« faire chez moi un petit coin de Suède où j’ai eu un si grand plaisir d’art… »

Transcription de la correspondance Jacques Doucet – Thorsten Laurin

La ponctuation et l’orthographe ont été modernisées selon l’usage actuel lorsque cela était nécessaire à la compréhension. Toutes les lettres de Jacques Doucet à Thorsten Laurin sont conservées à la Bibliothèque Royale de Stockholm (Archives Thorsten Laurin, SE S-HS L 275:2) ; celles (numéros 4, 10 et 11) de ce dernier à Doucet se trouvent à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sous la cote Archives 182, 6, 16. L’ordre des lettres a été reconstitué en fonction des dates, mais aussi des indications fournies par le papier en tête : Jacques Doucet s’installe dans son appartement au Bois de Boulogne en décembre 1913 ce qui fait de cette date un « terminus post quem »

1) 8 août 1911 [19, RUE SPONTINI]

[ajouté au crayon par une autre main: « Jacques Doucet Konsthandlare ; Paris ? »]

Cher Monsieur

J’attendais un mot de vous en réponse à ma dernière lettre avant de vous écrire.

Je suis enchanté, ravi de mes eaux-fortes de C. Larrson et de son beau cadeau dont je voudrais bien le remercier directement.

Pouvez-vous me donner à peu près l’importance de son œuvre gravé, le nombre de pièces, il y a-t-il un catalogue ?

Comme j’aimerais à les avoir toutes.

Je vous demandais dans ma dernière si je devais vous envoyer le chèque en francs ou en couronnes. La note que j’ai reçue de vous est en francs.

Je pars pour une quinzaine en Allemagne à la fin de la semaine, je puis donc avoir un peu de retard à vous répondre.

Dans l’espoir d’avoir bientôt de vos nouvelles. Je vous envoie l’expression de ma vive sympathie mes respects Je vous prie à Madame J. Laurin et toutes mes meilleures amitiés à votre frère. Quand viendrez-vous à Paris ?

Suis votre

Jacques Doucet

2) 31 août 1911 [19, RUE SPONTINI]

Mon cher Monsieur Laurin

Combien je suis confus et heureux tout à la fois de la façon si gracieuse et si intelligente dont vous enrichissez ma bibliothèque : tout est bien arrivé et ce soir une joie pour moi de classer tout cela et de faire chez moi un petit coin de cette Suède où j’ai eu un si grand plaisir d’art et d’émotion française à voir votre si grande cordialité.

Comme tout est intéressant. Ces deux hommes nouveaux pour moi, Sparre1 et Norlind2 sont de premier ordre, si personnels.

Ces reproductions de tableaux en couleurs si nécessaires pour se faire une idée du mouvement d’art ; merci encore et toujours.

J’ai reçu une première partie de livres de la Nordeska Bokhandeln3.

J’en attend [sic] d’autres, ce qui fait que je ne puis vous répondre pour C. Larsson n’ayant pas encore reçu les Forenningen for Grafiste [sic] Konst4. Je sais que dans ce que je dois recevoir il manque deux estampes de Zorn, peut-être vous qui connaissez tous les Zorn pourrez-vous savoir celles qui manquent et me les procurer, en dehors de la Revue.

Comme je serais heureux si Vous venez en septembre et vous faire les honneurs de mon coin. Venez vite ?

Demain mon secrétaire vous envoie un chèque de 2033,55 fr pour le premier envoi C. Larsson. Veuillez vérifier si il n’y a pas une erreur car en aditionnant [sic] la liste que vous m’avez envoyée avec les prix le total fait 50 fr de plus.

Puis un chèque en couronnes de 862 k. pour l’envoi reçu aujourd’hui.

J’espère que vous continuerez ces aimables intéressants envois pour me compléter.

Je vais faire le nécessaire pour la liste des livres.

Comme je voudrais à mon tour pouvoir vous être agréable.

Merci à votre frère pour la bibliothèque. J’en rêve.

J’espère que l’indisposition de Madame Laurin n’aura pas duré.

Encore une fois grand merci et à bientôt j’espère le plaisir de vous voir.

Suis votre

Jacques Doucet

3) 27 décembre 1912 [19, RUE SPONTINI]

Cher Monsieur et ami

Enfin j’ai votre tableau de Forain, comment et où dois-je vous l’expédier ; je lui ai versé les 2000 fr pour être plus certain de l’avoir, les artistes sont presque toujours des gens peu réguliers.

Ci-inclus le reçu.

Je n’ai pu recevoir le prince de Suède5 tant chez moi est défait et je ne suis pas encore installé dans mon nouvel appartement6.

J’espère que tous les vôtres vont bien.

Je vous souhaite à tous une heureuse année, elle le sera pour moi si j’ai le grand plaisir de vous voir car je compte sûrement aller à Stockholm.

Croyez à ma sincère amitié

Jacques Doucet

4) Le secrétaire de M. Doucet / 19 Rue Spontini / Paris / France

Ekarne, 18 mars 1913

Monsieur,

Je viens de recevoir votre lettre avec le chèque pour 667 couronnes, dont je vous remercie. Je vois que j’ai donné des prix non justes pour les eaux-fortes de Anckers7 dans ma dernière lettre. Je ne sais pas encore, si vous avez reçu le paquet avec les eaux-fortes de Norlind, Johansson-Thor8 etc., que j’ai expédié à M. Doucet il y a plusieurs semaines – mêmes mois.

Agréez l’assurance de ma considération parfaite,

Thorsten Laurin

5) Sept. 1913

Mardi

[19, RUE SPONTINI]

Moi aussi chez Monsieur et ami, j’ai bien du regret de ne pas être venu vous voir cet été, la partie était convenue avec mes neveux puis dans mon entourage personnel des maladies un parquet cassé tout cela a forcément changé mes projets et a tout bouleversé. Je n’ose plus dire maintenant que je crois sûrement mais c’est mon plus cher désir.

Je travaille toujours beaucoup je termine mon appartement moderne et cela me donne bien du mal, peut-être sera-ce bien ?

Je ne connais pas le jeune peintre dont vous me parlez, ce n’est pas un de ceux d’avant-garde ? ce sont les seuls intéressants

J’estime qu’à l’heure actuelle seul Cézanne est digne d’un effort. C’est le maître incontesté de notre moderne, en lui se résume tout ce que nous savons. C’est une source ; dans bien peu de temps il ne sera plus possible de trouver un tableau de lui qui en vaile [sic] la peine9.

Certes je désire tout ce que vous pouvez m’envoyer de Larsson, de Boberg et des autres suédois aussi celle de Larsson dont vous me parlez pour 100 cou[ronnes]. Envoyez la moi je vous prie avec un nouveau choix de vous.

Je vais faire le nécessaire pour les sociétés mon secrétaire vous répondra et tout sera fait.

Ici, rien, la vie continue nous sommes à un grand tournant d’art surtout décoratif. Vous nous avez devancés, nous faisons maintenant l’évolution, contre l’ancien, mais les gens sont tellement habitués à suivre les autres que cela est très difficile.

Je fais de mon mieux pour tâcher de faire sortir quelque chose du chaos, peut-être nous verrons ce que cela deviendra.

Merci pour votre portrait10 (illustration 1)… J’aime beaucoup Larsson et ses eaux-fortes m’enchantent.

Illustration I Carl Larsson, [Le directeur Thorsten Laurin], BINHA, EM LARSSON 52

Merci encore pour tout ce que vous faites pour moi.

Amitiés à votre frère que j’ai bien peu vu lors de son passage à Paris.

Mes respects sympathiques à Madame Laurin.

Et croyez moi très votre ami

Jacques Doucet

6) Jeudi [19, RUE SPONTINI]

Chez Monsieur et ami

Votre envoi est parfaitement arrivé, mon secrétaire va vous en faire parvenir le montant.

Lorsque comme je l’espère pour bientôt vous m’expédierez d’autres estampes envoyez les par un expéditeur afin que le paquet ne soit pas ouvert à la douane ou l’on risque de détériorer les estampes.

Merci encore bien, bien à vous

Jacques Doucet

7) Vendredi [19, RUE SPONTINI]

Merci cher ami des eaux-fortes de Larsson qui sont tout à fait belles. Envoyez-moi le plus possible.

J’attends les autres promises de vos artistes suédois si intéressants. Mon secrétaire doit vous écrire pour vous accuser réception des souscriptions reçues et vous régler le dernier envoi. Merci encore et bien à vous tous

votre ami

Jacques Doucet

8) Mardi [19, RUE SPONTINI]

Cher Monsieur

Je vous remercie de tout ce que me dit votre lettre.

Effectivement j’ai reçu la collection complète de la publication Forenigen [sic] fur [sic] Grafisk Konst11 avec les Zorn très beaux.

J’ai les deux catalogues de Zorn12 dont vous me parlez, avez-vous celui de Max Lehrs13, de Dresde ?

Pour les eaux fortes de Ferdinand Boberg14 et Carl Fudmann [sic]15 ainsi que pour la lithographie de Sigge Bergstrom16. Je ne les connais pas. Soyez donc assez aimable pour m’envoyer un specimen de chaque afin que je puisse me rendre compte, après je vous prierai de me faire parvenir les œuvres principales.

Je monte tout à fait mon cabinet d’estampes modernes et je suis heureux d’avoir les œuvres des artistes suédois qui me plaisent tant. Je ferai une large place aux graveurs étrangers, c’est encore un gros travail à mettre sur pied.

Je suis heureux de savoir Madame Laurin mieux et j’espère bien vous recevoir tous deux au printemps.

Je n’ai pas encore vu le jeune parent dont vous me parlez.

Faites, je vous prie, toutes mes amitiés les plus sympathiques à votre frère, j’ai je crois toutes ses œuvres.

Croyez-moi cher Monsieur votre sympathique et dévoué

Jacques Doucet

9) Lundi [19, RUE SPONTINI]

Cher Monsieur Laurin,

Comme je vous remercie et comme je vais être heureux de recevoir ces eaux-fortes de Larsson.

Faut-il vous envoyer le chèque en franc ou en couronnes ?

Je n’ai aucune lithographie en couleurs de Larsson seulement des albums fournis par la librairie et qui seront sur la liste que l’on doit vous envoyer.

Je comprends combien il est difficile de faire une collection ainsi si les œuvres si belles que sont ces eaux fortes et de si faibles tirages – ainsi je vous en suis reconnaissant de tout cœur et remerciez bien pour moi Larsson [souligné au crayon] de son aimable attention pour le cadeau qu’il me fait : si je savais son adresse je serais bien heureux de lui écrire.

Je veux bien avoir les reproductions en couleurs des tableaux de Larsson, Kreuger17 etc. pour Liljefors18 j’ai acheté toutes ces reproductions en photogravures je crois.

Vous serez tout à fait aimable pour me faire me faire savoir quelles sont les deux eaux-fortes de Zorn [souligné au crayon] qui sont dans la publication du Grafisk Kunst ou m’en fournir une collection mais l’on me dit que les deux eaux-fortes de Zorn manquent et peut on les trouver chez les marchands.

Je serai toujours très content d’avoir un tableau de Liljefors mais si il n’en a pas en ce moment j’attendrai.

Pour Forain on peut avoir de lui un très beau tableau chez lui dans les 3000 fr.

Présentez cher Monsieur mes respectueuses sympathies à Madame Laurin et croyez-moi votre tout dévoué et reconnaissant

            Jacques Doucet

Je vais écrire pour réclamer que l’on vous fasse l’envoi de la liste des livres.

10) 1 octobre 1913 [Ekarne Djugården]

Cher Monsieur et Ami,

Je vous remercie mille fois de votre longue et aimable lettre qui me donne l’espoir de vous voir à Stockholm l’été prochaine.

Il y a même une chance que je vienne à Paris au mois de mars ou avril – si nous n’allons pas en Russie –

Ça me fait beaucoup de plaisir d’entendre que vous désirez d’avoir toutes les eaux-fortes de mon ami Carl Larsson et je vous ai envoyé 4 de celles que vous n’avez pas encore achetées.

Probablement vous les avez déjà reçues.

F. Boberg a maintenant commencé à faire une série d’eaux-fortes de Stockholm que je vous enverrai plus tard quand il a [sic] fait quelques planches.

Ma femme qui a été pendant trois mois en Amérique avec Barbro, ma fille ainée, vient de retourner et me prie de vous envoyer ses respects.

Mon frère et moi parlions souvent de vous et espérons vivement de vous voir bientôt à Stockholm.

Vous trouverez ci jointe une [sic] chèque pour francs 175 (100 francs pour ma cotisation de 1913 de la Société des manuscrits illustrés19 et 75 francs pour ma cotisation de 1911, 1912 et 1913 de la Société de la Gravure Française20 dont vous êtes le trésorier.

Le prix des eaux-fortes de Larsson sont :

Kaj21 135 francs

Gunlög22     50 “ 

Gunlög avec les fleurs23    60 “

Gunlög dans le bain24  (illustration 2)   50 “

                                           _______

                                         295 “

Illustration 2 : Carl Larsson, Günlog dans le bain, BINHA EM LARSSON 55

Croyez-moi votre ami sincère

Thorsten Laurin

11) Monsieur Jacques Doucet / 19 Rue Spontini / Paris / France

Ekarne le 17 mars 1914

Cher Monsieur et ami, Je crains que je vous ai expédié en lettre ouverte la liste des eaux-fortes de Boberg et Norlind que je vous envoie aujourd’hui.

Les Norlinds [sic] sont « Corneilles »25 (illustration 3), « Port. de. [sic] Femme»26 et « Dégel » 27 60 couronnes la pièces [sic] (illustration 4), mais si vous les prenez toutes trois vous payerez en francs au lieu de couronnes. L’intérieur d’église de Boberg [est celui de] « St Etienne à Vienne »28. Le Pont à Tolède est Pont St. Martin29.

Salutations amicales

Thorsten Laurin

Illustration 3 : Ernst Norlind, Corneilles, BINHA EM NORLIND 16

Illustration 4 : Ernst Norlind, Dégel, BINHA EM NORLIND 21

[Sur une feuille de papier à part] (illustration 5)

Illustration 5 : Archives 182, 6, 16, f. 223 r/v

De M. Thorsten Laurin, Stockholm à M. Jacques Doucet

Eaux-fortes d’Ernst Nordlind :

Portrait de femme30 60 couronnes

Eaux-fortes de Ferdinand Boberg :

La messe31 25 couronnes

Port d’hiver32 25 “

Palais de Noblesse (Stockholm)33 55 “

Eglise de St Jacques34 65 “

Chapelle sépulcrale de Charles XII35 65“

Palais de Noblesse et statue de Gustave Vasa ((Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 1)) (illustration 6) 90 “

Illustration 6 : Ferdinand Boberg, Palais de Noblesse et statue de Gustave Vasa, BINHA, EM BOBERG 1

                                                            (tourner)

Château de Karlberg (Suède)36 65 couronnes

Pont à Tolède37 90 “

Intérieur d’Église38  (illustration 7) 90“

Illustration 7 : Ferdinand Boberg, Intérieur d’église, BINHA EM BOBERG 5

                                                     ______________________

                                                            570 : couronnes

[ajouté au crayon:                      60

                                                           _________

                                                   Fcs  630]     

[sur une autre feuille de papier]

[ajouté au crayon en haut à gauche: M. C[lément]. J[anin].]

Larsson

  • Kasper _                                           Non

1875    –   Berättelser de Gustafsson             Non

1877    –   Andersens sagor                                 Non

1879    –   Sätherberg’s Blomster koninegen    Est à la bibliothèque

1880    –   Wallins Bödens ängel                       Non

1881-2  – Strindbergs “Svenska folket          Non

1883    –  Böghs Sanningens vallfärd               Non

1884   – Zopelius “Foïltsleärns berältelser   Non

1893   – Schdledts dikter                                   Est à la bibliothèque

1894  –  Rydbergs “Singoalla                           Est à la bibliothèque

              Samlade Skoldeforsök
              Anna Maria Lenngren                         également

1899     EH hem                                                “

1902     Larsson                                                 “

1909     Svenska Krimran                                  “

             Genom seklen-

1909     Spadarfvet mit lilla                                “
             landbeuk   

1910     åt solsidan                                               “  

12) Lundi [46, AVENUE DU BOIS DE BOULOGNE]

Cher Monsieur Laurin

J’ai bien reçu les eaux fortes qui font mon affaire et que je garde toutes heureux ainsi d’augmenter ma précieuse collection suédoise.

Venez à Paris je serai bien content de vous recevoir dans mon modeste home.

J’espère que tous les vôtres vont bien.

Je vois que le musée s’augmente mais il vous faudrait un Cézanne le maître de tous.

A bientôt j’espère bien à vous votre ami

Jacques Doucet

13) 7 nov. 1916 [46, AVENUE DU BOIS DE BOULOGNE]

Cher Monsieur et ami

Quelle joie j’ai eue en recevant votre aimable et sympathique lettre. Combien j’ai été intéressé par tout ce que vous me dites. Je l’ai communiqué au gouvernement et j’attends. J’espère maintenant les ordres et les décisions que je vous ferai connaître aussitôt que j’en serai averti, à moins ce qui est plus probable que directement cela se fasse par le ministre, mais je serai toujours parmi ceux qui s’en occuperont et pour votre beau pays il faudra que ce soit tout à fait réussi et une belle manifestation d’art

Je vous savoir [sic] tous en bonne santé. J’ai perdu un de mes deux neveux celui avec lequel vous aviez déjeuné chez moi, il a été tué l’année dernière pauvre enfant, l’autre est toujours aux armées. Notre vie ici se passe comme vous pouvez le penser mais l’ardeur de notre goût pour les arts et tout ce qui est beau n’a pas diminué. Après la vente de mes collections j’ai quitté mon hôtel39. J’habite maintenant avenue du Bois de Boulogne un simple appartement de garçon avec une vue magnifique, je vis avec mes tableaux modernes, toute mon installation est moderne je me suis beaucoup occupé de tous ces arts décoratifs40.

J’espère même après la guerre fonder une Revue d’art tout à fait à tendances modernes.

Il y a des artistes nouveaux intéressants à suivre, à aider il faudra bien après ces années héroïquement belles que notre si magnifique peuple redonne encore au monde la sensation de la puissance de son génie et de son goût. Gloire à Dieu si sous les lauriers de la Paix féconde, les peuples peuvent jouir du repos si douloureusement et si noblement gagné.

J’ai toujours vainement attendu votre jeune parent que vous m’aviez annoncé. C’est un peu la cause de mon retard à vous répondre

J’avais prévenu de son arrivée qui de droit, l’on se serait mis de suite à sa disposition pour tout lui faire voir, l’envoyer aux admirables formations sanitaires du front au milieu de nos plus fameux chirurgiens et dans nos ambulances de Paris. J’en ai eu une pendant 17 mois mais j’ai dû la quitter toutes forces physiques ou pécuniaires ont des limites.

J’espère qu’il n’est rien arrivé de fâcheux à votre jeune parent et que son voyage n’est que remis je serai toujours bien heureux de le recevoir.

Croyez chez Monsieur et ami à ma rare sympathie pour vous et les vôtres et combien j’admire toujours votre beau et noble pays

votre ami

Jacques Doucet [ajouté à la plume par une autre main : « der stare konstsamlaren »41]




Citer ce billet
Ilaria Andreoli et Pascale Cugy (2023, 20 septembre). « faire chez moi un petit coin de Suède où j’ai eu un si grand plaisir d’art… ». Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/luwj

  1. Le comte Pehr Louis Sparre (1863-1964), peintre et graveur suédois, est surtout connu pour son engagement artistique dans le courant Nationalisme romantique finlandais et le style Art nouveau. Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées 37 de ses estampes EM SPARRE 1-37. []
  2. Principalement peintre à l’huile, le paysagiste Ernst Norlind (1877-1952) était également habile avec le burin. Il réalisa notamment les couvertures des premiers recueils de poésie d’Anders Österling et la célèbre affiche publicitaire de l’exposition baltique de Malmö en 1914 avec quatre cigognes – un de ses sujets de prédilection – en vol. Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées 22 de ses estampes EM NORLIND 1-22. []
  3. La Nordiska Bokhandeln (NB) était une organisation professionnelle de libraires suédoise active entre 1851 et 1986, période pendant laquelle elle a publié également plus de deux cents titres. []
  4. Depuis ses débuts, la Föreningen för Grafisk Konst (FfGK), la Société suédoise de gravure d’art, se consacra à soutenir l’art de la gravure et les artistes qui choisirent de s’exprimer à travers l’estampe. Lors de la réunion de sa fondation, le 4 mai 1887, il fut décidé que la Société publierait un portfolio contenant au moins cinq tirages et, à de très rares occasions, un tirage extra grand format. Dès le début, Anders Zorn, Carl Larsson et Axel Herman Hägg ont été parmi les premiers artistes à contribuer aux portfolios de la FfGK. Voir : https://ffgrafiskkonst.se/history/. []
  5. Gustaf VI Adolf (1882-1973), qui devint roi de Suède en 1950. []
  6. Il s’agit de l’appartement de l’avenue du Bois dans lequel Doucet emménagea en décembre 1913. Voir Évelyne Possémé, « “Entre Byzance et le monde à venir” : l’appartement de Jacques Doucet de 1913-1928 », dans Jacques Doucet collectionneur et mécène, sous la direction de Chantal Georgel, Paris, Les Arts décoratifs-INHA, 2016, p. 114-123. []
  7. Le commandant de la marine suédoise et directeur de chantier naval Nils Elias Anckers-Anderson (1858-1921) est connu principalement pour ses scènes maritimes dont la majorité sont des gravures à l’eau-forte. Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées six de ses estampes EM ANCKERS 1-6. []
  8. Emil Johansson-Thor (1889-1958), spécialiste dans la reproduction des effets de lumière, travailla d’abord à l’eau-forte et à la pointe-sèche et ensuite à la lithographie. Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées six de ses estampes EM THOR 1-6. []
  9. Jacques Doucet posséda trois toiles de Cézanne : le Paysage du Midi (1885-87, aujourd’hui dans une collection particulière japonaise), Une vieille femme avec un chapelet (c. 1895-96, Londres, National Gallery) et la Nature morte au pot de grès (c. 1873, Avignon, Musée Angladon). Voir Anne Distel, « Jacques Doucet et l’impressionnisme », dans Jacques Doucet collectionneur et mécène, op. cit., p. 98-111, p. 106. []
  10. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM LARSSON 52, [Le Directeur Thorsten Laurin]. Impression en noir sur papier vélin fort beige clair. Signé au crayon dans la marge en bas à droite des initiales de l’artiste : « C. L. ». []
  11. Voir note 4 []
  12. Le premier catalogue raisonné des eaux-fortes d’Anders Zorn (1860-1920) était dû à Fortunat de Schubert-Soldern (Das Radierte Werk des Anders Zorn, Dresde, Ernst Arnold, 1905) ; il fut suivi par celui de Loÿs Delteil publié dans Le peintre-graveur illustré (XIXe et XXe siècles), T. IV, Paris, Chez l’auteur, 1909. Dans l’Avis au lecteur (p. I) ce dernier remercie tout particulièrement pour son aide « M. Thorsten Laurin, de Stockholm, un des jeunes amis du maître. M. Th. Laurin ne s’est pas en effet contenté de faciliter notre tâche lors de notre séjour en Suède ; cet amateur n’a cessé depuis de rechercher et de nous adresser, sans aucune lassitude, de nombreux et précieux documents, et ce jusqu’à la dernière minute ». Voir aujourd’hui Anders Hiert-Svenolof Hjert, Zorn. Engravings: a complete catalogue / Etsningar: en komplett katalog, Uppsala, Hjert & Hjert, 1980. Aucune feuille gravée de Zorn n’est conservée dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. []
  13. Max Lehrs (1855-1938) fut d’abord directeur du Kupferstichkabinett de Berlin de 1904 à 1908 avant d’être nommé directeur de celui de Dresde de 1909 jusqu’à sa retraite en 1924. Spécialiste de la gravure ancienne, sujet auquel il consacra nombreux travaux et en particulier la monumentale Geschichte und kritischer Katalog des deuschen, niederländischen und französischen Kupferstichs im 15. Jahrhundert, parue en neuf volumes entre 1908 et 1934, il mit en place au cours de son activité comme directeur des collections une importante politique d’acquisition tant pour les époques anciennes que pour l’art moderne. Il participa activement à la promotion des jeunes artistes et s’engagea très tôt pour collectionner, exposer et rechercher des affiches et des photographies. []
  14. Ferdinand Boberg (1860-1946) a été principalement un architecte, l’un des plus en vue de son temps en Suède, et designer. Son œuvre gravé est composé d’eaux-fortes, le plus souvent de sujets architecturaux mais aussi des paysages. Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées seize de ses estampes EM BOBERG 1-16. []
  15. Il s’agit du peintre et graveur suédois Karl Samuel Flodman (1863-1888). Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées huit de ses estampes EM FLODMAN 1-8. []
  16. Principalement autodidacte, Sigge Bergstrom (1880-1975) a été l’un des pionniers du renouveau de la gravure sur bois moderne en Suède dans laquelle il fut le premier à introduire des portraits. Il fut l’auteur des illustrations de certains beaux livres sortis d’une imprimerie qu’il établit avec d’autres artistes à Rå-sunda, près de Stockholm. En qualité de président de la Société des arts graphiques, il œuvra pour la promotion de la gravure sur bois et partagea son temps entre ses activités artistiques et ses missions au service du monde de l’art, en tant que conservateur de l’association artistique générale de Suède ou directeur artistique du salon d’art de la librairie nordique. Dans les collections ayant appartenu au Cabinet de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie et aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art sont conservées 28 de ses estampes EM BERGSTRÖM 1-28. []
  17. Nils Kreuger (1858-1930) s’installa à Paris en 1881 et étudia avec Jean-Paul Laurens à l’Académie Colarossi. Il retourna en Suède en 1887, d’abord à Varberg où il établit avec Richard Bergh et Karl Nordstrom l’école connue sous le nom de « Varbersskolan » avant de s’installer, en 1896, à Stockholm. Les protagonistes de ses toiles sont principalement les paysages nordiques, les vaches et les chevaux, peints dans un style post-impressionniste. []
  18. Après un voyage de formation à Düsseldorf, en Haute-Bavière, en Italie, à Paris et à Grez-sur-Loing, où il retrouva la colonie d’artistes nordiques et s’inspira de leur peinture en plein air et de la mode des estampes japonaises, le peintre animalier Bruno Liljefors (1860-1939) fut actif dans sa région d’origine, autour d’Uppsala, avant de s’installer dans l’archipel de Stockholm au cours de l’été 1894. À l’opposé de la peinture animalière « idyllique » de l’époque, il s’intéressa à la description du quotidien des animaux sauvages, à leur anatomie et à leurs mouvements dans leur milieu naturel. []
  19. La Société française de reproduction de manuscrits à peintures, fut fondée fin 1910 pour favoriser la reproduction en fac-similé de manuscrits particulièrement intéressants sur le plan iconographique et répondre, comme le disent ses statuts, au traumatisme qu’avait suscité l’incendie de la bibliothèque de Turin en 1904. Doucet, assisté de Vuaflart, en était le secrétaire et son plus important mécène ; il prêta « le concours de ses photographes et de ses bibliothécaires », permettant ainsi sa constitution (Bulletin de la Société française de reproduction de manuscrits à peinture, 1911, p. 7. []
  20. La Société pour l’étude de la gravure française fut créée en 1911 avec comme but « d’encourager et de provoquer la publication d’ouvrages documentaires sur les graveurs de l’École Française » (Annuaire de la gravure française, 1911, p. 4). Elle publia un Annuaire, paru de 1911 à 1914, répertoriant tout ce qui intéressait la gravure française pendant l’année écoulée (bibliographies des livres et des périodiques, expositions, ventes publiques, ouvrages illustrés de planches originales, chroniques, etc.) et avait en programme la publication de monographies de luxe. Voir Pascale Cugy, « La Société pour l’étude de la gravure française (Partie 1 et 2) », dans Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet, 10/02/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/567 et https://baadoucet.hypotheses.org/583. []
  21. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Larsson 53. []
  22. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Larsson 56. []
  23. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Larsson 54 []
  24. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Larsson 55 []
  25. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Norlind 16. []
  26. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Norlind 22. []
  27. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Norlind 21 [Matinée neigeuse]. []
  28. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 5. []
  29. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 4. []
  30. voir note 26 []
  31. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 2. []
  32. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 3. []
  33. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 9. []
  34. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 6. []
  35. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 8. []
  36. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Collection Jacques Doucet, EM Boberg 7. []
  37. Voir note 29. []
  38. Voir note 28. []
  39. Il s’agit de la vente de la prestigieuse collection XVIIIe siècle qui décorait l’hôtel particulier de la rue Spontini. Voir : Collection Jacques Doucet. Dessins, pastels, Sculptures & Objets d’art du XVIIIe siècle, vente Galerie Georges Petit, du mercredi 5 au samedi 8 Juin 1912 ; Guillaume Faroult, « Jacques Doucet collectionneur de peintures anciennes, ou le XVIIIe siècle au gout du jour », Guilhem Scherf, « Jacques Doucet, un collectionneur de sculptures françaises du XVIIIe siècle »,Anne Forray-Carlier, « Les demeures XVIIIe de Jacques Doucet » et Sébastien Quéquet, « Science, politique et marché de l’art : la vente Doucet de 1912 », dans Jacques Doucet collectionneur et mécène, op. cit., p. 28-41 ; 42-57 ; 68-77 et 84-91; Juliette Trey, Jacques Doucet et Moïse de Camondo. Une passion pour le XVIIIe siècle, Paris, Les Arts Décoratifs-INHA, 2023 []
  40. Voir Chantal Georgel, « Doucet couturier-collectionneur de Fragonard… à Degas », dans Jacques Doucet collectionneur et mécène, op. cit., p. 94-97 et Évelyne Possémé, « “Entre Byzance et le monde à venir” : l’appartement de Jacques Doucet de 1913-1928 », art. cité. []
  41. Le vieux collectionneur. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search