Victor Segalen (1878-1919) : un poète-voyageur à la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 2)

L’amitié que Victor Segalen porta à Jean Lartigue fut l’occasion d’une correspondance aujourd’hui précieuse. En effet, dans une lettre du 14 septembre 1913 adressée à son « Ami frère Jean1 », Segalen exprime son enthousiasme face à la préparation de leur première expédition commune en Chine :

Cela, ce sera peut-être dans un an, jour pour jour. Sais-tu que dans un an nous serons, sans accrocs ni défaillances, tous à Paris de nouveau ? Nous quatre tous, Yvonne, Augusto, toi et moi. Le voyage étant fait, le Mékong ou l’Irawaddy descendu, pourquoi remonterai-je à Péking ? […] Notre « Mission » comprendra son compte rendu à Paris ; des conférences, des projections. Ainsi l’hiver 1914-1915 sera-t-il l’aboutissement délicieux d’un effort qui sera peut-être grand2.

De même, Segalen donne des précisions sur le financement de l’entreprise :

Les conditions se précisent. L’Alphonse3 est obtenu : une vingtaine de mille francs. Il se tamponne de crédits illimités Doucet. Doucet, couturier de génie, m’a dit un peu solennellement :

« Monsieur, voulez-vous faire de ma bibliothèque la plus belle du monde ? – Eh bien ! achetez-moi, en histoire de l’art chinois, tout ce que je n’ai point encore. Rapportez-moi des photographies, des estampages. Demandez-moi deux, trois, cinq, dix, vingt mille francs si vous voulez. Je vous confie que mon projet est de tout offrir à la Sorbonne, avec les crédits nécessaires pour la fondation d’une chaire d’Histoire de l’Art en Chine. »

En sortant, le plus aimable des bibliothécaires, le jeune René-Jean, m’a poussé du coude et m’a dit : « Ça vous irait, la chaire ? » J’ai répondu : « Beau tapage chez les Sorbonnards ! » Mais j’ai noté évidemment sur ma page « Projets » : Chaire Doucet. A surveiller4

Ainsi, Jacques Doucet a activement participé au financement de la mission Segalen-Lartigue-Voisins en Chine, dans le but de consolider pour sa bibliothèque la collection d’histoire de l’art chinois mais également dans celui de mettre en place les bases d’une « chaire d’Histoire de l’Art en Chine ».

De retour en France en juin 1914, après sa mission archéologique de six mois en Chine, Victor Segalen reprend ses activités de médecin de la Marine durant la guerre. Il est affecté à l’hôpital de Rochefort puis à l’hôpital maritime de Brest. À sa demande, en mai 1915, il est affecté à la brigade des fusiliers marins de l’amiral Ronarc’h à Dixmude. Il subit en juillet une hospitalisation pour gastrite aiguë5. C’est lors de ce séjour à l’hôpital qu’il envoie une lettre à René-Jean ; leur relation semble avoir évolué vers une sincère sympathie et continuera ainsi jusqu’en 1916 :

19 juillet [1915] – Hôpital de Zuydcoote près Dunkerque

Malade depuis 3 semaines, ridiculement, mon cher ami – Estomac ulcéré, et qu’on enverra sans doute se mettre au vert, à Brest, à la fin de ce mois. L’esprit, allègre et redevenu dispos à la Chine Antique, suivra le corps et se remettra, lui, au vrai travail – Voulez-vous me donner l’adresse de Goloubew ? Je lui adresserai offrirai quelques anticipations photographiques – Rien su de Pelliot, dans la fournaise péninsulaire – M. Chavannes va publier dans le T’ong Pao, q[uel]ques notes globales écrites rapidement dans mon poste de secours de Nieuport, afin de prendre possession – Pour ne rien omettre : Mr Doucet accueillerait-il décemment quelques images ? ou faut-il être discret dans sa reconnaissance – J’ai 3 enfants. 9 ans et 2 ans (garçons). 3 ans, fille. Quel âge sera le bon pour partager les jeux de Damoiselle René-Jean ? A vous très sympathiquement, V. Segalen6.

Lettre de Victor Segalen à René-Jean, datant du 15 juillet 1915.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 195, 47.

Cette lettre, conservée à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, est la première d’une courte série de nouvelles échangées entre les deux amis au cours de l’année 19156.

9 août [1915]

Pour deux mois je reprends mon adresse & ma vie bretonne, mon cher ami, 5 cité d’Antin. C’est là, où j’attends, d’un estomac plus ferme, de vos nouvelles, et par vous, celles de Pelliot et Goloubev. Amicalement, V. Segalen.

Lettre de Victor Segalen à René-Jean, datant du 9 août 1915.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 195, 47.

19 oct[obre] [1915] 5 Cité d’Antin.

Mon cher ami, brestois suis-je, de nouveau, pour assez longtemps. Mon Directeur m’a agrippé & assis devant les papiers de son secrétariat, – et, en attendant un nouveau départ que l’encombrement de nos listes maritimes rend fort lointain, j’écrivasse, durant la journée, pour l’État, & écris pour moi durant la nuit – Terminé I et II articles pour Journal de la Soc[iété] Asiat[ique] – Vous adresserai sitôt paru – Peintures aussi, s’imprime. Ainsi se couvre d’encre ma campagne d’hiver. – Voisins en bonne voie de guérison à Paris. 45 rue de Lisbonne. Faites mes amitiés à vos amis de France asiatique. – A vous, bien cordialement, V. Segalen.

Lettre de Victor Segalen à René-Jean, datant du 19 octobre 1915.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 195, 47.

À travers chacun de ces billets, et malgré sa « mise au vert » à Brest, Segalen montre qu’il garde le contact avec le milieu de la recherche extrême-orientale parisienne qui gravite autour de la Bibliothèque et de la Société asiatique. Il rédige les articles exposant les résultats de son expédition en Chine et, dans ses demandes de nouvelles de Pelliot et Goloubew, témoigne des liens amicaux qu’il entretenait avec ses confrères.

Paul Pelliot, considéré comme le « père de la sinologie », professeur titulaire de la chaire des langues au Collège de France à seulement 33 ans7, est un grand spécialiste de l’Asie, explorateur et archéologue qui effectue de nombreuses missions en Chine. Il est à l’origine, pour la Bibliothèque, de multiples renseignements, conseils et achats d’ouvrages asiatiques. Segalen entretien dès 1913, lors de la préparation de sa mission archéologique, des rapports cordiaux avec Pelliot, comme il le dit lui-même à Jean Lartigue dans une lettre du 14 septembre 1913 :

Hier, j’ai dîné très amicalement, très librement, avec Pelliot. Je lui ai montré mon étonnement à trouver, en Sinologie, un milieu si parfaitement uni : Chavannes, Cordier, même Senart et lui. Il m’a répondu : « Que voulez-vous, en Sinologie Française, le champ est si vaste que nous ne nous gênons pas, nous nous aidons : nous demandons dix Sinologues de plus, s’il s’en trouve ! » Est-ce coïncidence ou Destin ? Dix pas plus loin, place de la Concorde, vers minuit, il ajoutait : « Est-ce que votre ami Lartigue songerait à quitter la marine ? » Nous reviendrons plus tard, s’il le faut, sur l’avertissement du Destin8.

De même, Victor Goloubew, chargé de cours à l’École des langues orientales vivantes et directeur de la collection Ars Asiatica, est très proche de la Bibliothèque et de René-Jean, avec lequel il entretient, dès 1910, après une mission en Inde, une correspondance qui dura jusqu’en 19399. Victor Segalen s’est entouré d’amitiés solides, animées de la passion de l’Extrême-Orient, grâce aux interactions entre chercheurs permises par le rayonnement de la Bibliothèque de Jacques Doucet et surtout grâce à la vigueur de la correspondance entretenue avec René-Jean, qui continue de faire le lien y compris pendant la guerre.

Nés la même année, Segalen et Goloubew entretiennent effectivement un lien d’amitié, comme le montre une missive de Goloubew adressée à René-Jean le 17 septembre 1915 qui fait probablement suite à la demande de nouvelles formulée par Segalen un mois plus tôt :

Pourquoi ne viendrais-tu pas passer un jour avec Segalen à Fontainebleau ? Veux-tu lui demander si, le cas échéant, il consentirait à venir ? Cela me ferait le plus grand plaisir10 !

Carte postale de Victor Goloubew à René-Jean, datant du 17 septembre 1915.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 191, 21, 862.

L’année 1916 est marquée, pour Segalen, par l’écriture. Il publie Peintures11, ainsi que son « Premier exposé des résultats archéologiques obtenus dans la Chine occidentale12 » pour le Journal Asiatique. Il poursuit également sa correspondance avec René-Jean, à qui il rend compte de l’avancée de ses publications.

15 mars [19]16

5 cité d’Antin

Mon cher Ami, je vous trouve enfin, sinon ‘‘à votre place’’ et roi d’une cité des livres, au moins en un lieu non malpropre et destructeur ! – J’estime fort ces fiches qui vous valent enfin une besogne digne. Je suis curieux de cette organisation de propagande, & d’en causer avec vous. – Ce sera sans doute vers la fin du mois, car je compte me donner deux ou trois jours à Paris.

Ici, au bout de la terre, tout va bien ; – stable toujours, de par une marine peu navigante, je bureaucratise durant le jour et orphise durant la nuit. – Pourquoi ces temps innommables ne seraient-ils pas faits comme les autres, d’un temps, et précieux ? Et nous voyons bien l’exquis et héroïque Giraudoux écrire autour de ces horreurs des phrases minutieusement délicates, du meilleur Giraudoux !

Le Journal As[iatique] a en mains les 2 premiers articles, – Monuments Han, et Tombes de Falaise. – J’achève en ce moment le Bouddhisme. – Rien n’a encore paru. – Oh ! Simple prise de pied ; schéma des grandes monographies à venir et dont seule la pensée anime ces quelques notes de compte-rendu.

En vive & cordiale amitié,

Victor Segalen6

Lettre de Victor Segalen à René-Jean, datant du 15 mars 1916.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 195, 47.

De février à octobre 1916, René-Jean est affecté au service de propagande du Ministère de la Guerre à la Maison de la Presse à Paris ; c’est durant cette période qu’il reçoit la lettre de Segalen qui se montre curieux de cette « organisation de propagande » et qui le trouve « à [sa] place » dans un travail plus bureaucratique que militaire. Segalen semble évoquer avec une certaine nostalgie la place privilégiée qu’occupait René-Jean lorsqu’il était « roi » de la « cité des livres » qu’était la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet. Cette dernière dut fermer ses portes en octobre 1914 du fait de la mobilisation de son personnel et des lecteurs, René-Jean y compris13.

Lettre d’Oreste Trafali à René-Jean, datant du 1er octobre 1914.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1146.

Dans une dernière lettre à René-Jean non datée, Segalen évoque un ouvrage de la Bibliothèque et cherche à savoir comment l’obtenir. Il est alors à Brest et souhaiterait se faire envoyer l’ouvrage depuis Paris. Il transite donc par son interlocuteur privilégié et lui demande d’être son intermédiaire auprès de Doucet :

Mon cher Ami,

Dans l’imprécision de notre prochaine retrouvée, je me fais précéder de ceci : un service à me rendre.

J’ai un besoin littéraire – donc impérieux comme un prurit, – de me remettre à un manuscrit déjà posé, mais dont la documentation exige les Albums Japonais du Palais Impérial de Peking. (Vues prises en 1900, publiées sous forme de deux ou 3 copieux albums d’un prix, à Shanghaï, d’environ 500 +.) – Or, mon exemplaire, gît, précieusement emballé, dans les caves de la Légation de France à Péking, d’où je ne puis songer à l’exhumer, avant mon retour là-bas.

Je sais qu’il en existe un exemplaire à la bibliothèque Doucet. – Pourrais-je en obtenir la communication, à Brest, pour une durée maxima de un mois, et par quel procédé ? – Avez-vous conservé avec le Roi du Costume des relations suffisamment amicales pour qu’il vous soit agréable d’être mon intermédiaire ? – Faut-il m’adresser directement à lui, ou encore faire demander cette communication par la bibliothèque de Brest ?

Conseillez moi, je vous prie, sur un point qui peut me permettre d’user dignement des mois qui vont suivre, et d’écrire, au bon moment, un livre que je roule depuis trois années…

A bientôt dans doute, – mais j’attends d’abord votre efficace réponse.

En fidèle sympathie votre, Victor Segalen6

Lettre de Victor Segalen à René-Jean, non datée.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 195, 47.

Une lettre de Jacques Doucet adressée à René-Jean datée du 15 avril 1916 peut permettre de préciser la date du message précédent de Segalen. En effet, dans ce message, Doucet demande à René-Jean : « Quel moyen le plus pratique de lui faire parvenir ce qu’il [Segalen] demande ?14 ».

Lettre de Jacques Doucet à René-Jean, datant du 15 avril 1916.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 143, 2, 191.

Il est alors possible de penser que la missive de Segalen fut rédigée avant le 15 avril 1916 et après sa dernière lettre datée à René-Jean. Ces lettres écrites en 1916 prouvent que, malgré l’arrêt temporaire des activités de la Bibliothèque et l’éloignement de ses acteurs imposés par la guerre, celle-ci continue son œuvre à travers René-Jean. Segalen reçut ainsi l’ouvrage demandé, très certainement Photographs of Palace Buildings of Peking, publié à Tokyo en 1906 à partir des photographies prises par Kazumasa Ogawa.

Photographs of Palace Buildings of Peking compiled by the Imperial Museum of Tokyo, collotyped from the negatives taken by K. Ogawa, F. R. P. S., with explanatory notes in Japanese by C. Itō, Kōgakuhakushi, English by T. Tomiogi, Bungakushi, Chinese by A. Aoyagi, Tokyo, 1906.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Fol EC 19.

Au début de l’année 1917, Victor Segalen est nommé médecin militaire et doit repartir en Chine afin de recruter et d’examiner de la main-d’œuvre chinoise15. Il poursuit en même temps ses recherches archéologiques commencées en 1914, et rapporte à nouveau de très nombreux clichés photographiques de ses expéditions16. C’est alors qu’il fait ses adieux à Pékin et rentre en France en mars 1918, dépressif et affaibli. C’est le 21 mai 1919 qu’il s’éteint dans la forêt de Huelgoat en Bretagne à 41 ans, où il est découvert par son épouse Yvonne, un exemplaire d’Hamlet à ses côtés17.

Victor Segalen semble avoir eu une participation discrète à la construction du fonds d’histoire de l’art chinois de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Mais au-delà d’un usage de la Bibliothèque en tant que telle, celle-ci lui a permis, par son rayonnement, de nouer des relations amicales et scientifiques d’importance avec René-Jean, Paul Pelliot, ou encore Victor Goloubew. Sa contribution à l’histoire de l’archéologie extrême-orientale fut modeste mais de qualité et offrit un fonds photographique conséquent à la recherche sinologique. Voyageur et poète dans l’âme, il resta toutefois un archéologue et s’intégra pleinement au monde qui gravitait autour de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Pour citer ce billet : Myriam Chevallier, « Victor Segalen (1878-1919) : un poète-voyageur à la Bibliothèque d’art et d’archéologie (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 28/04/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1032.

  1. Mauricette Berne, Dominique Lelong, Lettres d’une vie, Paris Gallimard, 2019, p. 318-323. []
  2. Ibid., p. 319. []
  3. Financement Alphonse Garnier octroyé par l’Institut. []
  4. Mauricette Berne, Dominique Lelong, Lettres d’une vie, Paris Gallimard, 2019, p. 319-320. []
  5. Marie Dollé, Victor Segalen – Le voyageur incertain, Croissy-Beaubourg, Éditions Aden, 2008, p. 358. []
  6. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 195, 47. [] [] [] []
  7. Adrien Brossard, « Pelliot Paul » in Claire Barbillon et Philippe Sénéchal, Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Paris, INHA, 2010. []
  8. Mauricette Berne, Dominique Lelong, op. cit., p. 320. []
  9. Élodie Bertrand, La Bibliothèque d’art et d’archéologie : De sa fondation à sa donation à l’Université de Paris, Mémoire de l’ENSSIB, 2007, p. 38. []
  10. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes, 191, 21, 862. []
  11. Victor Segalen, Peintures, Paris, G. Crès, 1916. []
  12. Jean Lartigue, Auguste Gilbert de Voisins, Victor Segalen, « Premier exposé des résultats archéologiques obtenus dans la Chine occidentale par la mission Gilbert de Voisins, Jean Lartigue et Victor Segalen (1914) », Journal Asiatique, mai-juin 1916, p. 369-424. []
  13. Dans une lettre du 1er octobre 1914, Oreste Tafrali, alors employé à la Bibliothèque, écrit à René-Jean qu’il a été « remercié comme tout le monde et quitte la Bibliothèque non sans un ineffable sentiment de regret […] ». Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 2, 1146. []
  14. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 143, 2, 191. []
  15. Bertrand Galimard Flavigny, « Segalen, entre le réel et l’imaginaire », La Gazette, n° 46, 17 janvier 1999, p. 50-51. []
  16. Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, EO-298 (1-17)-BOITE FOL A, ESTNUM-11668-12404. []
  17. Marie Dollé, op. cit., p. 13-19. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.