. Outre le texte dédié à l’assemblée générale de janvier 1932 et les listes des nouveaux membres et des principaux dons, l’« Enquête sur l’activité de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie » est finalement publiée. Présentant la liste des travaux de six lecteurs de la Bibliothèque, elle est introduite par un paragraphe d’explications :

L’importance du Bulletin de juillet nous avait empêché de publier les réponses à notre enquête sur les travaux entrepris par les lecteurs de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie.
Ce Bulletin, dont la publication a été retardée va reprendre sa périodicité habituelle. Nous nous excusons du ralentissement apporté dans notre petite enquête. Bien que ce temps ne soit guère propice aux coûteuses publications archéologiques, les travailleurs sont toujours plus nombreux et plus assidus rue Berryer et quelques-uns ont bien voulu nous dire l’objet de leurs recherches. Nous souhaitons que leur exemple soit suivi et que le prochain Bulletin nous annonce d’intéressantes publications.

Malgré le vœu pieux de reprise d’une parution régulière du Bulletin, la planche de Daumier8 suivant immédiatement cette courte rubrique semble indiquer quelques difficultés financières pour la Bibliothèque.

Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, n° 6, 1932, p. 20.
Bibliothèque de l’Institut national de l’art, collections numérisées, NUM 8 PER 584 (6).
Disponible en ligne.

Ces deux éléments sont-ils liés ? En 1933, le Bulletin perd définitivement le qualificatif de « semestriel », semblant s’orienter vers un rythme de publication annualisé et non plus bisannuel. L’explication la plus probable renvoie peut-être moins à un manque d’argent qu’à un manque de temps. Le 6 décembre 1933, le transfert de la Bibliothèque de la rue Berryer (Fondation Rothschild) à la rue Michelet (au sein du nouvel Institut d’art et d’archéologie) est en effet ordonné par le ministre de l’Éducation nationale. Ce déménagement a sans doute monopolisé l’attention des potentiels contributeurs et contributrices du Bulletin9

Le septième numéro comporte, outre un court billet annonçant la nomination de David David-Weill à l’Académie des Beaux-Arts et l’élection de Marcel Aubert à l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, un long article de Paul-André Lemoisne, conservateur du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale, sur l’un de ses sujets d’expertise : les Estampes modernes du Cabinet de Jacques Doucet. Il y détaille notamment l’origine du projet10

L’assemblée générale du 17 janvier 1933, la liste des nouveaux membres ainsi que les principaux dons effectués depuis janvier 1933 sont abordés dans les dernières pages du numéro.

Une longue interruption et un ultime numéro

S’il ne semble pas fondamentalement se distinguer des six numéros qui l’ont précédé — outre l’absence de la mention « semestriel » — le septième numéro tient pourtant une place particulière dans l’histoire du Bulletin. Il est en effet le dernier publié avant la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant plus d’une dizaine d’années, l’activité de la Société n’est presque plus relatée, si ce n’est dans quelques rares articles de presse. En décembre 1933 et janvier 1934, certains commentent la tenue de l’exposition « Seurat, ses amis et la suite de l’impressionnisme », à laquelle les membres de la Société peuvent se rendre gratuitement11. En décembre 1937 un article consacré à Maurice Fenaille mentionne brièvement la Société12 et, en mars 1939, son assemblée générale est relatée dans deux articles13.

Si l’activité de la Société est donc loin de s’être arrêtée — en tout cas jusqu’au début de l’année 1939 — aucune explication n’est explicitement donnée à l’interruption de la publication du Bulletin, et ce jusqu’en 1949.

C’est en effet cette année-là, quatre ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, que paraît le huitième numéro14. Il s’ouvre par une « Préface » de Georges Wildenstein, dans laquelle ce dernier se réjouit de la reprise d’activité du Bulletin : 

Le Bulletin de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris, que nous sommes heureux de voir reparaître après une longue et pénible interruption forcée, représente pour nous à la fois un retour à l’une de nos plus chères traditions et l’affirmation d’une volonté au service de l’avenir que nous cherchons à reconstruire. La magnifique Bibliothèque sortie du rêve noble et généreux de Jacques Doucet pouvait, entre les deux guerres, s’enorgueillir, à juste titre, du fonds incomparable qu’elle possédait. Le superbe éclectisme de celui-ci avait fait de la retraite paisible de la rue Berryer un centre de travail où se côtoyaient les savants participant aux plus diverses régions de la curiosité intellectuelle dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’archéologie. En même temps, le soin non moins attentif apporté à l’enrichissement méthodique de chacune de ses branches, a rendu l’outillage offert par cette Bibliothèque indispensable à toute enquête spécialisée.
Les collections de livres précieux ou rares, de périodiques (dont nous avons fait paraître en 1937 le catalogue) de catalogues de vente, etc. à quoi est venue s’ajouter ultérieurement une vaste photothèque, ont valu à cette Bibliothèque une incontestable suprématie dans le monde. Celle-ci doit aujourd’hui être maintenue à tout prix.
Plus que jamais, l’intérêt de la France exige que de telles raisons — parmi les meilleures et les plus sûres — du prestige français, soient renouvelées et réaffirmées. Or, il est certain qu’à l’heure actuelle nous ne saurions mener à bien une tâche aussi étendue et ardue sans le généreux concours d’initiatives individuelles et de moyens privés. L’État à qui, suivant le vœu de Jacques Doucet, sa bibliothèque doit maintenant l’hospitalité et la gestion de ses destinées, ne saurait subvenir seul à ses pressantes et légitimes exigences. Il faut combler les lacunes que les années de guerre et de pénurie ont creusé dans un fonds qui, aussi riche soit-il, ne peut garder toute sa valeur qu’à condition d’être constamment agrandi et complété. Il faut aussi continuer à lui faire absorber l’apport quasi quotidien de la littérature mondiale. Le grand, exemple des Frick, des Witt, et des Doucet auxquels nous devons les meilleurs centres de documentation artistique du monde, doit sans délai être suivi par tous ceux qui en France sont conscients de l’importance de notre Bibliothèque et souhaitent avec nous, non seulement maintenir sa renommée, mais aussi étendre et amplifier son rôle et sa force d’expansion15.

Suivent deux importants articles.

Le premier, sobrement intitulé « La Bibliothèque d’art et d’archéologie (1934-1946) », est écrit par Suzanne Damiron, nouvelle directrice de l’institution ; il apporte des éclaircissements bienvenus sur les activités de la Bibliothèque depuis 1933. L’autrice narre ainsi son déménagement au sein du nouvel Institut d’art et d’archéologie — décidé en 1933 et rendu effectif en 1936 — qui « lui permet de se comparer à certaines installations d’outre-atlantique ». Sont ensuite évoqués la mise à la retraite d’André Joubin, l’installation d’Élie Lambert et la perte de nombreux protecteurs et bienfaiteurs — Raymond Poincaré, Louis Barthou, Moïse de Camondo, Charles Widor, Jeanne Magnin — fondatrice du musée Magnin à Dijon —, le comte Allard du Cholet, Maurice Fenaille, René Schneider et Pol Neveux, « tous des amis de la bibliothèque dès ses débuts ». Suzanne Damiron souligne en outre l’important travail bénévole mené par Clotilde Brière-Misme et son équipe à la photothèque jusqu’en juin 1939. Elle aborde ensuite la « période difficile entre toutes qui comprend la guerre et l’occupation », où les chercheurs, quoique « clairsemés », continuèrent à se rendre à la Bibliothèque, même si l’Institut n’eut que « deux mois de chauffage entre les années 1939-1945 ». Les gardiens se succèdent — Jean Sineux, Georges Thébaut, Georges Cordelle. Après le départ d’Élie Lambert en 1941, Suzanne Damiron assure la direction de la Bibliothèque jusqu’à l’arrivée de Pierre Lelièvre. Le travail reprend en 1942 : « une équipe de quatre chômeurs intellectuels vient renforcer le personnel et permet d’entreprendre un nouveau fichier et un reclassement de toutes nos collections » — l’autrice se désole que cette équipe, réduite à deux personnes, doive bientôt n’en compter qu’une. Là encore, de nombreux décès sont à déplorer — le recteur Charléty, Henri Focillon, André Joubin, Victor Basch, Nicolas Plaoutine, Georges Pannier, le chanoine Broussolle, Pierre Gusman et Louis Dimier. Évoquant sa prise de fonctions en tant que directrice de la Bibliothèque le 1er avril 1945, Suzanne Damiron fait ensuite état des travaux entrepris au sein de l’institution : réorganisation de la salle de lecture, réfection des catalogues, reprise difficile des achats de publications étrangères.

Le récit se conclut sur une note optimiste :

Cependant divers “Amis” de notre maison qui se trouvent encore en Amérique, en Angleterre, essaient de nous aider. L’échange du Répertoire d’Art avec les publications des grandes institutions reprend maintenant son cours normal et nous espérons que, de plus en plus, nous comblerons les lacunes encore existantes. La Bibliothèque pourra ainsi être sinon comme à l’origine, la première bibliothèque mondiale, tout au moins la première bibliothèque européenne pour les recherches d’archéologie et d’histoire de l’Art, car par l’importance de son fonds, par la variété de ses richesses elle est devenue officiellement depuis octobre 1946 ce qu’elle était déjà depuis de nombreuses années, le centre majeur d’information et de documentation national voire même international16.

Le second article, rédigé par Pierre Lelièvre — directeur du Répertoire d’Art et d’Archéologie, devenu inspecteur général des bibliothèques — aborde la parution, en 1945, du tome 44-45 du Répertoire, correspondant aux années 1939 à 1941. Mettant en avant le rôle crucial de Jeanne Lucien-Herr dans cette entreprise, il nous informe notamment sur les difficultés financières auxquelles doit faire face la Bibliothèque :

Ce volume des années de guerre, qui sera suivi bientôt d’un second volume actuellement en préparation, et dont la rédaction s’achève, n’a pu voir le jour que grâce au concours de l’Université de Paris, du Centre National de la Recherche scientifique, de la Confédération des Sociétés scientifiques françaises et des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie.
Nous n’avons pas ici à en présenter les comptes. Qu’il nous soit permis de dire que nous y avons épuisé nos réserves financières et que la publication des volumes à suivre nous cause de graves préoccupations. Nous sommes cependant pleins de confiance, parce qu’il nous paraît qu’au lendemain d’une guerre où la France a engagé toutes ses ressources, et où elle a souffert si durement, les valeurs intellectuelles qu’elle représente et les travaux scientifiques ou d’érudition qu’elle a la ferme volonté de poursuivre ne sauraient laisser indifférent le monde savant. Mais ce qu’il faut souligner, c’est que le dépouillement de quelques 532 périodiques français et étrangers analysés dans le tome 44-45 du “Répertoire” n’a pu être assuré que grâce au dévouement vraiment exceptionnel, et au désintéressement absolu de Mme Lucien Herr, qui, depuis de si longues années donne au “Répertoire” le meilleur de son temps17.

Sans pouvoir avancer d’explication définitive, les éléments soulevés par ces deux articles — au premier rang desquels la situation financière difficile dans laquelle se trouvait la Bibliothèque, ainsi que la disparition de nombreux bienfaiteurs — laissent à penser que la parution d’un Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque, si elle pouvait être justifiée en mai 1949 afin de raviver l’intérêt autour des actions de la Bibliothèque elle-même, n’était plus amenée à être, à terme, une priorité — et ce même si la Société, quoiqu’amoindrie, comptait toujours de très nombreux membres, comme en témoigne la liste publiée à la fin de ce numéro.

Cela expliquerait-il l’arrêt de la publication du Bulletin ?

La huitième livraison — ne comportant, à l’inverse des sept précédentes, aucune illustration outre celle ornant la première page — est en effet la dernière à voir le jour, après vingt ans de parution irrégulière pour cet « organe de propagande ».

Malgré leur faible nombre, les huit livraisons du Bulletin sont des sources d’informations cruciales pour comprendre l’activité de la Société des amis de la Bibliothèque, et plus largement le devenir de la création de Doucet après son don à l’Université de Paris.

Et aujourd’hui ?

Si la publication du Bulletin n’a jamais repris depuis 1949, l’action de la Société des amis de la Bibliothèque ne s’est pas interrompue. Elle existe toujours aujourd’hui et apporte encore son soutien à l’institution initialement fondée par Doucet, en particulier dans les domaines des acquisitions et des restaurations patrimoniales.

Pour apprendre plus sur cette organisation, vous pouvez consulter les deux pages suivantes :

https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/sabaa-bibliotheque-inha.html

http://bibliotheque.inha.fr/iguana/www.main.cls?p=74469586-3948-11e2-a8f1-ac6f86effe00&v=56199e16-db7f-11e3-89e0-5056b21d9100

Les huit numéros du Bulletin sont disponibles sur le site des collections numérisées de la Bibliothèque de l’Institut national de l’art :

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/?refine[Creator][]=Soci%C3%A9t%C3%A9+des+amis+de+la+Biblioth%C3%A8que+d%27art+et+d%27arch%C3%A9ologie+%28Paris%29

Pour citer ce billet : Lucie Prohin, « Le Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 09/12/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1955.

  1. André Joubin, « La vie de la Bibliothèque. La Bibliothèque d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris. Conférence faite par M. André Joubin, directeur de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, le 10 mai 1929, pour être radiodiffusée par l’École Supérieure des P. T. T. », Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, n° 1, 1er semestre 1929, p. 18-19. []
  2. G. Charléty, « Un album d’aquarelles attribuées au peintre et graveur Jean-Baptiste Oudry », La Gazette des Beaux-Arts, 1er janvier 1930, p. 11-17. []
  3. Cette mention confirme les liens étroits unissant cette publication, ainsi que la revue Beaux-Arts, au Bulletin et plus largement à la Société des amis de la Bibliothèque. []
  4. Ph. D, « Le Bulletin de la Société des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Beaux-arts, 25 mai 1931, 8e année, n° 5, p. 4. []
  5. André Joubin lui consacre en effet de nombreux travaux, publiant le Journal de l’artiste en trois tomes chez Plon en 1931-1932, puis sa Correspondance en cinq tomes en 1936-1938. Plusieurs articles de presse mentionnent ces publications : « Les Arts », L’Ami du peuple du soir, 17 décembre 1928, n° 43, p. 4 ; L’Ami du peuple du soir, 7 avril 1930, 3e année, n° 518, p. 2 ; Journal des débats politiques et littéraires, 8 avril 1930, n° 97, p. 6 ; Le Matin, 8 avril 1930, n° 16820, p. 2 ; La Volonté, 8 avril 1930, 6e année, n° 1631, p. 2 ; Le Quotidien, 8 avril 1930, 8e année, n° 2611, p. 6. []
  6. « Le Bulletin de la Société des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Beaux-Arts, 25 décembre 1931, 8e année n° 12, p. 9. []
  7. Louise Lefrançois-Pillion, « Projet d’un répertoire analytique et iconographique des reproductions de peintures de manuscrits », Actes du Congrès d’histoire de l’art organisé par la société de l’histoire de l’art français. Paris, 26 septembre au 5 octobre 1921, Paris, Presses Universitaires de France, 1923, p. 171-179. []
  8. Notons que celle-ci est reproduite dans l’article que consacre une fois encore la revue Beaux-Arts au Bulletin. Voir : « À la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Beaux-arts, 13 janvier 1933, p. 5. []
  9. Nous remercions Jérôme Delatour, conservateur au service du patrimoine de la bibliothèque de l’INHA, pour ses éclairages à ce sujet. []
  10. Pour de plus amples informations à ce sujet, vous pouvez consultez les deux billets suivants sur notre carnet : Exposé de quelques idées générales concernant le Cabinet d’estampes modernes de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, Situation du Cabinet d’Estampes modernes au 31 Décembre 1911, ainsi que l’ouvrage Un cabinet d’estampes moderne(s), édité par Pascale Cugy. []
  11. « La Semaine du 15 au 21 décembre », Beaux-Arts, 15 décembre 1933, 72e année, n° 50, p. 10 ; Comoedia, 16 décembre 1933, 27e année, n° 7616, p. 3 ; « Chronique artistique. L’Exposition Seurat et ses amis », La Croix, 4 janvier 1934, n° 15604, p. 4 ; « Arts et Lettres », Journal des débats politiques et littéraires, 14 janvier 1934, n° 13, p. 2 ; « Expositions et galeries », La Volonté, 15 janvier 1934, 10e année, n° 3008, p. 2 ; « Les Arts. Informations », L’Intransigeant, 16 janvier 1934, n° 19802, p. 6 ; « L’Exposition “Seurat et ses amis” », Le Populaire, 23 janvier 1934, n° 4003, p. 4. []
  12. G. W., « Maurice Fenaille », Beaux-Arts, 17 décembre 1937, 75e année, n° 259, p. 2. []
  13. « À l’Université de Paris », L’Œuvre, 13 mars 1939, n° 8562, p. 8 ; « À la société des Amis de la bibliothèque d’art et d’archéologie », Le Temps, 14 mars 1939, n° 28306, p. 4. []
  14. Notons que cette fois-ci, la parution du Bulletin n’est commentée nulle part. Les derniers écrits de presse s’intéressant à la Société que nous avons rencontrés au cours de nos recherches sont en effet les articles de L’Œuvre et du Temps datant de mars 1939. Toutefois quelques articles ont été publiés durant la guerre sur la Bibliothèque, notamment : « La réouverture de l’Institut d’Art et d’Archéologie », Beaux-arts, 15 janvier 1940, 76e année, n° 352, p. 1 ; Louis Paillard, « À l’Institut d’art et d’archéologie — où les cours reprennent, et à la Bibliothèque Doucet — ré-ouverte », Le Petit Journal, 23 janvier 1940, n° 28127, p. 2. []
  15. Georges Wildenstein, « Préface », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, n° 8, mai 1949, p. 2. []
  16. Suzanne Damiron, « La Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, n° 8, mai 1949, p. 3-7. []
  17. Pierre Lelièvre, « Le Répertoire d’Art et d’Archéologie », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, n° 8, mai 1949, p. 8-10. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.