Arnold Van Gennep : un ethnographe au service de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1909-1918 (Partie 2)

Un fin connaisseur des musées d’ethnographie et de leurs collections


Mobilisant son réseau et ses talents de polyglotte, Van Gennep développe très tôt un goût pour les institutions muséales « dont on peut dire qu’il fut en France, avant 1914, le grand spécialiste critique1 » et visite les musées d’ethnographie à l’étranger. Dès 1905, cela l’incite – sans succès – à candidater au Ministère des Colonies pour une mission visant à étudier l’organisation des musées coloniaux en Allemagne et aux Pays-Bas2. Ses articles rendent compte de cet intérêt puisqu’il y décrit abondamment les musées allemands, précurseurs dans le domaine de l’archéologie nationale et de l’ethnographie. En janvier 1907, il vante les mérites du musée de Cologne organisé par le Dr Willy Foy, le qualifiant de « meilleur musée ethnographique de l’Europe » pour ses choix scénographiques – couleur des murs, éclairage, agencement des salles3. En avril de cette même année, il évoque le rapport sur la réorganisation des collections à Berlin et se réjouit à l’idée de la création de trois musées d’ethnographie « spéciaux » : un musée Africain, un musée Océanien et un musée Américain4. Il étudie également le musée d’ethnologie de Leipzig dirigé par Karl Weule, « à compter parmi les musées ethnographiques de premier ordre5 » ainsi que le travail de Johannes François Snelleman au musée d’ethnographie de Rotterdam « vaste, clair, bien arrangé6 ». Dans ses chroniques, il reste ainsi à l’affût de l’actualité des musées allemands sans toutefois se limiter aux institutions germaniques. En 1910, de passage à Genève, il s’enquiert des futures salles du musée de la ville, et regrette qu’il soit prévu que « les murs [s’ornent] de croûtes nombreuses et que les vastes espaces du Musée [abritent], à défaut de chefs-d’œuvre, des sculpteurs indigènes, ceux des sculpteurs d’ailleurs7 ». Sa familiarité avec les musées d’ethnographie se ressent notamment dans un texte de 1908 sur « La situation internationale des études ethnographiques8 ». Il y dresse un large panorama des musées d’ethnographie étrangers – ceux de Grande Bretagne, de Belgique et de Hollande, mais aussi ceux des musées d’Amérique « au premier rang pour la grandeur, la richesse et l’agencement » de leurs collections. Il s’intéresse également aux musées coloniaux comme celui de Batavia dans les Indes néerlandaises9 et visite ceux d’Algérie lors d’une expédition scientifique entre 1911 et 191210.
Ces comptes rendus sont également l’occasion pour Van Gennep de développer une réflexion sur le rôle des musées d’ethnographie, qu’il met en pratique – notamment en ce qui concerne le classement des objets classement des objets – lorsqu’il devient directeur adjoint du Musée d’ethnographie de Neuchâtel en 191211. Il présente certaines de ses théories en 1914 dans le Guide sommaire du musée ethnographique dans le premier numéro de sa Revue suisse d’Ethnographie et d’art comparé12.
Par ailleurs, sa sensibilité aux objets extra-occidentaux est manifeste dans ses écrits et il faut noter que l’intérêt de Van Gennep pour leurs caractéristiques plastiques est assez précoce en France. Comme l’explique Philippe Dagen, à la même période, les représentants français des sciences sociales au mieux ne se préoccupent pas des objets dans leurs analyses, au pire leur dénient tout caractère esthétique13. Par exemple, l’anthropologue Marcel Mauss dans son « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos » de 1904 n’analyse pas les productions matérielles, pourtant au cœur des rituels. Et quand en 1910, il s’intéresse aux Haïda et aux Tlingit, même s’il cite certains objets, il se concentre sur les structures du totémisme, sans en examiner les productions14. Van Gennep, quant à lui, publie beaucoup d’analyses sur la culture matérielle, soit à titre personnel avec des textes sur les Dessins sur peaux d’opossum australiennes en 190715, les soufflets, poteries kabyles et tissages aux cartons ou encore sur les métiers à rubans et serrures à chevilles sud-américaines16, soit en accueillant dans sa Revue des études ethnographiques et sociologiques de nombreuses contributions sur ces mêmes thématiques.
Certains de ses articles sont d’ailleurs remarquables pour la précocité des idées exposées. Rappelons qu’au début du XXe siècle, le paradigme dominant en sciences de l’Homme était encore l’évolutionnisme. Le corpus théorique incitait les anthropologues à classer les peuples selon un supposé degré de civilisation, allant du plus simple au plus complexe, autrement dit du « primitif » à l’homme occidental « civilisé ». Selon cette lecture, les productions matérielles des peuples non-occidentaux étaient considérées comme le reflet de dispositions intellectuelles et d’un état de civilisation inférieurs à ceux de l’homme occidental, dont découlaient des caractères socio-culturels – forme d’organisation sociale, culture matérielle, croyances… Or, dans un essai revenant sur la question de l’existence d’un progrès dans la civilisation, Arnold Van Gennep admet cette notion pour ce qui concerne la technique, mais la refuse pour ce qui est de l’art, se plaçant ainsi à contrecourant des théories de son époque :


On peut parler de progrès général de la civilisation en matière de technique, mais non en matière d’intelligence ni d’art. Un homme de génie moderne vaut exactement ce qu’a valu un génie préhistorique ou ce que vaut tel homme de génie inconnu de l’Afrique ou de l’Océanie […] il n’y a pas de différences entre eux quant à la possibilité interne, à l’intelligence17.

De plus, à l’inverse de nombreux chercheurs de son époque, qui considèrent que les civilisations extra-occidentales sont emprisonnées dans des traditions ancestrales et marquées par le poids des structures collectives, Van Gennep insiste sur le rôle de l’initiative individuelle et le pouvoir de création des individus. C’est ce qu’il met en avant dans son étude des aborigènes d’Australie, en soulignant que le renouvellement des mythes et des rituels était le fait « d’individus nettement individualisés, connus pour leur personnalité remarquable, leurs dons poétiques, leur mémoire, leur pouvoir d’invention religieuse et juridique17 ».
Il est aussi l’un des premiers à remarquer qu’en ethnographie, l’étude de la culture matérielle ne doit pas être menée indépendamment de celle des autres aspects de la société. Les objets sont, au contraire, à replacer dans l’ensemble du système technique, social et culturel qui les a produits : « [N]otre vrai domaine d’étude, c’est le mécanisme de la production même, c’est-à-dire de la fabrication technique et les conditions psychiques et sociales sous-jacentes dont les objets ne sont jamais que des témoins desséchés, comme les plantes dans un herbier18 ». Selon lui, en ethnographie, l’analyse des objets ne doit pas reposer seulement sur une analyse esthétique. Il condamne d’ailleurs la « tendance muséographique » des musées de son époque, qui consiste à choisir les « belles pièces », les pièces rares ou anciennes alors que l’ethnographie a pour objet les faits actuels et les objets d’usage quotidien19.
Mais, comme il le précise, si « l’amour de la “jolie chose” s’oppose au développement de l’ethnographie », cela « ne signifie pas […] que l’ethnographe soit insensible à ce qui fait qu’une chose est jolie.20. ». Collectionneur lui-même, il s’attache à amasser des objets, notamment des poteries kabyles, à l’occasion de son voyage en Algérie,21 et des textiles égyptiens22. Son goût pour ces formes d’art l’incite à s’engager dans l’écriture d’un livre sur « l’Art des Demi-Civilisés », en totale continuité avec la commande d’une bibliographie « d’art des Sauvages » pour la Bibliothèque de Jacques Doucet. Hélas, en l’absence d’éditeurs consentant à le publier, ce livre ne voit cependant jamais le jour, comme il l’indique dans une mention en 1920 :

La richesse et la variété des arts dits « sauvage » ne pourra d’ailleurs être comprise que quand il existera un traité comme celui que j’avais commencé et qu’un éditeur d’une collection de livres sur l’art m’a jadis refusé sous ce prétexte que « ces arts sauvages sont sans intérêt »23.

Il est néanmoins intéressant de noter que Jacques Doucet lui-même avait apporté une contribution financière à ce projet. C’est ce qu’indique Arnold Van Gennep dans une lettre à Joseph Bédier datée du 2 février 1909 – avant même que René-Jean ne sollicite sa contribution pour la constitution des fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie :

J’avais pensé à M. Doucet, que je connais : mais il est tout entier à compléter sa Bibliothèque sur l’histoire de l’art, et je ne puis compter obtenir de lui qu’un subside pour mon « Art des Demi-Civilisés » un gros vol. que j’ai en train, où il faudra des illustr. en couleurs, qui couteront cher24.


Cela montre bien d’une part la convergence entre l’intérêt de l’ethnographe pour les productions extra-occidentales et les goûts de Jacques Doucet pour ces mêmes objets ; et d’autre part l’existence de liens entre Jacques Doucet et Van Gennep, préexistants à la commande d’une bibliographie.


La proximité avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie et ses acteurs


L’expertise de Van Gennep dans le domaine des arts extra-occidentaux est manifeste, mais c’est probablement surtout sa proximité avec la Bibliothèque et ses acteurs qui explique son recrutement. Tout d’abord, il apparaît que l’ethnographe avait déjà rencontré Jacques Doucet avant la commande qui lui fut adressée en mai-juin 1909. Il connaissait bien les goûts de son mécène puisque dans une des lettres à René-Jean, il signale une vente d’objets qui pourraient s’intégrer dans la collection du couturier :

Leroux va vendre une bonne collection de choses d’Orient, il y en a de belles qui pourraient intéresser M. Doucet, notamment une magnifique lanterne chinoise ou japonaise, pour son grand vestibule.25.


Pour Van Gennep, Jacques Doucet semble avoir incarné un espoir de soutien financier à une période de sa vie où la précarité freinait ses ambitions. Aussi, il lui envoie régulièrement ses publications par l’intermédiaire de René-Jean26 et tente de le recruter dans l’Institut ethnographique international de Paris qu’il vient de créer27. Jacques Doucet l’ayant déjà aidé au financement de son projet de livre sur « l’Art des Demi-Civilisés », il tente d’obtenir des subventions pour faire aboutir ses autres entreprises. Aussi, lorsqu’il cherche un mécène pour fonder un cours d’ethnographie générale au Collège de France, il pense d’emblée au couturier24. De même, quelques années plus tard, en 1913, il va à nouveau tenter d’obtenir un financement de Doucet pour une expédition ethnographique :


À part ça, si vous voyez un jour M. Doucet de bonne humeur et qu’il semble s’intéresser à mes recherches, dites-lui que s’il pouvait me payer un voyage d’exploration ethnographique et archéologique (je veux dire hispano-moresque et protohistorique) en Espagne méridionale et au Portugal (région des Algarves ; le mot vient de Al Gharb Occident en arabe) où se sont fusionnés beaucoup d’éléments orientaux, cela m’avancerait bien28.

On ne sait pas si Jacques Doucet a financé d’autres projets d’Arnold Van Gennep, mais on peut le supposer puisque celui-ci lui dédicace, « en témoignage de reconnaissance scientifique », un exemplaire de son ouvrage Études d’ethnographie algérienne – aujourd’hui conservé à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

Page de garde du livre d’Arnold Van Gennep, Études d’ethnographie algérienne : les soufflets algériens, les poteries kabyles, le tissage aux cartons l’art décoratif avec 52 figures et 11 planches, Paris, E. Leroux, 1911. Exemplaire signé par l’auteur et dédicacé à Jacques Doucet.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 VA 950.

Mais c’est surtout de René-Jean que Van Gennep semble le plus proche. Dans les correspondances conservées dans les Autographes de l’Institut national d’histoire de l’art, on peut constater une certaine familiarité et percevoir l’existence de liens amicaux entre les deux hommes dès 1909, comme l’atteste une lettre du 5 mai de cette année :

Lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 5 mai 1909.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170.8 – Main_frame

Mon cher ami,

Ci-joint la lettre, avec explications. J’ai demandé peu, étant donné le travail. Il faudrait ajouter les frais du voyage à Londres ou à Leyde. Mais je ne sais comment évaluer. Bien sûr, 2000 francs feraient mieux l’affaire de toute manière, mille mercis, et à charge de revanche.

Excusez-moi auprès de Madame René-Jean, si je ne lui ai pas fait de visite encore. Mais, vous savez que je saute d’un travail dans un autre. J’ai [remis ?] hier ma 2ème série de Religions etc. et j’espère que les 2 volumes paraîtront en octobre. Le Bon m’a imposé 8 pages de table des matières ! Il n’y a plus besoin de lire le livre du coup ! Je le crois intéressant et assez [emballé?] malgré le sujet assez aride. Mais que de choses encore à dire en ethnographie. C’est une science magnifique et désespérante.

Votre bien amicalement,

Arnold Van Gennep29

L’ethnographe connaît et côtoie la femme de René-Jean, mais également sa fille, Sabine Jean, dont il demande des nouvelles dans une lettre plus tardive25. Par ailleurs, Van Gennep n’hésite pas à l’informer de la santé des siens30 et invite à plusieurs reprises son « cher ami » à venir le voir à son domicile, que ce soit à Paris29 ou à Neuchâtel31. Même si rien ne permet de le prouver, la proximité de leurs cercles de sociabilité explique peut-être l’amitié entre les deux hommes. En effet, par son activité de chroniqueur, Van Gennep est intégré dans des cercles littéraires et notamment ceux de diverses revues parisiennes, dont René-Jean est également proche. Administrateur de la Revue Dorée depuis 1901, le bibliothécaire écrit aussi dans La critique internationale, L’œuvre d’art International, la Gazette des Beaux-Arts, Art et Décoration, et tient entre 1910 et 1912 la rubrique des « Petites Expositions » dans La Chronique des arts et de la curiosité32. On peut donc supposer que c’est René-Jean qui a introduit Van Gennep dans le cercle des collaborateurs de Jacques Doucet. Il est d’ailleurs possible que l’ethnographe se soit proposé de lui-même pour cette commande, puisqu’il remercie amplement son correspondant et précise « à charge de revanche » dans la lettre ci-dessus.

Van Gennep partage également des liens avec d’autres acteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Il connaît depuis plusieurs années Édouard Chavannes33, collaborateur pour la section sur l’art de l’Extrême-Orient de la Bibliothèque. De même, Salomon Reinach, qui joua un rôle important auprès de Doucet et René-Jean, appartenait à l’Institut ethnographique international de Paris fondé et dirigé par Van Gennep34. Ce dernier entretient également des relations avec Paul Perdrizet, médiéviste chargé de réaliser une liste d’ouvrages à acquérir sur l’Antiquité et le Moyen-Âge. Van Gennep mentionne leur correspondance dans un échange avec René-Jean datant du 11 mai 1911, en indiquant : « L’ami Perdrizet m’écrit une gentille lettre35 »

D’autre part, il y a une certaine proximité académique entre Van Gennep et les collaborateurs de Doucet, ce qui laisse supposer qu’ils pouvaient partager les mêmes cercles. À titre d’exemple, Gabriel Millet, chargé du fonds sur l’art byzantin, Alfred Foucher et Sylvain Levi, tous deux chargés des collections sur l’Inde, sont conférenciers ou directeurs d’étude à la Ve section de l’École Pratique des Hautes Études, où Van Gennep fut élève. Ces deux dernières personnalités sont, d’ailleurs, des rédacteurs fréquents de la Revue de l’histoire des religions, où Van Gennep publie régulièrement. Enfin, il est familier des espaces de la Bibliothèque où il se déplace au moins trois fois en 1911 et une fois en 1912, comme l’atteste sa « carte de lecteur » conservées dans les archives de la Bibliothèque d’art et d’archéologie aux Archives nationales :

Carte de lecteur d’Arnold Van Gennep à la Bibliothèque d’art et d’archéologie.
Archives Nationales AJ/16/8417.

Tous ces éléments permettent de comprendre les raisons pour lesquelles Arnold Van Gennep fut choisi comme conseiller de la Bibliothèque pour sa section « d’art des Sauvages ». Sa place au sein des cercles littéraires de la capitale, ses compétences de polyglotte mais aussi son intérêt manifeste pour les productions extra-occidentales le désignèrent comme un interlocuteur avisé pour sélectionner des livres utiles aux chercheurs en histoire de l’art, désireux de se renseigner sur ce sujet.

Il est difficile d’évaluer à quelle date se termina cette collaboration, mais il paraît peu probable que Van Gennep ait poursuivi sa mission après la Première Guerre mondiale. En effet, à cette période charnière, lassé par les difficultés qui ont jalonné la première partie de sa carrière, il abandonne progressivement l’étude des peuples extra-occidentaux et décide de se consacrer uniquement aux civilisations européennes, et principalement au folklore français. Cette décision se serait accompagnée d’une destruction systématique de ses correspondances et notes concernant l’ethnographie36, ce qui témoigne d’une véritable rupture conceptuelle dans la carrière d’Arnold Van Gennep et d’un rejet définitif des études sur « l’Ailleurs ». Il entame alors la partie de sa carrière de folkloriste, pour laquelle il est le plus connu.

Pour citer ce billet : Romane Grouille, « Arnold Van Gennep : un ethnographe au service de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1909-1918 (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 02/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1735.

  1. Daniel Fabre, « La question de l’art populaire », dans Daniel Fabre et Christine Laurière (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p. 191. []
  2. Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2002, p. 221. []
  3. Arnold Van Gennep, « Ethnographie, Folklore », Mercure de France, 1er janvier 1907, p. 78-82. []
  4. Arnold Van Gennep, « Ethnographie, Folklore », Mercure de France, 1er avril 1907, p. 436-440. []
  5. Arnold Van Gennep, « Analyses et notices », Revue d’ethnographie et de sociologie, t. II, p. 101. []
  6. Arnold Van Gennep, « Analyses et notices », Revue d’ethnographie et de sociologie, t. II, p. 238-239. []
  7. Arnold Van Gennep, « Ethnographie, Folklore », Mercure de France, 16 avril 1910, p. 699. []
  8. Arnold Van Gennep, « La situation internationale des études ethnographiques » dans Religions, mœurs légendes : essais d’ethnographie et de linguistique [Première série], Paris, Mercure de France, 1908, p. 165-187. []
  9. Pour un compte rendu du catalogue de ce musée, voir : Arnold Van Gennep, « Analyses et notices », Revue d’ethnographie et de sociologie, t. II, 1911, p. 239. []
  10. Arnold Van Gennep, Études d’ethnographie algérienne : les soufflets algériens les poteries kabyles le tissage aux cartons l’art décoratif avec 52 figures et 11 planches Paris, E. Leroux, 1911, p. 13-14. []
  11. Pierre Centlives et Philippe Vaucher, « Les tribulations d’un ethnographe en Suisse, Arnold Van Gennep à Neuchâtel (1912-1915) », Gradhiva, 1994, p. 90. []
  12. Arnold Van Gennep, Guide sommaire du musée ethnographique, Neuchâtel, Attinger, 1914. []
  13. Voir le chapitre intitulé « La cécité des savants » dans Philippe Dagen, Primitivismes. Une Invention Moderne, Paris, Gallimard, 2019, p. 66-84. []
  14. Philippe Dagen, Primitivismes. Une Invention Moderne, Paris, Gallimard, 2019, p. 80-83. []
  15. Arnold Van Gennep, Dessins sur peaux d’opossum australiennes, Leiden, Rijks Ethnographisch Museum, 1907. []
  16. Arnold Van Gennep, « Études d’ethnographie sud-américaine », Journal de la société des américanistes, n° 11, 1919, p. 121-133. []
  17. Arnold Van Gennep, « Y a-t-il progrès de la civilisation ? » dans Religions, mœurs et légendes : essais d’ethnographie et de linguistique [Deuxième série], Paris, Mercure de France, 1909, p. 186-238. [] []
  18. Arnold Van Gennep, « Quelques lacunes de l’ethnographie actuelle » dans Religions, mœurs et légendes : essais d’ethnographie et de linguistique [Cinquième série], Paris, Mercure de France, 1914, p. 9-25. []
  19. « 1° la tendance à rechercher ce qu’on nomme de belles pièces, ou des pièces de musée, et des objets qui ont valeur marchande intrinsèque et manifeste ; or, ce doit être là le but des musées de beaux-arts et d’arts industriel ; 2° à rechercher des pièces anciennes et rares, ce qui est contradictoire avec l’esprit de l’ethnographie, qui veut l’actuel, et si possible le neuf ; et ce doit être l’apanage des musées historiques et archéologiques ». Arnold Van Gennep, « Quelques lacunes de l’ethnographie actuelle »,Religions, mœurs et légendes : essais d’ethnographie et de linguistique [Cinquième série], Paris, Mercure de France, 1914, p. 9-25. []
  20. Arnold Van Gennep, Études d’ethnographie algérienne, Études d’ethnographie algérienne : les soufflets algériens les poteries kabyles le tissage aux cartons l’art décoratif avec 52 figures et 11 planches, Paris, E. Leroux, p. 3. []
  21. Arnold Van Gennep, Études d’ethnographie algérienne : les soufflets algériens les poteries kabyles le tissage aux cartons l’art décoratif avec 52 figures et 11 planches, Paris, E. Leroux, 1911. []
  22. Dans une lettre à Gaston Maspero de 1916, il mentionne des morceaux de textiles qu’il collectionne dans l’optique de l’écriture de son volume sur le tissage aux cartons en Égypte. Voir Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 4020/Feuillet 225, lettre d’Arnold Van Gennep à Gaston Maspero du 26 mai 1916. []
  23. Arnold Van Gennep dans Félix Fénéon, « Enquête sur des arts lointains. Seront-ils admis au Louvre ? », Bulletin de la vie artistique, n° 24, 15 novembre 1920, p. 663-664. []
  24. Collège de France, Fonds Joseph Bédier, Correspondance générale, Autographes 47 CDF 31, lettre d’Arnold Van Gennep à Joseph Bédier du 2 février 1909. [] []
  25. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1173, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean de [1910]. [] []
  26. « Je vous envoie des tir. à part et mon premier volume sur la Savoie, en vous priant de les remettre à M. Doucet. » Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1175, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 31 août 1913. []
  27. « Oui, ce serait très bien si M. D. se mettait de l’Institut, je demanderai à être parrain, pour l’autre M. Salomon Reinach ou E. Chavannes iraient-ils ? » Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1174, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 11 mai 1911. []
  28. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1176, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 23 septembre 1913. []
  29. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 5 mai 1909. [] []
  30. « J’ai eu tout mon monde malade l’été dernier, et en octobre nous avons émigré de nouveau en banlieue, à l’adresse ci-dessus. »  Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1174, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 11 mai 1911. []
  31. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1175, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 31 août 1913. []
  32. Pour en savoir plus sur les activités de critique d’art de René-Jean, voir Sylvie Maignan, Un critique d’art parisien : Rene-Jean, 1897-1951, mémoire de l’Ecole du Louvre, 1979 ; Jérôme Delatour, « Les “Cartons verts” : un siècle d’acquisitions : Première partie : des origines mystérieuses », Sous les coupoles, février 2021, https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/les-cartons-verts-un-siecle-d-acquisitions.html. []
  33. Il explique à Gaston Maspero en 1911 que « M. Chavannes [l]’a connu tout enfant ». Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 4020 / Feuillets 221-222, lettre à Gaston Maspero du 3 octobre 1911. []
  34. Il y est signalé comme membre en 1911. Voir « Actes de l’Institut ethnographique international de Paris, 28 mars 1911 » dans Revue d’ethnographie et de sociologie, t. II, 1911, p. 10. []
  35. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1174, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 11 mai 1911. []
  36. Christine Laurière, « Introduction – Arnold Van Gennep, passeur aux gués de l’ethnographie » dans Christine Laurière et Daniel Fabre (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p. 10. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.