L’Annuaire de la gravure française (1911-1914)

Les liens de la Société pour l’étude de la gravure française avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie apparaissent de manière particulièrement nette à la lecture de l’Annuaire de la gravure française publié à partir de l’année 1911. Née à la suite d’une proposition de Jacques Doucet1, cette publication annuelle était destinée aux sociétaires. Réalisée grâce aux moyens financiers, matériels et humains de la Bibliothèque de la rue Spontini, elle faisait largement écho à l’esprit des « publications pour faciliter les études d’histoire de l’art en France » lancées par cette dernière, tout en affichant une tonalité plus intime et familière.

Albert Vuaflart, Épreuve de la page de titre de l’Annuaire de gravure française 1913-1914.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 138bis, 65, 1.

L’un des buts de l’Annuaire était en effet de constituer et de rendre visible un réseau de personnes savantes en matière d’estampes – un réseau auquel il convenait de fournir des outils, susceptibles de permettre sa consolidation et son extension. Il s’agissait bien, grâce à cette publication, de faciliter, de manière très pratique, les recherches sur la gravure et la lithographie en s’appuyant sur l’expérience, les collections, les équipes et les fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Divisé en trois parties, l’Annuaire débutait par un rappel des statuts et un compte-rendu des séances de l’année, accompagnés de la liste mise à jour des sociétaires ; suivait une section composée des rubriques « Bibliographie », « Ventes publiques », « Cabinets d’Estampes », « Sociétés de Gravures », « Expositions », « Livres illustrés par la Gravure » et « Chronique » ; puis, sous l’intitulé, « Études et notices », trois ou quatre textes sur l’estampe, dont l’un accompagnait une planche originale.

Dans l’optique de favoriser la naissance d’un véritable réseau, un grand soin était porté à la liste des membres et des institutions, classées par pays et décrites de la façon la plus pratique possible (horaires, interlocuteurs, fonds, catalogues, publications) grâce à des renseignements actualisés auprès des responsables. Concernant uniquement les « Collections publiques de Paris » dans le premier Annuaire, les renseignements devinrent de plus en plus amples au fil des publications, permettant de dresser un état des lieux des principaux cabinets accessibles en France – à Paris et dans les « Départements » – mais aussi en Allemagne, en Autriche-Hongrie, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Russie et en Suisse. Ces derniers étaient décrits dans des notices sous lesquelles figurent les noms de John Cotton Dana, Campbell Dodgson, Max Friedlander, Paul Ganz, Peter Jessen, Max Lehrs ou encore Simon Meller.

Albert Vuaflart, Épreuves de la liste de membres de l’Annuaire de gravure française 1913-1914.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 138bis, 65, 2.

Œuvre d’André Girodie puis d’Étienne Deville, la section bibliographique constitue une partie particulièrement intéressante, fortement marquée par le prisme de la Bibliothèque. Rappelant le modèle « parfaitement désintéressé2 » du Répertoire d’art et d’archéologie, dont le premier fascicule était paru en 1910, elle s’avère toutefois bien plus bavarde et moins normée que ce dernier, laissant une large part au commentaire de ses auteurs. À la mention quasi systématique de la production des employés et lecteurs assidus de la jeune institution – Georges Battanchon, Noël Clément-Janin, Jean Locquin, Conrad de Mandach ou René Schneider – s’ajoute une grande disparité dans les descriptions des ouvrages et articles. Parfois réduites à une citation, d’autres fois riches en digressions, ces dernières portent la trace des conversations quotidiennes comme des points de vue revanchards de Girodie, soucieux de relativiser l’importance de l’Allemagne dans l’art comme dans la recherche et employant la première personne du pluriel pour tout ce qui concerne à la France3. La large place donnée aux travaux de Jean Locquin sur la peinture d’histoire4 comparée à la relativement courte mention de Fine books d’Alfred Pollard5, est particulièrement significative du rôle de la jeune Bibliothèque dans la conception de l’Annuaire. D’autres passages sont plus caractéristiques des obsessions de Girodie – lorsqu’il écrit à propos de la monographie de Coquiot sur Lautrec parue en 1913 qu’« on n’accepte pas, avec Gustave Coquiot, que Toulouse-Lautrec […] ait ‘‘bavé de joie’’ devant nos prostituées6 » ou lorsqu’il décrit, à propos de Goethe und die Graphischen Künste d’Hermann Brandt, la mise en avant d’un « Goethe français », dont l’âme universelle « n’appartient plus à aucune patrie7 ».   

André Girodie, Épreuves de la Bibliographie de l’Annuaire de gravure française 1913-1914.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 138bis, 65, 5.

Si elles sont moins marquées des préoccupations nationalistes de leurs auteurs, les méthodes qui prévalurent à l’établissement des rubriques dédiées aux ventes, aux expositions, aux livres illustrés et à la chronique de l’estampe rappellent également celles qui avaient cours à la Bibliothèque d’art et d’archéologie – et en particulier les vastes campagnes de dépouillements et de création de répertoires menées par l’équipe animée par Albert Vuaflart. Basé sur les catalogues qui faisaient l’une des richesses de la Bibliothèque de Doucet, le travail de Jacques Mayer sur les ventes est ainsi accompagné à partir de 1912 d’un index permettant de repérer les artistes avec une grande facilité. Les expositions sont quant à elles soigneusement classées par villes et catégories – Salons, Sociétés – avant d’être décrites dans des notices indiquant leur rang, leurs dates et les références de leur catalogue avant la liste – souvent très fournie – des exposants. L’Annuaire paraît ainsi épouser les contours de la « grande publication spéciale » dédiée à l’estampe appelée de ses vœux par Clément-Janin dans la livraison de 1911 :

Il y aurait place, […] à côté des importantes revues d’art général, dont les noms et les mérites sont universellement connus, pour une publication spéciale qui suivrait de près le mouvement de la gravure, étudierait les artistes, annoncerait leurs œuvres, publierait les ventes, ferait connaître les grandes collections, analyserait les travaux tant en France qu’à l’étranger, rendrait un compte détaillé des expositions, etc., bref, ferait son métier de revue technique, avec une périodicité assez fréquente pour conserver l’attrait de l’actualité8.

Appelé à s’étendre et à gagner en ampleur grâce à des frais intégralement assumés par la Bibliothèque d’art et d’archéologie – qui se chargeait également du stockage et de l’envoi des publications de la Société9 – l’Annuaire lui permettait de s’afficher comme un moteur dans le domaine de l’estampe face à d’autres institutions bien plus anciennes, comme la Bibliothèque nationale. Il était même perçu comme un moyen de rivaliser avec cette dernière, voire de s’y substituer en devenant une véritable référence dans le recensement de la production gravée. Un projet comme celui d’un « répertoire de toutes les planches gravées dans l’année », formulé par Henri Bourin lors de son rapport du 12 juin 1912, témoigne par exemple des ambitions de la jeune entreprise, désireuse de construire un monument « analogue à ce qu’est la Bibliographie de la France pour les ouvrages imprimés10 ».

Si ce projet fut abandonné assez rapidement11, il montre bien le souci de couvrir le maximum de champs qui prévalut à la création de l’Annuaire – une ambition conforme à celle de la Bibliothèque de Doucet. L’Annuaire fut d’ailleurs de plus en plus marqué par cette dernière, dont il tendit à faire toujours davantage la promotion. Ce tropisme est visible dans la dernière partie, où la parole est largement donnée à des employés, artistes ou lecteurs de la Bibliothèque qui participent à la mise en valeur de l’entreprise et de son fondateur ; mais il est aussi, pour qui les consulte avec attention, largement perceptible dans d’autres sections, comme celles des expositions et des ventes, qui permettent de pister les estampes acquises par la Bibliothèque d’art et d’archéologie et d’avoir un aperçu des moyens à sa disposition, sans commune mesure avec ceux des autres institutions françaises. Dans la dernière livraison de l’Annuaire, Seymour de Ricci, qui succéda à Jacques Mayer après son décès, innove ainsi en signalant les achats de la Bibliothèque au cœur du dépouillement des catalogues de vente. Les prix, souvent très élevés, y sont également mentionnés. Son exposé est précédé d’un long commentaire, dans lequel il revient sur l’importance de la Bibliothèque fondée par Doucet, notamment visible dans son acquisition et sa « ranimation » de pièces prestigieuses de la collection Foulc12 :

Tous ceux qui se sont intéressés à l’estampe d’ornement connaissaient de réputation la collection Edmond Foulc : pendant quarante ans, cet amateur éminent avait fouillé l’Europe entière pour y découvrir les pièces qui lui manquaient ; il n’avait qu’un rival, Hippolyte Destailleur, et Foulc lui survécut de vingt-cinq ans, ce qui lui permit de s’enrichir encore de ses dépouilles. Feuilletez Guilmard, et voyez combien de pièces ne lui sont connues que par les épreuves de notre amateur.

On connaît l’odyssée de cette bibliothèque ; on n’a pas oublié nos regrets quand elle traversa l’Atlantique pour entrer chez Pierpont Morgan et notre satisfaction quand, à la suite d’habiles négociations, elle revint en France. Une vente aux enchères, qui produisit près de 700,000 francs, permit d’en effectuer la dispersion dans les conditions les plus heureuses ; sans s’alourdir de doubles sans nombre, la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie put s’assurer la possession de presque tout ce qui, dans cette bibliothèque, pouvait lui être utile. Rajeunie, complétée, enrichie, la collection Foulc est toujours vivante, pour la joie des artistes et des travailleurs. On trouvera plus loin les principaux prix de la vente, mais comment ne pas citer ici le grand œuvre de Du Cerceau et la suite incomparable des estampes françaises d’ornement du XVIe et du XVIIe siècles, dont aucun autre cabinet public ou privé ou privé ne saurait montrer l’équivalent13.

Jacques Androuet du Cerceau, Petits cartouches de Fontainebleau, eau-forte, vers 1545-1547.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, 4 RES 87 (planche 10).
Jacques Androuet du Cerceau, Fonds et couvercles de coupes, eau-forte, vers 1546.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, FOL RES 15 (planche 5).

Les paragraphes suivants permettent de suivre quelques enrichissements du Cabinet des estampes anciennes et du Cabinet des estampes modernes. Y sont notamment signalés l’achat de l’Allégorie du Mariage du Dauphin de Gabriel de Saint-Aubin pour 1.410 fr à la vente d’Alfred Beurdeley, celui d’un recueils de « Costumes du XVIIIe siècle » de 1087 planches signées « Bonnart et autres » pour 21.000 fr à la vente Louis Lebeuf de Montgermont ou encore ceux du premier état de la planche Le nouveau-né au bonnet d’Eugène Carrière et de la Chanteuse de café-concert d’Edgar Degas pour respectivement 340 francs et 4.600 francs14.

Eugène Carrière, Le Nouveau-né au bonnet, lithographie, 1890.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM CARRIERE 30.

La dernière partie de l’Annuaire témoigne de la volonté de s’adresser — au-delà des collectionneurs et des amateurs ­— à un public d’historiens et de chercheurs, ainsi que des liens entretenus avec les « maîtres » dont les planches sont publiées. La volonté d’être le plus représentatif possible dans les techniques faisait écho à celle d’aborder tous les sujets du point de vue historique, en vue d’aboutir à une sorte d’« anthologie de la Gravure Française15 ». Éventuellement accompagnés de reproductions de grande qualité ­— comme celle de la xylographie d’Antoine Chevallier étudiée par l’abbé Jean Gaston en 191116 — les essais, documents et travaux de la dernière partie étaient eux-aussi l’occasion de faire la promotion de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, de ses buts et de ses résultats. C’est ainsi que Jean Locquin, auquel André Girodie confia la poursuite de son projet de livre sur les morceaux de réception des graveurs académiciens17, fut appelé à présenter dans l’Annuaire de 1912 « une courte étude » sur l’œuvre gravé de Jean-Baptiste Oudry, résultat d’une thèse soutenue « brillamment » pour laquelle les ressources de la Bibliothèque d’art et d’archéologie avaient été particulièrement importantes18. Noël Clément-Janin, de son côté, assura la promotion du Cabinet des estampes du XXe siècle pour lequel il avait été recruté par Doucet en septembre 1911 dans son texte intitulé « L’Estampe moderne » :

 « Un homme s’est rencontré » qui, dans une grande fortune, avait puisé des motifs de développer son éducation artistique et qui, à l’âge des résolutions définitives, avait trouvé, dans une claire intelligence des besoins de l’élite, des raisons de fonder une œuvre originale et durable.

C’est ainsi qu’il créa une grande bibliothèque consacrée à l’Art et à l’Archéologie, instrument de travail admirable et unique, libéralement mis à la disposition des écrivains. A cette bibliothèque, il adjoignit un Cabinet d’Estampes anciennes, puis, par une avancée plus directe encore vers l’action, il créa un Cabinet d’Estampes modernes, déjà riche de près de cinq mille pièces.

Temple de l’estampe originale contemporaine, CABINET DU XXe SIECLE, c’est une fondation dont l’avenir appréciera les trésors amassés aux prix qu’ils auront alors atteint. Supposez un Cabinet analogue qui aurait recueilli, en son temps, tous les dessins et tous les états de Meryon, ainsi que les essais de l’artiste, presque aussitôt déchirés que produits ! Mais le présent peut aussi apprécier l’influence qu’une telle fondation doit avoir sur le développement de la gravure, puisqu’elle procède par voie d’achats, et non par dons, et qu’elle offre, en même temps, aux artistes des termes de comparaison avec les œuvres écloses dans les pays étrangers. Donc, encouragement pécuniaire et émulation, commandes directes d’estampes, études, documents, catalogues, désignation des meilleurs artistes par le fait même qu’ils figurent dans une collection nombreuse, mais néanmoins sélectionnée, tels sont les services que le Cabinet d’Estampes modernes rend à la cause de la gravure contemporaine, grâce à l’initiative généreuse et au jugement éclairé de M. Jacques Doucet19.

Si les études réunies émanaient indéniablement d’auteurs de qualité, auxquels l’Annuaire offrait des conditions enviables en leur laissant la possibilité d’explorer des formes d’histoire littéraires ou de publier de multiples documents, elles demeurèrent, en raison des exigences bibliophiliques de la Société d’étude de la gravure française, extrêmement peu diffusées. L’audience en fut ainsi confidentielle, confortant finalement l’idée d’un « art en péril20 », réservé à une communauté dont la vitalité était bien moins évidente que ne voulait le croire Clément-Janin lorsqu’il évoquait avec enthousiasme le « pullulement invraisemblable de petits amateurs » qui ne demandaient selon lui « qu’à grandir21 ».

Pour citer ce billet : Pascale Cugy, « L’Annuaire de la gravure française (1911-1914) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 22/02/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/634.

  1. Lors de la Séance du Comité-Directeur du 21 décembre 1911, Doucet « propose que la Société publie un Annuaire qui comprendrait, outre les renseignements administratifs concernant la Société, tout ce qui intéresse la Gravure Française pendant l’année écoulée : bibliographie des livres et des périodiques, expositions, ventes publiques, ouvrages illustrés de planches originales, chroniques, etc. » et déclare qu’il « mettrait à disposition de la Société, pour la rédaction de cet Annuaire, les services de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. » « Séance du Comité-Directeur », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 28. []
  2. « L’édition de ce Répertoire ne relève d’aucune attache commerciale ; elle constitue une tentative parfaitement désintéressée dont le seul but est de faciliter leurs études aux érudits. Il aurait été impossible d’entreprendre ce travail sans un appui bienveillant ; nous l’avons trouvé dans la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie qui a bien voulu accueillir notre projet et nous fournir les moyens de le réaliser. » Répertoire d’art et d’archéologie, 1ère année, 1er trimestre, 1910, p. VII-VIII. []
  3. sur Girodie, voir François-René Martin, « GIRODIE, André », dans Claire Barbillon et Philippe Sénéchal (éd.), Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale,Paris, Institut national d’histoire de l’art, 2008 []
  4. André Girodie, « Bibliographie », Annuaire de la gravure française,1912, p. 52-53. []
  5. André Girodie, « Bibliographie », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 54. []
  6. André Girodie, « Bibliographie », Annuaire de la gravure française, 1913-1914, p. 49. []
  7. André Girodie, « Bibliographie », Annuaire de la gravure française, 1913-1914, p. 46-47. []
  8. Noël Clément-Janin, « L’Estampe moderne », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 132-133. []
  9. « nous ne saurions dépenser moins de six mille francs pour l’établissement de notre Annuaire ; encore la plupart des frais de rédaction rentrent-ils dans le budget de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, qui reçoit en outre à sa charge toute la manutention nécessitée par l’envoi de nos volumes. » « Rapport de Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1913-1914, p. 32. []
  10. « Nous espérons qu’en 1912 nous pourrons établir un nouveau chapitre d’une importance capitale : le répertoire de toutes les planches gravées dans l’année. Nous enverrons au mois de janvier un questionnaire aux graveurs, en utilisant le concours des marchands, des éditeurs et des Sociétés de gravure ; et si les artistes veulent bien répondre à notre appel, nous pourrons constituer, en matière de gravures, un monument analogue à ce qu’est la Bibliographie de la France pour les ouvrages imprimés. » « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 33. []
  11. Bourin écrit en effet dès l’année suivante : « Après mûre réflexion, nous n’avons pas entrepris l’enquête que nous vous avions annoncée sur l’ensemble des planches gravées au cours de l’année dernière. Nous en avons été dissuadés par presque toutes les personnalités à qui nous nous sommes adressés. Nous avons acquis la conviction que les œuvres les plus intéressantes nous échapperaient, alors qu’une foule de productions médiocres viendraient encombrer la nouvelle rubrique que nous aurions ouverte. D’autre part, nous n’aurions eu aucun élément pour contrôler les renseignements fournis par les intéressés. Une enquête de cet ordre n’aurait de chance d’aboutir que si la Société bénéficiait d’un dépôt des estampes, qui permettrait de dresser un catalogue en connaissance de cause. » « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 34. []
  12. Voir Michaël Decrossas, Lucie Fléjou, Ornements : XVe-XIXe siècles : chefs-d’œuvre de la Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet, Paris, Mare & Martin, 2014. []
  13. Seymour de Ricci, « Ventes publiques », Annuaire de la gravure française, 1913-1914, p. 103-104. []
  14. Seymour de Ricci, « Ventes publiques », Annuaire de la gravure française, 1913-1914, p. 120, p. 131, p. 149-150. []
  15. « Ces articles seront précédés d’une planche originale, gravée spécialement pour nous, par un artiste d’un talent incontesté. […] Nous nous adresserons ensuite aux plus qualifiés parmi les burinistes, les aquafortistes ou les lithographes et, dans quelques années, les sociétaires possèderont comme une anthologie de la Gravure Française contemporaine, en même temps qu’une brève histoire de ses procédés. » « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 34. []
  16. Abbé Jean Gaston, « Une xylographie française trouvée dans une reliure ancienne : La Vertu de “Force” du Graveur Lyonnais Antoine Chevallier », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 113-119. []
  17. « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure française, 1912, p. 38. []
  18. Voir « Rapport de M. Henri Bourin, Secrétaire », Annuaire de la gravure  de la gravure française, 1912, p. 34 ; Jean Locquin, « L’œuvre gravé du peintre Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) », Annuaire de la gravure française, 1912,p. 173-176. []
  19. Noël Clément-Janin, « L’Estampe moderne », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 134-135. []
  20. L’expression est empruntée à Henri Focillon, qui l’emploie pour qualifier l’état de la gravure d’interprétation au début du XXe siècle. Voir Henri Focillon, « Un Art en péril », Les Arts de la vie, tome III, n° 18, juin 1905, p. 358-367. []
  21. Noël Clément-Janin, « L’Estampe moderne », Annuaire de la gravure française, 1911, p. 134. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.