Les archéologues à la Bibliothèque : l’exemple d’Émile Espérandieu (Séminaire, 8 décembre 2021)

Inscriptions de la région de Nîmes, Le Vigan, Avignon, Montpellier : de Nîmes à Montpellier.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Archives 53, 1, 3, 3.

D’abord conçue comme une « Bibliothèque d’art », la Bibliothèque de Jacques Doucet fit rapidement une large place à l’archéologie, dont témoigne l’importance du rôle de Paul Perdrizet et Salomon Reinach comme conseillers, mais aussi comme facilitateurs engagés dans la création d’un instrument inédit.

L’exemple du commandant Émile Espérandieu, poussé par Reinach à vendre une partie de ses livres et de ses papiers à la Bibliothèque, où il obtint également un statut de « collaborateur de premier ordre », selon la formule d’Albert Vuaflart, est particulièrement riche et intéressant. Il s’agira ici d’explorer, à travers l’apport de cette personnalité et ses liens avec ses collègues, la conception, la place et le statut de l’archéologie nationale à la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Mercredi 8 décembre
17h30 – 19h30
INHA, galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

[Entrée libre dans la limite des places disponibles sur présentation d’un pass sanitaire valide]

Intervenant·e·s : Marianne Altit-Morvillez (Université de Toulouse – Jean Jaurès), Isabelle Périchaud (INHA), Alix Peyrard (INHA), Alain Schnapp (EHESS)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.