Noter et dessiner le ballet équestre, du carrousel à la contredanse à cheval (XVIIe-XVIIIe siècles) (Journées d’étude, 10 et 11 mai 2021, en ligne)

Matthaeus Greuter, planche pour Descrizione delle feste fatte nelle reali nozze de’ serenissimi principi di Toscana D. Cosimo de’ Medici e Maria Maddalena arciduchessa d’Austria, 1608.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 8 Res 723.

À partir d’un corpus de livres de fête conservés à la bibliothèque de l’INHA, ces journées chercheront à saisir les enjeux de la notation du ballet équestre, dans une relation à l’histoire de la danse, mais aussi à l’histoire des sciences et l’histoire politique. Comment interpréter l’évolution de la représentation et de la notation des ballets équestres à l’aune d’une histoire intellectuelle valorisant une certaine « mathématisation de la nature » ? Ces formes notationnelles recourant au schéma et au diagramme convergent-elles avec l’évolution majeure de la notation de la danse au XVIIIe siècle ? Ces représentations qui oscillent entre image géométrique analytique et représentation topographique révèlent une tension entre l’image comme outil matériel de la pensée et l’image mimétique de l’événement, plaisir renouvelé de la fête sur la page qui donne à voir et à penser la fête.

Intervenants

Florence d’Artois (Sorbonne Université) ; Benoît Bolduc (Université de New York) ; Katrin Boniface (Université de Californie, Riverside) ; Mickaël Bouffard (Sorbonne Université) ; Roberta Carpani (Université catholique du Sacré-Coeur, Milan) ; Pauline Chevalier (Institut national d’histoire de l’art) ; Dominique Cordellier (Musée du Louvre) ; Manon Dardenne (Bibliothèque nationale de France) ; Carola Finkel (Université de Francfort) ; Lou Forster (Institut national d’histoire de l’art) ; Eléa Godard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Mathilde Hallot-Charmasson (Bibliothèque nationale de France) ; Gerrit Berenike Heiter (Université de Vienne) ; Jennifer Jobst (chercheuse indépendante) ; Marika Takanishi Knowles (Université de Saint Andrews) ; Gaëlle Lafage (Sorbonne Université) ; Antonin Liatard (Institut national d’histoire de l’art) ; Margaret McGowan (professeure émérite, université du Sussex) ; Martina Papiro (FHNW, Bâle) ; Anne-Sophie Rieth (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Juliette Robain (Institut national d’histoire de l’art) ; Vincent Thomasset (chorégraphe) ; Franca Varallo (Université de Turin) ; Marina Viallon (EPHE)

En ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.