Le Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 1)

Janvier 1925. Voilà sept années que la Bibliothèque d’art et d’archéologie est officiellement devenue une bibliothèque universitaire, à la suite du projet de legs de Jacques Doucet, annoncé dès juillet 1913 et transformé en don immédiat en raison de la guerre. Ce changement de statut — d’une institution privée à un établissement public — modifie en profondeur le mode de fonctionnement de la bibliothèque, et en particulier ses modalités de financement. Ce sont ces évolutions et leurs conséquences qu’aborde Georges Wildenstein le 1er janvier 1925, dans la revue Beaux-Arts, Chronique des arts et de la curiosité, dont il est le directeur adjoint1 Commençant son article par un rappel de la situation des laboratoires français, pour lesquels des efforts de financement ont été réalisés à la suite d’importantes mobilisations2, il déplore que les bibliothèques — qui rassemblent, au sortir de la Première Guerre mondiale, un public de plus en plus large — ne bénéficient pas du même soutien :

On a beaucoup parlé de la grande pitié des laboratoires de France. On a bien fait d’en parler : à l’appel de la presse, le public a fini par répondre. Un effort considérable a été accompli : les besoins urgents ont été satisfaits ; les laboratoires commencent à ne plus craindre l’avenir.
On ne parle guère encore de la grande pitié des bibliothèques de France. Ou, du moins, l’on n’en parle qu’entre initiés. Mais les circonstances sont assez graves pour qu’il convienne d’atteindre désormais un public plus étendu.
Il fut un temps où les bibliothèques n’étaient utilisées que par des travailleurs peu nombreux, habitués aux livres et aux recherches, disposant de longs loisirs.
La Bibliothèque nationale et les autres grands dépôts parisiens suffisaient à contenter tout le monde. Livres et revues étaient bien moins nombreux. Le Dépôt légal fournissant tous ceux qui paraissaient en France, les achats de livres étrangers étaient faciles, car nous avions une bonne monnaie.
La situation est aujourd’hui exactement contraire. Si l’on examine, par exemple, le domaine de l’histoire de l’art, on constate que le nombre de ceux qui s’intéressent à ces études et celui des publications de toutes sortes ont augmenté dans des proportions considérables3.

Et Wildenstein de louer la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie par Jacques Doucet, et son don ultérieur à l’Université de Paris :

En ce domaine comme en tant d’autres, il a fallu spécialiser, décentraliser.
Une admirable initiative privée, celle de M. Jacques Doucet, a doté les études d’histoire de l’art d’un instrument unique au monde. Livres, revues, estampes, photographies, documents de toute espèce, de tout temps, de tout pays se sont accumulés, rue Spontini dans la “Bibliothèque Jacques Doucet”. Leur généreux propriétaire ne s’est pas contenté de les communiquer libéralement à tous ceux qui les demandaient : il les a enfin donnés à la Nation, la “Bibliothèque Doucet” est devenue “Bibliothèque d’Art et d’Archéologie de l’université de Paris”4.

Pourtant, si ce don réjouit l’auteur, Wildenstein souligne les difficultés financières auxquelles doit faire face la Bibliothèque, dont la puissance publique ne peut assurer les frais à hauteur de ce que demanderait le parfait fonctionnement de l’institution — notamment au regard de l’augmentation de sa fréquentation :

Le nombre de ceux qui l’utilisent croît sans cesse en même temps que les services qu’elle rend, malgré les temps difficiles. Les revues, les livres, chaque jour plus nombreux, sont chaque jour plus chers et les circonstances économiques rendent presque impossible l’acquisition de ceux qui paraissent dans les pays à change élevé.
Les pouvoirs publics ont fait leur devoir. À ce premier exemple d’une bibliothèque qui offre à l’étude d’une discipline intellectuelle particulière toutes les ressources qu’elle peut souhaiter l’État accorde une subvention annuelle de 100.000 et l’a installée dans les salles magnifiques de l’hôtel Salomon de Rothschild. De généreux amis ont aussi apporté leur aide : qu’il s’agisse de l’accroissement des collections ou de la poursuite de publications indispensables, l’effort des particuliers a valu celui de l’État.
Dans les circonstances présentes, l’État ne peut rien faire de plus. Or, si l’on retire de la subvention qu’il alloue les frais matériels indispensables éclairage, chauffage, personnel (et celui-ci n’est que trop restreint), il reste à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie une somme qui ne suffirait même pas à l’acquisition des périodiques ! Il est beau d’avoir réuni 150.000 volumes, des manuscrits, des estampes, 150.000 photographies. Mais tous les initiés savent qu’une bibliothèque qui ne se tient plus au courant devient presque inutile. Une Bibliothèque d’Art et d’Archéologie bien complète est indispensable en France. Comment acquérir les livres, les documents nécessaires ?4

La création de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie

L’article aurait pu s’arrêter sur ce constat alarmant, mais Wildenstein va plus loin, proposant une solution concrète aux difficultés de la Bibliothèque :

Une fois encore, l’union, la solidarité feront des merveilles. La Bibliothèque d’art et d’archéologie ne peut pas mourir : elle vivra, elle se développera, grâce à tous ceux qu’elle intéresse, à tous ceux dont elle aide les travaux, qui ont eu et qui auront besoin d’elle. Petits ou grands pourront désormais apporter leur aide : une Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, les groupant tous, concentrera, décuplera leur effort. Qui pourra lui refuser son concours ? Membres adhérents à 30 francs, membres actifs à 100 francs, donateurs, bienfaiteurs, collaboreront d’un même cœur. Il a suffi que la nouvelle Société fût annoncée pour qu’elle bénéficiât des dons les plus généreux : quinze mille francs d’un anonyme, coutumier de ces sortes de bienfaits, nouvelle et très importante contribution de M. Fenaille, déjà bienfaiteur de la maison, pour l’achat des périodiques, envoi par M. le duc d’Albe d’un livre précieux et fort coûteux qu’il vient de faire publier.
Nous savons que ces exemples seront suivis : le public d’élite que forment les lecteurs de Beaux-arts ne peut manquer de répondre à l’appel pressant que nous lui adressons. Nous demandons instamment à tous les lecteurs de remplir le billet d’adhésion encarté dans le présent fascicule et de faire autour d’eux, à notre œuvre, la plus active propagande.4

Notons que la création d’une telle société avait été évoquée par le critique et historien d’art Claude Roger-Marx en 1921 à l’occasion d’un article publié dans L’Information financière, économique et politique — dans lequel il se désolait également du manque de ressources financières de la bibliothèque :

Par ailleurs, la création d’une Société d’Amis de la Bibliothèque, apporterait de nouveaux subsides. Née de l’initiative privée, c’est sur elle que peut compter surtout une œuvre fondée par un mécène que M. Joubin compare au calife Haroum al Raschid qui vit revenir un jour avec des caravanes chargées de documents, ses savants dépêchés à travers le monde pour rédiger l’histoire de l’humanité.5

Si aucune suite concrète n’avait été immédiatement donnée à cette suggestion, la déclaration de Georges Wildenstein en 1925 est, quant à elle, suivie d’effet : la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie est ainsi fondée quelques mois plus tard. Sa création est annoncée au Journal officiel de la République le 13 août 19256, mais elle avait déjà été signalée un mois plus tôt par près d’une vingtaine de titres de presse7, dans des communiqués presque tous similaires :

Une “Société des Amis de la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris” vient de se constituer sur l’initiative de M. Paul Appell, recteur de l’Académie de Paris.
Elle a son siège à la Fondation Salomon de Rothschild, 11, rue Berryer, où est installée cette magnifique bibliothèque, formée par M. Jacques Doucet, et donnée par lui à l’université de Paris, qui lui doit de posséder une collection unique au monde de livres, de revues et de documents sur l’histoire de l’art.Son comité est ainsi composé : Présidents, M. Paul Appell, recteur de l’académie de Paris, membre de l’Institut ; vice-présidents, MM. Fenaille, de l’Institut, et David Weill, vice-président du conseil des musées nationaux ; secrétaire général, M. Georges Wildenstein, secrétaire de la fondation Salomon de Rothschild ; membres MM. Marcel Aubert ; professeur à l’École des chartes ; Barthou, sénateur, ancien président du conseil, membre de l’Académie française ; le comte de Camondo, membre du conseil des musées nationaux ; Jacques Doucet ; Maurice Guyot, secrétaire de l’académie de Paris ; André Honnorat, sénateur, ancien ministre de l’instruction publique ; André Joubin, conservateur de la bibliothèque d’art et d’archéologie ; Raymond Kœchlin, président du conseil des musées nationaux ; Lapie, directeur de l’enseignement primaire ; P.-A. Lemoisne, conservateur du cabinet des estampes à la Bibliothèque nationale ; Paul Léon, de l’Institut, directeur des beaux-arts ; Jean Locquin, député ; Pol Neveux, inspecteur général des bibliothèques Raymond Poincaré, ancien président de la République, membre de l’Académie française ; Roland-Marcel, administrateur de la Bibliothèque nationale ; Widor, secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts8.

Outre l’important écho donné à la création de la Société, la place que tient la presse dans la mise en valeur de ses activités est cruciale au cours des premières années de son existence. C’est en effet encore par voie de presse que sont annoncés les dons qui lui sont faits — notamment ceux du duc d’Albe, du comte de Camondo, ainsi que de Maurice Fenaille, David David-Weill et Edward Tuck à la fin de l’année 19259 :

La bibliothèque d’art et d’archéologie fondée par M. Jacques Doucet et donnée par lui à l’université de Paris en 1918, installée récemment par l’État dans l’hôtel Salomon de Rothschild, est riche déjà de 150,000 volumes, d’un cabinet de manuscrits, d’un cabinet d’estampes et d’une collection d’environ 150,000 photographies.
Mais, remarque la Renaissance, pour jouer le rôle qui lui est dévolu, elle doit acquérir les publications récentes. Et les subventions de l’État sont insuffisantes.
Heureusement, elle a des « amis ». Ceux-ci viennent de se grouper en une Société, que préside M. Paul Appell. Déjà, nous apprend notre confrère, des dons très importants ont été reçus de M. le duc d’Albe, du comte de Camondo, de MM. Fenaille et David Weill. Un ami de nos collections d’art, M. Edward Tuck, a fait don de 50,000 francs10.

De même, c’est encore la presse qui annonce la tenue d’une exposition des œuvres de Camille Jean-Baptiste Corot, intitulée « Figures et paysages d’Italie », dont le produit est intégralement reversé à la Société des amis de la Bibliothèque11 — même si tous les articles ne la mentionnent pas12

Parmi tous les titres de presse qui abordent les activités de la Société, la revue Beaux-arts tient une place à part. Si elle ne commente que rarement les événements et dons ponctuels, elle consacre en mai 1929 un long article à « L’action de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », dans lequel le rôle de la Société des amis est dûment souligné :

La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, dont le fonds précieux pour les artistes, les techniciens de l’art et les amateurs, s’accroît sans cesse, sous la direction judicieuse de son directeur, M. André Joubin constitue le premier exemple d’une bibliothèque spécialisée offrant toutes les ressources nécessaires à l’étude d’une discipline particulière.
[…]
Subventionnée par l’État et installée par lui au premier et au deuxième étage de l’hôtel Salomon de Rothschild, devenu propriété nationale, elle ne saurait cependant suffire, avec ce seul appui, au vaste domaine d’études qui s’ouvre devant elle.
Des concours ont été recherchés et trouvés. Des bonnes volontés se sont offertes et ont été groupées. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une « Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dont l’action permet l’enrichissement régulier des collections, soit par voie d’achat, soit par voie de donation.
Les seuls dons reçus depuis le mois d’octobre 1928 suffisent à montrer les heureux résultats obtenus. Depuis cette date, la Bibliothèque s’est enrichie, grâce à M. David Weill, de lettres de Houdon relatives à la conception et à la création par le grand sculpteur de la statue de Jean Jacques Rousseau ; d’une correspondance de Delacroix adressée à celle qui fut son amie, Mme Boulanger-Cavé ; de toute une série de lettres échangées par une pléiade d’artistes entre 1850 et 1875 avec Alfred Bruyas, de Montpellier : lettres de Courbet, de Diaz, de Delacroix, de Barye, de Rousseau, de Cabanel ; de gouaches pour soieries dues à Pillement et destinées à la fabrique de Lyon.
M. Georges Wildenstein a donné la collection des périodiques et des ouvrages qui formaient l’ancien fonds de la Gazette des Beaux-Arts
MM. Seymour de Ricci et F. Lugt ont fait don du fichier qui forme la suite du Catalogue général des ventes publiques de tableaux et estampes, établi par Defer à partir de 1837. Les enfants de M. Théodore Reinach ont remis à la Bibliothèque de la rue Berryer le buste en bronze de Paul Baudry, par Paul Dubois. M. André Lenoir s’est dessaisi d’une partie de la bibliothèque de son père, Albert Lenoir, le sculpteur, d’un ensemble important de dessins, aquarelles et études faites en Grèce et en Italie par Alfred Lenoir, l’architecte, son grand-père. Une libéralité de MM. Georges et Jean-Louis Vaudoyer a accru les collections d’une série de dessins d’architecture, faits en France et en Italie entre 1830 et 1850 par l’architecte Vaudoyer ; M. Ch. Cahen d’Anvers a fait don d’un ouvrage qui n’est pas dans le commerce, le Château de Champs, édité à Paris en 1928, où sont décrites les splendeurs de I’ancienne propriété de Mme de Pompadour. Enfin le ministère de l’instruction publique du Mexique a envoyé un album relatif aux civilisations primitives du Mexique et à l’architecture mexicaine.
La direction et la Société des amis de la bibliothèque pourraient déjà être fiers de ces résultats. Leur œuvre ne s’est pourtant pas bornée là et le Répertoire d’Art et d’Archéologie, si précieux pour le monde des arts, est constamment tenu à jour13.

Dans le même numéro est d’ailleurs publié un semblant d’encart publicitaire pour la Société — qui n’est cependant pas la seule à bénéficier de cette mise en valeur, qui profite ici également à la Société des amis du musée d’ethnographie du Trocadéro :

Beaux-arts, 15 mai 1929, p. 31.
Retronews (tous droits réservés).

L’importante place accordée à la Société des amis de la Bibliothèque est peut-être liée à la présence d’André Joubin — directeur de l’établissement — dans le comité de rédaction de la revue et, inversement, à celle de Georges Wildenstein — également directeur de la Gazette des Beaux-Arts — dans le comité de la Société, au poste de secrétaire général.

Quelques mois plus tard, c’est une fois encore dans ­Beaux-arts qu’est annoncée une nouvelle bouleversant le mode de communication de la Société des amis de la Bibliothèque14.

Le Bulletin, « excellent organe de propagande »

En effet, quatre années après sa création, celle-ci se dote d’une publication régulière, initialement nommée Bulletin semestriel. Dans l’avant-propos du premier numéro, Georges Wildenstein explique que la création de cet organe avait été décidée « il y a un an déjà, lors de la dernière Assemblée Générale », et expose les ambitions de la publication :

Il est d’abord destiné à renseigner nos sociétaires, qui ne peuvent pas tous assister à nos assemblées générales et entendre nos comptes rendus, sur le bien qui a été fait grâce à leurs efforts : la liste des dons faits à la Bibliothèque montre de quelle générosité bienfaiteurs, donateurs, membres actifs et adhérents ont fait preuve.
Nous devons aussi montrer tout ce qui reste à faire. Si importants que soient les résultats obtenus, nous devons faire davantage, en accroissant les moyens d’action de la Bibliothèque. Il nous faut être plus nombreux et pour cela faire mieux connaître notre œuvre. C’est donc un lien confraternel que nous avons voulu créer, c’est aussi un instrument de propagande.
Enfin ce bulletin apportera sa modeste contribution à la science en donnant des notices sur tel document précieux acquis par la Bibliothèque, ainsi qu’en signalant, quand ils le désireront, les travaux entrepris par nos collègues et les renseignements qu’ils pourront solliciter ou donner.
Puisse le bulletin de notre jeune Société être aussi utile que nous le voulons ! Il lui faut la collaboration de tous. Nous la sollicitons instamment15.

Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, n° 1, 1er semestre 1929, p. 1.
Bibliothèque de l’Institut national de l’art, collections numérisées, NUM 8 PER 584 (1).
Disponible en ligne.

La création de ce moyen de communication propre transforme ainsi le rapport de la Société à la presse, sur laquelle elle n’a plus besoin de se reposer pour mettre en valeur ses actions.

L’année suivante, les quelques articles publiés à son sujet16 ne relatent ainsi que la tenue de son assemblée générale, et non plus l’organisation d’événements ou les dons qui lui sont faits :

La Société des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie s’est réunie en assemblée générale le 29 janvier, sous la présidence de M. Charléty, recteur de l’Académie de Paris.
Le président a rendu hommage à la mémoire de Jacques Doucet. Président d’honneur du Comité de la Société. Il a annoncé que le don de la magnifique bibliothèque artistique fait par lui il y a douze ans est désormais complété par le legs de sa bibliothèque littéraire, riche en manuscrits de tout ce qui compte dans la littérature moderne, et de sa bibliothèque cinématographique.
[…]
M. André Joubin a, d’autre part, attiré l’attention de l’Assemblée sur deux entreprises qui ont pu être menées à bien, grâce au secrétaire général M. Georges Wildenstein, qui en a pris les frais à sa charge. Il s’agit de la publication du Bulletin de la Société, excellent organe de propagande, et du classement de la collection photographique. Cette collection, augmentée chaque année par les soins généreux de Mlle Frick, est une des plus importantes du monde.
Elle comprend à l’heure actuelle près de deux cent mille documents, reproductions de monuments et d’œuvres d’art. Sa valeur sera encore augmentée par le classement scientifique qui est entrepris.
On regrette de ne pouvoir que résumer ainsi, en quelques lignes, une réunion qui mérite d’arrêter l’attention des érudits et des artistes. Elle a montré, en effet, d’une manière frappante, l’activité, la prospérité à la fois morale et matérielle d’une jeune Société qui n’a cessé depuis sa fondation de rendre les plus signalés services, et dont tout porte à croire quelle elle ne fera dans l’avenir qu’en rendre de plus grands et plus nombreux encore ((G. B. G., « À la Bibliothèque d’Art de l’université de Paris », Beaux-Arts, janvier 1930, 8e année, n° 2, p. 3.)).

Pour citer ce billet : Lucie Prohin, « Le Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 09/12/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1949.

  1. Fondée en 1859, La Gazette des Beaux-Arts propose de 1873 à 1922 un supplément d’actualité intitulé La chronique des arts et de la curiosité. Celui-ci devient en 1923 une publication bimensuelle autonome, sous le nom de Beaux-Arts, Revue d’information artistique. Elle est alors dirigée par Théodore Reinach — directeur de La Gazette des Beaux-Arts depuis 1905 — et Georges Wildenstein. À la mort du premier, en 1928, le dernier prend la direction de La Gazette ainsi que de la revue Beaux-Arts. Celle-ci adopte dès janvier 1929 un nouveau sous-titre : Chronique des Arts et de la Curiosité. Son rythme est désormais mensuel, chaque numéro paraissant le 15 du mois. []
  2. Pensons notamment aux interventions de l’homme politique et écrivain nationaliste d’extrême-droite Maurice Barrès. Voir à ce sujet : Michel Pinault, Maurice Barrès et « la grande pitié des laboratoires de France ». Discours parlementaires pour une politique des recherches scientifiques en France, 1919-1923, Paris, L’Harmattan, 2015. []
  3. G. Wildenstein, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris », Beaux-Arts, 1er janvier 1925, 3e année, n° 20, p. 317-318. []
  4. Ibid. [] [] []
  5. Claude Roger-Marx, « La Bibliothèque d’art et d’archéologie », L’Information financière, économique et politique, 17 octobre 1921, 23e année, n° 288, p. 3. []
  6. « Déclarations d’associations (Art. 1er du Décret du 16 août 1901) », Journal officiel de la République, 13 août 1925, p. 8011. []
  7. « Beaux-Arts. À l’université de Paris… », Comoedia, 4 juillet 1925, 19e année, n° 4580, p. 4 ; « Nouvelles artistiques. Une Bibliothèque d’art à l’université de Paris », Le Rappel, 4 juillet 1925, n° 19954, p. 3 ; « Nouvelles artistiques. Une Bibliothèque d’art à l’université de Paris », La Lanterne, 4 juillet 1925, 51e année, n° 17503, p. 3 ; Le Veilleur, « Pont des arts », Excelsior, 4 juillet 1925, 16e année, n° 5318, p. 2 ; « Une bibliothèque d’Art à l’université », L’Avenir, 4 juillet 1925, 8e année, n° 2670, p. 2 ; « Une Bibliothèque d’art à l’université de Paris », Journal des débats politiques et littéraires, 4 juillet 1925, n° 184, p. 4 ; « Notez Ceci », L’Œuvre, 4 juillet 1925, n° 3564, p. 6 ; « Nouvelles artistiques », La Liberté, 5 juillet 1925, 60e année, n° 22345, p. 2 ; « À l’université de Paris », Le Quotidien, 5 juillet 1925, 3e année, n° 876, p. 5 ; « Informations. Divers », Le Journal, 5 juillet 1925, n° 11949, p. 2 ; « Les Amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie », Le Figaro, 5 juillet 1925, n° 186, p. 4 ; « Art et archéologie », Le Siècle, 6 juillet 1925, n° 3956, p. 2 ; « Beaux-Arts. Une bibliothèque d’art à l’université », Le Gaulois, 7 juillet 1925, n° 17442, p. 4 ; « Nouvelles diverses », Archives israélites de France, 9 juillet 1925, 86e année, n° 28, p. 3 ; « Informations. Les amis de la bibliothèque d’art et d’archéologie », Le Journal des arts, 11 juillet 1925, 47e année, n° 52, p. 1 ; Paris-Soir, 13 juillet 1925, 3e année, n° 646, p. 2. []
  8. « Les amis de la bibliothèque d’art et d’archéologie », Le Temps, 5 juillet 1925, n° 23338, p. 3. []
  9. Le Veilleur, « Pont des arts », Excelsior, 12 décembre 1925, 16e année, n° 5479, p. 2 ; « Carnet des Lettres », Le Rappel, 12 décembre 1925, n° 20113, p. 3 ; « Carnet des Lettres », La Lanterne, 12 décembre 1925, 51e année, n° 17662, p. 3 ; Saimpré, « Dans le monde. Les Lettres », Journal des débats politiques et littéraires, 12 décembre 1925, n° 344, p. 5 ; « Académies, universités, écoles », Le Temps, 13 décembre 1925, n° 23498, p. 4 ; « Carnet de la Charité », Le Gaulois, 16 décembre 1925, n° 17604, p. 2 ; « Petit Carnet », Comoedia, 17 décembre 1925, 19e année, n° 4743, p. 5 ; « Notre Carnet. Mécènes israélites », L’Univers israélite, 18 décembre 1925, 81e année, n° 13, p. 10 ; « Ce que l’on dit », L’Écho de Paris, 24 décembre 1925, n° 16001, p. 2 ; « Informations », Excelsior, 25 décembre 1925, 16e année, n° 5492, p. 2. []
  10. « Courrier des Lettres », Le Gaulois, 20 décembre 1925, n° 17608, p. 3. []
  11. Le Veilleur, « Pont des Arts », Excelsior, 4 juin 1928, 21e année, n° 6384, p. 2 ; « Une Exposition », Le Journal, 5 juin 1928, n° 13015, p. 6 ; « Courrier des Arts », L’Ami du peuple, 5 juin 1928, 1ère année, n° 35, p. 7 ; « Notez Ceci », L’Œuvre, 6 juin 1928, p. 7 ; « Le Nœud au Mouchoir », Bonsoir, 7 juin 1928, 10e année, n° 3573, p. 3 ; « Une Exposition Corot », Paris-Soir, 7 juin 1928, 6e année, n° 1706, p. 2. []
  12. « Beaux-Arts. Nouvelles au fusain », Comoedia, 4 juin 1928, n° 5628, p. 2 ; Louis Vauxcelles, « La rétrospective Corot », Excelsior, 5 juin 1928, n° 6385, p. 6 ; René-Jean, « À travers trois expositions », Comoedia, 6 juin 1928, n° 5630, p. 2 ; « Les œuvres d’Italie de Corot », Le Journal, 6 juin 1928, n° 13016, p. 2 ; « Informations diverses », Le Temps, 6 juin 1928, n° 24399, p. 5 ; « Courrier des Arts », La Patrie, 7 juin 1928, n° 4859, p. 2 ; « Une Exposition Corot », La Rumeur, 8 juin 1928, n° 211, p. 5 ; Robert Rey, « Les Arts », L’Europe nouvelle, 16 juin 1928, n° 540, p. 20 ; L’Imagier, « Les Expositions. Rétrospectives », L’Œuvre, 21 juin 1928, n° 4647, p. 5. []
  13. Y. L., « L’action de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie de l’université de Paris », Beaux-Arts, 15 mai 1929, 7e année, n° 5, p. 8-9. []
  14. « Le bulletin de la Société des Amis de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Beaux-arts, 15 août 1929, 7e année, n° 8, p. 32. []
  15. Georges Wildenstein, « Notre Bulletin », Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’université de Paris, n° 1, 1er semestre 1929, p. 2. []
  16. « Les Beaux-Arts. Les Amis de la Bibliothèque Doucet », Comoedia, 8 février 1930, 24e année, n° 6232, p. 3 ; Journal des débats politiques et littéraires, 8 février 1930, n° 38, p. 3 ; « La bibliothèque d’art de l’université de Paris », Le Temps, 8 février 1930, n° 25007, p. 4 ; « Courrier des Arts. Les Amis de la Bibliothèque d’Art », Le Figaro, 10 février 1930, n° 41, p. 5 ; Archives israélites de France, 13 février 1930, 91e année, n° 7, p. 3. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.