Rue Spontini (Partie 1)

« Les livres sont groupés dans chaque salle, de sorte qu’un historien, travaillant sur un sujet précis, ait, autour de lui, le gros des ouvrages nécessaires à son travail. Un catalogue par ordre alphabétique d’entrée, des fiches classées par matière, sont à sa disposition. De la préhistoire jusqu’aux mouvements contemporains les plus fiévreux, on s’est efforcé, on s’efforce chaque jour de réunir tout ce qui peut offrir le moindre intérêt documentaire à l’histoire de l’art1. »

Ce témoignage de René-Jean, bibliothécaire de Jacques de Doucet de 1908 à la Première Guerre mondiale, sur l’organisation spatiale de la Bibliothèque d’art et d’archéologie a maintes fois été cité. Il évoque une institution dont l’aménagement s’oppose à celui des grandes salles de consultation des bibliothèques parisiennes telles que la Bibliothèque Sainte-Geneviève et l’ancienne salle des imprimés de la Bibliothèque nationale – maintenant occupée par l’INHA –, toutes deux conçues par Henri Labrouste. Cette organisation originale en son temps rappelle celle, contemporaine, de certains départements d’histoire de l’art d’universités américaines, tel que l’Institute of Fine Arts de New York University, un lieu de travail idéal, où l’on se sent chez soi tout en ayant à disposition tous les ouvrages.

André Joubin, qui succède en 1918 à René-Jean, est plus précis encore, mentionnant une succession d’une trentaine de pièces en 1914, se répartissant dans cinq appartements situés en rez-de-chaussée, 16 et 18 rue Spontini ainsi que 51 avenue Bugeaud2.

Pour tous ceux qui se sont penchés à un moment ou à un autre sur la première bibliothèque fondée par Jacques Doucet, « rue Spontini » est une adresse mythique. Détruit dans les années 1950, l’hôtel particulier construit par Jacques Doucet au numéro 19, qui a abrité les toutes premières années de la bibliothèque avant son installation et son ouverture au public en avril 1909 au 16 rue Spontini, est peu connu. De même, aucune archive n’a été conservée concernant les appartements loués rue Spontini pour abriter la collection puis accueillir les chercheurs, qu’il s’agisse de baux locatifs ou de clichés intérieurs.

Ce billet et le suivant proposent une confrontation des témoignages des familiers de la bibliothèque avec les sources conservées aux Archives de Paris (sommier foncier, casier sanitaire et calepin du cadastre) documentant les plans et élévations de différents numéros de la rue Spontini jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Papier à en-tête d’une lettre de Jacques Doucet à Georges Berger datée du 17 juillet 1911.
Bibliothèque du Musée des arts décoratifs, Archives A3/310, dossier François Carnot.

17-19 rue Spontini : l’hôtel particulier de Jacques Doucet

Les 6 et 7 avril 1903, en l’étude de Me Fontana, 10 rue Royale, Jacques Doucet acquiert de la société Menier un terrain situé à Paris, 16e arrondissement, rue Spontini.3 En avril 1904 une autre acquisition, puis en novembre 1905 un échange de terrains entre les mêmes parties permettent à Doucet d’accroître sa parcelle à bâtir et à la société Menier d’obtenir la création de la rue de Noisiel. En octobre 1908 enfin, un nouvel achat vient parfaire l’assiette foncière de l’hôtel particulier que Jacques Doucet a entretemps fait bâtir et qu’il occupe désormais4.

Approbation du 28 juillet 1906 ; Me Fontana, notaire 10 rue Royale, Paris.
Archives nationales, MC/ET/XCII.

Ayant pour architecte Louis Parent (1854-1909), l’hôtel particulier de Jacques Doucet rue Spontini est édifié en 1905 et 1906 par son beau-frère Léon Dubrujeaud (1845-1920), diplômé de l’École des Beaux-Arts, exerçant comme entrepreneur de travaux publics. À son décès, Doucet le lègue à sa veuve qui le vend en 1930 à Jean Édouard Dubrujeaud (1880-1969), neveu du couturier et seul fils survivant de Léon5. L’hôtel particulier qui fut la propriété de Jacques Doucet est remplacé à la fin des années 1950 par un immeuble de huit étages6.

L’Architecture. Journal hebdomadaire de la Société centrale des architectes français, 14 septembre 1907, 20e année, n° 37, pl. 64.

Il s’agit d’une maison comportant quatre niveaux, dont un troisième étage lambrissé. Les plans et l’élévation nous en sont connus par différentes publications, la maison ayant été primée par la Ville de Paris en 1904 au titre de sa façade7

L’Architecture. Journal hebdomadaire de la Société centrale des architectes français, 14 septembre 1907, 20e année, n° 37, p. 304.

Au rez-de-chaussée, la partie sur rue s’organise de part et d’autre du vestibule : à gauche, logement du concierge, à droite, bureau de réception des visiteurs, grand escalier et « Cabinet du secrétaire », sans doute Albert Vuaflart. Une entrée de service mène à l’office. Au fond, une cour couverte utilisée comme hall aux voitures dessert les écuries et la sellerie.

L’Architecture. Journal hebdomadaire de la Société centrale des architectes français, 14 septembre 1907, 20e année, n° 37, p. 305.

Le premier étage constitue le niveau de réception de l’hôtel : vestibule avec loggia donnant sur la rue encadrée de la salle à manger et du fumoir, puis sur l’arrière le salon et enfin le grand hall et son alcôve, donnant latéralement sur un perron ouvrant sur la jardin aménagé côté rue de Noisiel. Les plans du deuxième étage — dévolu au maître de maison — et des combles ne nous sont pas connus ; les archives indiquent toutefois l’existence de quatre cabinets particuliers et de trois cabinets communs. L’on sait par ailleurs qu’en 1908, le 17-19 rue Spontini compte dix habitants8.

Paul Perdrizet, proche ami de René-Jean et principal conseiller pour l’Antiquité de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, nous a laissé en 1909 deux témoignages savoureux des premier et deuxième étages de la rue Spontini :

« Je t’écris de la bibliothèque Doucet, ou plutôt du palais Doucet. J’ai vu bien des palais princiers, royaux, & autres. Celui-ci est un des mieux. Comment peut-on être si riche ? Le propriétaire de toutes ces belles choses est un homme charmant. Une soixantaine d’années. Très beau9. »

« Je reprends donc le récit détaillé, depuis vendredi soir. J’ai travaillé ce jour-là dans le cabinet de René Jean jusqu’à 7 h. À 7 h, Doucet y arrive, je demande à me laver les mains, il me fait “ascender ” dans ses appartements privés, où son valet de chambre m’introduit dans les salons consacrés à la toilette, au bain, & au bainsqui [sic] : suite de pièces blanches, avec des nickels & des cuivres éblouissants : le bain était prêt, une douce chaleur sortait d’invisibles bouches, parfums discrets, & dans des corbeilles, deux épagneuls noirs qui dormaient. C’était bien des affaires, pour un homme tout simple, comme je suis, qui demandait seulement à se laver les mains & à se faire les ongles. Mais ça m’amusait de voir ça. Il me semble difficile de pousser plus loin le raffinement masculin. Somme toute, c’était bien plus curieux à voir que beaucoup de salles de musée ; & entre la chambre à coucher de Doucet & celle du duc Antoine, au musée Lorrain, la première, je le confesse, est plus intéressante à visiter – sauf bien entendu, pour les rares personnes qui ont à écrire sur le XVIe siècle. Descente aux salons de conversation. En tout, six convives, Doucet, son neveu Dubrujeaud qui s’est informé courtoisement de ta santé & m’a prié, à la fin de la soirée, de t’envoyer ses hommages, René Jean, un parasite de Doucet nommé Vaflard [sic] (un nom de Labiche, je crois), moi, & enfin une 6e personne, qui est arrivée la dernière, & qui était Madame Doucet. C’est ainsi que s’est exprimé Doucet en me présentant. Blonde ou fausse blonde, d’une cinquantaine d’années, qu’elle ne pouvait cacher si l’on regardait sa figure mais qui du ; de loin, ou de dos, elle en paraissait au moins 15 de moins. Inutile de dire qu’elle était plus que supérieurement habillée. Robe blanche ou plutôt crème, avec un soupçon de traîne, collier de perles grosses comme des petits pois. René Jean, qui a quelque compétence en bijouterie, attribue à ce collier une valeur énorme. Je veux bien, je ne m’y connais pas, je préfère les pierres. Autour des cheveux, un large bandeau de fils d’or formant comme une résille, avec une petite aigrette tremblotante sur le haut de la tête : ça, vraiment très artiste. [Dans la marge : croquis d’un profil féminin avec la coiffure décrite et le commentaire « (le profil n’est pas ressemblant) »] La personne, en elle-même, n’est pas intéressante. C’est un ancien mannequin, dont la taille & le port sont splendides encore. Mais une dinde. Là-dessus, il n’y a qu’un avis dans la maison10. »

Les plans du sous-sol de l’hôtel, conservés aux Archives de Paris, ne laissent pas plus entrevoir que ceux du rez-de-chaussée et du premier étage des emplacements possibles pour un stockage de livres, qui devaient pourtant être assez nombreux dès l’installation de Jacques Doucet dans son hôtel particulier. Il semble que les ouvrages aient donc été entassés ça et là, jusque sous les mansardes et dans les chambres des domestiques. Si l’on se fie au témoignage, certes tardif mais considéré comme sûr, de Jean Sineux, l’un des plus anciens et fidèles collaborateurs de Jacques Doucet11, l’on apprend :

« J’ai commencé la Bibliothèque par le premier livre en 1906 avec le secrétaire de Mr Doucet qui était le seul et moi. Il y avait des livres au 11, au 13 et 19 rue Spontini, et ensuite en avril 1909 nous avons ouvert la Bibliothèque avec Mr René-Jean, la Bibliothèque était installée avec 25 000 volumes au 16 rue Spontini puis pendant 5 ans nous avons occupé un nouvel appartement tous les ans ; puis je crois en 1922 j’ai fait le déménagement de cet biblioth. qui comprenait environ 100.000 vol. plus les photogr et les estampes pour l’installer rue Berryer12. »

À la suite d’André Joubin et de Jean Sineux, rendons-nous donc aux autres numéros de la rue Spontini13 !

Pour citer ce billet : Marie-Anne Sarda, « Rue Spontini (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 30/07/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1673.

  1. René-Jean, « La bibliothèque d’art et d’archéologie », Revue de synthèse historique, tome XXVIII-I, n° 82, février 1914, p. 168-169. []
  2. André Joubin, « La bibliothèque d’art et d’archéologie », Actes du Congrès d’Histoire de l’Art 1921, Paris, Presses Universitaires de France, 1923-1924, vol. 1, p. 138-145. []
  3. La société commerciale en nom collectif Menier est alors constituée de MM. Henri Émile Menier et Gaston Émile Henri Menier, manufacturiers, propriétaires d’une chocolaterie implantée sur la commune de Noisiel. []
  4. Archives nationales, MC/ET/XCII. []
  5. Archives de Paris, sommier foncier : DQ18 1734, folios 10-11. []
  6. Archives de Paris, calepin des propriétés bâties : D1P4 3930. []
  7. « Concours de façades », La construction moderne, 22e année, n° 32, 11 mai 1907, p. 377 et n° 33, 18 mai 1907, p. 388 ; volume de planches : pl. 81, supplément à la Construction moderne, n° 33 ; L’Architecture, 14 septembre 1907, n° 37, p. 304-306 et 21 septembre 1907, n° 38, p. 312-314 ; planches 64-67. []
  8. Archives de Paris, casier sanitaire : 3589W 2104. []
  9. Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet, 9 janvier 1909 ; Paris, archives familiales Bourgogne-Gallé-Perdrizet, cité par : Samuel Provost, Paul Perdrizet / René-Jean. Correspondance (1905-1938), Paris, INHA, à paraître []
  10. Lettre de Paul Perdrizet à Lucile Perdrizet, 12 décembre 1909 ; Paris, archives familiales Bourgogne-Gallé-Perdrizet, cité par : Samuel Provost, Paul Perdrizet / René-Jean. Correspondance (1905-1938), Paris, INHA, à paraître. []
  11. Jérôme Delatour, « Jean Sineux, le plongeur garçon de bibliothèque », 8 janvier 2020, billet du blog « Sous les coupoles », https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/jean-sineux-le-plongeur-garcon-de-bibliotheque.html []
  12. Lettre de Jean Sineux à Pierre Lelièvre, 18 octobre 1943 ; Archives nationales, AJ 16 8388. []
  13. Voir le second billet, intitulé « Rue Spontini (Partie 2) ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.