Sur les traces de Jeanne Potrel (Partie 2)

L’identité de Jeanne Potrel à présent mise à jour grâce à nos recherches en archives, il convient de présenter les éléments biographiques qu’ont pu faire apparaître l’étude de sources imprimées — notamment de la presse quotidienne et de publications de sociétés savantes.

Ces documents lèvent en effet le voile sur les mouvements géographiques de notre lectrice, ainsi que sur trois pans de sa vie : ses activités de philanthrope, de collectionneuse et surtout de chercheuse indépendante.

Entre Paris et Vaux : repérer les adresses

En ce qui concerne les adresses permanentes de Jeanne Potrel, ce sont les documents d’archives précédemment présentés qui ont largement permis de les découvrir.

Domiciliée chez ses parents — au n° 2, rue d’Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris — avant son mariage en 1867, elle déménage avec Victor dans le 1er, au n° 40, rue Croix des Petits-Champs : il s’agit de l’adresse consignée sur l’acte de naissance de Suzanne, en 1868. Deux ans plus tard, au moment de la naissance de Daniel, le couple et leur fille aînée résident dans le même arrondissement, au n° 4, avenue Napoléon — ancien nom de l’avenue de l’Opéra. C’est l’adresse qu’ils occupent toujours en 1872, à la naissance de Jacques.
Durant environ deux décennies, nous ne possédons pas d’informations sur les possibles déménagements de la famille Potrel. Ce sont les lettres et cartes envoyées par Jeanne et Victor à Gabriel Hanotaux — datées d’environ 1892-1894 — qui font apparaître une nouvelle adresse : le n° 15, rue Vivienne, dans le 2e arrondissement de Paris. Enfin, en 1897, c’est au Pavillon du Buard, à Vaux, que décède Victor Potrel.

Après la mort de son époux, Jeanne conserve ces deux adresses et semble partager ses lieux de résidence avec sa fille, comme on peut le lire en 1918 dans le « magazine illustré mondain » Tout-Paris :

Potrel (Mme Victor), rue Vivienne, 15 (IIe), téléphone ‘Louvr.24-27’ — et Pavillon du Buard, Vaux-s/-Seine (S.-et-O.). Potrel (Mme Suzanne), m. adresses1.

Du Pouldu à Palerme : retracer les voyages

En sus de ses adresses permanentes, il est également possible de retracer une partie des déplacements de Jeanne Potrel, grâce à la rubrique « Déplacements et Villégiatures des lecteurs du Figaro », où elle apparaît plus d’une cinquantaine fois entre 1903 et 1925.

Le premier élément intéressant est la mention très fréquente de ses « déplacements » à Vaux-sur-Seine, au nombre de vingt-neuf en l’espace de vingt-deux ans. Leur présence dans cette rubrique laisse supposer que le Pavillon du Buard était sûrement la résidence secondaire des Potrel — qui s’inscrivaient ainsi dans la tradition déjà pluriséculaire de villégiature en Île-de-France des élites parisiennes et versaillaises2.

Dans la rubrique « Déplacements et Villégiatures des lecteurs du Figaro » sont également mentionnés les nombreux voyages de Jeanne Potrel en France et à l’étranger.
En France, elle se rend en Bretagne, à Port-Blanc3 et au moins cinq fois au Pouldu, près de Quimperlé4. À l’étranger, elle se rend une fois à Londres en 19085, mais ce sont les pays méditerranéens qui constituent la grande majorité de ses destinations. Lors d’un séjour en Espagne en 1906 elle se rend ainsi à Madrid6 et à Séville7. Elle visite l’Empire ottoman et la Grèce en 1909, séjournant à Istanbul8 — ville à laquelle Le Figaro se réfère comme « Constantinople » — puis à Athènes9. Elle parcourt l’Italie en 1911 — en passant par Venise10, Pérouse11 et Florence12 — puis à nouveau en 1913, visitant cette fois Rome13 et la Sicile — plus précisément Syracuse14 et Palerme15.

Ces nombreux voyages indiquent que la situation sociale de Jeanne Potrel était, jusqu’à la fin de sa vie, privilégiée.

Une philanthrope

En témoignent également les fréquentes mentions, dans la presse, de son nom — et parfois de celui de sa fille Suzanne — comme bienfaitrice de nombreuses œuvres de charité, particulièrement durant les décennies 1910 et 1920.

Sont toutefois citées deux participations financières des époux Potrel avant le décès de Victor, en 1894 et 1895 : l’une d’un montant de cent francs à la « souscription nationale des femmes françaises pour la fondation d’une œuvre philanthropique en souvenir du Président Carnot16 », et l’autre de cinq cents francs « en souvenir de Jacques », pour l’Union française pour le sauvetage de l’enfance17.

Cet intérêt marqué pour les œuvres liées à l’enfance se confirme des années plus tard : Jeanne fait un don de vingt francs à la Ligue des amis des petits enfants en 191218, un autre à l’Œuvre de préservation de l’enfance contre la tuberculose l’année suivante19, et enfin une donation de cent francs — égalée par sa fille Suzanne — aux enfants du général Mangin en 192520.

Le deuxième domaine dans lequel Jeanne Potrel s’investit financièrement concerne le soutien aux militaires et aux forces de l’ordre. En 1911 elle donne ainsi cinq cent francs à la Caisse de secours destinée aux Agents de police Victimes du Devoir21, et cent francs l’année suivante « pour la Croix-Rouge française et les blessés de tous les belligérants22 ». Au début de la Grande Guerre elle contribue à l’œuvre « Pour nos soldats23 », et en 1926, quelques mois seulement avant son décès, elle fait un don de vingt mille francs dans le cadre de la souscription nationale des engagés volontaires24.
Cet engagement résonne avec celui de son fils Daniel dans la carrière militaire. Au début de la Première Guerre mondiale celui-ci commande la 8e compagnie du 2e bataillon du 84e régiment d’infanterie ; il est tué par un obus le 17 septembre 1914 dans la Somme25 — une rue de la ville de Vaux-sur-Seine porte d’ailleurs son nom.

On remarque là encore que c’est dans Le Figaro que Jeanne Potrel est le plus souvent mentionnée. Son attachement à ce journal se manifeste d’ailleurs dans ses donations : elle souscrit à la publication pour une somme de cinq cent francs en 191026, et fait un don de 50 francs pour la construction d’un monument à Gaston Calmette27 en 1914 — journaliste français directeur du Figaro, mort assassiné cette même année.

Enfin, elle participe à des œuvres plus généralistes, telles que « Le Bon Feu » — œuvre de bienfaisance sous le patronage de cinq femmes : la Princesse Lucien Murat, la Marquise de Ganay, la Baronne Henri de Rothschild, « Madame François Carnot » et « Madame Pierre Goujon » — à laquelle elle donne cinq cents kilos de charbon en 191428, et « l’Œuvre du Pain pour Tous », à laquelle elle fait un don de cent francs en 192129.

Une collectionneuse

Un autre élément permettant d’attester tant de la situation sociale aisée de Jeanne Potrel que de son intérêt pour les arts concerne son acquisition de plusieurs tableaux.

Le catalogue en ligne « European and American Paintings », de la maison de vente Doyle, indique ainsi la provenance du tableau Before the Tomb30 du peintre Louis-Gabriel-Eugène Isabey : « Mme. Victor Potrel, Paris, circa 190431 ».

En outre, le catalogue de l’exposition David et ses élèves — organisée au Petit Palais du 7 avril au 9 mai 1913 par le conservateur Henry Lapauze — mentionne également deux tableaux comme appartenant à « Mme Potrel32 » : un portrait de Mme Julie Chaulin et un de M. André Ravrio, réalisés par le peintre français Henri-François Riesener (1767-1828). Celui-ci avait justement réalisé, à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe, le portait d’une « Madame Potrel33 », ce qui aurait pu attirer l’attention de Jeanne.

Henri-François Riesener, Portrait d’André-Antoine Ravrio, huile sur toile, 116,5 cm x 89,5 cm.
Musée du Louvre, Département des Peintures, numéro d’inventaire : INV 7488.
Henri-François Riesener, Madame Potrel, huile sur toile, 65,5 cm x 54,8 cm.
Collection privée.

Une chercheuse

Cet intérêt marqué pour les artistes liés, de près ou de loin, à son histoire familiale, se retrouve dans sa pratique de chercheuse indépendante. Jeanne Potrel mène en effet des recherches sur les arts graphiques aux XVIIIe et XIXe siècles, mais ne s’intéresse pas tant aux techniques qu’à des praticiens spécifiques, comme nous le confirment trois textes particulièrement instructifs.

Le premier émane de Jeanne elle-même — il s’agit d’ailleurs de sa seule « publication » retrouvée à ce jour. Paru en 1904 dans le périodique britannique Notes and Queries, il s’agit d’une demande d’informations concernant les graveurs Huquier (père et fils) :

I am in search of information about the French engravers Huquier, father and son. Both of them lived in England. The father, Gabriel Huquier, went to England about 1755 or 1756, and came back to France about 1762. The son, James Gabriel Huquier, arrived in England about 1768, but he settled there, and after having lived first in London and afterwards in Cambridge (1783), he died in Shrewsbury, 7 June, 1805. He drew pastel and crayon portraits of a certain value, and was elected a member of the Royal Academy. His works were several times shown at the Academy as well as at the Society of British Artists. All that I know about him is what I could read in Bryan the ‘Dictionary of National Biography’. If any one could give me information on his private life, his connexions, or some of his works of which no mention is made in the above publications, or could direct me to a dealer’s where I could find some of his original works or engravings, I should be very much obliged to him, and send him in advance all my thanks.

Jeanne Potrel

15, rue Vivienne, Paris34

Si ce texte nous indique qu’elle n’hésitait pas à s’adresser à d’autres personnes dans le cadre de ses recherches, elle partageait également le fruit de ces dernières avec d’autres chercheurs et chercheuses, comme le montre ce passage de l’ouvrage Histoire illustrée de la gravure en France de François Courboin, faisant référence à ses travaux sur Gabriel Huquier :

Il y a eu quelques confusions entre cet excellent graveur et son fils. Mme Jeanne Potrel, leur descendante, qui travaille depuis longtemps à leur biographie, a bien voulu nous confirmer les dates et le prénom indiqués pour le père en tête de cette notice35.

Cette mention nous confirme l’existence de liens de parenté entre Jeanne Potrel et les deux artistes auxquels elle s’intéressait le plus. C’est également ce que souligne ce troisième texte, publié l’année de son décès dans le Bulletin de la Société d’art français, qui permet notamment de mieux cerner ses pratiques de recherche :

Pourtant, à chaque assemblée générale, le Président constate avec tristesse, en parcourant la liste des membres, que trop de noms viennent d’y être marqués d’une croix, que trop d’amis proches ou lointains nous ont quittés dans espoir de retour. C’est le cas, cette année, pour Mme Potrel […].
Au contraire de M. Franck Duconseil, amateur distingué que le souci des affaires retenait, à son grand regret, loin de nos travaux, Mme Potrel suivait très assidûment les séances de la Société. Arrière-petite-fille de Gabriel Huquier, elle rassemblait des documents sur cet aquafortiste expéditif et fécond qui fut aussi l’un des plus considérables marchands d’estampes du XVIIIe siècle et l’un des collectionneurs de dessins et de gravures les plus réputés de son temps. Dans quelques jours, à l’exposition de pastels français que la Société des Amis du musée de La Tour à Saint-Quentin prépare au bénéfice de ce musée et pour votre plus grande joie, vous pourrez voir un admirable portrait de Gabriel Huquier par Perronneau, et ceux d’entre vous qui ont connu Mme Potrel ne manqueront pas d’être frappés de la ressemblance qu’avait son visage avec celui, solide, énergique et ouvert de son aïeul36.

Ce texte lève également le voile sur un autre aspect de la vie de Jeanne, permettant de mieux comprendre sa pratique de chercheuse : sa participation à de nombreuses sociétés savantes à partir de la décennie 1900.

Elle rejoint la Société de l’histoire de l’art français, dont émane le précédent texte, en 1921, après y avoir été présentée par Paul-André Lemoisne — historien et bibliothécaire — et François Courboin — graveur et conservateur du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale.

Ce n’est toutefois par la première qu’elle intègre. Elle adhère en effet dès 1906 à la Société archéologique, historique & artistique « Le Vieux papier37 » — dont le but était de réunir les amateurs d’autographes et de « collections de porte-feuille » — puis en 1911 à la Société pour l’étude de la gravure française, étroitement liée à la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Les trésors de la rue Spontini

Si le résultat de notre enquête sur Jeanne Potrel ne permet pas réellement de comprendre l’usage qu’elle faisait de l’institution la rue Spontini, l’on peut néanmoins supposer que ses nombreuses visites lui ont été très utiles dans ses recherches sur les Huquier.

L’institution de Doucet était en effet riche de nombreux fonds d’estampes — Jacques Doucet ayant de grandes ambitions pour son Cabinet de gravures. Dans le quatrième bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris, publié en 1930, l’on peut ainsi lire un article de Jacques Hérold — ancien directeur du cabinet d’estampes anciennes de la collection Doucet — sur les estampes « gravées en couleurs et en manière de crayon » conservées à la Bibliothèque, qui commence par un court paragraphe sur le projet initial de Doucet :

Jacques Doucet avait entrepris de réunir, pour son Cabinet de gravures, une collection d’estampes comprenant les principaux spécimens des diverses manières de graver : l’étude et la connaissance de la technique constituant en effet le complément indispensable de l’histoire de la gravure38.

La Bibliothèque possédait notamment des œuvres de Gabriel Huquier, en particulier des recueils factices de gravures d’ornements39, que Jeanne Potrel a sûrement consultées lors de ses venues.

Gabriel Huquier, Nouveau livre de principes d’ornements particulièrement pour trouver un nombre infini de formes qui en dépendent, d’après les desseins de C. Gillot, peintre du Roy, pl. 1, eau-forte.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collections Jacques Doucet.
Disponible en ligne : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/21929
Gabriel Huquier, Recueil de groupes de vases de fleurs et trophées de la Chine, 5ème partie, pl. 1, eau-forte.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collections Jacques Doucet.
Disponible en ligne : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/21995

Mais au-delà des estampes, les catalogues de vente se sont certainement révélés très utiles pour notre lectrice, et en particulier la présence au sein des collections de la Bibliothèque de deux catalogues liés à Gabriel Huquier. Le premier concerne la vente — réalisée du 1er au 23 juillet 1771 — d’une partie de sa collection de tableau, estampes et curiosités40. Le second est lié à deux ventes réalisées en 1772, quelques mois après son décès : l’une d’ustensiles servant à la peinture, objets curieux et livres — ayant eu lieu du 4 au 7 novembre — et l’autre de tableaux, enluminures, dessins, estampes — s’étant déroulée du 9 novembre au 5 décembre41.

En somme, le cas de Jeanne Potrel fait clairement apparaître l’intérêt de la Bibliothèque d’art et d’archéologie pour les chercheurs et chercheuses indépendantes — qui pouvaient compter parmi les usagers les plus assidus. 

Épilogue

Concluons notre propos par une anecdote : en cherchant une illustration du pavillon du Buard pour notre présent billet, nous avons trouvé une carte postale de ce bâtiment sur un site de vente en ligne.
Quelle ne fut pas notre surprise de constater que le verso de cette carte était non seulement rédigé — ce qui arrive fréquemment — mais surtout signé de la main de Jeanne Potrel.

Carte postale du Pavillon du Buard, à Vaux-sur-Seine (Seine-et-Oise), envoyée par Jeanne Potrel, s. d.
Collection personnelle.

Si cette carte nous permet de mettre une image sur la résidence de villégiature de notre lectrice, elle nous montre surtout qu’au-delà des enquêtes méthodiques — dont nous avons tenté de vous présenter quelques principes — la recherche bénéficie aussi souvent de hasards bienheureux.

Pour citer ce billet : Lucie Prohin, « Sur les traces de Jeanne Potrel (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 24/03/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/785.

  1. Tout-Paris, 1918, p. 520. []
  2. Lire notamment à ce sujet : Roselyne Bussière, « La villégiature en Île-de-France, une évidence », In Situ [en ligne], vol. 24, 2014, mis en ligne le 24 juillet 2014 : https://doi.org/10.4000/insitu.11290 ; Isabelle Rabault-Mazières, « Villégiature et formation des banlieues résidentielles. Paris au XIXe siècle », Histoire urbaine, vol. 41, n° 3, 2014, p. 63-82. []
  3. Le Figaro, n° 215, 3 août 1905, p. 6. []
  4. Le Figaro, n° 212, 31 juillet 1907, p. 5 ; n° 212, 31 juillet 1910, p. 6 ; n° 216, 3 août 1912, p. 5 ; n° 245, 2 septembre 1914, p. 5 ; n° 219, 7 août 1920, p. 4. []
  5. Le Figaro, n° 245, 1er septembre 1908, p. 6. []
  6. Le Figaro, n° 252, 09 septembre 1906, p. 6 ; n° 258, 15 septembre 1906, p. 5 ; n° 289, 16 octobre 1906, p. 6. []
  7. Le Figaro, n° 270, 27 septembre 1906, p. 5. []
  8. Le Figaro, n° 243, 31 août 1909, p. 6. []
  9. Le Figaro, n° 268, 25 septembre 1909, p. 6. []
  10. Le Figaro, n° 247, 4 septembre 1911, p. 6. []
  11. Le Figaro, n° 263, 20 septembre 1911, p. 5. []
  12. Le Figaro, n° 273, 30 septembre 1911, p. 8. []
  13. Le Figaro, n° 250, 7 septembre 1913, p. 5. []
  14. Le Figaro, n° 280, 7 octobre 1913, p. 7. []
  15. Le Figaro, n° 287, 14 octobre 1913, p. 5. []
  16. Le Temps, 18 juillet 1894, n° 12104, p. 1. []
  17. « Don extraordinaires », Bulletin de l’Union français pour le sauvetage de l’enfance, janvier-avril 1895, n° 15, p. 142. []
  18. Le Figaro, n° 271, 27 septembre 1912, p. 1. []
  19. Œuvre de préservation de l’enfance contre la tuberculose, Rapport annuel, 1913, p. 92. []
  20. Le Figaro, n° 181, 30 juin 1925, p. 1. []
  21. Le Figaro, n° 138, 18 mai 1911, p. 1. []
  22. « Croix-Rouge », Le Gaulois, n° 314, 9 novembre 1912, p. 1. []
  23. Le Figaro, n° 279, 6 octobre 1914, p. 3. []
  24. Le Figaro, n° 75, 16 mars 1926, p. 1. []
  25. Jean-Paul Briastre, Soldats du Quercitain, Saint-Denis, Mon Petit Éditeur, 2013, p. 81. []
  26. « Notre souscription ». Le Figaro, n° 28, 28 janvier 1910, p. 1. []
  27. « Pour un monument à Gaston Calmette », Le Figaro, n° 100, 10 avril 1914, p. 1. []
  28. Le Figaro, n° 363, 29 décembre 1914, p. 2. []
  29. Le Figaro, n° 17, 17 janvier 1921, p. 2. []
  30. « Avant la tombe ». []
  31. Doyle, Catalogue – European and American Paintings.
    Disponible en ligne : https://doyle.com/auctions/0212101-european-and-american-paintings/catalogue/185-louis-gabriel-eugene-isabey. []
  32. David et ses élèves, 7 avril-9 juin, 1913, Palais des beaux-arts de la ville de Paris. Paris, Impr. G. Petit, 1913 [catalogue d’exposition], p. 58. []
  33. Nous ne possédons pas plus d’informations à ce sujet, si ce n’est que ce tableau est une huile sur toile de dimension 65,5 cm sur 54,8 cm. []
  34. Jeanne Potrel, « Huquier, Engravers », Notes and Queries, vol. 10, n° 24, 1904, Oxford University Press, p. 469-470.

    « Je suis à la recherche d’informations concernant les graveurs français Huquier, père et fils. Tous deux vivaient en Angleterre. Le père, Gabriel Huquier, se rendit en Angleterre vers 1755 ou 1756, et revint en France vers 1762. Le fils, James Gabriel Huquier, arriva en Angleterre vers 1768, mais s’y établit, et après avoir premièrement vécu à Londres, puis à Cambridge (1783), il mourut à Shrewsbury le 7 juin 1805. Il dessinait des portraits d’une certaine valeur au pastel et au crayon, et fut élu membre de l’Académie royale. Ses œuvres furent plusieurs fois montrées à l’Académie ainsi qu’à la Société des artistes britanniques. Tout ce que je sais de lui est ce que j’ai pu lire dans le … Si quelqu’un pouvait me fournir des informations sur sa vie privée, ses relations, ou sur ses œuvres, dont aucune mention n’est faite dans les publications susmentionnées, ou pouvait m’orienter vers un marchand où je pourrais trouver quelques œuvres ou gravures originales, je lui en serais très obligée, et lui transmets par avance tous mes remerciements.
    Jeanne Potrel
    15, rue Vivienne, Paris » []

  35. François Courboin, Histoire illustrée de la gravure en France, 1924, p. 75. []
  36. Bulletin de la Société d’art français, 1926, p. 76-77. []
  37. « Adhésions nouvelles », Bulletin de la Société archéologique, historique & artistique Le Vieux papier (Paris), mai 1906, p. 244. []
  38. Jacques Hérold, « Estampes gravées en couleurs et en manière de crayon, conservées à la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie », Bulletin semestriel de la Société des amis de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, n° 4, 1930, p. 23. []
  39. à ce sujet voir Michaël Decrossas et Lucie Fléjou, Ornements : XVe-XIXe siècles : chefs d’œuvres de la Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, Paris, Mare & Martin, 2014. []
  40. Catalogue des tableaux, gouaches, desseins en feuilles & sous verre, estampes de toutes les écoles, livres d’estampes & autres curiosités cabinet de M***, cette vente se fera rue des Mathurins, au coin de celle de Sorbonne, on distribuera quinze jours avant la vente une feuille indicative des objets qui seront vendus dans chaque vacation, Paris, De l’Imprimerie de Prault, 1771.
    Disponible en ligne : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/18096 []
  41. François-Charles Joullain, Antoine-Claude Chariot, Catalogue de tableaux à l’huile, à gouasse et au pastel, peintures de la Chine, enluminures, desseins précieux, & estampes choisies, montées, non montées & en recueils, boëtes de la Chine, couleur, pierre d’Italie, différens ustensiles servant à la peinture, objets curieux, & livres de feu M. Huquier, graveur, Paris, De l’Imprimerie de Prault, 1772.
    Disponible en ligne : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/18141 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.