Émile Espérandieu, un archéologue entre institution militaire et monde académique par Marianne Altit-Morvillez

Marianne Altit-Morvillez, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l’Antiquité gallo-romaine sous la IIIe République et chercheuse associée à l’UMR 5608 Traces à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, vient de publier aux éditions Mergoil, dans la collection « Archives et histoire de l’archéologie », Émile Espérandieu, un archéologue entre institution militaire et monde académique. Cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat soutenue, en 2014, sous la direction du professeur Alain Schnapp, s’attache à retracer le parcours atypique de l’archéologue et conservateur.

Militaire de carrière, Émile Espérandieu (1857-1939) se convertit à l’épigraphie au cours d’une campagne en Tunisie puis consacre une grande partie de sa vie à deux grandes œuvres : les fouilles d’Alésia, qui donnent naissance à une archéologie nationale, et le Recueil des Bas-Reliefs de la Gaule. L’ouvrage de Marianne Altit-Morvillez est aussi l’occasion d’évoquer le réseau d’Émile Espérandieu, dont fait partie le jeune Adolphe Reinach (1887-1914), avec qui il refonde brièvement la Revue Épigraphique.

Si la riche correspondance du savant sur laquelle a travaillé l’auteure est actuellement conservée au palais du Roure à Avignon, les fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie peuvent également s’avérer intéressants pour comprendre la figure de cet archéologue. En 1913, le savant avait, en effet, choisi de vendre pour des raisons financières une partie de sa bibliothèque privée à la Bibliothèque Doucet. Salomon Reinach, conseiller actif auprès de René-Jean, avait notamment suggéré cet achat.

Cette étude est l’occasion d’appréhender au travers de la carrière d’Émile Espérandieu le tournant que constitue la professionnalisation de l’archéologie, à la charnière du XIXe et XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.