Autour d’un billard de Pierre Georges Jeanniot

Le peintre, illustrateur et graveur Pierre Georges Jeanniot (1848-1934) partageait avec son ami Edgar Degas une obsession notable pour le jeu de billard. Les collections de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art documentent cet attrait singulier : on y trouve une eau-forte remontant vraisemblablement au début des années 1890 qui figure deux caramboleurs en action1. Le premier, vu de dos, fléchi sur la table, est sur le point de porter son coup. Depuis l’autre côté du meuble, le second observe l’angle privilégié par son adversaire afin d’en évaluer la justesse.

Pierre Georges Jeanniot, Joueurs de billard, eau-forte, vers 1890.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM JEANNIOT 88.

Massif, anguleux et volontairement démesuré, le billard joue un rôle structurant dans la composition de l’image et sa mise en espace. Manifestement située dans un environnement rustique, la scène laisse entrevoir un guéridon à son coin inférieur gauche où paressent quelques verres et une bouteille à demi remplie. Au fond, une fenêtre et sa paire de rideaux, jouxtée d’un pan de mur arborant le traditionnel boulier à score associé à cette pratique ludique.

C’est le critique d’art Noël Clément-Janin, conservateur depuis 1911 d’un cabinet dédié à la création contemporaine au sein de la bibliothèque de Jacques Doucet, ouverte deux ans plus tôt, qui en réalisa l’acquisition auprès de l’artiste. Les nombreuses lettres reçues de la part de Jeanniot, qui figurent également dans les fonds de l’INHA, témoignent de leur amitié suivie et d’une admiration mutuelle2. Après avoir collecté auprès de lui nombre de renseignements et d’éléments biographiques, Clément-Janin consacra d’ailleurs au peintre un article d’une dizaine de pages dans la Revue de l’art ancien et moderne3, tandis que Jeanniot assura pour lui diverses tâches d’illustrateur.

Pierre Georges Jeanniot, Les Joueurs de billard, ou L’Absinthe, huile sur toile, vers 1890.
Collection particulière.

La scène de cette eau-forte peut être située, avec certitude, dans une auberge bourguignonne de la ville de Diénay. Une inscription crayonnée au bas de la feuille révèle son titre, « Joueurs de billard », suivie de l’indication « recherche pour mon tableau ». L’huile sur toile en question pourrait être les Joueurs de billard – parfois appelée L’Absinthe –, dont la configuration est analogue et dont le sculpteur Albert Bartholomé aurait fait l’acquisition dans les années 18904. Dans sa version peinte, la scène accueille au premier plan un client à la barbe broussailleuse et aux manches retroussées, le regard vide, pipe en main, attablé devant son breuvage verdâtre et un journal replié. Derrière, les deux joueurs adoptent des postures différentes de celle de l’eau-forte préparatoire, et sont confrontés à une situation de jeu nouvelle. Concentrés sur la zone de la table où se trouvent groupées les deux billes au cœur de l’action, le duo de joueurs est absorbé par la partie. La troisième bille esseulée semble répondre, par sa position sur le tapis, à l’isolement léthargique du vieillard grisé.

Paul Gauguin, Café à Arles, huile sur toile, 1888.
Moscou, Musée national des beaux-arts Pouchkine.

Si les variations de son titre soulèvent la question du sujet principal de l’œuvre, l’association entre alcool, torpeur et jeu de billard évoque immédiatement le Café de nuit de Vincent van Gogh réalisé à Arles en 1888, ainsi que la variation sur le même motif peint par Paul Gauguin, venu le rejoindre en Provence cette même année. Avec leurs caractéristiques propres (une scène de genre chez Jeanniot, virant à l’expressionnisme, voire au symbolisme chez Van Gogh et Gauguin), ces images ont pour point commun une réflexion sur le silence, l’engourdissement et l’inaction. Dans un texte consacré à Jeanniot dans le cadre d’une vente de ses œuvres organisée en 1895, le critique Arsène Alexandre eut ces mots généreux sur le tableau, envisagé dans la tradition des scènes de genre nordiques :

Ces Joueurs de billards, d’abord. Simplement un cabaret bourguignon, propret, chaud, tout imprégné de vapeurs d’alcool, fleurant l’absinthe et la pipe, et la vie animale des esprits forts de village. Avec ses rideaux rouges et ses murs verts, ses consommateurs très graves, car aller au café est un des actes qui convainquent le plus un homme de son importance, ce cabaret est un coin que n’aurait pas dédaigné de décrire un Pieter de Hooch ou un Van Ostade et Jeanniot l’a bien senti. Il y a deux joueurs, l’un en manches de chemise, légèrement inquiet du succès de la partie, et un gros blond qui se penche, non sans un effort, pour pousser la bille. Un troisième personnage fait partie intégrante du tableau quoi qu’il soit à cent lieues du drame ; c’est un vieux qui a gardé ses manches retroussées du travail quitté tout à l’heure, mais qui est bien trop absorbé par son absinthe qu’il ne boit pas, son journal qu’il ne lit plus et sa pensée qui ne pense pas, pour se préoccuper des joueurs. L’excellent tableau, qu’il est naturel, et comme il donne envie de devenir député5 !

Mais au-delà de cette dimension sociale, l’attention portée au billard était aussi le signe d’une certaine emprise visuelle du jeu sur les artistes, qu’une anecdote narrée par Jeanniot lui-même dans ses Souvenirs sur Degas rend manifeste. Dans ces notes publiées dans la Revue illustrée en 1933, qui permettent de s’imaginer la scène représentée dans l’eau-forte et dans sa version peinte avec précision, Jeanniot raconte :

Un matin à Diénay, Degas me dit :

– Je voudrais vous montrer comment il faut s’y prendre pour mettre un tableau d’accord.

La veille nous avions été chez Gérard, le boulanger de Diénay, il y avait dans la salle de billard (car Gérard était aussi aubergiste) des joueurs épiques avec des allures de braconniers, des têtes colorées et des yeux de francs buveurs, comme il y en a là-bas. Ils jouaient dans la fumée des pipes et la chaude atmosphère vivifiante d’un jour de soleil. Aux fenêtres, des rideaux rouges tamisaient la lumière venant de la route et donnaient à cette scène, de forte allure picaresque, quelque chose d’infernal, avec le bruit grossier des rires et des jurons de ces êtres débordant de vie bestiale.

Puis, comme contraste, dans un coin, attablé devant un verre d’absinthe, un être pâle et silencieux, en bras de chemise, fumait placidement sa pipe en considérant avec amour le vert et dangereux breuvage.

J’avais fait des croquis de ces bizarres personnages. Degas, prenant une toile, me dit :

– Tenez, dessinez-moi ce que nous avons vu chez Gérard, et fixez-le à l’encre de Chine, à grands traits. Une fois la chose faite, il s’empara de la toile et se mit à tracer avec une règle des lignes horizontales d’un pastel jaune citron et des lignes verticales, d’un rouge vermillon.

Résultat : un quadrillé flamboyant.

Il demanda de l’huile de lin, vieille si possible, de l’essence de térébenthine, du siccatif, fit du tout un mélange qu’il étala rapidement à l’aide d’une grosse brosse plate sur le quadrillé. La toile blanche devint une surface orange sous laquelle transparaissait, en noir, le dessin à l’encre de Chine. Il prépara cinq ou six tons : un vert cru, plus bleu que jaune et clair ; un bleu de Prusse, un cadmium orange ; un ton de chair avec du blanc et de l’orangé de mars pour rehausser le dessin noir sur orange. Vous sentez, me dit-il, que cette acrobatie a pour but de vous fixer ce procédé dans la mémoire, et puis enfin, il faut bien s’amuser un peu. On obtient ainsi, vous pouvez le voir, une espèce de lumière chaude, qui, chez Gérard, enveloppe toute chose. C’est un procédé commode pour avoir en peu de temps un effet d’ensemble car, en somme, un tableau ne doit être peint que d’après une étude faite devant la nature. Il est composé d’avance dans votre esprit ; les études que vous amassez, vous servent simplement de soutien, de renseignements précieux6.

Ces considérations à la fois perceptives et techniques résonnent avec les propos tenus par Van Gogh au moment de l’élaboration de sa propre toile arlésienne sur le même motif, qui devait rendre une « atmosfère [sic] de fournaise infernale de Soufre pâle7 » et guida l’artiste vers une réflexion profonde sur la valeur émotionnelle des pigments. Dans le cas de Jeanniot, la scène devenait prétexte à une véritable leçon de composition, comme Degas avait l’habitude de lui en professer depuis le début des années 1880.

Il faut bien dire que le motif comptait parmi les plus adaptés aux intentions de Degas. Le billard et sa rectitude répondaient à son attachement à la ligne et aux procédés perspectifs, les acrobaties des joueurs à son attrait pour les tortillements et autres torsions des corps, et sa pratique généralisée à sa plus vaste réflexion sur les sociabilités modernes. Ambroise Vollard raconte même à quel point l’absence de joueurs contrariait ses humeurs lors de ses descentes dans son bistrot de quartier, et comment l’observation de cette pratique pouvait presque se substituer à ses yeux à son intérêt pour les danseuses :

Il arrivait à Degas de faire une halte à un café qui était au bas de sa demeure et où, devant un lait chaud, il passait de longs moments à observer les joueurs de billard. Quand ceux-ci tardaient à venir, il s’approchait de la caissière :

– Eh bien, vos joueurs de billard ?….

Un jour que je l’avais accompagné au café et que les joueurs de billard étaient à leur poste :

– On m’appelle le peintre des danseuses, on ne comprend pas que la danseuse a été pour moi un prétexte à peindre de jolies étoffes et à rendre des mouvements8

Edgar Degas, Croquis de joueurs de billard (Carnet n°3, fol. 14), crayon, vers 1875-1878.
Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Réserve 4-DC-327 (D, 3).
Edgar Degas, Croquis de joueurs de billard (Carnet n°3, fol. 15), crayon, vers 1875-1878.
Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Réserve 4-DC-327 (D, 3).

Si Degas confesse, dans une missive du mois d’août 1882 adressée à Bartholomé, son piètre niveau de jeu (« […] Je ne sais pas le piquet, ni le billard, ni faire la cour aux personnes, ni travailler devant la nature, ni être simplement agréable en société9 »), l’intérêt qu’il lui portait peut être retracé jusqu’en 1877 au moins, année lors de laquelle il présente un mystérieux Billard à la troisième exposition des « impressionnistes ». Il est possible de voir dans deux pages du Carnet no 3 de Degas conservé à la Bibliothèque nationale de France de potentiels croquis préparatoires pour cette œuvre aujourd’hui non localisée, donnant une idée imprécise de la teneur de la scène finale10. On y retrouve notamment le motif de la vue fuyante du meuble, sur lequel se courbe un caramboleur à l’assaut de sa bille. Des années plus tard, il consacra à la salle de billard de la résidence normande de son ami Paul Valpinçon deux peintures sombres et sans signes présence humaine, aujourd’hui conservées à Paris et à Stuttgart.

Edgar Degas, La Salle de billard au Ménil-Hubert, huile sur toile, 1892.
Stuttgart, Staatsgalerie.

Enfin, une lettre de Degas à Jeanniot confirme toute l’intensité de la frénésie billardière du binôme, éventuellement partagée avec leur comparse Bartholomé. Elle révèle qu’ils entendaient réaliser à quatre mains, avec le concours de l’imprimeur Michel Manzi, un ouvrage entier dédié au loisir associant texte et images :

Voici à quoi j’ai pensé de mon côté après un entretien avec cet ingénieux [Michel Manzi]. Que pensez-vous d’un album-livre intitulé Billard ? D’ici je vous vois demain dimanche sourire délicieusement – Billard ! traité humouristique [sic] du jeu, ironie mêlée de dévotion, exécution (sans atmosphère) crâne et simplifiée des gestes des différentes classes de joueurs, mâles et même femelles. Portraits de Vigneau, de Slosson, de Meixmoron, de Plummair, etc., lettres de penseurs et d’experts, meubles anciens pour le jeu sacré, Chamillard (sans que cela soit du Gérome) et Louis XIV, gestes désespérés d’un coup de massé, paysans osseux avec leurs queues, tapis vert montant comme un gazon jusqu’à l’horizon d’un café. Enfin tout ce que vous savez sur la question. Puisqu’il faut un texte, un texte pénétrant, par un homme sans aucune littérature et consommé dans le métier ! Écrivez-moi là-dessus, pour me faire rire un peu sérieusement, ne dissimulez pas votre émotion s’il vous en vient, et commencez à jouer sur le papier, sans blanc, avec un bon crayon noir en guise de queue11.

L’« album-livre » ici projeté fut laissé sans suite, mais Jeanniot continua à réaliser peintures, dessins et caricatures – au goût parfois discutable – questionnant certains des aspects soulevés par cette note d’intention. En condensé et avec piquant, le paragraphe de Degas contient l’ensemble des pistes qui pourraient être explorées dans le cadre d’une histoire de ce jeu et de ses représentations : sa mobilité sociale (du « noble jeu » au tripot), les modalités genrées de sa pratique, ses figures saillantes de champions et autres fanatiques, ses codes et ses mimiques. Par les ultimes comparaisons lancées entre le billard et la praxis même des arts, Degas fait du meuble et de son cadre au tapis monochrome l’espace où se « rejoue » l’acte de création des images, dans le sérieux et la ludicité.

L’essai de Victor Claass Jeux de position. Sur quelques billards peints, duquel est inspirée cette contribution, est à paraître en octobre 2021 dans la collection “Dits” de l’Institut national d’histoire de l’art.

Pour citer ce billet : Victor Claass, « Autour d’un billard de Pierre Georges Jeanniot », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 13/07/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1560.
  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM JEANNIOT 88. []
  2. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 80, 2. []
  3. Noël Clément-Janin, « Georges Jeanniot », La Revue de l’art ancien et moderne, t. XLII, no 237, p. 177-191. []
  4. Noël Clément-Janin, « Georges Jeanniot », La Revue de l’art ancien et moderne, t. XLII, no 237, p. 190. Voir également le manuscrit de ce même article annoté par Jeanniot lui-même dans le fonds Clément-Janin. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 78, 2, 2. []
  5. Arsène Alexandre, « G. Jeanniot », dans Catalogue de tableaux et dessins par Jeanniot…, Paris, Hôtel Drouot, 5 décembre 1895, p. 8. []
  6. Georges Jeanniot, Souvenirs sur Degas, Paris, L’Échoppe, 2017 [1933], p. 74-76. []
  7. Lettre de Vincent Van Gogh à Theo Van Gogh du 9 septembre 1888, dans Leo Jansen, Hans Luijten et Nienke Bakker (dir.), The Van Gogh Letters, http://vangoghletters.org. []
  8. Ambroise Vollard, Degas (1834-1917), Paris, Éditions Georges Crès et Cie, 1924, p. 109-110. []
  9. Edgar Degas, Lettres, Paris, Grasset, p. 79. []
  10. Theodore Reff date ce carnet entre 1875 et 1878. Voir Theodore Reff, The Notebooks of Edgar Degas, Oxford, Clarendon Press, 1976, p. 126-127 (Notebook 27). []
  11. Lettre d’Edgar Degas à Georges Jeanniot d’octobre-novembre 1890, retranscrite dans cat. exp., Impressionnisme en Lorraine, Nancy, Musée des beaux-arts, 1975, n90. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.