Exposé de quelques idées générales concernant le Cabinet d’estampes modernes de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie

En 1911, Jacques Doucet confie à Noël Clément-Janin la direction d’un Cabinet d’estampes modernes au sein de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Destiné à accueillir les « œuvres des principaux graveurs du XIXe siècle » ainsi que les œuvres des graveurs contemporains, français et étrangers, « devant former le Cabinet du XXe siècle » et les « livres modernes illustrés par la gravure », ce Cabinet est l’un des « départements » les mieux documentés de la Bibliothèque. A notamment été conservée une longue note rédigée de la main de Clément-Janin qui constitue à la fois un programme de développement conforme aux souhaits de Doucet et un argumentaire en faveur de la considération de l’estampe dans ses multiples cheminements, dont nous livrons ici la transcription1.

Mary Cassatt, Dans l’omnibus : en tramway, eau-forte, pointe-sèche, vernis mou et aquatinte en couleurs, vers 1891.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM CASSATT 3 b.

Le Cabinet d’Estampes modernes, qui doit être consacré surtout aux ouvrages du XXe siècle, devra être établi au double point de vue de l’encouragement à donner aux arts et de l’enseignement.

            Au point de vue de l’enseignement, il paraît indispensable qu’il contienne l’œuvre, aussi complet que possible, des graveurs et lithographes contemporains qui ont marqué par quelque supériorité. Tout artiste qui a eu une influence doit être représenté, alors même que cette influence aurait été passagère ou faible2.

            À leurs côtés, il faut faire une place aux artistes qui, sans posséder le style impérieux des maîtres, que l’on cherche plus ou moins à imiter, ont néanmoins une valeur d’enseignement indiscutable, soit par l’imagination (1), soit par la composition (4), soit par la qualité du dessin (2) , soit par la technique (3). Une place également doit être réservée aux indépendants (5), aux curieux (6), aux solitaires (7), qui, pour donner une note parfois étrange, n’en sont pas moins dignes d’observation3. Il y a notamment des artistes provinciaux, que Paris n’a jamais attirés ou pu retenir et qui travaillent dans le silence de leurs campagnes lointaines ; ceux-là, souvent impulsifs et frustes, éloignés par système de tous les salons, donnent néanmoins une salutaire leçon de spontanéité dans l’expression, et, au moral, de force et de volonté.

            Qu’il s’agisse de ces artistes presque ignorés ou des plus illustres, un art n’arrivant jamais à éclosion par génération spontanée, le but poursuivi ne serait pas atteint, si le Cabinet montrait les œuvres de ces artistes sans leur ascendance, sans leurs racines.

            Il va sans dire que, limités par notre cadre, nous ne pouvons songer à réunir les bois des XVe et XVIe siècles, les camaïeux italiens ou allemands dont nos xylographes s’inspirent, ni les eaux-fortes de Canaletto qui régissent la technique de certains graveurs, etc. Au demeurant, l’art du XXe siècle, bien que se rattachant à tous les arts des époques antérieures, se rattache d’une manière plus directe à l’art du XIXe. Ce sont ces dernières attaches qu’il importe de montrer. Mais, tandis que nous poursuivrons la formation de l’œuvre entier des grands artistes contemporains, nous proposons de borner à un choix significatif la collection à faire des œuvres du XIXe siècle.

            Cette limitation et ce choix se justifient par plusieurs considérations.

            La première, la plus importante à notre avis, est qu’un artiste n’a d’action que par ses œuvres supérieures et n’en a aucune par ses œuvres inférieures ; il agit par ses œuvres caractéristiques et non par ses œuvres banales ou imitées4. On n’étudie pas un débutant, non encore libéré des formules apprises et, quand un talent est épuisé, on cesse de s’en inspirer. Donc, ce qu’il importe de posséder, ce sont les œuvres typiques et les belles épreuves.

            La seconde considération est que souvent ces artistes, déjà entrés dans l’histoire, sont collectionnés par des amateurs et qu’il peut arriver qu’une offre d’acquisition, en bloc, soit faite à un prix avantageux, ou que la collection soit léguée à une bibliothèque publique et mise ainsi à la disposition des intéressés, ou encore qu’elle passe en vente et que l’abondance des pièces permette de compléter nos séries dans de bonnes conditions.

            Une troisième considération, enfin, est que si nous devions faire dans son entier la collection des œuvres dues aux « pères » de la gravure au XIXe (je citerai Legros, Gaillard, Jacquemart, Desboutins etc), nous nous heurterions parfois à une impossibilité radicale, ou nous serions obligés de payer telle ou telle pièce, de peu d’importance artistique, mais rarissime, à un prix sans rapport avec son mérite intrinsèque. (Au surplus, par ses acquisitions antérieures, le Cabinet est déjà fort riche en artistes de cette catégorie : Millet, C. Pissarro, Jongkindt, Daubigny, Corot, Manet, Goya, Carrière, de Toulouse-Lautrec, B. Morizot, etc.)

            Les arts de tous les pays étant en perpétuelle réaction les uns sur les autres5, le Cabinet ne se bornera pas à réunir des estampes françaises. Soucieux, avant tout, de bien montrer le développement de l’art national, d’en faire comprendre clairement l’évolution, d’en souligner les directions parfois contradictoires divergentes, il ne se mettra pas néanmoins en contradiction avec lui-même, s’il place en regard des œuvres de nos compatriotes celles des graveurs notoires de l’étranger, et surtout des graveurs autochtones6. Nos compatriotes trouveront là, en effet, des sources d’observation neuves, chaque artiste étant, dans la mesure de son intelligence et de sa sensibilité, un reflet de son temps, de sa race et de son milieu. Un caractère typique allemand, scandinave ou russe, pourra fort bien aider, par ressemblance ou par opposition, au dégagement d’un caractère typique français. Ils trouveront aussi un motif d’émulation, en constatant la marche hardie et assurée de leurs confrères en certains pays. Cette collection étrangère sera, en outre, l’attrait permanent du Cabinet pour nos artistes, plus curieux de voir l’effort de l’étranger que le nôtre propre, qu’ils connaissent ou croient connaître suffisamment. Si le Cabinet ne contenait que des œuvres françaises, les seuls artistes qui y viendraient seraient ceux qui y seraient représentés, pour jouir de la vue, toujours incomparable, de leur propre collection7.

            Au second point de vue, celui de l’encouragement à donner à la Gravure et aux Graveurs, le Cabinet ne limitera pas son action à l’achat de planches à des artistes vivants, – (ce qui est l’encouragement-type et le plus noble efficace qui soit, puisque l’artiste a la possibilité de vivre de son talent sans compromission d’aucune sorte) – mais il ira plus loin encore dans sa sollicitude pour la gravure et dans son désir de voir l’estampe moderne française donner sa plus belle floraison.

            Ce qui entrave, en général, la carrière des jeunes artistes est la difficulté de vivre. À leurs débuts, ils n’ont ni commande, ni vente. Les marchands attendent que les Salons les aient suffisamment révélés pour s’intéresser à eux ou, plutôt, pour donner, par eux, plus d’intérêt à leur maison. Les vaillants surmontent l’obstacle, au prix de dures souffrances, et quelle amertume n’en conservent-ils pas trop souvent ! D’autres, qui avaient pourtant le don, mais qui étaient moins armés pour la lutte, abandonnent et se livrent, pour le reste de leur vie, à une occupation rémunératrice et sans joie. De sorte que la lice artistique se trouve remplie par un petit nombre de résolus et de tenaces et par un nombre considérable d’amateurs, ayant de la fortune ou une profession principale dont la profession artistique n’est que l’accessoire. Ne lit-on pas couramment, depuis cinq ou six années, que la condition primordiale pour faire de l’art est d’avoir des moyens pécuniaires qui mettent le futur artiste à l’abri du besoin ? Cette cruelle vérité paraît tellement démontrée, que les jeunes gens qui « se sentent quelque chose là », consentent à s’exiler pendant quelques années, à mener la vie des cowboys du farwest, des bushmen de l’Australie ou des « prospecteurs » de Madagascar, afin de revenir riches et de pouvoir être artistes à leur gré. Il faudra bientôt modifier la fameuse phrase de Giboyer : « Il est honnête, celui-là ; il a donc de quoi ! » et dire : « Il est artiste, donc il s’est enrichi ! » Reste à savoir s’il n’aura pas laissé sa sensibilité en lambeaux aux cornes des buffles !

            En faisant des commandes directes aux débutants qui paraîtront avoir l’étincelle, le Cabinet facilitera singulièrement leur vocation, tant par son appui moral que par son aide matérielle. Car, être distingué du milieu des confrères, être choisi, comme dit Alceste, – dont il serait bon pour la correction des mœurs actuelles que l’on adoptât la rigueur de principes, – « sans brigue et sans sollicitation » est le plus grand réconfort qui puisse être donné au cœur humain, d’autant plus inquiet sur l’avenir, qu’il se sent davantage environné d’effronterie, de cabale et de duplicité.

            Du même coup, cet être, momentanément libéré du servage déprimant des soucis matériels, sera mieux disposé pour le travail fécond, son expression artistique sera plus libre, plus pleine, plus nuancée. L’art et l’artiste auront reçu, en même temps, par le même geste, l’élan qui fait progresser l’un et qui fortifie l’autre dans sa volonté.

            Le Cabinet, par incidence, trouvera son compte dans cet encouragement.

            En effet, voici comment, dans la pratique, il pourrait procéder :

            Chaque année, il ferait la commande ferme d’une planche, à un aquafortiste, à un buriniste, à un graveur sur bois et à un lithographe (au total, 4 commandes), à charge pour chaque artiste de présenter son œuvre à l’un ou à l’autre des Salons, de printemps ou d’Automne, et d’indiquer par un cartouche sur le cadre, ainsi que par une mention au catalogue, que la pièce exposée a été « Commandée par le Cabinet d’estampes modernes de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, 16 rue Spontini. »

            Cette mention ferait connaître le Cabinet et lui créerait la réputation la plus enviable qui soit, celle d’une institution qui n’est pas, comme tant d’autres, une nécropole d’images obtenues sans bourse délier, mais un actif foyer de production.

            Le Cabinet se réserverait un nombre à déterminer d’épreuves d’état et un tirage définitif sur un papier spécial (peut-être à son filigrane ?).

            En outre, une étude serait faite par le directeur du Cabinet sur l’artiste qui aurait reçu une commande et la planche accompagnerait l’étude, soit dans une grande revue d’art, soit dans une monographie spéciale.

            Un point, qui n’est pas sans importance, reste à envisager.

            Le Cabinet devra-t-il faire une place à la gravure de reproduction ?

            Je n’hésite pas à répondre catégoriquement : Oui.

            Je sais bien que, ce faisant, je heurte le sentiment général, qui sacrifie la gravure de reproduction à la gravure originale, mais je crois ce sentiment injuste.

            Sans vouloir entrer dans des considérations qui seraient, ici, hors de mesure, je me contenterai de faire remarquer que les techniciens les plus forts sont incontestablement les graveurs de reproduction qui, astreints à rendre un effet qu’ils ne peuvent changer, sont obligés de posséder des ressources dont les graveurs originaux, maîtres de leur sujet, n’ont d’ordinaire nul besoin. Qui nierait la science consommée, et presque inégalable, des Bracquemond, des Chauvel, des Waltner, des Koepping, des Boilvin, des Coppier, des Gaillard ?

            Toutefois, dans ce domaine, nous nous limiterons volontairement et cela, d’autant plus que trop de graveurs se contentent de copier des photographies de Braun, qui leur donnent les valeurs, mais, par contre, leur enlèvent toute originalité foncière. Le Cabinet n’acquerrait que les belles estampes dont les auteurs auraient exécuté eux-mêmes le dessin. Il pourrait même les comprendre, de temps à autre, dans les commandes annuelles. En tout cas, j’estime qu’il serait fâcheux que le grand art de la reproduction, qui a brillé d’un si vif éclat dans le passé, éclat que nous percevons encore et dont le Cabinet d’Estampes anciennes tire son un lustre légitime, disparut sous les coups de la fausse gravure photographique. À notre sens, il demeurera, mais à l’état d’exception, chez quelques artistes spéciaux, qui vibreront devant le chef d’œuvre à reproduire comme d’autres vibrent devant la nature8. Et ce ne serait pas une mince originalité de notre Cabinet, que de prendre le contre-fil des idées communément admises, et de soustraire à la mort qui le menace l’art tour-à-tour noble ou spirituel, des Jean Morin, des Audran, des Laurent Cars, des de Launay, des Bonnet, des Janinet, des Tardieu, des Henriquel-Dupont, des Porret, des Brévière, des Lavieille, des Mouilleron, des Sudre et de tant d’autres qui, par leur manière de comprendre les maîtres qu’ils interprétaient, faisaient œuvre personnelle et aussi digne d’attention et de sollicitude que la gravure originale, dont il faut s’efforcer de la rapprocher, plutôt que de la séparer.

            En résumé, le Cabinet d’Estampes modernes aura une double fonction d’Enseignement et d’Encouragement.

            Il remplira la première par des acquisitions d’œuvres, tant françaises qu’étrangères, qui permettront les comparaisons fécondes et susciteront l’émulation ; par l’établissement de bons catalogues ; par des publications diverses se rapportant à la gravure.

            Il remplira la seconde fonction par des achats abondants aux artistes contemporains, par des commandes, par des études, par des catalogues.

            Le fait, au surplus, d’avoir son œuvre au Cabinet d’Estampes modernes, sera pour un graveur une sorte de consécration, consécration que ne donne par la Bibliothèque Nationale obligée de tout recevoir, le meilleur comme le pire, par le jeu, si imparfait pourtant, du dépôt légal.

            Nous serions heureux que les considérations qui précèdent, dont nous ne méconnaissons pas l’insuffisance par rapport à la complexité de la matière et dont nous nous excusons, – reçussent la haute approbation de Monsieur Doucet et qu’il en trouvât l’esprit conforme à l’idée qu’il s’est faite lui-même de son utile et généreuse fondation.

                                                          Clément-Janin

Paris, 16 septembre 1911

Noël Clément-Janin, Exposé de quelques idées générales concernant le Cabinet d’estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 42, 19.

Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « Exposé de quelques idées générales concernant le Cabinet d’estampes modernes de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 29/06/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1427.

  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 42, 19. []
  2. Guérard et Ch. Maurin ont eu une influence sur la gravure en couleurs naissante ; Buhot, sur la « cuisine » de l’eau-forte, etc. []
  3. Donnons à titre d’exemples : 1° Odilon Redon, Vierge, Bresdin ; – 2° Jeanniot Dauchez ; 3° Waltner, Leheutre ; 4° Maurice Denis ; 5° Steilen ; 6° Delcourt, Jacquin ; 7° Viala, Frélaut. Cette énumération n’est pas limitative et ne vient ici que pour rendre l’idée plus concrète. []
  4. Je parle de l’action sur les artistes et non de l’action sur les amateurs. Ceux-ci considèrent autant, sinon plus, la valeur marchande que la valeur d’art, et prennent tout ce qui porte un nom coté, même le pire. Nous avons le devoir, vis-à-vis du public, d’être plus judicieux dans nos choix. []
  5. Influence des arts de l’Extrême Orient, depuis Louis XV et notamment des Japonais depuis 40 ans ; influence plus récente des Anglais, des Préraphaëlites, de Aubrey Beardsley, de Nicholson, de l’Américain Whistler, du Suisse-Allemand Böcklin, et, tout récemment de l’art russe, indien, persan, etc. []
  6. Ceux, en effet, qui sont dépaysés, n’offrent pas, au point de vue où nous plaçons, le même intérêt. L’étranger, habitant Paris, n’a pas la même saveur que celui qui n’a pas quitté son pays natal. []
  7. C’est un travers, évidemment, mais il ne faut pas trop sévèrement le condamner. Il indique la confiance en soi qui est une force, laquelle a permis aux plus grands artistes de vaincre les obstacles des débuts et de ne pas céder au découragement. []
  8. Nous avons des exemples au Cabinet même : Goya, d’après Vélasquez, Jacques Beltrand, d’après Guys ou Maurice Denis. On peut rappeler aussi Méryon, d’après Van de Velde et Karel du Jardin, et nombre d’autres. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.