Paul Cornu (1881-1914), un jeune archiviste paléographe au service de l’histoire de l’art

Messieurs,

Avant 1864, Paris n’avait pas de bibliothèque spéciale d’art. Deux, en cette même année, y furent ouvertes : l’une en janvier, à l’École des Beaux-Arts ; l’autre en septembre, dans les locaux de l’Union Centrale des Beaux-Arts, place des Vosges1.

Archive-paléographe, historien de l’art, bibliothécaire aux Arts décoratifs et contributeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet pour l’art du costume, Paul Cornu est né en 1881 dans la Nièvre d’un père instituteur2. Élève de l’École des chartes de 1901 à 1906, il est diplômé en janvier 1906, avec une thèse portant sur les forêts du Nivernais à l’époque moderne3, signe d’un attachement durable à sa région natale. Son parcours professionnel semble débuter le 1er septembre 1908 par un emploi de  sous-bibliothécaire à l’Union centrale des arts décoratifs : il est alors recruté, sur recommandation d’Étienne Moreau-Nélaton et de Gaston Brière, en remplacement du bibliothécaire René-Jean débauché par Jacques Doucet4. Paul Cornu est nommé bibliothécaire en 1909 et le reste jusqu’à son décès, survenu à Commercy le 29 décembre 19145.

La courte carrière professionnelle de Paul Cornu est complétée par les nombreux travaux qu’il effectue avant puis en marge de cet emploi de bibliothécaire. Dès 1904, il est secrétaire de la Revue de l’art pour tous ; il donne d’ailleurs à Meaux une conférence intitulée « L’art pour le peuple et par le peuple » qui l’inscrit clairement dans les problématiques de l’Art social6. En 1906 et 1907, Cornu est secrétaire de la Revue d’histoire moderne et contemporaine et collabore au répertoire et à la bibliographie des articles publiés entre 1868 et 1897. En 1908, il crée les Cahiers nivernais qu’il dirige jusqu’en 19097. Quelques années plus tard, en 1912, l’on retrouve Cornu rédacteur en chef de Costumes & Uniformes. Revue historique documentaire, publication mensuelle remplaçant le Bulletin de la Société de l’histoire du costume (1907-1911). La liste de ses travaux traduit la même inflexion : si ses premières recherches sont d’abord consacrées au Nivernais (histoire religieuse, faïences), Paul Cornu s’attèle bientôt à des publications utiles aux historiens de l’art. Il réalise en effet la Table des procès-verbaux de l’Académie royale de peinture et sculpture 1648-1793 publiée par la Société de l’Histoire de l’Art français en 1909, rédige un Essai bibliographique sur les recueils de modes au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle publié en 1911 par Manzi et Joyant dans la collection « Documents pour l’histoire du costume », ou encore constitue en 1912 la table générale constituant le tome XVIII de la Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome avec les surintendants des Bâtiments dirigée par Anatole de Montaiglon et Jules Guiffrey.

Ces travaux d’historien s’accompagnent d’articles d’histoire de l’art traitant de sujets variés allant de l’architecture et des arts décoratifs à l’époque moderne à la peinture et à la sculpture du XIXe siècle : « Portraits d’hier : Jules Dalou (1838-1902) » dans Les Hommes du jour du 1er juillet 1909 ; Corot en 1911 dans la collection « Les Écrits et la vie anecdotique et pittoresque des grands Artistes » chez Louis Michaud. Quoique non prééminente, la place consacrée au textile et au costume par Cornu dans ses publications est significative. En avril 1911, il donne pour Art et Décoration un article sur « L’art de la robe, Paul Poiret », illustré de motifs imaginés par Georges Lepape et de photographies d’Edward Steichen qui comptent parmi les premières photographies de mode ; de 1911 à 1914, il réédite en fac-similé La Galerie des Modes et Costumes français dessinés d’après nature, 1778-1787 de La Mésangère ; en 1912, il publie La Collection Besselièvre. Étoffes et broderies du XVe au XVIIIe siècle.


Paul Cornu, « L’art de la robe, Paul Poiret », Art et décoration, tome 29, avril 1911, p. 101-118.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 229 B 1.

Cette même année 1912 voit la signature en mai d’un contrat d’édition avec la maison Hachette pour l’écriture d’une Histoire du costume du XVIIIe siècle. Compte tenu du paysage historiographique contemporain sur le costume, et à la lumière des archives relatives à ce projet8, la publication de cet ouvrage aurait indubitablement constitué un apport important. Toutefois, les correspondances de Paul Cornu avec son éditeur témoignent du retard de l’auteur, que l’on peut notamment imputer à la mission complémentaire qu’il a accepté d’assurer pour Jacques Doucet : constituer un fonds costume à la Bibliothèque d’art et d’archéologie9.

Galerie des modes et costumes français dessinés d’après nature 1778-1787 : réimpression accompagnée d’une préface par Paul Cornu, Paris, Librairie centrale des Beaux-Arts, 1912-1913.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 6 M 0010 (1)

A l’automne 1911, Paul Cornu donne devant un public professionnel une conférence particulièrement éclairante sur les bibliothèques d’art parisiennes, conférence dont le texte fera l’objet d’une publication en 191310.  D’après le fichier des lecteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, Cornu est venu rue Spontini 6 fois en 1911. Peut-on le compter dès 1911 au nombre des familiers de la rue Spontini ? A-t-il personnellement rencontré Jacques Doucet à ces occasions ? Dans tous les cas, sa conférence de 1911 puis son article de 1913 présentent la BAA fondée par Jacques Doucet.

En quelques années, un amateur, M. Jacques Doucet, en a rassemblé 80 000 et il n’estime pas que le but qu’il se proposait en créant sa « Bibliothèque d’art et d’archéologie » (16-18 rue Spontini) soit atteint. Entre toutes les initiatives intelligentes et généreuse que nous avons eu la consolation de cité au cours de notre exposé, celle-ci est vraiment la plus digne de louanges. Sa bibliothèque, en effet, M. Doucet ne l’a formée que pour la mettre à la disposition des érudits et faciliter des recherches que les pouvoirs publics n’encouragent vraiment en rien. Il lui a conservé son aspect de bibliothèque d’amateur. Le travailleur y est installé au milieu des livres dont il a plus spécialement besoin. Actuellement, on peut considérer comme complète les sections de l’art antique, grec et romain et de l’art oriental et de l’Extrême-Orient (y compris l’Égypte et l’Assyrie), de l’art chrétien (plus particulièrement au moyen-âge), de la numismatique11.

Si la conférence de Paul Cornu débute avec la date de 1864, qui marque l’ouverture à Paris de deux bibliothèques spécifiquement consacrées à l’art, elle examine avec un soin particulier les usages différents des bibliothèques d’art parisiennes au début du XXe siècle, avant de s’achever sur un satisfecit quant aux bibliothèques d’art dans lesquelles le bibliothécaire œuvre, à savoir celle de l’Union centrale des arts décoratifs installée depuis 1904 dans le Pavillon de Marsan du Louvre et la bibliothèque fondée par Jacques Doucet.

Messieurs, j’en ai terminé avec les bibliothèques d’art de Paris. Il y en a en province, il y en a à l’étranger. J’espère que quelqu’un vous en entretiendra un jour. Pour moi, j’ai eu, et je vous en demande pardon, beaucoup de peine à me limiter à celles de notre capitale. Sans anticiper sur ce qu’on pourra vous dire notamment des bibliothèques d’art à l’étranger, permettez moi d’achever cette causerie, en vous répétant ce propos agréable que le personnel de la Bibliothèque des Arts décoratifs a maintes fois entendu proférer par les conservateurs de bibliothèque ou de musées allemands, anglais ou américains : c’est que Paris possède, rue de Rivoli, l’instrument de travail artistique le plus pratique et le plus complet qu’on ait encore créé. Je suis certain que le personnel de la Bibliothèque Doucet a entendu faire les mêmes éloges de l’admirable instrument d’érudition dont il a la garde. Ce nous est une raison de plus pour remercier les initiatives généreuses dont nos bibliothèques artistiques ont été l’objet et qui nous permettent, pour une fois, de trouver chez nous matière à félicitations12.

Traitant successivement de la bibliothèque de l’Union centrale des arts décoratifs, de la bibliothèque Forney, de celles de certains musées, de celle de l’École des Beaux-Arts, de la Bibliothèque d’art et d’archéologie fondée par Jacques Doucet et enfin du Cabinet des Estampes de la bibliothèque nationale, Paul Cornu place les publics au centre de son analyse des institutions parisiennes dédiées à l’art. Son regard critique se fonde sur la distinction, au sein des lecteurs, de deux ensembles à la recherche, dans les fonds des bibliothèques d’art, de deux types différents de documents :

Il y a, dans le monde, pourtant restreint, qui fréquente ce genre de bibliothèques, deux catégories de travailleurs qui leur demandent des services d’ordres bien différents. Il y a d’abord les artistes et les artisans, qui viennent se renseigner sur les œuvres du passé et du présent pour réaliser, en s’en inspirant, ou plus, ou moins, des œuvres nouvelles. Il y a, d’autre part, les écrivains d’art, historiens, critiques, journalistes, sur le travail desquels je n’insisterai pas, puisqu’ils fréquentent les bibliothèques générales, dont souvent même ils se contentent.

Ils ne se distinguent pas seulement par ce que les seconds sont censés avoir l’habitude de recherches bibliographiques, dont les premiers n’ont en général aucune notion ; ils se distinguent surtout en ceci : que les écrivains veulent qu’on leur donne des livres, et les artistes simplement des images13.

Paul Cornu étaye ensuite son argumentation à l’aide d’exemples de lecteurs : un critique d’art, un élève de l’École du Louvre et un amateur de meubles du XVIIIe siècle versus un peintre, un sculpteur, un dessinateur d’industrie, une brodeuse et l’employée d’une maison de couture. Cette différenciation des publics des bibliothèques d’art permet à Cornu d’expliciter les développements respectifs des institutions parisiennes durant les cinquante années précédentes, qu’il s’agisse de leurs fonds, de leurs locaux comme des outils mis à disposition des lecteurs (catalogue auteurs, catalogue matières dit à l’époque méthodique, classement iconographique, bibliographie).

Plus d’un siècle après l’analyse des bibliothèques d’art parisiennes réalisée par Paul Cornu, l’on constate une évolution considérable de leurs usages, le public érudit des historiens de l’art ayant pris une part considérable eu égard au développement de leur discipline au XXe siècle. La part des artistes, artisans d’art et praticiens semble à l’inverse s’être réduite au sein du lectorat des bibliothèques d’art, à l’exception des représentants des métiers d’art pour lesquels le recours aux fonds de la bibliothèque Forney et de de la bibliothèque du musée des Arts décoratifs reste régulière et relativement soutenue. Saluons dans tous les cas l’effort critique de Paul Cornu, un jeune archiviste paléographe s’étant mis au service des historiens de l’art au début du XXe siècle.

Une seule bibliothèque, complète, commode, spacieuse, renfermant à la fois des livres et une collections iconographiques, est l’idéal aussi bien des artistes que des écrivains d’art12.

Pour citer ce billet : Marie-Anne Sarda, « Paul Cornu (1881-1914), un jeune archiviste paléographe au service de l’histoire de l’art », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 24/07/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1630.
  1. Paul Cornu, « Les Bibliothèques d’art de Paris », dans Bibliothèques, livres et librairies : conférences faites à l’École des Hautes Études sociales sous le patronage de l’Association des bibliothécaires français avec le concours de l’Institut international de bibliographie et du Cercle de la librairie, Paris, M. Rivière, 1913, p. 97-126. []
  2. Voir Archives départementales de la Nièvre, 2 Mi EC 258. []
  3. Jean Bonnerot, « In Memoriam. Paul Cornu (1881-1914) », Revue des bibliothèques, avril 1915-décembre 1916, n° 4-12, p. 275-285. []
  4. Procès-verbaux des délibérations du conseil d’administration de l’Union centrale des arts décoratifs, séance du 30 juin 1908. Paris, Bibliothèque du musée des arts décoratifs, A4/93. []
  5. Archives départementales du Val-de-Marne, 4E 1812. []
  6. Le manuscrit de la conférence est conservé aux Archives départementales de la Nièvre, fonds Cornu-Destray, 17 J 43. []
  7. En 1909, les Cahiers nivernais deviennent les Cahiers nivernais et du Centre en s’ouvrant à l’Allier, au Cher et à la Saône-et-Loire. []
  8. Archives départementales de la Nièvre, fonds Cornu-Destray, 17 J 48-51. []
  9. À ce propos, voir Marie-Anne Sarda, « Looking for the beginning of Dress History: Jacques Doucet’s launching in Paris the first French art history library (1906-1914) », West 86th: A Journal of Decorative Arts, Design History and Material Culture (soumis). []
  10. Paul Cornu, « Les Bibliothèques d’art de Paris », Bibliothèques, livres et librairies : conférences faites à l’École des Hautes Études sociales sous le patronage de l’Association des bibliothécaires français avec le concours de l’Institut international de bibliographie et du Cercle de la librairie, Paris, M. Rivière, 1913, p. 97-126. []
  11. Paul Cornu, « Les Bibliothèques d’art de Paris », 1913. []
  12. Paul Cornu, « Les Bibliothèques d’art de Paris », 1913. [] []
  13. Paul Cornu, « Les Bibliothèques d’art de Paris », dans Bibliothèques, livres et librairies : conférences faites à l’École des Hautes Études sociales sous le patronage de l’Association des bibliothécaires français avec le concours de l’Institut international de bibliographie et du Cercle de la librairie, Paris, M. Rivière, 1913, p. 97-98. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.