Sur les traces de Jeanne Potrel (Partie 1)

Le registre des lecteurs et lectrices1 de la Bibliothèque d’art et d’archéologie — et sa retranscription au sein d’un très utile tableau par Claire Dupin de Beyssat, dans le cadre de ce programme — nous permet de comptabiliser plus de 1100 noms d’individus ayant fréquenté la Bibliothèque au moins une fois durant la période 1910-1914. Parmi eux, seules vingt-et-une personnes se sont rendues entre cinquante et cent fois rue Spontini, et douze personnes plus d’une centaine de fois. Ces trente-trois lecteurs et lectrices constituent un très mince pourcentage du lectorat global de l’institution : environ 3 %.

On pourrait-on penser que seuls d’éminents chercheurs et chercheuses ont rencontré le besoin de se rendre si régulièrement à Bibliothèque. Il n’en est rien.

En témoigne notamment l’exemple de « Mme Potrel ». Si sa fiche de lectrice nous renseigne sur son assiduité — cinquante-et-une visites en cinq ans, et jusqu’à vingt-cinq visites durant la seule année 1912 — elle ne nous apprend pas même son prénom. Quelques recherches préliminaires permettent rapidement de se rendre compte que l’on ne lui connaît aucune publication scientifique, et que même son identité complète semble introuvable, du moins à première vue.

Fiche de lectrice de “Mme Potrel”.
Archives Nationales, AJ/16/8416-8417.
Tous droits réservés.

Ainsi, de même que nous étions partis « sur les traces » de Kathleen Johnston — chercheuse toutefois moins anonyme — nous vous proposons de remonter le fil de notre enquête sur « Mme Potrel », lectrice assidue… et inconnue. Ce billet nous permettra de mettre en lumière l’usage fait de la Bibliothèque de Jacques Doucet par des historiens et historiennes de l’art non-professionnels, et nous donnera en outre l’occasion d’aborder quelques points de méthodologie de la recherche dans les actes d’état civil numérisés.

Le croisement des sources du programme

La première avancée dans notre investigation a eu lieu grâce croisement entre les recherches sur les lecteurs et lectrices, et l’étude menée par Myriam Chevallier2 sur sept sociétés savantes proches de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, parmi lesquelles la Société pour l’étude de la gravure française.

Le dépouillement des annuaires de ces sociétés avait en effet permis de relever, dans le numéro de L’Annuaire de la Gravure française publié en 1911, la mention d’une « Madame Victor Potrel » — accompagnée d’une adresse, le 15 rue Vivienne, à Paris.

Si l’usage selon lequel tant le nom que le prénom du mari peuvent être attribués à l’épouse nous privait de la possibilité de connaître l’identité complète de notre lectrice, au moins disposions-nous à présent d’un élément précieux pour poursuivre nos recherches.

Sur la piste de Victor Potrel

Encore nous fallait-il passer par Victor Potrel pour réussir à obtenir des informations sur son épouse.

Pour cela, nous pouvions nous appuyer sur deux courtes, mais très utiles, mentions dans la presse — trouvées grâce à une recherche sur le site de presse de la Bibliothèque nationale de France, Retronews.

Le premier filet, situé dans la section « Deuil » de la rubrique « Le Monde et la Ville » du Figaro du 4 août 1897 annonçait : « M. Victor Potrel, décédé à l’âge de 54 ans3 ».

Deux jours plus tard, dans le même journal, l’on pouvait lire :

On a célébré avant-hier, à Notre-Dame-des-Victoires, au milieu d’une nombreuse assistance, les obsèques de M. Victor Potrel, administrateur de la Compagnie fermière de Vichy, décédé à Vaux (Seine-et-Oise), à l’âge de 55 ans.
Le deuil était conduit par ses fils, M. Daniel Potrel, sous-lieutenant au 147e régiment d’infanterie, et M. Jacques Potrel, avoué à la Cour d’appel. L’inhumation a eu lieu au Père-Lachaise4.        

Possédant à présent la date approximative de décès de Victor Potrel, nous pouvions commencer une recherche dans les actes d’état-civil numérisés des Archives départementales des Yvelines5.

Sur la page dédiée, le choix de la commune (Vaux-sur-Seine) et de la date de décès (l’année seule suffit, ici 1897) nous menèrent au fichier 4E 5182 — rassemblant tous les actes de décès établis dans la commune entre 1893 et 1897.

Parmi eux, l’acte n° 32 nous apprit que Victor Potrel — fils de Jacques Potrel et Rose Pichard — était bien décédé en août 1897, plus précisément le 1er jour du mois, et qu’il était alors « rentier », mais surtout que son épouse se prénommait Jeanne Esther Louise Foucher.

Acte de décès de Victor Potrel.
Archives départementales des Yvelines, 4E 5182, acte n° 32.
Tous droits réservés.

En l’absence d’autres informations sur celle que nous pouvions à présent appeler « Jeanne Potrel », nous ne pouvions que nous tourner vers l’acte de naissance de Victor Potrel — car sur ces documents est parfois consignée, a posteriori, la date du mariage de l’individu concerné.

Si sa date de naissance n’était pas indiquée sur son acte de décès, ce dernier nous apprenait en revanche qu’il était né à Paris, et confirmait qu’il était bien décédé à 55 ans — donc vraisemblablement né en 1842, ou en 1841.

L’état civil parisien antérieur à 1860 ayant été détruit durant les incendies de la Commune en mai 1871, nous avons donc consulté les fichiers de l’état civil reconstitué, numérisés et mis en ligne sur le site Archives de Paris. En renseignant le type d’acte (naissance) et le nom « Potrel », nous avons accédé au fichier V3E/N 1853 — où se trouvent, classés par ordre alphabétique des noms de famille, les actes de naissances des habitants Potre à Potriquet. Ainsi avons-nous pu constater que Victor Potrel était né le 23 juillet 1842 dans le 10e arrondissement, mais que son mariage n’était pas mentionné sur l’acte.

Acte de naissance de Victor Potrel.
Archives de Paris, 5Mi1 528 [état-civil reconstitué].
Tous droits réservés.

L’enquête dans les tables décennales

Victor Potrel étant né à Paris et décédé à Vaux, nous avions cependant lieu de penser que son union avec Jeanne Foucher avait eu lieu dans l’une de ces deux communes — vraisemblablement après 1860, à dix-huit ans passés pour Victor.

Entrent alors en jeu les tables décennales — créées par l’Administration Révolutionnaire en 1793 — qui regroupent et résument, par ordre alphabétique, les actes d’état-civil établis dans une commune sur une longue période de temps — parfois un peu plus d’une décennie.

N’ayant rien trouvé à Vaux — après consultation du fichier 5MI123 des Archives des Yvelines, couvrant la période 1802-1902 — nous avons donc entamé une recherche dans les tables décennales des Archives de Paris, qui demandent une recherche plus précise — car ces dernières sont établies par décennie et par arrondissement.

En commençant par la « décennie » 1860-1872, nous avons dû éplucher les tables de chaque arrondissement parisien, pour finalement trouver un résultat dans le 16e, grâce à la table D1M9 437 : Victor Potrel et Jeanne Foucher s’étaient unis le 19 janvier 1867.

Cette indication nous a permis de mettre la main sur l’acte d’état-civil correspondant6, véritable mine d’informations.

Table décennale ayant permis de retrouver la date de mariage de Jeanne Foucher et Victor Potrel.
Archives de Paris, 1860-1872, Mariages, 16, D1M9 437, feuillet 13.
Tous droits réservés.
Acte de mariage de Jeanne Foucher et Victor Potrel.
Archives de Paris, 1867, Mariages, 16, V4E 1953, acte n° 13.
Tous droits réservés.

Il nous apprit en effet — outre le fait que les époux avaient passé un contrat de mariage le 15 janvier devant maître Pinguet — leurs adresses respectives avant leur mariage : Victor résidait au 89, rue Richelieu dans le 2e arrondissement ; quant à Jeanne, elle habitait « chez père et mère » (Paul Aimé Foucher, fabricant de bronzes, et Euphrasie Lenoir) au n° 2, rue d’Erlanger, dans le 16e. Et surtout, elle était née le 28 décembre 1845 dans le 2e arrondissement — date confirmée dans son acte d’état-civil reconstitué7.

Acte de naissance de Jeanne Foucher.
Archives de Paris, 5Mi1 588 [état-civil reconstitué].
Tous droits réservés.

À la recherche des enfants Potrel

Si nos questions relatives à l’identité de Jeanne Potrel (née Foucher), étaient à présent presque toutes résolues, deux d’entre elles restaient néanmoins en suspens : celle de la date de son décès, et celle de l’identité de ses enfants.

La nécrologie de Victor Potrel en mentionnait au moins deux : Daniel et Jacques. Ils étaient, selon toute vraisemblance, nés à Vaux ou à Paris, entre 1860 et 1897. Le fichier 5MI123 — rassemblant les tables décennales de la commune de Vaux entre 1802 et 1902 — n’ayant pas permis de les retrouver, nous avons donc repris notre dépouillement des tables décennales de l’état-civil parisien, en nous concentrant cette fois sur celles des naissances.

Et c’est la table D1M9 2 qui répondit à nos interrogations. Elle comportait trois mentions de « Potrel » nés dans le 1er arrondissement entre 1860 et 1872 : Suzanne, née le 3 novembre 1868 ; Daniel, né le 21 mars 1870 ; et Jacques, né le 30 décembre 1872.

Table décennale ayant permis de retrouver les dates de naissance des enfants Potrel.
Archives de Paris, 1860-1872, Naissances, 01, D1M9 2, feuillet 123.
Tous droits réservés.

La recherche des actes de naissance correspondants (respectivement V4E 76, acte n° 1544 ; V4E 93, acte n° 452 ; V4E 2495, acte n° 1924) nous a suite permis de confirmer l’identité des parents — qui se trouvaient bien être Jeanne et Victor.

Un détour par l’Institut de France

Restait à vérifier si Jeanne Potrel — ou, plus largement, sa famille — était mentionnée dans d’autres fonds d’archives.

Grâce au Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur (Calames), l’on a pu identifier la présence de plusieurs documents relatifs aux Potrel dans le fonds Gabriel Hanotaux, conservé à la Bibliothèque de l’Institut de France8 : une lettre9 et une carte de visite10 signées de Victor ; deux lettres11 et une carte12 de Jeanne ; le faire-part de décès de cette dernière13 ; et une lettre de Suzanne14.

Cette fois, c’est donc un fond d’archives privé — conservé dans une institution publique — qui nous a permis de répondre à notre dernière question, celle de la date de décès de Jeanne. L’on pouvait y lire :

Vous êtes prié d’assister aux Service, Convoi et Enterrement de :
Madame veuve Victor Potrel, née Jeanne Foucher, décédée le 3 décembre 1926, munie des sacrements de l’Église, en son domicile, rue Vivienne, n° 15, à l’âge de 80 ans ;
Qui se feront le Lundi 6 courant, à MIDI très précis, en l’Église Notre-Dame-des-Victoires, sa paroisse. 
[…]
L’inhumation aura lieu au Cimetière du Père-Lachaise15

C’est bien cette date que nous confirme l’acte d’état-civil retrouvé par la suite aux Archives de Paris16.

Les autres documents ne nous apprennent que peu de choses sur la vie de Jeanne, mais permettent de comprendre quelles pouvaient être les fréquentations des époux Potrel. L’on constate notamment qu’ils recevaient à dîner Gabriel Hanotaux (1853 – 1944), qui semblait travailler avec leur fils Jacques. Ancien maître de conférences à l’École pratique des hautes études, ce diplomate avait été élu député de l’Aisne, et devint en 1894 ministre des Affaires étrangères. Jeanne conserva des relations avec lui jusqu’à la fin de sa vie, comme en témoigne cette lettre du 23 septembre 1920 :

Le Pouldu, 23 septembre,
Cher Monsieur,
Je n’oublie rien du passé ! Et c’est du plus profond de mon cœur que je vous envoie mes félicitations et mes vives amitiés,
Jeanne Potrel17

Pour citer ce billet : Lucie Prohin, « Sur les traces de Jeanne Potrel (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 24/03/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/757.

  1. Cote : Archives Nationales, AJ/16/8416-8417 []
  2. Myriam Chevallier a travaillé au sein de notre programme de juillet à décembre 2020. []
  3. Le Figaro, n° 216, 4 août 1897, p. 2. []
  4. Le Figaro, n° 218, 6 août 1897, p. 2. []
  5. La ville de Vaux, autrefois située dans le département de Seine-et-Oise, se nomme en effet aujourd’hui Vaux-sur-Seine, et fait partie du département des Yvelines. []
  6. Cote : Archives de Paris, V4E 1953, acte n° 13. []
  7. Cote : Archives de Paris, 5Mi1 588 [état-civil reconstitué]. []
  8. Cote : Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 8524. []
  9. Boîte 5 / 119 : une lettre autographe signée de Victor Potrel, 6 décembre 1892. []
  10. Boîte 6 / 87 : une carte de visite autographe signée de Victor Potrel, s.d. [1892-1894]. []
  11. Boîte 6 / 88 : deux lettres autographes signées de Jeanne Potrel, s.d. [1892-1894]. []
  12. Boîte 11 : une carte autographe signée de Jeanne Potrel, 23 septembre 1920. []
  13. Boîte 17 : un faire-part de décès (de Jeanne Potrel), envoyé par Suzanne Potrel, 3 décembre 1926. []
  14. Boîte 41 : une lettre autographe signée de Suzanne Potrel, 24 mars 1936. []
  15. Cote : Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 8524, Boîte 17. []
  16. Cote : Archives de Paris, 2D 99, acte n° 659. []
  17. Cote : Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 8524, Boîte 11. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.