Un exemple de mécénat de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Charles Picard et les fouilles de Thasos (Partie 2)

Tout au long de sa vie, Charles Picard se préoccupa de pédagogie en promouvant l’enseignement de l’archéologie1. Il chercha également à diffuser ses découvertes auprès d’un plus large public. En lui offrant cette possibilité, le projet de publication de fouilles de Thasos financé par Jacques Doucet lui était particulièrement cher. Sa lettre du 24 septembre 1912 à René-Jean y fait directement allusion :

Je suis heureux au moins dès maintenant de me rappeler à votre bon souvenir. Nous allons en effet, comme vous le dîtes avoir l’occasion d’être en relations assez suivies, et ce sera tout plaisir pour moi. J’aurais eu aussi l’intention2 et le vif désir de remercier personnellement monsieur Doucet. En attendant que j’aie quelque loisir, voulez-vous être mon interprète3.

 Ce projet consistait, au départ, en la publication de deux fascicules dont l’un devait porter sur l’enceinte hellénistique et le second sur les monuments intérieurs de la ville. Par la suite, il évolua en une publication de trois fascicules, dont le dernier volet devait porter sur les sculptures4. Il s’agissait de rendre compte des « fouilles commencées il y a deux ans et [qui avaient] fait l’objet de deux campagnes et d’un article «  dans les C[comptes]-R[endus] de l’Acadé[mie] des Inscr[iptions et Belles-Lettres] par A. J Reinach (pour sa partie)  et par [Charles Picard] (pour la [s]ienne)»5. Depuis 1910, les fouilles françaises avaient pour ambition, comme le rappelle Charles Picard dans son long courrier daté du 1er octobre 1912 à René-Jean, de « dégager toute [l]’enceinte qui dans sa partie ancienne est antérieure aux guerres médiques […], trois portes monumentales richement décorées de reliefs » mais aussi des « édifices publics qui avant 1911 n’avaient été ni fouillés ni étudiés6 ». Charles Picard cherchait enfin à étudier de près  le Temple d’Apollon Pythien , sur l’Acropole, qu’il avait commencé à fouiller. La correspondance du 1er octobre 1912 visait donc, dans un souci scientifique, à informer René-Jean et Jacques Doucet de l’avancée des travaux avant la mise au point du projet destiné aux Publications pour faciliter les études d’art en France.

Lettre de Charles Picard à René-Jean du 1er octobre 1912.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1014.

Dans l’idée de diffuser auprès de la communauté savante les entreprises menées par la Bibliothèque d’art et archéologie, la publication devait être annoncée lors du congrès international d’archéologique classique qui se tint à Rome du 8 au 16 octobre 1912, comme le rappelle Sylvie Maignan : « Nous pensons que René-Jean est bien allé en Italie en 1912. C’est seulement à cette époque qu’il est question d’un tel voyage dans la correspondance et nous nous rappelons l’avoir entendu évoquer des souvenirs. ».7. Pourtant, le compte rendu du congrès ne fait pas mention de cette communication, sans que l’on sache réellement les raisons de cette absence8.

Outre les résultats des fouilles, la correspondance de Charles Picard avec René-Jean mentionne la volonté de Jacques Doucet de publier, en complément, la collection de marbres d’Adolf Wix von Zsolnay, consul d’Autriche-Hongrie à Kavala et grand collectionneur de pièces thasiennes9. C’est dans ce sens qu’il échange avec René-Jean en juin 1913, mais la situation politique et les intermédiaires nécessaires à une telle publication ralentissent les démarches :

J’avais dessein de vous écrire au sujet des marbres thasiens de la collection de Wix (Vienne), que nous devons publier, grâce à l’aide courtoise de M. Jacques Doucet, dans notre livre sur Thasos10.

Lettre de Charles Picard à René-Jean du 8 juin 1913.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1015.

Pour les pièces de Vienne, je puis demander l’indication à M. Sitte, professeur à Innsbruck, qui a été notre intermédiaire, près de M. Wix et a d’ailleurs déjà donné dans le Wiener Jahreshefte quelques notes sur la collection mais pour les pièces restées actuellement à Cavalla, la difficulté est grande. Les Bulgares ferment la ville, et l’on est reçu à coup de fusil si l’on tente d’y pénétrer soit par terre soit par mer. Ce n’est évidemment pas le moment d’aller y faire des études archéologiques, même quand on est, comme je le suis en ce moment, à Thasos. C’est-à-dire à moins de trente kilomètres.10.

C’est donc à Vienne qu’il paraît plus prudent de faire les photographies des pièces majeures de la collection Wix qui devront figurer dans la publication en cours de préparation. Les propos de Charles Picard montre là encore le dynamisme dont fait preuve Renée-Jean :

M. Avezou me dit que vous considérez cependant plus facile de faire photographier, à Vienne au moins, les pièces transportées. Le mieux serait alors que vous me donniez l’indication de vos moyens, et la date à laquelle on pourrait opérer. Je m’entendrai sur place soit avec le possesseur, soit avec M. Sitte, qui pourraient donner eux-mêmes au photographe les indications nécessaires10.

Depuis 1909, Jacques Doucet avait eu l’idée d’adjoindre à sa Bibliothèque d’art et d’archéologie une photothèque, dirigée par Louis-Eugène Lefèvre. Pour fournir cette dernière, il s’était procuré des clichés originaux issus des « fonds du Louvre, de l’Institut archéologique allemand d’Athènes, du British Museum, des firmes Alanari, Sommer11 ». Mais Jacques Doucet ne s’arrêta pas là et finança, comme on le voit dans la correspondance précédemment citée, les photographies nécessaires aux publications envisagées. Pourtant cette entreprise ne s’avéra pas toujours aisée puisque l’envoi du photographe Jaffé par la Bibliothèque d’art et d’archéologie à Vienne semble avoir « fait mauvaise impression » auprès de M. Sitte, qui « a dû se croire dépossédé ». René-Jean et Charles Picard préférèrent donc associer Heinrich Sitte directement à leur publication, en utilisant ses propres clichés, car il était « indispensable pour [eux] de faire figurer dans [leur] étude ces marbres importants.12 ».

Lettre de Charles Picard à René-Jean du 12 mai 1914.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1016.

Pour la mise en page des volumes retraçant les fouilles de Thasos et la marbres de la collection Wix, on adopta « le format des Bronzes Fouquet (sauf pour les dessins et plans d’architecture) » ainsi que « la photographie à l’exclusion de l’héliogravure », jugée infidèle par Charles Picard. Le souci d’uniformité – « Les caractères se rapporteront autant que faire se peut, à ceux du livre de Perdrizet » – laissait toutefois place à des différences dans les détails13. Des conditions semblables à celles accompagnant l’ouvrage de Perdrizet furent offertes aux collaborateurs de la publication sur les fouilles de Thasos :

Vous savez certainement que M. Doucet a promis à M. Holleaux de mettre à la disposition des collaborateurs de chaque volume un certain nombre d’exemplaires formant un total général du 60aine de volumes14.

Dans le souci de faire connaitre ces travaux et de le mettre à disposition, « l’ouvrage [devait être envoyé] à toutes les universités et tous les savants qu’il [pourrait] intéresser14 ».

Copie d’une lettre de Charles Picard datée du 12 juillet.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1016.

On retrouve bien dans ces généreuses conditions le projet initial de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, qui sut s’associer à l’École française d’Athènes, heureuse de trouver en la personne de Jacques Doucet un mécène capable de suppléer des financements publics insuffisants. Malheureusement, la guerre vint interrompre le projet et mettre fin à la parution d’un livre qui, aux yeux de son commanditaire, figurait parmi les publications indispensables pour faciliter les études de l’art en France.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « Un exemple de mécénat de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Charles Picard et les fouilles de Thasos (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 09/03/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/682.

  1. À son retour en France, après son poste à École française d’Athènes, il obtient la chaire d’archéologie de l’université de Lyon, en remplacement de Henri Lechat, décédé en 1925, avant d’occuper celle de la Sorbonne, à partir de 1928, où il succède à Gustave Fougères. Il s’occupe également de préparer les Normaliens à l’École française d’Athènes. En 1932, il est élu à l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, puis prend la direction de l’Institut d’archéologie de la Sorbonne, qu’il a fondé, en 1937. []
  2. Sous-entendu : si la préparation de son mariage ne l’avait retardé dans ses réponses à René-Jean et à Jacques Doucet. []
  3. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1013. []
  4. Comme le confirme Charles Picard dans un courrier daté du 8 mai 1914 adressé à Heinrich Sitte, collaborateur de la publication. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1 , 1016. []
  5. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1013 []
  6. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1014 []
  7. Sylvie Maignan, Un critique d’art parisien : René-Jean,1879-1951, Mémoire de l’École du Louvre, 1979, p. 194-195. []
  8. René Cagnat, « le congrès international d’archéologie classique de Rome », Journal des Savants, 1913, p. 35-43. []
  9. « Riche négociant en tabac, Wix von Zsolnay constitua avant 1914 une collection d’antiquités – essentiellement de sculpture thasienne – qu’il put rapporter dans son pays ». Bernard Holtzmann, « la sculpture à Thasos : les reliefs », Revue Archéologique, nouvelle série, fasc. 1, 1992, p. 188-200. []
  10. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1015. [] [] []
  11. François Chapon, C’était Jacques Doucet, La Flèche, Fayard, 2006, p. 518. []
  12. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 145, 1, 1016. []
  13. Paris, BINHA, 145, 1, 2447 ter []
  14. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 145, 1, 1016. [] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.