Trois graveuses américaines à la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Ethel Mars, Maud Hunt Squire et Edna Boies Hopkins

Parmi les vingt-et-une artistes présentes dans les collections d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie formées par Jacques Doucet figurent plusieurs Américaines. Aux côtés de Mary Cassatt et de Katharine Kimball, on y trouve en effet Edna Boies Hopkins, Ethel Mars et Maud Hunt Squire. La première, originaire du Michigan, pratique principalement la gravure sur bois1. Elle est formée à cet art à l’Art Academy de Cincinnati, où étudie également le couple Ethel Mars et Maud Hunt Squire2.
Les trois américaines viennent s’installer à Paris dès 1905. Edna Boies Hopkins et son mari James Roy Hopkins, artiste lui-même, habitent au 51 boulevard Saint-Jacques, non loin des deux compagnes qui résident au numéro 393. Maud Hunt Squire, originaire de Cincinnati, est peintre et illustratrice. Ethel Mars, quant à elle, vient de l’Illinois et pratique la peinture en plus de la gravure. Si Ethel Mars et Edna Boies Hopkins sont mieux connues pour leurs gravures sur bois, Maud Hunt Squire travaille surtout l’eau-forte. Ces différentes techniques sont représentées dans la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, suite à des acquisitions dont témoignent les différentes factures conservées dans les archives de l’institution.

Facture classée au nom d’Ethel Mars.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dossier “Ethel Mars”, document n° 241.

À travers la présence de ces trois Américaines apparaît la préoccupation de Jacques Doucet et de ses collaborateurs de rassembler des œuvres d’artistes d’origines diverses afin de constituer un échantillon de la création contemporaine dont les femmes ne sont pas exclues. L’étude de leurs parcours croisés et de leur correspondance révèle les liens qui pouvaient exister entre les femmes de la collection, dont beaucoup se connaissaient. Mars, Hunt Squire et Boies Hopkins furent ainsi des proches de Gertrude Stein4, écrivaine et poétesse lesbienne américaine installée à Paris, qui s’intéressa également à Marie Laurencin.

Lorsque les trois artistes repartent aux États-Unis pendant la Première Guerre mondiale, elles rejoignent le groupe des Provincetown Printers5 qui rassemble des graveurs et graveuses sur bois6.

Acquérir les œuvres d’un couple de femmes artistes

La présence de ces artistes dans la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie est révélatrice d’une politique d’enrichissement originale, parfois directement liée aux envies du mécène. C’est en effet Jacques Doucet lui-même qui repère les œuvres des deux femmes lors du Salon d’Automne où il achète certaines de leurs planches7. Suite à ce premier achat, la Bibliothèque acquiert d’autres pièces des deux artistes entre 1912 et 1913, montrant ainsi la constance de l’intérêt porté à leurs œuvres.

Cet intérêt se doublait sans doute d’une certaine proximité avec Doucet, que l’on peut deviner quand Ethel Mars écrit au collectionneur, le 1er avril [1912 ?] : « Vous m’avez dit de vous prévenir quand j’aurais fait des gravures sur bois nouvelles. J’en ai en ce moment une vingtaine – des paysages, des chevaux, des oiseaux. Si vous vous y intéresser [sic] je voudrais bien vous les montrer à mon atelier, 72 rue Notre Dame des Champs, l’après-midi que vous indiquerez ». Il l’est aussi lorsqu’elle l’invite, le 26 février 1913, à venir voir chez elle de nouvelles gravures, décrites comme « d’un genre bien different [sic] de [ses] autres […] plus grandes, plus originales et par beaucoup plus intéressantes en couleur ». Les œuvres acquises par la Bibliothèque suivent la carrière de l’artiste sur cette courte période durant laquelle Ethel Mars fait elle-même part aux dirigeants de l’institution des nouveautés qu’elle peut leur proposer.

Lettre d’Ethel Mars datée du 1er avril.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 91, 03, 24.
Lettre d’Ethel Mars à Noël Clément-Janin du 26 février 1913.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dossier “Ethel Mars”, document n° 243.

De même, sa compagne Maud Hunt Squire entre en contact avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie pour évoquer une vingtaine d’œuvres qu’elle aimerait présenter à Jacques Doucet. Dans cette lettre, elle mentionne les expositions parisiennes et internationales dans lesquelles ont été présentées ses planches et précise vouloir compléter les pointes-sèches acquises quelques années avant par des eaux-fortes « de sujets Bretons ».

Les factures conservées dans les archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie montrent que les deux femmes acceptent le prix de 50 francs par épreuve en 1913 : deux bons de 300 francs leur sont envoyés le 11 novembre de la même année, évoquant l’acquisition de lots d’épreuves. Y apparaissent aussi des différences de prix en fonction de la technique utilisée, les gravures sur bois d’Ethel Mars étant vendues moins cher que les eaux-fortes de Maud Hunt Squire : 55 francs pièce pour la première contre 100 francs pour la seconde. En outre, les artistes accordent à la Bibliothèque un rabais de dix pour cent ou d’un tiers du prix final.

La représentation de l’œuvre d’Edna Boies Hopkins dans une collection à destination publique française

Edna Boies Hopkins est elle aussi repérée lors d’une exposition, au Pavillon de Marsan en 1912. Ses œuvres intéressent cette fois Noël Clément-Janin, conservateur en charge du Cabinet des estampes modernes. Plus tard, en 1914, elle écrit à ce dernier pour lui parler de nouveaux sujets et, selon ses mots, lui demander de lui « accorder la faculté de [lui] remettre des autres estampes ».

L’artiste porte en effet un certain intérêt à figurer dans la collection d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, qui acquiert certaines de ses œuvres de 1912 à 1915. Elle lui accorde volontiers des réductions de prix : « Je l’ai fixé aussi bas que possible comme la Bibliothèque d’Art est une Bibliothèque publique, et comme je serais particulièrement heureuse d’y être représenté ».

Lettre de Maud Hunt Squire à Noël Clément-Janin du 7 novembre 1913.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dossier “Maud Hunt Squire”, document n° 496.

Les œuvres d’Edna Boies Hopkins présentes dans la collection sont des gravures sur bois en couleurs, dont les motifs sont notamment floraux. La Bibliothèque est la seule institution française à posséder ces tirages, dont d’autres exemplaires figurent dans des collections étrangères, notamment américaines8. Comme pour d’autres artistes, les gravures sont achetées dans leurs différents états, qui permettent de matérialiser les étapes du travail de création.

Les acquisitions d’œuvres de ces trois graveuses américaines dans les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie témoignent de l’intérêt de Jacques Doucet pour les artistes émergeantes à l’international. Les relations mises en exergue par les différentes fréquentations d’Edna Boies Hopkins, Ethel Mars et Maud Hunt Squire sont révélatrices des liens qui existent entre des artistes femmes présentes dans les cabinets d’arts graphiques. De plus, ces collections nous donnent à voir le travail de ces trois graveuses méconnues et leur assurent — encore aujourd’hui — une représentation non négligeable en France.

Pour citer ce billet : Camille Philippon, « Trois graveuses américaines à la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Ethel Mars, Maud Hunt Squire et Edna Boies Hopkins », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 23/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1920.

  1. « HOPKINS Edna Boïes » in Emmanuel Benezit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs, Paris, Gründ, 1999, volume 7, p. 170. []
  2. Catherine Ryan, « Très Complémentaires: The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », cat. exp., New York, Mary Ryan Gallery, 2000, New York, Mary Ryan Gallery et Susans Sheehan Gallery p. 2-3. Ethel Mars possédait d’ailleurs une estampe en couleur de Mary Cassatt, Afternoon Tea Party. []
  3. Catherine Ryan, « Très Complémentaires : The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », cat. exp., New York, Mary Ryan Gallery, 2000, New York, Mary Ryan Gallery et Susans Sheehan Gallery, p. 3. Concernant Maud Hunt Squire et Ethel Mars, cette adresse figure aussi sur les lettres des artistes à destination de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. []
  4. Catherine Ryan, « Très Complémentaires : The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », cat. exp., New York, Mary Ryan Gallery, 2000, New York, Mary Ryan Gallery et Susans Sheehan Gallery p. 3. []
  5. Colonie d’artistes qui se consacre principalement à la gravure sur bois en lien avec les styles et expérimentations des mouvements d’avant-garde américains et européens []
  6. Dominique H. Vasseur, Edna Boies Hopkins. Strong in Character, Colorful in Expression, cat. exp., Columbus Museum of Art (14 décembre 2007 – 2 mars 2008), Springfield museum of Art Ohio (15 mars – 1er juin 2008) et Provincetown Art Association and Museum Massachusetts (Juin – 3 Août 2008), Athens, Ohio University press, 2007, p. 2. []
  7. Daniel Morane, « Maud Hunt Squire », dans Bernard Comment et François Chapon, Doucet de Fonds en combles, trésors d’une bibliothèque d’art, Paris, Herscher, 2004, p. 108. []
  8. « Through regular exhibition of her work, she placed examples of her woodblock prints in a number of major European collections, including the Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet in Paris, the Museum für Kunst und Gewerbe in Berlin, The Nationalmuseum in Stockholm and the Walker Art Gallery in Liverpool. » Dominique H. Vasseur, Edna Boies Hopkins. Strong in Character, Colorful in Expression, cat. exp., Columbus Museum of Art (14 décembre 2007 – 2 mars 2008), Springfield museum of Art Ohio (15 mars – 1er juin 2008) et Provincetown Art Association and Museum Massachusetts (Juin – 3 Août 2008), Athens, Ohio University press, 2007, p. 14. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.