Sur les traces de Jeanne Cuénod

Le fichier des lecteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie conservé aux Archives nationales1 contient de nombreux noms de lectrices, dont certaines figurèrent parmi les usagers les plus assidus de la bibliothèque – au point d’avoir parfois finalement accédé à un statut ambigu de collaboratrices de l’institution, chargées de missions plus ou moins clairement définies, probablement bénévoles dans la plupart des cas. On y trouve des personnalités déjà évoquées ici, comme Kathleen Johnston et Jeanne Potrel, mais aussi d’autres femmes, telles Jeanne Bouché, Louise Lefrançois-Pillion, Jeanne Duportal, Marie Juliette Ballot, Maud Cruttwell, Rosa Schapire ou encore Jeanne Cuénod. Apparaissant sous deux identités dans le fichier – Mademoiselle Cuénot et Madame Lucien Herr –, cette dernière est particulièrement méconnue. Elle fut pourtant longtemps liée à la Bibliothèque d’art et d’archéologie et à l’une de ses principales entreprises, le Répertoire d’art et d’archéologie, dont elle devint le pilier en 1926, quelques années après le don de la Bibliothèque à l’Université.

Son itinéraire et ses travaux, marqués par son mariage avec l’une des plus grandes figures du monde milieu intellectuel et du monde des bibliothèques de la période, sont particulièrement intéressants vis-à-vis du sort longtemps réservé aux femmes dans le domaine de l’histoire de l’art, entre bénévolat, dévouement et précarité. Nous avons déjà pu brièvement revenir sur son parcours à l’occasion de la journée d’étude Penser, travailler, écrire à deux. Les couples d’historiennes et d’historiens de l’art, dont les actes feront prochainement l’objet d’une publication2. En attendant leur parution, nous livrons ici quelques éléments relatifs au rapport de Jeanne Cuénod à la Bibliothèque de Jacques Doucet, accompagnés de documents confiés par ses descendants.

L’appel de Paris

Issue d’une importante famille de la bourgeoisie suisse, Jeanne Mary Anna Cuénod naquit à Vevey le 17 août 1885 ; elle passa sa jeunesse dans le canton de Vaud, où elle joua le rôle de la déesse Cérès lors de la célèbre Fête des Vignerons – ce qui lui valut peut-être de voir son visage imprimé sur des billets de mille francs suisses. Les récits relatifs à sa jeunesse évoquent une personnalité volontaire qui gagna Paris au début du siècle pour suivre des cours à la Faculté des Lettres de la Sorbonne. Elle y obtint un diplôme d’études supérieures en histoire et géographie et entama, sous la direction d’Émile Mâle, des travaux sur l’iconographie et les cathédrales, rapidement publiés dans la Revue archéologique et la Gazette des beaux-arts3. Si on ne lui connaît pas de véritable projet de thèse, elle s’affirma rapidement comme une chercheuse active, fréquentant de multiples bibliothèques où elle noua de nombreuses amitiés parmi les chercheurs de sa génération tout en s’assurant le soutien et la bienveillance de professionnels plus âgés, comme François Courboin ou Jean Laran. C’est dans une salle de lecture, celle de l’École Normale Supérieure, qu’elle rencontra d’ailleurs l’amour en la personne de Lucien Herr, qui s’était empressé, dès leur première entrevue, de lui fournir conseils bibliographiques et recommandations. Connu pour son engagement politique et son rôle auprès de nombreuses générations de normaliens, pour son immense capacité de travail et sa place au sein de la communauté savante européenne, le bibliothécaire accepta au bout de quelques mois de fréquentation de demander en mariage la jeune femme, en dépit de ses réticences vis-à-vis de cette institution bourgeoise et de son souhait de protéger sa « sauvagerie ». Il annonça lui-même la nouvelle à Émile Mâle, dont il avait fait la connaissance « au mois d’août 1883 dans un bureau de poste » où les deux jeunes hommes annonçaient à leurs parents « par dépêche, qu’[ils venaient] d’être reçus à l’École Normale4 » :

Mon cher ami, une jeune fille pour qui tu as été très-gentil, et pour qui tu as demandé un mari à St Jacques, Mlle Jeanne Cuénod, m’a prié de te dire, à toi tout le premier, que tes prières avaient été exaucées, et qu’elle était fiancée. Et ce qui te surprendra très-fort, et ce qui me surprend encore beaucoup moi-même, c’est que c’est moi qui suis le fiancé. Je ne puis te dire ce qu’il a fallu à cette enfant de courage, de patience, d’obstination et de tendresse pour vaincre mes scrupules, mes réticences ; mais elle a été la plus forte, et j’ai été vaincu. Tout cela est une longue histoire, où il y eut beaucoup de souffrances… Et maintenant, j’ai donc accepté, à mon âge, fatigué comme je le suis par toute une vie très-remplie, de donner du bonheur à une fille neuve dans l’existence, et qui a le droit de beaucoup exiger. C’est une folie, – mais elle a voulu, et j’ai été le moins fort. Je te promets qu’elle n’abandonnera ni l’iconographie médiévale, ni l’histoire de l’art, et elle ira, lorsqu’elle viendra à Paris, t’en faire elle-même la promesse5.

Photographie de Jeanne Cuénod lisant, en 1912 à Paris.
Archives familiales.

Le mariage eut lieu à Villard, en Suisse, sous le signe de saint Jacques, auquel Jeanne avait consacré ses premières recherches6. Ses sœurs et cousines élaborèrent à cette occasion un spectacle agrémenté de chansons, dans les couplets desquels elles revinrent sur le parcours et les obstinations de la jeune femme, son amour du Moyen Âge et ses lectures, mais aussi sa conquête d’un « grand savant très renommé » :

Et la folle enfant, toujours babillarde, / De ses professeurs était le tourment ; / Et l’un d’eux lui dit : / « Jeanne, prenez garde ; / Vous êtes le nuage de mon ciel bleu. » / « Gai, Gai, » répondit-elle, / « C’est un joli petit nuage rose. » / Gai, gai, répondit-elle ; un beau nuage en votre ciel.

Fillette de quinze ans, / Rêvait au Moyen Âge ; / Loin d’elle repoussant / Les plaisirs de son âge. / Pour elle les cathédrales / N’avaient plus de mystère, / Et leurs saints au teint pâle / Murmuraient sous la pierre. / Ils lui contaient tout bas / Des choses merveilleuses ; / Et Jeanne ne pensait pas / Pouvoir être plus heureuse !

Partez, jeune file, pour passer la frontière, / Et à Paris conquérir vos lauriers ; / Allez ; de vous la Suisse sera fière, / Comme autrefois de ses vaillants guerriers : / Le Louvre, et la Sorbonne, / Ouvriront bien grandes leurs portes. / Cueillez diplômes et couronnes, / Restez joyeuse, modeste et forte ; / Ne craignez rien, jeune personne, / Car la Victoire ailée vous porte.

À Paris vivait à Normale / Un grand savant très renommé ; / Ayant Andler, Lavisse et Mâle / Comme amis les plus aimés. / Le monde lui faisait horreur ; les jeunes filles étaient sa terreur / Avons-nous donc l’air si méchants ? Dites un peu, Monsieur le Savant. / De nous jeunes filles / Il ne faut avoir peur ; / Nous sommes toujours gentilles, / Et, sous nos airs moqueurs, / Cachons un cœur / Plein de charme et de douceur.

Il vivait retiré du monde, / Parmi les livres et les écrits. / De son côté, Jeanne la Blonde / Lisant revues et manuscrits, / Découvrit en tournant les pages, que le cœur d’un bibliothécaire / Valait peut-être le Moyen Âge, – ainsi elle aima Lucien Herr !

Au travers des grises poussières / De ses livres, sombre décor ! / Il avait la vision légère / D’une Hélios aux cheveux d’or. / Hélios, Hélios, / Lointaine Hélios, Oh, reviens un jour ! / Hélios, Hélios ; oh mon doux soleil, mon amour.

Un mariage sous le signe de l’histoire de l’art

La promesse faite par Lucien Herr à Émile Mâle que son épouse « n’abandonnerait » pas l’histoire de l’art semble avoir été une des obsessions du savant dans les premiers temps de sa vie maritale. Alors que la chanson composée par sa famille suggérait la possibilité d’un remplacement des passions – l’amour d’un homme pouvant se substituer à celui de l’étude chez la jeune femme –, Lucien milita activement pour leur cumul, au sein d’un foyer qu’il souhaitait dédié au travail heureux, à l’entraide, aux efforts mutuels et aux lectures communes.

La riche correspondance intime confiée par Jeanne à la Bibliothèque nationale de France témoigne de la façon dont la relation puis le mariage du couple furent conçus – par Lucien peut-être plus encore que Jeanne – comme un espace de travail à deux, de partage et d’encouragements. Souhaitant que son épouse continue ses recherches et publications, il y participa activement, lui fournissant de nombreuses notes de lectures et conseils. Ménageant avec amour de la place dans la bibliothèque commune « pour tous les André Michel à venir7 », il se rendait dans la salle Labrouste pour y consulter les ouvrages et estampes dont sa femme avait besoin lorsqu’elle se trouvait en Suisse. Si transparaissent parfois une certaine impatience de Lucien vis-à-vis des atermoiements de cette dernière et de son absence de réflexes professionnels dans la préparation d’étapes comme celle de la correction des épreuves, se fait aussi jour dans la correspondance du couple un véritable enthousiasme quant à l’histoire de l’art, perceptible dans les échos de discussions et lectures partagées ou vécues à distance – Jeanne demeurant régulièrement en Suisse auprès de ses parents, notamment à l’approche de ses accouchements. Les lettres évoquent alors l’envoi de livres, notes et photographies, ainsi que l’importance de ne pas oublier de rapporter « les numéros du Répertoire (Doucet) qui sont restés là-bas, pour […] les faire relier8 ».

Photographie de Jeanne Cuénod et Lucien Herr, avant 1926.
Archives familiales.

Les difficultés de la vie quotidienne, rendues plus criantes par la naissance de trois enfants – Jacques, Madeleine et Michel – obligèrent cependant rapidement Jeanne et Lucien à laisser quelque peu l’histoire de l’art de côté. Le besoin constant d’argent obligea le bibliothécaire à cumuler les emplois en acceptant, en plus de sa charge à Normale Sup, le poste de directeur du Musée Pédagogique – qui le contraint au sacrifice de ses travaux personnels sur Hegel tout en fournissant à Jeanne le prétexte de ses dernières publications, qui prirent la forme de deux courts livrets sur des questions d’architecture médiévale9. Cette situation prit fin en 1926, avec la mort de Lucien, des suites d’une douloureuse maladie.

Le Répertoire d’art et d’archéologie

Le long veuvage de Jeanne Cuénod fut marqué par une fidélité absolue à la mémoire de son mari, qu’elle s’attacha à entretenir en léguant ses archives à différentes institutions, mais aussi en portant son héritage politique – celui d’un défenseur et prosélyte du socialisme et des droits de l’homme10 – et en faisant preuve d’un dévouement comparable au sien dans le domaine bibliographique. Elle devint en effet à partir de son décès, probablement pour faire face aux besoins de sa famille, secrétaire et responsable du Répertoire d’art et d’archéologie initié par Jacques Doucet en 1909. Il n’est ici pas question de faire l’histoire de cette « précieuse publication11 » dirigée par Marcel Aubert jusqu’en 1959 et qui constitue l’une des plus importantes contributions de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à l’histoire de l’art française. Nous soulignerons simplement le rôle fondamental que joua Jeanne Cuénod, devenue veuve de Lucien Herr, dans son maintien et sa refonte complète en 1926, mais aussi dans sa défense jusqu’aux années 1970.

Chargée du secrétariat, elle devint rapidement responsable du dépouillement de près de deux cents revues françaises et étrangères, ainsi qu’elle l’expliqua en 1930 dans le Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie :

La Bibliothèque est abonnée à un grand nombre de périodiques français et étrangers et c’est leur dépouillement qui a donné naissance au Répertoire d’Art et d’Archéologie, dont la publication commença en 1910 aux frais de Jacques Doucet. Aujourd’hui, le Répertoire, qui est publié par la Société des Amis de la Bibliothèque, a élargi sa base d’action, mais c’est toujours la Bibliothèque de la rue Berryer qui est le fonds où il puise le plus largement. Des 200 revues environ, dont les articles sont analysés dans le fascicule de 1929 qui va paraître, 145 se trouvent à la Bibliothèque et se répartissent ainsi : Allemagne, 25 ; Autriche, 7 ; Belgique, 9 ; Espagne, 3 ; États-Unis, 19 ; France, 38 ; Grande-Bretagne, 17 ; Hongrie, 1 ; Italie, 14 ; Pays-Bas, 3 ; Suède, 3 ; Suisse, 6. La Bibliothèque possède également la collection des catalogues de ventes illustrés dont le dépouillement suit celui des revues12.

Remplissant sa mission « avec un soin et une science admirables13 », faisant preuve d’un « dévouement vraiment exceptionnel » et d’un « désintéressement absolu14 », Jeanne Cuénod fut la maître d’œuvre d’une nouvelle conception du Répertoire en 1926, ainsi décrite par Marcel Aubert :

Grâce à Mme Herr, une amélioration notable pût être apportée au Répertoire. Depuis 1910, le dépouillement des revues était présenté suivant l’ordre alphabétique des pays où elles étaient publiées ; à partir de cette année 1926, les articles sont disposés méthodiquement dans l’ordre chronologique, ce qui permet aux travailleurs de retrouver rapidement les notices publiées sur les sujets qui les intéressent spécialement. Les articles ont été groupés suivant un cadre de classement aussi simple et pratique que possible. Chacune des grandes époques de l’art a été divisée en chapitres, subdivisés eux-mêmes en deux ou trois sections classées par ordre alphabétique des sujets. Une table des matières publiées au début du fascicule indique l’ordre de classement adopté13.

Donnant à la publication « le meilleur de son temps14 » – ce qui ne l’empêcha pas de s’occuper pendant quelques années de la section « Beaux-Arts » de la Quinzaine critique des livres et revues et de traduire, depuis l’allemand, les textes de l’ouvrage Mosaïque chrétiennes primitives du IVe au VIIe siècle, Rome, Naples, Milan, Ravenne15 –, elle sut réactiver les réseaux normaliens de son mari pour s’assurer aide ou appui. Deux lettres de Henri Focillon conservées dans le fonds Lucien Herr de Sciences Po témoignent ainsi de la façon dont elle put lui demander conseil et soutien. Datée du 20 mars 1930, la première évoque probablement la recherche d’aide pour un travail en langue polonaise, pour lequel Focillon recommande Charles Sterling16. La seconde, du 23 juin 1938, montre la promesse de son soutien face aux menaces planant sur la formule du Répertoire d’art et d’archéologie :

Comment m’excuser auprès de vous d’être aussi difficile à rencontrer ? J’ai manqué plus d’une fois votre bonne visite, et j’en suis désolé. Je vous demande bien pardon. Je mène en ce moment la vie la plus difficile, accrue en obligations de toute sorte par mon prochain départ de la Sorbonne. Mais je veux vous dire que, sans tarder, j’ai saisi Aubert et Vitry. Ils m’ont paru moins émus que moi, mais c’est qu’ils jugent la tentative sans lendemain. Telle quelle, je la juge incroyable, et plus encore l’investiture officielle du « Comité permanent d’histoire de l’art », si elle devait être maintenue, je quitterais ce Comité, auquel je viens d’être appelé. Je ne puis aller à la réunion de Prague, mais, en m’excusant, je dirai aux organisateurs mon sentiment sur cette affaire. Ce sera un premier barrage, et nous verrons ensuite. J’ai lutté de mon mieux, pendant des années, pour notre Répertoire, et je continuerai. Je vous remercie de tout mon cœur de ce que vous faites pour une œuvre qui devrait être soutenue de toutes parts et que nous maintiendrons certainement. Et je ne vous remercie pas moins d’être aussi attentive à veiller sur elle, à déjouer les périls17.

Carte de lectrice de Jeanne Cuénod à la Bibliothèque de l’Université de Paris, 14 février 1969.
Sciences Po, Centre d’histoire contemporaine, LH 8.

De ce dévouement évoqué par Focillon témoigne notamment la continuation de son immense travail dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale – pendant laquelle elle mena avec son fils Michel une importante activité de résistance depuis sa résidence du boulevard de Port-Royal, évoquée notamment par Jorge Semprun18. Il ne fut couronné, tout au long de sa carrière, que par des salaires dérisoires et des déclarations administratives sans rapport avec la réalité de son travail qui rendirent bien difficile son départ à la retraite. Les lettres envoyées par Louis Hautecœur à la direction du Centre national de recherche scientifique dans les années 1960 rappellent ainsi les difficultés d’une agent âgée de plus de 80 ans « qui, d’après sa convention de travail devrait travailler seulement 50 heures par mois, mais […] accepte de travailler environ 200 heures19 ». S’avouant « un peu honteuse de donner […] tant de détails sur la modicité de [son] traitement » dans une lettre de 1967 relative à ses impôts, elle y déclarait à Hautecœur, qu’elle avait probablement connu alors qu’il était, comme elle, jeune étudiant à la Bibliothèque d’art et d’archéologie : « mais comme M. Chastel a dit que c’était ma faute que je sois si mal payée puisque je ne réclamais jamais rien, j’ai cette fois exposé la situation20 ». Elle décéda quelques années plus tard, à l’âge de 96 ans, « sourde, marchant avec difficultés à la suite d’une double fracture du fémur, le cœur battant au rythme d’un pace-maker » mais dotée d’« une énergie peu commune, [d’]un goût de la vie et [d’]une chaleur dans l’amitié rares chez des personnes d’un âge aussi avancé21 ».

Double de la carte de lectrice de Jeanne Cuénod à la Bibliothèque nationale, 5 février 1971.
Bibliothèque nationale de France, Archives institutionnelles.
Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « Sur les traces de Jeanne Cuénod », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 16/05/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1134.

  1. AN, AJ/16/8416-8417. []
  2. Le couple formé par Jeanne Cuénod et Lucien Herr y fera l’objet d’une longue analyse. []
  3. Voir notamment : Jeanne Cuénod, « Jésus chez Zébédée », Revue archéologique, janvier-juin 1909, p. 120-122 ; « Les apparitions de saint Jacques et deux fresques d’Altichiero », Gazette des beaux-arts, octobre 1910, p. 293-315. []
  4. Centre d’histoire de Sciences Po, Fonds Lucien Herr, LH7, Transcription par Jeanne Cuénod d’une lettre adressée par Émile Mâle adressée à la mort de Lucien Herr. []
  5. Institut de France, Ms 7566, 59, Lettre de Lucien Herr à Émile Mâle. []
  6. Voir notamment : Jeanne Cuénod, « Jésus chez Zébédée », Revue archéologique, janvier-juin 1909, p. 120-122 ; « Les apparitions de saint Jacques et deux fresques d’Altichiero », Gazette des beaux-arts, octobre 1910, p. 293-315. []
  7. BnF, Mss, NAF 28731, boîte 3, 195, lettre de Lucien Herr à Jeanne Cuénod. []
  8. BnF, Mss, NAF 28731, boîte 3, 189. []
  9. Jeanne Lucien Herr, La Cathédrale française au XIIIe siècle, Melun, Imprimerie administrative, 1919 ; La Cathédrale de Strasbourg, Melun, Imprimerie administrative 1919. []
  10. À ce sujet, voir notamment « l’hagiographie » de Daniel Lindenberg et Pierre-André Meyer, Lucien Herr : le socialisme et son destin, Paris, Clamann-Lévy, 1977. []
  11. « MM. David-Weill et M. Aubert à l’Institut », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris – Fondation Jacques Doucet, n° 7, 1933, p. 2. []
  12. « Enquête sur l’activité de la Bibliothèque d’art et d’archéologie », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris – Fondation Jacques Doucet, n° 3, 1930, p. 23. []
  13. Marcel Aubert, « Le Répertoire d’Art et d’Archéologie », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris – Fondation Jacques Doucet, n° 4, 1930, p. 5. [] []
  14. Pierre Lelièvre, « Le répertoire d’Art et d’Archéologie », Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris – Fondation Jacques Doucet, n° 8, mai 1949, p. 9. [] []
  15. Zbinden, Hans (dir.), Mosaïques chrétiennes primitives du IVe au VIIe siècle, Rome, Naples, Milan, Ravenne…, Paris, Plon, 1946. []
  16. « Madame, j’écris immédiatement à mon élève et ami Charles Sterling, polonais, attaché au Louvre et savant très-distingué, pour lui demander soit de se charger de ce travail, soit de trouver un collaborateur compétent. […] Et c’est une joie pour nous que de vous savoir au cœur de notre Répertoire, si précieux pour nos études et par vous si bien fait (Centre d’histoire de Sciences Po, Fonds Lucien Herr, LH 8.). » []
  17. Centre d’histoire de Sciences Po, Fonds Lucien Herr, LH 8. []
  18. Jorge Semprun, Quel beau dimanche !, Paris, Grasset et Fasquelle, 1980, p. 273-276. []
  19. Institut de France, Ms 6694, Lettre de Louis Hautecœur au Directeur général du Centre national de la recherche scientifique, 15 février 1968. []
  20. Institut de France, Ms 6694, Lettre de Jeanne Cuénod à Louis Hautecœur, 21 mars 1967. []
  21. « Mort de Madame Lucien Herr », Bulletin d’informations et de recherches : L’Amitié Charles Péguy, n° 13, 1980, p. 68. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.