Situation du Cabinet d’Estampes modernes au 31 Décembre 1911

Un peu plus de trois mois après avoir exposé son programme relatif au Cabinet d’estampes modernes, Noël Clément-Janin et son assistante Marthe Dupré dressent un premier bilan de leur action en rédigeant un état des achats concrétisés au cours des trois mois précédents et en esquissant les projets en cours. Constituant l’un des rares éléments comptables conservé de l’entreprise, ce document permet de saisir l’importance des sommes confiées par Doucet, son implication personnelle dans certaines acquisitions ainsi que l’évolution des projets du conservateur depuis sa note d’intention1.

Henri de Toulouse-Lautrec, La Grande loge, lithographie en couleurs, 1897.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM TOULOUSE-LAUTREC 155.

Au 1er septembre 1911, date de l’entrée du Conservateur soussigné, le Cabinet contenait, d’après l’inventaire sommaire dressé dans le courant du mois, deux mille six cent seize estampes (2616). Ce chiffre ne comprend pas les albums, non plus que les gravures de reproduction contenues dans les grands cartons.

            Au 31 décembre, ce chiffre était élevé à quatre mille vingt cinq (4025) gravures et lithographies ; l’augmentation était donc de 1409 pièces.

            Ces 1409 pièces ont coûté la somme de 60 267 frcs 40 c. Ce prix laisse en dehors certaines pièces dont Monsieur Doucet s’est réservé personnellement le paiement, celles de Forain et celles des artistes suédois en particulier. Il en est de même de celles de Degas, mais leur prix, que nous connaissons, figure dans le chiffre de 60 267,40 et dans l’état ci-annexé.

            Les ensembles les plus importants, entrés depuis le 1er septembre, sont au nombre de 12. Ces sont ceux de M. M. Tony Beltrand (61 p.), P. E. Colin (588), Dauchez (189), Degas (22), Jacquin (18), Kimball (29), Legros (80), P. L. Moreau (34), Ouvré (27), Roustan (21), Vergesarrat (38) et Viala (30). M. M.  Colin, Dauchez, Moreau, Ouvré, Vergesarrat, Viala, Roustan, sont représentés par la presque totalité de leur production.

            Une mention spéciale doit être faite de celle de P. E. Colin. Elle comprend toutes les gravures, tous leurs états ainsi que tous les dessins ou croquis ayant servi à l’exécution des gravures. L’ensemble ainsi constitué est un œuvre type, un modèle qui ne sera peut-être jamais plus atteint, tant les artistes sont, ou bien négligents, et laissent perdre leurs productions du début ou jaloux de conserver par devers eux, comme des témoins de leurs efforts, les idées premières d’où sont nées les planches définitives. Mr Colin, tout aussi soucieux que ses confrères de garder la trace de ses travaux a mieux compris son véritable intérêt en chargeant une collection, devenue publique par la volonté généreuse de son fondateur, du soin de préserver sa mémoire. Il est de fait, que l’œuvre de P. E. Colin ne pourra plus être étudié, dans ses phases successives, qu’au Cabinet des Estampes modernes, et que là, il pourra l’être entièrement. Ajoutons que M. P. E. Colin, par son originalité spontanée et le sentiment de la nature agreste, qui l’a fait comparer à Millet, ne paraît pas devoir être jamais une personnalité négligeable.

Sur ce total de                                                           60 267, 40

il a été payé au 31 décembre 1911                   9 532, 50

            La différence, soit                              50 734, 90

sera supportée à concurrence de                   48 734, 90

par l’exercice 1912                                       

et à concurrence de                                           2 000

par l’exercice 1913

sur ce total de                                                           50 734, 90

la somme de 23 000 représentant

l’acquisition des Degas                                           23 000

n’est pas au compte du Cabinet

            Reste net à payer par le Cabinet       27 734, 90

Tel est le résumé des opérations effectuées, au 31 décembre 1911. Elles répondent bien à ce caractère de « Cabinet du XXe siècle » qu’a voulu son fondateur et qui lui permettra d’avoir sur les arts graphiques une influence capitale. Ouvré, P. L. Moreau, Viala, Vergesarrat, Roustan, sont exclusivement des graveurs du XXe siècle ; Colin, Dauchez, Jacquin, ont débuté dans la dernière décade du XIXe, mais leur épanouissement date à peine de quelques années, et ils sont en pleine force.

            Les autres artistes avec lesquels le Cabinet a engagé des pourparlers : M. M. Jeanniot, Cottet, appartiennent à cette seconde catégorie ; M. Bernard Naudin appartient à la première. Les artistes étrangers allemands ou suédois, dont le Cabinet s’honore de posséder les pièces les plus intéressantes, sont tous encore vivants, ainsi que ce merveilleux pointe-sèchiste Muirhead Bone, aussi inconnu en France que célèbre en Angleterre et en Allemagne, et qui n’est, à notre connaissance, représenté à Paris que par les pièces possédées par Monsieur Doucet.

            Ce Cabinet, qu’enracinent fortement dans le XIXe siècle, les œuvres de Goya, de Lepère, de Legros, de Toulouse-Lautrec, de Jongkind, de Manet, etc., qui compte, en sus des noms précédemment cités, ceux de Beaufrère, de J. Beltrand, de Besnard, de Carrière, de miss Cassatt, de Corot, de Daubigny, de Delacroix, de Maurice Denis, de Desboutin, de Gatier, d’Herscher, d’Ingres, de Laboureur, de Louis Legrand, de Leheutre, de Lunois, de Manzana-Pissarro, de B. Morizot, de C. Pissarro, de Rodin, de Willette, etc., est donc empreint d’une originalité particulière qui constitue, pour les artistes et les critiques, sa grande utilité.

            Ils y trouveront, en effet, les uns des renseignements techniques et des sources d’émulation, les autres, des sujets d’études, celles-ci rendues plus faciles par les fiches que Mme Dupré entrée en fonction, le 16 octobre, a déjà établies, au nombre de deux mille environ.

                                                          Paris, le 30 janvier 1912

                                                                      Le Conservateur

                                                                      Clément-Janin

Noël Clément-Janin et Marthe Dupré, Situation du Cabinet d’estampes modernes au 31 décembre 1911.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 42, 19.

Paul-Émile Colin, Bûcherons lorrains : L’Agonie : Forêt d’Einville, eau-forte. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM COLIN 342 b.

Cabinet d’Estampes Modernes

État des Acquisitions du 1er septembre au 31 Décembre 1911.

ArtistesNombre de piècesPrix payésPrix demandésDifférence en faveur du CabinetObservations
Auderberg3   M. Doucet
Beltrand J.44800800  
Beltrand T.61350350  
Bergström18   M. Doucet
Blanche44343  
Boberg5   M. Doucet
Bone (Muirh.)52 0002 126126 
Cassatt (Mary)2300400100 
Colin P. E.58812 00015 8003 800 
Dauchez1893 5005 0001 500 
Degas2223 00027 0004 000M. Doucet – La demande primitive était de 32 000 frs mais la discussion s’est engagée sur 27 000 frs Remise de 10 % sur
1 pièce
Flodman8   M. Doucet
Forain10   idem
Gaillard267.50757.50Remise de 10 %
Gatier20100100  
Grethe830536156 
Jacquin187261 200474 
Jettmar12.502.50  
Jonas4100200100 
Kimball29580800220 
Kollwitz1043051686 
Larsson11   M. Doucet
Leheutre3205205  
Legros806 5778 0801 503 
Lepère13030  
Maillol588  
Manet1298,10298,10  
Manzi1300300  
Moreau P. L.345001 020520 
Naudin B.6520520 Plus 1 pièce payée directement par
M. Doucet
Nordlin5   M. Doucet
Orlick11830996166 
Ouvré271 3001 900600 
Rath210012020 
Roustan211 0001 300300Payé directement par
M. Doucet
Simon T. F.157721 100328Plus un album
Sparre16   M. Doucet
Toulouse-Lautrec232 3402 340 Plus un album
Vergesarrat38280560280 
Viala305001 000500 
Vuillard24.5050.50 
Willette188080  
Zuloaga188  
Züricher5250250  
 140960 267.4074 955.6014 688.20 

Noël Clément-Janin et Marthe Dupré, État des acquisitions du 1er septembre au 31 Décembre 1911 pour le Cabinet d’estampes modernes.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 42, 19.

Georges Jeanniot, L’Escalier, gravure sur bois en couleurs.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM JEANNIOT 3.
Jean Frélaut, Lande du Vensin : Paysage du Luscaney (2e état), eau-forte. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM FRELAUT 23 b.

Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « Situation du Cabinet d’Estampes modernes au 31 Décembre 1911 », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 29/06/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1432.

  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 49, 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.