Jacqueline Marval (1866 – 1933) : une Fauve à la Bibliothèque d’art et d’archéologie

De son vrai nom Marie-Joséphine Vallet, Jacqueline Marval est née le 19 octobre 1866 au hameau de La Jars à Quaix-en-Chartreuse. Familière de l’univers de la création artistique grâce à son père aquarelliste, elle mène une courte carrière d’institutrice avant de produire, autour de vingt ans, quelques œuvres de jeunesse sous le nom de « Marie-Jacques ». Mariée en 1886 à Albert Valentin, elle s’en sépare en 1891. Cette date marque son départ pour Grenoble où elle devient giletière et fait la connaissance du milieu artistique de la ville. En 1895, sur les conseils de l’artiste peintre Jules Flandrin (1871 – 1947), qu’elle vient de rencontrer, Jacqueline Marval s’installe à Paris, au 9 rue Campagne-Première. Celui qui est devenu son amant lui permet d’entrer en contact avec les élèves de Gustave Moreau et de s’imprégner des leçons symbolistes ; en témoigne sa toile La Sirène, particulièrement proche du style de Gustave Moreau1. Jacqueline Marval entre ainsi dans le cercle des artistes Fauves, constitué des peintres de l’atelier de Gustave Moreau tels que Georges Rouault, Charles Camoin, Albert Marquet, Henri Matisse ainsi que Othon Friesz, Charles Guérin et le sculpteur Léon Drivier. Selon Charles Camoin : « Tous conscients de sa valeur, ils l’encouragent et l’admettent parmi eux comme une artiste novatrice, digne de les accompagner2 ». Elle devient amie avec Henri Matisse et Albert Marquet, peint et expose régulièrement avec eux comme au Salon des Indépendants de 1909. Elle effectue des voyages réguliers vers La Tronche, mais aussi au Havre, avec Raoul Dufy et Othon Friesz, et semble avoir une influence réelle sur ses collègues artistes : « Elle entraîna toute la horde des fauves : Matisse, Braque, Vlaminck, Dufy, Friesz, Van Dongen…3 ».

Son style s’affirme à partir de 1901, date à laquelle Jacqueline Marval présente au Salon des Indépendants son Odalisque au guépard et La Sirène. Elle expose dans différents Salons, notamment grâce au soutien des galeristes Berthe Weill et Eugène Druet. De grands collectionneurs et marchands s’intéressent à son travail, comme Ambroise Vollard qui acquiert plusieurs de ses tableaux.

Loin de se limiter à la peinture, Jacqueline Marval multiplie l’expérimentation de différents médiums au cours de sa carrière : « La peinture est la plus grosse partie de son œuvre, mais elle a aussi fait des lithographies, des aquarelles, des pastels, des gravures, des cartons de tapisseries et des essais de sculpture4. Sa formation de giletière, son goût et son talent semblent la rendre populaire auprès de sa clientèle : « C’est là que notre future artiste commença d’occuper par ses premiers essais de tapisserie, de fantaisie, de mode et enfin de peinture les rares loisirs que lui laissaient ses interminables et ennuyeux travaux de giletière dont elle vivait assez péniblement et qu’elle exécutait pour le compte du tailleur Colombe5. ». Par cette formation l’artiste touche ensuite à différents médiums tels que la tapisserie, la broderie et le monde de la mode, ce qui témoigne de sa polyvalence. C’est ce qui est illustré par les portraits que Jules Flandrin réalise d’elle,  qui la montrent en train de sculpter ou faisant de la tapisserie. Son autoportrait en plâtre (Autoportrait, plâtre, ca. 1896-1897, 0,48×0,44, coll. part. Le Touvet.) figure d’ailleurs dans l’atelier de son amant, rue Campagne-Première : « Son autoportrait en plâtre peut se remarquer en bonne place dans plusieurs photographies de l’atelier de Jules Flandrin, rue Campagne-Première6 ».

Jacqueline Marval dans la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie

Dans la collection des cabinets d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie fondée par Jacques Doucet, figurèrent au moins trois œuvres de l’artiste. Il s’agit de deux fusains, Pastorale et Chloé, et d’un dessin au crayon violacé intitulé Femme assise à terre. Ces œuvres se trouvent dans le catalogue de la vente des 28 et 29 décembre 1917 qui permit de financer le don de la Bibliothèque à l’Université de Paris7. Si nous ne connaissons pas leur prix d’achat par Jacques Doucet, leur prix de vente est indiqué sur l’exemplaire du catalogue conservé à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art8. Ainsi Pastorale est vendu 65 francs à Léon Marseille, marchand qui vendit des œuvres de Suzanne Valadon et Marie Laurencin à la Bibliothèque. Chloé est acquis pour 100 francs par une personne nommée « Hafolter » et la Femme assise à terre est achetée au prix de 85 francs, sans mention de nom.

Si l’on ignore les raisons précises pour lesquelles la Bibliothèque s’intéressa à Marval, et la façon dont eurent lieu les négociations, on peut souligner que l’artiste est proche de René-Jean, qui soutient son travail9. Jaqueline Marval invite René-Jean chez elle, ainsi qu’en témoigne une lettre du 4 juillet 1916 dans laquelle elle écrit : « Cher ami, Venez dîner avec moi samedi soir vous me ferez le plus grand plaisir. Si vous n’êtes pas libre samedi, donnez-moi un autre jour. »


Lettre de Jaqueline Marval à René-Jean, 4 juillet 1916.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 193, 31

Dans cette lettre, Jacqueline Marval évoque d’un ton grave la Première Guerre mondiale : « J’entends le canon de chez moi quand les bruits de la rue ont cessé » ; « Content mais faut-il être pour pouvoir dire ce mot à propos de la marmelade sanglante que l’on est en train de faire ! Qu’est devenu tout notre passé de : “Tu ne tueras point” quand nous attendons avec impatience le lendemain pour savoir si le chiffre qu’on nous annonce est assez Gros10 ». L’artiste apprend également à René-Jean qu’elle a vu Gertrude Stein, de retour d’Espagne : « J’ai vu hier Melle Stein, elle arrive d’Espagne elle a rencontré Marie Laurencin à Barcelone elle pourrait vous donner de ses nouvelles ».

Cette lettre montre les liens qui existaient entre différentes artistes présentes dans le fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dont certaines se fréquentaient – Marval connaissait bien semble-t-il Laurencin –, mais aussi leurs fréquentations communes à l’extérieur de celle-ci, comme Gertrude Stein. Celle-ci connaît bien les Américaines de la collection, telles Edna Boies Hopkins, Ethel Mars et Maud Hunt Squire.

Lettre de Jaqueline Marval à René-Jean, 4 juillet 1916.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 193, 31 (suite)

Entretenant des liens d’amitié, René-Jean et Jacqueline Marval poursuivent leur correspondance après la fermeture de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Dans une lettre, l’artiste écrit ainsi à l’ancien bibliothécaire devenu conservateur du Musée de la Guerre11 : « […] J’ai vu hier L. Hervieu elle voudrait vous montrer 2 dessins de mutilés qu’elle a fait d’après un grand mutilé elle vous expliquera pourquoi elle ne veut pas qu’ils aillent ailleurs qu’à votre musée de la guerre Voulez-vous lui donner un rendez-vous elle vous les apportera au musée ?10 ». La personne en question est Louise Hervieu – autre artiste acquise par la Bibliothèque d’art et d’archéologie avec laquelle René-Jean conserve des liens dans ses activités ultérieures.

C’est aussi lors d’expositions consacrées à Jacqueline Marval qu’apparaissent les liens qu’elle entretenait avec d’autres artistes femmes de la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. En effet, la galeriste Berthe Weill12 expose aussi bien Jacqueline Marval que Marie Laurencin et présente leurs travaux collectivement en 1908 et en 1913. Un véritable réseau se forme en effet à Montparnasse dans les années 1900-1910, notamment autour des immeubles d’atelier de la rue Campagne-Première. Voisine de Jacqueline Marval, Alice Bailly vit au numéro 913. Un certain nombre de portraits témoignent de la proximité entre les deux femmes, comme celui peint par Bailly intitulé Marval au bal Van Dongen14. Jeanne Bardey, quant à elle, est installée au numéro 31, si l’on en croit l’adresse mentionnée dans les lettres qu’elle envoie à la Bibliothèque d’art et d’archéologie15.

Lettre de Jeanne Bardey à René-Jean, 28 décembre 1916.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 079, 12

C’est sur les conseils de Jules Flandrin que Jacqueline Marval s’est installée rue Campagne-Première, où elle est entourée d’artistes tels qu’Othon Friesz ou Raoul Dufy, qui résident à cette même adresse dès 190016.

Ce voisinage devient l’épicentre du réseau de l’artiste ; des échanges esthétiques et plastiques sont visibles très tôt, par exemple à travers les similitudes entre le Nu sur fond bleu de Jacqueline Marval17 et le Nu bleu d’Henri Matisse18, qui présentent la même pose allongée. Ces points communs témoignent de l’importance des fréquentations de Jacqueline Marval lors de son passage rue Campagne-Première. Selon François Flandrin, « elle gagna par son talent beaucoup d’argent au moment où la peinture se vendait encore19 ».

Le court témoignage du frère de Jules Flandrin illustre le succès important que Jacqueline Marval rencontre dès les années 1900 : elle est reconnue tant par ses pairs que par les critiques et acheteurs. Le romancier Léon Werth, autre habitant de l’immeuble du numéro 9 rue Campagne-Première, décrit ses Odalisques, sur un ton élogieux : « Équilibre des personnages arabesques, paix latine et ballets russes, bien avant les ballets russes, souplesse du repos en des pays où rien ne change, flexible, sagesse, hiératique fermeté et nonchalance d’un fruit mûr, détaché de l’arbre, gonflé sur l’herbe…20.

Parmi les critiques qui encouragent les artistes vues dans les Salons au début du siècle, certains noms ressortent particulièrement si l’on s’attache à Marval et aux autres femmes présentes dans la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Guillaume Apollinaire commente ainsi l’œuvre peinte de Jacqueline Marval dans la Chronique des arts en 1914, déclarant que l’artiste « réalise une œuvre importante pour la peinture moderne21 ». Le critique évoque également les œuvres d’Alice Bailly et de Marie Laurencin.

De même, Louis Vauxcelles revient sur plusieurs artistes de la collection. Au sujet de la peinture de Jacqueline Marval, il écrit dans un article intitulé « Au Grand Palais – Le Salon d’Automne », paru dans le Gil Blas le 30 septembre 1911, qu’elle « tient un gros succès22. Plus tard, en 1931, Vauxcelles évoque à nouveau Marval en la liant à deux autres artistes dont les œuvres sont acquises dans les mêmes années qu’elle par la Bibliothèque d’art et d’archéologie, Berthe Morisot et Marie Laurencin : « L’exemple classique est Berthe Morisot. Morisot, muse de l’impressionnisme, mondaine d’une exquise culture […] voilà l’art féminin par excellence, celui de 1875, en attendant celui de 1915 et 1930, soit de dames Marval et Laurencin23 ».

Roger Marx, revient quant à lui sur la production de Marval dans La Chronique des arts et de la curiosité en 1905 en ces termes : « Les pages décoratives de Mme Marval – l’Hommage à Florian, l’Automne, la Balançoire, – sont de la plus heureuse venue ; l’invention y déborde de grâce spontanée, ingénue ; le coloris en est clair, frais, harmonieux à souhait, et, en bonne équité, quelques indications soi-disant arbitraires demeurent impuissantes à en amoindrir le charme24 ». Il écrit également sur Käthe Kollwitz, autre artiste des cabinets d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie25.

René-Jean, enfin, soutient Jacqueline Marval en la présentant dans l’exposition de la peinture française au musée de Winterthur de 1916, organisée avec les galeries Bernheim-Jeune et Druet, ainsi qu’avec Paul Durand-Ruel et Ambroise Vollard26. Dans les Autographes conservés à l’Institut national d’histoire de l’art, on trouve également la mention d’une exposition en 1917 dans une lettre de Marval à son ami : « j’exposerai à la 2ème exposition des amis, Recevez Monsieur mes remerciements (Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 080, 26) ».


Lettre de J. Marval à René-Jean du 25 août 1917
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 080, 26

Aujourd’hui peu connue, Jacqueline Marval est ainsi une figure importante du milieu artistique parisienne du début du XXe siècle, où elle évolue entourée d’un grand nombre d’acteurs et d’actrices – artistes, critiques, mécènes et collectionneurs. Dans la collection d’archives de l’Institut national d’histoire de l’art, on peut d’ailleurs retrouver de nombreuses photographies jointes à des lettres, où elle se met en scène. Avec ces clichés, Jacqueline Marval cultive son personnage d’artiste, mais également de collectionneuse, posant parfois entourée de ses collections d’art personnelles. Ce versant de son activité reste encore à étudier.

Photographie de la correspondance René-Jean.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographe 193, 31, 01, 081 .
Photographie de la correspondance René-Jean.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art , Autographes 193, 31, 02, 019

Pour citer ce billet : Camille Philippon et Jordane Pichon, « Jacqueline Marval (1866 – 1933) : une Fauve à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 02/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1759.
  1. Voir : François Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 44 ; Jordane Pichon, La vie artistique rue Campagne-Première (1890-1938), Mémoire de Master 1 de l’École du Louvre dirigé par Pascale Cugy et François-René Martin, 2021, p. 31. []
  2. Wildenstein Institute, lettre de Charles Camoin à Albert Marquet du 18 janvier 1900, cité dans François Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 37. []
  3. Audry-Farcy, in Marval, Albert Morancé, 1929, dans Roussier François, Gariod Roger, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris, Thalia, 2008, p. 51. []
  4. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d’écrivains spécialistes français et étrangers, vol. 9, Paris : Gründ 1999, p. 307. []
  5. Audry-Farcy, Le Petit Dauphinois, 19 août 1932, cité dans : François Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 26. []
  6. François Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 30. []
  7. Sur cette question voir Martine Poulain, « La bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art et les collections de Jacques Doucet », dans Agnès Callu (dir.), Autopsie du musée : Etudes de cas (1880-2010), Paris, CNRS Editions, 2016. []
  8. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, VP 1917/224, p. 52 []
  9. Voir : François Chapon, Mystère et splendeurs de Jacques Doucet 1853-1929, Paris : Jean-Claude Lattès, p.123. []
  10. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 193, 31, 3325, lettre de Jacqueline Marval à René-Jean du 4 juillet 1916. [] []
  11. À ce sujet, voir : Caroline Fieschi, « Le Musée de la Guerre pendant l’entre-deux-guerres : qu’acquiert-on ? Que montre-t-on ? », La contemporaine : Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 125-126, 2017, p. 24-31. []
  12. « Berthe Weil fut l’exception qui, dès 1900, dans sa galerie modeste de la rue Victor Massé, au pied de Montmartre, défendit les artistes femmes au même titre qu’elle promouvait de Raoul Dufy, de Picasso ou de Pacsin. » Sylvie Buisson, « Femmes, artistes, inspiratrices inspirées » dans Sylvie Carlier (dir.), Suzanne Valadon, Jacqueline Marval, Émilie Charmy, Georgette Agutte. Les femmes peintres et l’avant-garde, 1900-1930, cat. exp., Villefranche-sur-Saône : Musée Paul Dini, 15 octobre 2006 – 11 février 2007 ; Paris : Somogy, 2006, p. 27. []
  13. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, Femmes/artistes, artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours. Paris : Hazan, 2007, p. 77. []
  14. Alice Bailly, Marval au Bal Van Dongen, HST, 1914, non localisé. []
  15. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 079, 12. []
  16. François Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 37. []
  17. Jacqueline Marval, Nu sur fond bleu, huile sur toile, vers 1906. Coll. part. Revel. []
  18. Henri Matisse, Nu bleu (souvenir de Biskra), huile sur toile, vers 1906. Baltimore, Museum of Arts. []
  19. François Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 44 . []
  20. dansFrançois Roussier et Roger Gariod, Jacqueline Marval, 1866-1932, Paris : Thalia, 2008, p. 57. []
  21. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, Femmes artistes / artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007, p. 68. []
  22. Louis Vauxcelles, « Au Grand Palais – Le Salon d’Automne », Gil Blas, 30 septembre 1911, p. 1-2. []
  23. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, Femmes artistes / artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours, Paris, Hazan, 2007, p. 210. []
  24. Roger Marx, « Le Salon des artistes indépendants », La Chronique des arts et de la curiosité,1er avril 1905, p. 100. []
  25. Nathalie Muller, « Käthe Kollwitz (1867-1945) 1/2 “Une vie faite de passion, d’énergie, de douleur et de joie” (journal 1er juillet 1918) », Sous les coupoles, juillet 2020, URL :https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/kathe-kollwitz-partie-1.html] []
  26. Sylvie Maignan, Un Critique d’art parisien : René-Jean, 1879-1951, Mémoire de l’École du Louvre, 1979 p. 128. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.