Arnold Van Gennep : un ethnographe au service de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1909-1918 (Partie 1)

Si Jacques Doucet tient une place prépondérante dans la genèse de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, la constitution des collections de cette institution ne fut pas l’œuvre d’un seul homme. Comme l’explique René-Jean, bibliothécaire particulièrement proche du mécène, « [cette dernière] n’a pas été livrée aux hasards des catalogues de librairie. Pour chacune des sections spéciales, l’avis d’un savant a été demandé1. » Parmi les personnalités sollicitées, figure l’ethnographe Arnold Van Gennep (1873-1957). Sept lettres conservées à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art permettent de documenter son activité auprès de la jeune institution de la rue Spontini2.

Il semble que René-Jean ait demandé dès mai 1909 à Arnold Van Gennep de lui transmettre une bibliographie sur « l’Art des Sauvages » afin d’adjoindre aux fonds de la Bibliothèque des ouvrages sur l’art des pays extra-occidentaux – d’Afrique, d’Océanie mais également d’Asie du Sud-Est3. Tandis que les savants français étaient encore réticents à analyser ces objets comme des productions artistiques, voire refusaient jusqu’à la possibilité d’une appréciation esthétique de ces œuvres4, Jacques Doucet faisait figure d’exception en les accueillant au sein d’une institution dédiée à l’histoire de l’art.

Arnold Van Gennep évoque ce projet dans une première lettre datant du 5 mai 1909 :

Si un de ces jours vous passez par-là près du lion de Belfort – sauf le vendredi, venez frapper à notre rez-de-chaussée. Nous pourrons reparler de l’Art des Sauvages, qui pour le moment se promène dans les limbes de l’avenir5.

Lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 5 mai 1909.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170.

Un mois plus tard, il accepte de se charger de ce travail, comme l’indique une lettre du 18 juin 1909. Il y précise sa méthode de travail et la rémunération souhaitée :

Cher Monsieur,

En réponse à votre lettre, voulez-vous bien dire à M. Doucet que, ayant il y a quelques jours terminé 2 volumes, je suis libre pour cet été, sauf la direction de ma Revue6. J’accepterai donc volontiers de faire une bibliographie de l’Art des Sauvages.

Vous m’indiquerez comment sont les fiches ordinaires de la Bibliothèque. Le classement serait géographique, puis par populations, les enquêtes n’étant pas assez avancées encore pour qu’on puisse arranger un classement par technique ni par « provinces esthétiques ». Mais par un système de renvois, il serait facile de s’orienter, d’autant plus que certains [peuples ?] connaissent la peinture, d’autres ignorent la poterie, etc.

La bibliographie devrait donc être établie par fiches analytiques :

Spencer et Gillen The Native Tribes of Central Australia, Londres, 1899

P …. sculpture sur bois

P …. peintures corporelles

P…. représentations d’animaux, en sable, en boue

P…. Ornementations de plumes

Etc etc.

Le travail serait ainsi plus long, mais définitif. Au fur et à mesure, j’indiquerais les ouvrages à acheter, mais le fonds primitif ne serait pas conséquent : une dizaine d’ouvrages généraux, théoriques, quelques albums ; quelques grandes publications de musées ethnographiques, soit 1000 francs environ, et quelques n° de revue, séparés.

Je compte sur 6 à 8 mois de travail acharné, il faut dépouiller des revues énormes, rarement munies d’index, puis la littérature énorme des voyages.

Le mieux serait que j’aille passer les mois d’été à Londres ou à Leyde où il y a de bonnes bibliothèques ethnographiques centralisées, ici il y a trop peu de documents anglais, hollandais, scandinaves et des colonies anglaises.

J’adjoindrais le préhistorique, pour la comparaison. Fort heureusement, j’ai pas mal de choses moi-même, mais pas de séries complètes de revues ethnographiques, et surtout pas les publications des musées, toujours très chères (Berlin, Dresde, etc.) ni les « Archives Internationales » de Leyde.

Il me semble qu’un tel travail, étant données les honoraires de mes livres et traductions, vaut dans les 1500 à 1800 francs. Mais, vous avez peut-être plus l’habitude que moi d’évaluer ce genre de travaux. Cependant, il convient de remarquer qu’en cette matière, il n’y a pas de travaux préliminaires, comme pour l’art classique et qu’il faut recourir à des sources de langues rares.

Veuillez présenter, je vous prie mes meilleurs compliments à M. Doucet, et me croire sincèrement votre,

Arnold Van Gennep7.

Auteur d’une théorie des rites de passage en ethnologie8, le travail d’Arnold Van Gennep est aujourd’hui reconnu pour son caractère pionnier dans le domaine du folklore. C’est pour cette raison que François Chapon, biographe de Jacques Doucet, considère que l’appel à Van Gennep « confirme l’étonnante rapidité de l’entreprise et la sûreté des points d’appui [de la Bibliothèque d’art et d’archéologie]. »9.

Pourtant, si l’on peut rétrospectivement admettre la pertinence de ce choix, Arnold Van Gennep n’était pas un ethnographe reconnu parmi ses pairs au début du XXe siècle. En effet, la première partie de sa carrière est ponctuée de projets avortés, d’échecs et de frustrations. Il n’obtient pas la place qu’il convoite au musée du Trocadéro, ni la chaire sur les religions des peuples « non civilisés » au Collège de France, à laquelle il candidate à plusieurs reprises en 1907, 1908 et 1911. De même, ses projets éditoriaux n’ont pas le succès escompté. Son livre sur les Rites de passage n’est pas bien accueilli en France et sa Revue des études ethnographiques et sociologiques, fondée en 1908, fait faillite dès 191010. Plus tard, renonçant à la capitale pour s’installer à Neuchâtel, il confie à René-Jean :

ce terrible Paris nous manque. Mais je crois devoir en faire mon deuil. Ils n’y veulent pas de ma science, ni de ma manière, ni de mon ironie11.

À la période où René-Jean sollicite son expertise pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie, il n’occupe donc qu’une position marginale dans le champ universitaire parisien, au point que certains de ses biographes le qualifient d’ermite12. Face à ces éléments biographiques, le choix d’Arnold Van Gennep comme conseiller pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie peut questionner. Pourquoi Jacques Doucet – dont on connaît l’ambition – a-t-il choisi de confier à un chercheur, marginal dans son domaine d’expertise, le soin de sélectionner les livres de sa prestigieuse bibliothèque ?

Polygraphe et polyglotte

Notons tout d’abord que malgré ses difficultés à s’insérer dans les réseaux universitaires français, Van Gennep est proche de plusieurs cercles littéraires, nationaux comme internationaux. C’est en effet un lecteur assidu, un chroniqueur fécond, mais aussi un auteur prolifique. Il publie onze livres entre 1904 et 1924, et plus de trois cents articles entre 1905 et 1914. S’il est difficile d’évaluer le nombre exact de ses publications, on sait qu’entre 1902 et 1903, il recense près de vingt-cinq ouvrages pour la Revue d’Histoire des Religions13, et plus de deux cents autres entre 1905 et 1914 dans ses chroniques trimestrielles au Mercure de France14. Il écrit également pour la Revue des Idées de son ami Remy Gourmont depuis son origine en 1904, dans la Revue des traditions populaires depuis 1902, pour la Revue générale de Bibliographie, mais aussi dans des revues étrangères : Folk-Lore (Londres), Internationales Archiv (Leyde), Etnografitcheskoe Obozriènie (Moscou), Keleti Szemle (Budapest), Zeitschrift für Ethnologie (Berlin) ou Man (Londres)15. Dans sa Revue des études ethnographiques et sociologiques, il réalise une veille des dernières publications en France et à l’étranger. Comme il l’explique à René-Jean en 1913, cela lui vaut d’être qualifié de « polygraphe » par ses détracteurs :

D’autres, de l’Institut et de la Sorbonne, ne m’aiment guère car ils trouvent que je publie trop et ont fini par trouver le bon terme de mépris : “polygraphe !”16.

Au début du XXe siècle, ces revues sont des espaces de sociabilité majeurs. Ainsi, le Mercure de France, où il tient la chronique d’ethnographie et de folklore à partir de 1906, lui permet de se constituer un important réseau. Comme l’indique l’ethnologue Daniel Fabre, c’est son « port d’attache » où « il confronte ses attitudes à l’égard du siècle17 ». C’est Remy de Gourmont, écrivain et critique d’art au Mercure, qui l’introduit dès 1904 auprès d’Alfred Vallette, directeur de la revue. Il y côtoie Rachilde, l’épouse de Valette, qui tient elle-même un Salon littéraire dans les bureaux du Mercure, l’écrivain Paul Léautaud, le philosophe Jules de Gaultier, ainsi qu’Apollinaire. Ces amitiés sont constitutives de sa pratique de l’écriture. Il n’hésite pas à faire relire ses textes et à demander l’avis de ses collaborateurs sur ses prochaines publications18.

Il est également fortement intégré dans les réseaux éditoriaux de la capitale. On peut citer sa proximité avec les éditeurs Gustave-Paul Maisonneuve et Ernest Leroux, son amitié avec Émile Nourry19, important libraire du début du XXe siècle, mais également ses liens avec l’anthropologue et médecin Gustave Le Bon20, à l’origine de la Bibliothèque de philosophie scientifique de Flammarion, véritable succès éditorial de la période. Cette proximité avec le monde de l’édition et son activité de chroniqueur dans les revues lui assurent une connaissance fine des dernières publications dans son domaine de prédilection.

Par ailleurs, sa méthode de travail et sa pratique de l’écriture, qui s’appuient sur la comparaison et la synthèse des thèses de différents auteurs, le conduisent à lire une grande quantité d’ouvrages, qu’il fiche rigoureusement. Sa fille, Ketty Van Gennep, souligna « l’esprit de synthèse » de son père, qui parvenait à assimiler le contenu de milliers de livres21. Cela lui donne un avantage certain lorsqu’il s’agit de fournir une bibliographie sur un sujet précis, comme Jacques Doucet le lui demande.

Aux nombreux projets éditoriaux de Van Gennep s’ajoutent des traductions, comme celle de Totémisme de James George Frazer en 1898, de Jeu des animaux de Karl Groos en 1902 ainsi que celles des volumes de Havelock Ellis qu’il entreprend à partir de 190822. Cela reflète son aisance avec les langues étrangères, auxquelles il est très tôt initié. En effet, à seulement huit ans, Arnold Van Gennep maîtrisait déjà français, le hollandais et l’allemand. Au lycée, il apprend l’italien, l’espagnol et l’anglais avec l’aide de professeurs particuliers, avant de se former au portugais en autodidacte23. Par la suite, il étudie l’arabe à l’École des langues orientales, l’égyptologie et l’arabe ancien à l’École Pratique des Hautes Études24. Ces enseignements lui permettent de se perfectionner en linguistique, de savoir identifier et décomposer l’étymologie des mots, ce qui lui facilite l’apprentissage des langues étrangères. Aussi, en 1897, pour obtenir un poste d’enseignant à Czestochowa en Pologne, il parvient à apprendre le russe en huit mois afin de passer une épreuve de traduction grecque et latine en russe25. Là-bas, il se familiarise avec le polonais et d’autres langues slaves. De plus, comme le précise sa fille, s’il ne savait pas écrire en finlandais, norvégien ou suédois, il pouvait lire les publications des auteurs scandinaves26. En 1908, il dit pouvoir comprendre ce qui est publié dans « quinze langues d’Europe27 ». Plus tard, ce chiffre, déjà impressionnant, se serait élevé à dix-huit langues et dialectes28.

Van Gennep n’hésite pas à valoriser ses qualités de polyglotte pour obtenir des missions. Dans ses échanges avec René-Jean, il insiste sur cet atout pour négocier son salaire à la hausse, comme il le fait dans la lettre du 18 juin 1909, dans laquelle il rappelle la nécessité, pour le travail demandé, de « recourir à des sources de langues rares [souligné par l’auteur]29 ». Cette aisance linguistique est complémentaire de sa méthode de recherche. Il estime que cela « contribua à [lui] rendre aisé très tôt un travail de comparaison que d’autres ne peuvent entreprendre tard qu’à grand peine30 ». Alors que la France apparaît en retard dans le domaine de la recherche ethnographique, il se tient au courant des avancées à l’étranger par le biais des publications originales et critique la tendance des savants français à se contenter des ouvrages parus en français :

Et comme en France on sait peu les langues étrangères, il est facile de faire croire au public que si l’ethnographie n’a point progressé ici, il en est de même partout31.

Les facilités d’Arnold Van Gennep dans l’apprentissage et la pratique des langues constituèrent un atout pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Elles permirent l’acquisition de livres introuvables dans d’autres bibliothèques françaises, encore assez pauvres en publications non francophones à cette période. La section de « l’Art des Sauvages » répondit ainsi aux préoccupations de la Bibliothèque, particulièrement sensible à l’acquisition de publications étrangères ; un article de 1913 insiste ainsi sur le fait que, sur les étagères de la Bibliothèque, « [l]’esthétique et l’histoire de l’art alignent leurs traités dans toutes les langues »32.

Grâce à son aisance avec les langues étrangères, mais aussi en raison d’une ambition personnelle, il s’intègre rapidement dans des réseaux internationaux. Il crée l’Institut d’ethnographie international de Paris, ouvert dès l’origine à des contributions non-francophones comme celles de James George Frazer, Andrew Lang ou W. H. R. Rivers. Il publie dans de nombreuses revues non-francophones et le sociologue Marcel Fournier, soulignant le rayonnement de ses articles à l’étranger, estime que Van Gennep est, après Charles Letourneau33, l’ethnologue le plus connu et le plus cité à l’international34. Proche de l’école anglaise, il côtoie notamment James George Frazer, qui l’invite en 1909 à intervenir au Congrès d’Histoire des Religions à Oxford35. Multipliant les voyages dans les grands musées et centres universitaires allemands, il tisse des liens avec les scientifiques et muséologues germaniques, notamment avec Félix von Luschan, directeur du département africain et océanien du Königliches Museum für Völkerkunde de Berlin36. En 1913, celui-ci le nomme membre correspondant de la Deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte37, société savante influente dans le domaine de l’anthropologie en Allemagne, à l’origine de la publication de la Zeitschrift für Ethnologie. Il est également en contact étroit avec les fonctionnaires coloniaux, par l’intermédiaire de son ami, l’ethnographe Maurice Delafosse38.

Ainsi, malgré une absence de reconnaissance dans le monde universitaire et scientifique parisien, ses qualités de polyglotte et son érudition lui permettent de s’assurer un large cercle de relations ainsi qu’une connaissance fine de l’actualité des sciences sociales à l’international, deux qualités déterminantes pour son travail à la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Pour citer ce billet : Romane Grouille, « Arnold Van Gennep : un ethnographe au service de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1909-1918 (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 02/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1727.

  1. Projet d’intervention de René-Jean au congrès archéologique de Rome de 1912, cité par Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, Mémoire d’étude, ENSSIB, janvier 2007, p. 64. []
  2. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170 à Autographes 145, 2, 1176. []
  3. Pour le détail des régions représentées dans cette catégorie, voir Romane Grouille, La contribution d’Arnold Van Gennep à la constitution d’un fonds sur “l’Art des Sauvages” dans la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet (1909-1918), mémoire de l’École du Louvre, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, 2021, p. 54-57. []
  4. Voir les chapitres « Grossièreté, obscénité » et « La cécité des savants » dans Philippe Dagen, Primitivismes. Une Invention Moderne, Paris, Gallimard, 2019, p. 60-66 ; p. 66-84. []
  5. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean datée du 5 mai 1909. []
  6. Arnold Van Gennep fait ici référence à la Revue des études ethnographiques et sociologiques qu’il a créée et dont le premier numéro date de janvier 1908. []
  7. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1172, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 18 juin 1909. []
  8. Arnold Van Gennep, Les Rites de passage : étude systématique des rites de la porte et du seuil, de l’hospitalité, de l’adoption, de la grossesse et de l’accouchement, de la naissance, de l’enfance, de la puberté, de l’initiation, de l’ordination, du couronnement, des fiançailles et du mariage, des funérailles, des saisons, etc., Paris, Éditions Nourry, 1909. []
  9. François Chapon, C’était Jacques Doucet, Paris, Fayard, 2006, p. 151. []
  10. Sur les raisons de ces échecs, voir Christine Laurière, « Van Gennep et Marcel Mauss – Frères Ennemis en ethnographie » dans Daniel Fabre et Christine Laurière (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p. 225-259 ; Emmanuelle Sibeud, La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2002. []
  11. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 31 août 1913. []
  12. Rosemary Zumwalt, The Enigma of Arnold van Gennep (1873-1957) : Master of French Folklore and Hermit of Bourg-La-Reine, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1988. []
  13. Christine Laurière, « Van Gennep et Marcel Mauss – Frères Ennemis en ethnographie », dans Christine Laurière et Daniel Fabre (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p. 234. []
  14. Emmanuelle Sibeud, La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, op. cit., p. 382-383. []
  15. Cette liste a été établie en 1907 par Arnold Van Gennep lui-même lors de sa candidature au Collège de France. Voir Archives du Collège de France, F/17/13556. []
  16. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1176, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 23 septembre 1913. []
  17. Daniel Fabre, « Le Manuel de folklore français d’Arnold Van Gennep », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, Les France, vol. 2, Traditions, Paris, Gallimard, 1992, p. 643. []
  18. Comme il l’explique dans une lettre à Gustave Le Bon, il fait ainsi par exemple circuler la table des matières de la Formation des légendes parmi ses « amis du Mercure ». Archives de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, MS 2567 / F. 193, lettre d’Arnold Van Gennep à Gustave Le Bon du 11 novembre 1909. []
  19. Émile Nourry est connu sous le pseudonyme de Pierre Saintyves. Van Gennep remercie « [son] éditeur et ami » dans « L’Avant-Propos » des Rites de passage. []
  20. Gustave Le Bon et Van Gennep engagent une correspondance à l’occasion de la publication de La Formation des légendes dans la collection de la Bibliothèque de Philosophie scientifique. Voir Archives de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, MS 2598 / F. 156-173 et MS 2567 / F. 191-193. []
  21. Ketty Van Gennep, Bibliographie des œuvres d’Arnold Van Gennep, Paris, A. & J. Picard, 1964, p. 10. []
  22. Il traduit de l’anglais au français Studies in the psychology of Sex du premier volume en 1897 au sixième en 1928. []
  23. Ketty Van Gennep, Bibliographie des œuvres d’Arnold Van Gennep, Paris, A. & J. Picard, 1964,p. 9. []
  24. Nicole Belmont, Arnold Van Gennep : Créateur de l’ethnographie française, Paris, Payot, 1974, p. 9. []
  25. Rosemary Zumwalt, The Enigma of Arnold van Gennep : (1873-1957). Master of French Folklore and Hermit of Bourg-La-Reine, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1988, p. 12. []
  26. Ketty Van Gennep, Bibliographie des œuvres d’Arnold Van Gennep, Paris, A. & J. Picard, 1964, p. 12. []
  27. « Il est deux domaines, l’ethnographie et l’agriculture, où je puis juger de ce qu’on publie dans quinze langues d’Europe : et je puis affirmer que chaque année, presque, nos langues d’Occident perdent du terrain. » Arnold Van Gennep, « Internationalisme et particularisme », dans Religions, mœurs légendes : essais d’ethnographie et de linguistique [Première série], Paris, Mercure de France, 1908, p. 314. []
  28. Arnold Van Gennep, « De l’utilisation du subconscient dans l’étude des langues vivantes », La Psychologie et la vie, n°3, 1927, p. 9-13 ; cité par Nicole Belmont, Arnold Van Gennep : Créateur de l’ethnographie française, Paris, Payot, 1974, p. 13. []
  29. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1170, lettre d’Arnold Van Gennep à René-Jean du 18 juin 1909. []
  30. Arnold Van Gennep, Notice des titres et travaux scientifiques de M. A. Van Gennep, Paris, Imprimerie Charles Renaudie, 1911, p. 19. []
  31. Arnold Van Gennep, « Chronique de Folklore et d’ethnographie », Mercure de France, 15 février 1905, p. 608. []
  32. Arsène Alexandre, « Une Bibliothèque inconnue », Le Figaro, 21 octobre 1911, p. 193. []
  33. Charles Letourneau (1831-1902) était professeur de sociologie à la Société d’Anthropologie de Paris. []
  34. Marcel Fournier, Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994, p. 357-358 ; cité par Christine Laurière, « Van Gennep et Marcel Mauss – Frères Ennemis en ethnographie » dans Daniel Fabre et Christine Laurière (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p. 248. []
  35. Arnold Van Gennep, « Avant-propos » dans Les Rites de passage, Paris, Éditions A. et J. Picard, 1969, p. 10. []
  36. Aujourd’hui l’Ethnologisches Museum de Berlin. []
  37. Serge Reubi, « Un homme pressé. Arnold Van Gennep, l’indépendance de l’ethnographie et le congrès de Neuchâtel », dans Daniel Fabre et Christine Laurière (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p. 110. []
  38. Dès 1909, il avait sollicité les fonctionnaires coloniaux pour procéder à une enquête sur le sens de l’orientation chez l’homme. Plus tard, en 1911-1912, ce sont également ses contacts en Algérie qui facilitent ses recherches. Arnold Van Gennep, En Algérie, Paris, Mercure de France, 1914, p. 265. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.