Rue Spontini (Partie 2)

Si nous faisons confiance à la mémoire de Jean Sineux, l’un des plus anciens et fidèles collaborateurs de Jacques Doucet1, il nous faut rechercher les traces de la Bibliothèque d’art et d’archéologie dans les archives concernant un certain nombre de numéros de la rue Spontini entre 1906 et 1923. A défaut de sources directes, l’étude des archives topographiques conservées pour la rue Spontini peut nous permettre de déterminer, avec la probabilité la plus élevée, les possibilités qui se sont offertes à Jacques Doucet pour loger d’une part les ouvrages de la bibliothèque qu’il avait commencé à constituer, d’autre part la bibliothèque elle-même, avec ses services aux lecteurs.

11 et 13 rue Spontini : des lieux de stockage ?

L’examen des dossiers conservés aux Archives de Paris, issus des travaux du tout à l’égout du début du XXe siècle2, comme celui des documents fonciers ayant permis d’établir l’imposition3, révèle l’existence aux 11 et 13 rue Spontini d’immeubles de rapport construits en 1879 et existant encore de nos jours, composés de deux corps de bâtiment réunis par une aile et comptant un rez-de-chaussée, cinq étages carrés et un sixième étage mansardé. Les logements sont assez petits et les habitants nombreux, évoluant au début du XXe siècle de cinquante-sept à soixante-et-onze par immeuble. Chacun de ces deux immeubles offre sur la rue Spontini deux boutiques occupées par des commerces que l’on qualifierait de nos jours de proximité (épicerie, mercerie, parfumerie coiffeur, cordonnier).

Compte tenu de la configuration des lieux et des données de leur occupation en 1908 notamment, il est probable que Doucet n’ait loué à ces adresses que quelques pièces, permettant en effet de ranger un peu plus aisément que dans les combles de son hôtel particulier les ouvrages en augmentation constante de la bibliothèque qu’il avait décidé de constituer en 1906. Il ne s’agissait pour autant pas de locaux à même d’être installés en salles de lecture. À noter également que l’hôtel particulier de Jacques Doucet, occupant les numéros 17 et 19 de la rue Spontini, était fort proche des numéros 11 et 13 puisque le numéro 15 ne fut bâti qu’en 1913 et 1914. Ce proche stockage parut suffire, dans un premier temps.

16 rue Spontini : ouverture en avril 1909 de la Bibliothèque d’art et d’archéologie

En amont des numéros 11 et 13, sur le trottoir qui leur fait face, se trouve le 16 rue Spontini. Il s’agit d’un immeuble d’une toute autre ampleur, comportant douze travées tandis que les 11 et 13 n’en comptent respectivement que quatre et sept. Construit en 1889, cet immeuble de rapport se compose de deux corps de bâtiment, l’un sur la rue Spontini, l’autre entre cour et jardin à l’arrière, chacun de ces corps étant relié à l’autre par des ailes de part et d’autre de la cour. L’immeuble, d’une superficie totale de près de 1510 m2 dont 561 m2 de cour et 255 m2 de jardin, se compose d’un rez-de-chaussée, de quatre étages carrés et d’un cinquième étage mansardé, entièrement dévolu aux chambres des domestiques4. Chaque étage offre deux appartements, soit seize appartements au total comptant quarante habitants durant la première décennie du XXe siècle.

D’après la description exhaustive des logements donnée par le calepin des propriétés bâties5, on peut penser que la Bibliothèque d’art et d’archéologie s’était installée entre cour et jardin, au rez-de-chaussée. Chacun des deux appartements de ce rez-de-chaussée compte en effet six et sept pièces pouvant être utilisées pour chacune des sections de la bibliothèque, desservies par un « carré » pouvant correspondre à ce que les contemporains disent de l’emplacement du fichier auteurs, du catalogue matières et des usuels. Par ailleurs, chacun de ces appartements dispose d’un « cabinet noir » des plus utiles pour la photographie, qui a joué un rôle essentiel au sein de l’activité de la Bibliothèque d’art et d’archéologie qui s’était d’ailleurs dotée d’un laboratoire photographique.

16 rue Spontini, Paris 16ème : entrée de la Bibliothèque d’art et d’archéologie ? 

16-18 rue Spontini, 51 avenue Bugeaud

Le 18 rue Spontini est un immeuble de rapport en tous points identique à celui du numéro 16 mais d’une surface totale supérieure : 1895 m2 dont 478 m2 de cour et 361 m2 de jardin. Le nombre d’habitants en 1903 est sensiblement le même qu’au numéro 16, soit quarante-quatre. Le propriétaire en est le même au moment de leur édification commune, en 1889. Même si les dates consignées dans les archives locatives sont plus tardives, il est troublant de constater que l’appartement du rez-de-chaussée entre cour et jardin du 18 rue Spontini côté 16 rue Spontini était au milieu du XXe siècle loué avec les deux appartements du 16 rue Spontini situés dans le prolongement et pouvant communiquer par les entrées de service.

Si la mémoire de Jean Sineux est restée intacte, Jacques Doucet aurait loué, de 1909 à 1913, soit cinq années de suite, cinq appartements. Ce témoignage corrobore celui d’André Joubin qui prend la direction de la Bibliothèque en 1918 et qui ne peut donc pas se tromper lors de sa communication au Congrès d’Histoire de l’Art de 1921 lorsqu’il évoque ces cinq appartements en enfilade :

« Ainsi prit naissance la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, qui, en 1909, fut installée dans un rez-de-chaussée, au 16 de la rue Spontini ; d’année en année, elle se développa à ce point qu’il fallut annexer quatre autres appartements voisins communiquant les uns avec les autres : en 1914, au moment où la guerre éclata, la Bibliothèque était devenue un vaste dépôt contenant plus de trente salles de travail, où affluaient les lecteurs de tous les pays6. »

Localisation de l’hôtel particulier de Jacques Doucet (17-19 rue Spontini) et de la Bibliothèque d’art et d’archéologie avant 1923 (16-18 rue Spontini et 51 avenue Bugeaud).

L’ensemble de ces recherches topographiques met en cohérence les différents témoignages des acteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. L’on pourrait ajouter à ceux déjà cités les adresses indiquées sur les enveloppes utilisées par les nombreux correspondants de René-Jean. Henri d’Ardenne de Tizac et son épouse Andrée Viollis par exemple, utilisent de 1909 à 1912 les 16, 17, 18 et 19 rue Spontini, tout comme les intitulés « Bibliothèque J. Doucet », « Bibliothèque Doucet » et « Bibliothèque d’Art et d’Archéologie ». C’est dire combien l’entreprise lancée par Jacques Doucet était intimement liée à son nom, au cadre de vie qu’il conçut à cette époque comme à l’ensemble des immeubles de la rue Spontini qu’il investit.

« En attendant la construction d’un édifice décidé en principe »

En guise de conclusion, laissons-nous rêver avec René-Jean à l’édifice que Jacques Doucet, un instant, eut le projet de construire pour « sa » bibliothèque :

« Je ne dirai pas qu’à l’heure présente le but soit atteint. Il reste assez éloigné encore pour qu’il soit nécessaire d’envisager de longues années d’efforts pour avant que l’instrument qui est déjà à votre disposition soit d’un mécanisme assez souple, d’une portée assez complète, pour donner toute satisfaction. Mais enfin, cent mille volumes réunis, autant de photographies amassées et en voie de classement, sont offrent déjà une utilité dont je ne veux pour preuve que la présence dans les salles du rez-de-chaussée de la rue Spontini répétée de certains d’entre vous dans les salles où ce précieux dépôt est amassé. Ils expliquent et excusent que je me sois permis de venir aujourd’hui en si docte assemblée, vous signaler ce résultat.

Ces livres n’ont pas encore atteint la terre promise de leur repos, et l’ère de leurs tribulations – je veux dire de leurs déménagements – n’est pas encore close. En attendant la construction d’un édifice décidé en principe, ils occupent une vingtaine de pièces dans un rez-de-chaussée en bordure de la rue Spontini. Dans un premier couloir, présent on trouve le répertoire alphabétique sur feuilles manuscrites, les dictionnaires généraux et les encyclopédies. Dans chaque salle, tout on a groupé, autant que faire se peut pouvait, et classé d’après leurs grandes divisions, les ouvrages les plus nécessaires à un savant travaillant sur un sujet précis. C’est ainsi que les égyptologues trouvent groupés les ouvrages sur l’Égypte, à côté desquels s’ouvre le mystérieux domaine des assyriologues, que les arts de l’Extrême-Orient ont leur coin spécial, que la série classique occupe la plus grande des salles – la salle d’honneur, si vous voulez –, que ceux des érudits qui s’intéressent plus spécialement à l’art chrétien jusqu’à la fin du Moyen Âge, à l’art hindou, ou à à l’art [illisible] ou à l’art moderne ne peuvent que coudoyer que des personnes ayant m étudiant les sujets qui leur sont sympathiques. (…) J’ajoute qu’un service atelier photographique fonctionne auprès de la Bibliothèque7. »

Pour citer ce billet : Marie-Anne Sarda, « Rue Spontini (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 30/07/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1688.

  1. voir le billet intitulé « Rue Spontini (Partie 1) ». []
  2. Archives de Paris, casier sanitaire, 3589W 2104. []
  3. Archives de Paris, sommier foncier, DQ18 1734. []
  4. D’après la confrontation avec les archives locatives, il semble qu’il y ait eu une ambiguïté dans le casier sanitaire, relative à un éventuel entresol : l’immeuble compte en réalité cinq étages carrés et un sixième mansardé. Archives de Paris, calepin des propriétés bâties, D1P4 3930. []
  5. Archives de Paris, D1P4 3930. []
  6. André Joubin : « La bibliothèque d’art et d’archéologie », Actes du Congrès d’Histoire de l’Art 1921, Paris, Presses Universitaires de France, 1923-1924, vol. 1, p. 138-145. []
  7. René-Jean, Projet de communication sur la BAA au Congrès archéologique de Rome en octobre 1912, septembre 1912. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 799. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.