Un cabinet d’estampes moderne(s)

Bertha Züricher, Le critique d’art, gravure sur bois en couleurs, vers 1913.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM ZURICHER 43.

Actuellement coordinatrice scientifique du domaine Histoire et théorie de l’histoire de l’art et du patrimoine à l’Institut national d’histoire de l’art – poste qu’elle quittera à la rentrée pour rejoindre l’Université Rennes 2 – Pascale Cugy vient d’éditer au Comité national de l’estampe, dans le cadre du programme de recherche « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet : corpus, savoirs et réseaux », deux documents rédigés par le critique et historien de l’art Noël Clément-Janin (1862-1947) conservés dans les Autographes de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art1.

Spécialiste de l’estampe et fin connaisseur de la scène européenne, notamment germanique, Noël Clément-Janin est engagé en 1911 par Jacques Doucet (1853-1929) pour devenir conservateur du cabinet d’estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Il se substitue ainsi à Albert Vuaflart (1871-1927), secrétaire personnel de Jacques Doucet, qui semble avoir pris en charge le cabinet des estampes – qui ne faisait pas de distinction entre feuilles « anciennes » et « modernes » – à l’ouverture de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, en 1909. Le nouveau cabinet d’estampes, destiné à devenir « Cabinet d’estampes du XXe  siècle », prend alors son indépendance.

À travers les documents se dessinent les objectifs affichés par Doucet et les méthodes proposées par Clément-Janin. Tous deux travaillèrent à faire de ce cabinet un lieu d’étude de l’estampe, destiné à accueillir aussi bien les artistes que les chercheurs en mettant à leur disposition un large échantillon de manières et de techniques. Ils privilégièrent l’acquisition d’œuvres uniques et s’intéressèrent, en sus des états définitifs des planches, aux dessins préparatoires et épreuves d’essai, témoins des étapes de la création artistique. Les documents sont d’ailleurs accompagnés de reproductions d’estampes sélectionnées avec Nathalie Muller, responsable de la collection d’estampes modernes et de la régie des expositions au service du patrimoine de la bibliothèque de l’INHA, représentatives de la diversité des acquisitions du Cabinet, soucieux d’offrir au présent comme au futur l’échantillon le plus riche possible des pratiques et des esthétiques du début du siècle.

Le livret, n° 9 de la collection « Après la lettre », peut être commandé auprès de Rémi Mathis pour le prix de 8 euros.  

  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 42, 19. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.