Marie Laurencin et la Bibliothèque d’art et d’archéologie

La présence d’œuvres de Marie Laurencin dans les collections d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie permet d’envisager quelques-uns des réseaux qui se formèrent autour de cette institution, ainsi que les relations qui s’y développèrent.

Estampe de Marie Laurencin. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Mf347_09-373 (publiée avec l’aimable autorisation de la fondation Foujita).
Estampe de Marie Laurencin. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Mf347_09-389 (publiée avec l’aimable autorisation de la fondation Foujita).

Artiste peintre, aquarelliste, graveuse, illustratrice et décoratrice de théâtre, Laurencin fréquente les avant-gardes du début du XXe siècle tels que Henri Matisse, André Derain, Pablo Picasso ou Georges Braque. Elle expose pour la première fois au Salon des Indépendants en 1907 où elle est associée aux artistes cubistes1. C’est ce que fait Guillaume Apollinaire qui affilie à ce mouvement les œuvres que l’artiste présente lors du Salon des Indépendants de 19102. Ce Salon est un lieu d’exposition pour d’autres artistes présentes dans les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie telle qu’Alice Bailly qu’Apollinaire décrit comme : « Amazone charmante de Mlle Laurencin3 ». Fréquentant Montmartre, et notamment le Bateau-Lavoir, Marie Laurencin connaît également l’artiste Suzanne Valadon, qui figure elle-aussi dans les collections de la Bibliothèque et expose à la galerie de Berthe Weill – espace dans laquelle les œuvres de Laurencin sont souvent montrées, notamment lors d’expositions collectives en 1908 et en 1913, aux côtés notamment de Jacqueline Marval.

Ces différents noms suggèrent les liens qui existaient entre nombre d’artistes appartenant aux collections que rassemblaient Jacques Doucet et ses collaborateurs, évoquant leur intérêt pour un monde de l’art parisien qui suscitait dans le même temps l’attention de personnalités comme Gertrude Stein4. Dans une lettre que Jacqueline Marval adresse à René-Jean, en charge du Cabinet des dessins modernes, est ainsi évoquée une rencontre entre Gertrude Stein et Marie Laurencin5 à Barcelone pendant la Première Guerre mondiale : « J’ai vu hier Melle Stein, elle arrive d’Espagne elle a rencontré Marie Laurencin à Barcelone elle pourrait vous donner de ses nouvelles ». L’artiste possédait également une collection dans laquelle figuraient des œuvres de certaines artistes représentées par la  Bibliothèque d’art et d’archéologie – ce dont témoigne le prêt, pour l’exposition « L’œuvre de Louise Hervieu, 1907-1927 » à la galerie Bernheim-Jeune à Paris, d’une œuvre intitulée « La Volupté »6.

Catalogue de l’exposition “L’oeuvre de Louise Hervieu, 1907-1927”.
Paris, Bibliothèque de l’institut national d’histoire de l’art, autographes 090, 31, 1

Jacques Doucet et Marie Laurencin

Le fondateur et mécène de la Bibliothèque d’art et d’archéologie possédait des œuvres de Laurencin dans sa collection personnelle, notamment des tableaux et aquarelles7. Cet intérêt porté à l’artiste est visible dans l’une des rares lettres de sa main, adressée à René-Jean à la fin de l’année 1915, peu après la mort de son ami Georges Hoentschel. Profondément marqué par le décès de ce dernier, il écrit : « J’ai eu besoin de revoir les eaux fortes de Marie Laurencin et j’ai retrouvé cette petite aquarelle en médaillon. C’est tout à fait charmant que devient elle savez vous. J’aimerais beaucoup en avoir d’autres où pourrais-je m’adresser, est ce que j’ai d’elle d’autres dessins ou aquarelles8 ». Cette lettre montre toute l’importance que Doucet accorde à la production de l’artiste, les œuvres de Marie Laurencin étant pour lui une sorte de consolation après la perte de son ami.

Estampe de Marie Laurencin. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Mf347_09-379 (publiée avec l’aimable autorisation de la fondation Foujita).

Doucet partageait ce goût pour l’art de Marie Laurencin avec Henri-Pierre Roché, qu’il rencontra en 19169. Se voyant comme « accoucheur d’un talent féminin en devenir »10 », ce dernier consacrait toute son attention aux œuvres des femmes artistes croisées dans les Salons, les expositions et les quartiers de Montmartre et Montparnasse qu’il arpentait régulièrement. Il rassembla ainsi une collection de plus de trois-cents œuvres d’artistes qu’il nommait « peintresses11 », parmi lesquelles figurent cent-quarante œuvres de Marie Laurencin12. Dès 1906, Roché fréquenta l’artiste et devint son amant

Si de telles relations avec les artistes de sa collection ne sont guère documentées dans le cas de Doucet, la question d’un intérêt mêlé envers les œuvres et leurs créatrices mérite d’être posée. C’est ce que souligne Marie Dormoy au sujet du goût de Doucet pour les créations du mouvements Art Déco, lorsqu’elle relate : « “Oui, je m’intéresse beaucoup à cet atelier de jeunes filles, mais que j’aimerais donc mieux m’intéresser aux jeunes filles elles-mêmes” » et conclut : « Ce qui lui arriva, on peut le dire maintenant, quelques fois13 ».
Il permit quoiqu’il en soit à Doucet, Clément-Janin et René-Jean de soutenir de façon efficace et régulière le travail d’artistes émergentes.

Marie Laurencin et René-Jean : une histoire de confiance et d’amitié

La correspondance entretenue par Marie Laurencin et René-Jean, dans le cadre de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, ainsi que leur relation amicale qui survécut à son don à l’université, permettent d’en savoir plus sur le fonctionnement des cabinets d’arts graphiques de la Bibliothèque. Dans une lettre non datée, l’artiste écrit à son correspondant qu’elle lui apportera à son domicile, « rue des Perchamps », « un petit carton avec les eaux-fortes et quelques dessins14 ».

Lettre de Marie Laurencin à René-Jean, sans date.
Paris, Bibliothèque de l’Institut de national de l’histoire d’Art, Autographes 192, 37.

Dans une autre missive, Laurencin demande à René-Jean si la Bibliothèque a conservé un ensemble de dessins lui appartenant14. Toujours dans une lettre au bibliothécaire de Doucet, elle évoque sa gravure Le chapeau, envoyée par courrier à Noël Clément-Janin, en charge du Cabinet des estampes modernes15.

Lettre de Marie Laurencin à René-Jean, sans date.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 192, 37

Dans la correspondance de l’artiste à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, il est aussi question d’argent. À ce sujet, Marie Laurencin déclare être « toujours très embarrassée » et ajoute, à l’attention de son ami René-Jean « je m’en remets entièrement à vous pour toute la question du prix16 ». Le discours est différent lorsque l’achat a lieu par l’intermédiaire d’un marchand. Léon Marseille, qui vend au Cabinet des estampes modernes trois planches de Marie Laurencin au prix de 110 francs et refuse ainsi la demande de réduction du prix de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : « Les prix que je vous ai faits pour les trois eaux-fortes de Marie Laurencin, ne pouvant comporter aucune réduction, celles-ci m’étant comptées, à moi marchand, 20 et 50 francs17 ».

Lettre de Marie Laurencin à René-Jean, sans date.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 192, 37

La confiance que Marie Laurencin accorde à René-Jean et la sincère amitié qui les lie s’étend à la famille de celui-ci, que l’artiste fréquente, à l’image de plusieurs autres personnalités liées à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, comme Arnold Van Gennep. Dans ses lettres, Marie Laurencin évoque ainsi souvent Sabine, la fille du bibliothécaire, et Madame Sauton, sa belle-mère. Au sujet de cette dernière, Laurencin écrit même vouloir lui donner l’argent qu’elle reçoit de Jacques Doucet et charge René-Jean de le lui remettre. C’est ce dont témoigne une lettre dans laquelle l’artiste demande à René-Jean de distribuer la somme de 200 francs selon les besoins de Madame Sauton et de Madame Faure-Favier :

« Cher René, enfin par Madame Viollis j’ai eu de vos nouvelles.
Comment-vont-elles Madame Sauton et Sabine ? J’ai écrit trois fois.
Je lui offrais la maison du Cap Ferret puisque nous nous partons.
Maintenant vieil ami -pouvez-vous en mon nom toucher les 200 francs chez Monsieur Doucet – et aller porter cela à Monsieur le Substitut Granié 52 rue de l’Assomption pour la caisse de secours. J’ai dejà [sic] envoyé mon autorisation à Monsieur Granié mais peut être la lettre n’est pas arrivée. Sur ces 200 francs Madame Sauton dans le cas très possible où elle aurait besoin d’argent – et mon amie Madame Faure-Favier seront les premières à obliger- de tout cœur,
Vôtre, Marie Laurencin ».

Lettre de Marie Laurencin à René-Jean, sans date.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 192, 37

Cette amitié se double de soutien et conseils quant à sa pratique artistique. Elle évoque par exemple dans une lettre un tableau qu’elle peint pour Jacques Doucet en lui faisant part de ses difficultés et en lui demandant de venir la voir :

« Cher Ami, venez voir le tableau pour Monsieur Doucet, chaque fois que j’y touche je le refais presque. Cela pourrait durer dix ans. J’ai un mal inouï à rester dans ma simplicité habituelle, et j’ai peur que ce soit très banal. Excusez-moi pour cet entretien sur la peinture. ».

Elle continue de lui écrire pendant la Première Guerre mondiale depuis l’Espagne, où elle réside alors avec son mari Otto von Wätjen. Les lettres demandent des nouvelles du front, où René-Jean se trouve, et témoignent de l’amitié persistante de l’artiste alors que la Bibliothèque d’art et d’archéologie a fermé ses portes.

Lettre de Marie Laurencin à René-Jean, sans date.
Paris, Bibliothèque de l’Institut nationale d’histoire de l’art, Autographes 192, 37

Rassemblée en moins de dix ans, la collection d’arts graphiques a attiré de nombreux amateurs qui vinrent, sur les conseils des artistes, à la Bibliothèque pour consulter leurs œuvres . Marie Laurencin dirige ainsi un « Monsieur » à la recherche d’informations sur son œuvre vers la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Dans sa lettre, elle précise : « Il aura tous les documents possibles non seulement sur moi mais sur tous les autres ((Correspondance René-Jean, Autographes 192, 37, L.A.S. s. d.)) ». D’autres artistes, comme Katharine Kimball, font de même lorsqu’un amateur demande à voir leurs gravures.

La Bibliothèque d’art et d’archéologie est ainsi un endroit de choix qui rassemble autant d’œuvres que d’informations sur des artistes femmes alors encore peu présentes dans les institutions. Elle leur assure de cette manière une certaine visibilité et reconnaissance, tout en les intégrant à la base de ressources pour l’histoire de l’art qu’elle entend former. Par l’intérêt porté par Jacques Doucet aux techniques artistiques ce sont des dessins et estampes de Marie Laurencin qui sont conservés et enrichissent les peintures de l’artiste conservées dans les collections publiques françaises.

Estampe de Marie Laurencin. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’art, Mf347_09-384 (publiée avec l’aimable autorisation de la fondation Foujita).

Pour citer ce billet : Camille Philippon, « Marie Laurencin et la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 04/10/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1788.

  1. « LAURENCIN Marie », dans Emmanuel Benezit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs, édition Jacques Busse (dir.), 4e éd., Paris, Gründ, 1999, Volume 8, p. 327. []
  2. Gill Perry, « Marie Laurencin », dans Delia Gaze, Concise dictionary of women artists, Chicago, Fitzroy Dearborn Publishers, 2001, p. 443. []
  3. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, Femmes artistes / artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007, p. 76. []
  4. Gertrude Stein fréquente en effet plusieurs artistes femmes présentes dans les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie telles que Anne Goldthwaite, Jacqueline Marval, Marie Laurencin, Edna Boies Hopkins, Ethel Mars et Maud Hunt Squire. Voir Camille Philippon, Acquisitions d’œuvres de femmes artistes pour le Cabinet des dessins et le Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet (1909-1917), Mémoire d’étude, Ecole du Louvre, Paris, 2021 []
  5. Correspondance René-Jean 4 juillet 1916, Autographes 193,31 []
  6. Autographes 90,31,1 []
  7. Jérôme Neutres (dir.), Jacques Doucet – Yves Saint Laurent : Vivre pour l’art, cat. exp., Paris, Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, (15 octobre 2015 – 14 février 2016), Paris, Flammarion, 2015. Est présentée dans le catalogue une aquarelle intitulée Jeune Fille, datant de 1912, propriété de Doucet dont le cadre a été réalisé par Rose Adler. []
  8. Bibliothèque nationale de France, NAF 13124, 53, lettre de Jacques Doucet à René-Jean. Voir la transcription par  Pascale Cugy, Caroline Fieschi, Alix Peyrard et Lucie Prohin dans le cadre de PENSE, disponible en ligne. []
  9. Scarlett Reliquet et Philippe Reliquet, Henri-Pierre Roché, L’enchanteur collectionneur, Paris, Ramsay, 1999, p. 45. []
  10. Scarlett Reliquet et Philippe Reliquet, Henri-Pierre Roché, L’enchanteur collectionneur, Paris, Ramsay, 1999, p. 65. []
  11. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, Femmes artistes / artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007, p. 190. []
  12. Scarlett Reliquet et Philippe Reliquet, Henri-Pierre Roché, L’enchanteur collectionneur, Paris, Ramsay, 1999, p. 67. []
  13. Marie Dormoy, Souvenirs et portraits d’amis, Paris, Mercure de France, 1963, p. 258. []
  14. Correspondance René-Jean, Autographes 192, 37, L.A.S. s. d. [] []
  15. Correspondance René-Jean, Autographes 192, 37, L.A.S. s. d. []
  16. Correspondance René-Jean, Autographes 192, 37, L.A.S. s. d. []
  17. Archives du Cabinet des Estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, L.A.S. de Léon Marseille du 19 octobre 1912. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.