Fac-similés et copies de documents (Séminaire, 31 mars 2021)

Les premières collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie témoignent de l’intérêt porté aux documents d’archives, dont des copies manuscrites furent spécialement réalisées et qui nourrirent les recherches d’érudits comme Albert Vuaflart, secrétaire de Doucet et directeur de l’institution. La présence de chartistes parmi le personnel, à côté des littérateurs d’art, joua probablement un rôle en faveur de cette politique visant à constituer des séries documentaires ; elle s’accompagna rapidement d’un intérêt envers les techniques de fac-similé. Le souhait de fournir des documents fiables aux amateurs comme aux historiens et de pérenniser des unicum présida en effet à la création de la Société de reproduction de dessins de maîtres et de la Société française de reproductions de manuscrits à peintures, accueillies par la Bibliothèque. Cette séance sera l’occasion de revenir sur la place du fac-similé dans l’histoire de l’art au début du XXe siècle et les méthodes qu’il induit, en s’interrogeant en particulier sur ses rôles au sein de la bibliothèque de l’École des chartes.

Annonce aux bergers, Paul Durrieu, Les Heures à l’usage d’Angers de la collection Martin Le Roy, Paris, Société française de reproductions, 1912.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collection Jacques Doucet.

Mercredi 31 mars 2021

17 h 30 – 19 h 30 (en ligne)

Intervenantes : Camille Dégez-Selves (ENC), Caroline Fieschi (INHA)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.