Katharine Kimball à la Bibliothèque d’art et d’archéologie

Katharine Kimball est une graveuse, dessinatrice et illustratrice américaine, née dans le New Hampshire et principalement active en Angleterre1.

Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque d’Art et d’archéologie collectionne essentiellement des vues de France, où elle voyage à de nombreuses reprises.

Jacques Doucet, aux côtés de Noël Clément-Janin, repère les œuvres de l’artiste au Salon d’Automne de 1911. Par la suite, ils contactent l’artiste en vue d’acquérir certaines de ses eaux-fortes.
C’est ce que révèle une lettre du 11 octobre dans laquelle Katharine Kimball précise n’avoir qu’une vingtaine de gravures à leur montrer.

Plusieurs œuvres sont achetées par la Bibliothèque d’art et d’archéologie entre 1911 et 1912. De fait, l’artiste écrit à Noël Clément-Janin le 7 novembre 1911 à propos d’estampes qu’elle pourrait lui présenter. Elle ajoute que certaines de ses œuvres figurent au Salon d’Automne et que l’une d’entre elles a vocation à être reproduite dans la Gazette des Beaux-Arts.
Dans un autre courrier, daté du 20 novembre 1911, Katharine Kimball accepte une offre de 580 francs pour vingt-neuf épreuves que Jacques Doucet souhaite acheter. Le 11 décembre 1911, l’artiste écrit qu’elle envoie à la Bibliothèque douze gravures et quatre dessins. L’artiste écrit dans cette lettre : « Tous les quatre dessins ont des rapports avec mes gravures », ce qui illustre du lien entre les deux médiums pratiqués par l’artiste. Nous apprenons aussi dans cette missive que la Bibliothèque d’art et d’archéologie souhaite également acquérir les états intermédiaires des estampes, comme elle l’a notamment fait pour Edna Boies Hopkins :

« Monsieur
J’aurai l’honneur de me présenter demain (le 8ème du mois) vers les 6 heures, à votre Cabinet d’Estampes modernes, avec le carton de mes gravures à l’eau fortes. Depuis que j’ai reçu votre lettre, j’ai essayé de faire mon carton le plus complet que possible. Mais il me manque encore toutes les 3 épreuves qui sont exposées au Salon d’automne. Une de ces planches va être publié [sic] dans la Gazette des Beaux-Arts pour le mois de Novembre.
Veuillez, Agréer, Monsieur l’assurance de ma considération très distinguée, Katharine Kimball2 ».

Une collection représentative de l’œuvre de Katharine Kimball

            Dans la collection, figurent principalement des gravures de paysage découverts par l’artiste lors de ses voyages : des vues de Paris, de Rouen ou encore de Moret-sur-Loing, d’où elle écrit parfois à la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Katherine Kimball, Un coin de l’ancien Paris, s. d., eau-forte, 21,4 cm x 12,3 cm (sujet).
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM KIMBALL 5.

Katherine Kimball, Péniche sur le Loing à Moret, s. d., eau-forte, 21,6 cm x 30,4 cm (sujet).
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, EM KIMBALL 14.

Une même planche est régulièrement présente à travers deux impressions — dont l’une sur papier japon — qui témoignent de l’intérêt porté par le Cabinet dirigé par Clément-Janin aux variations d’effets autour d’une même composition.

Les dons de l’artiste sont aussi financiers, comme elle l’indique dans une lettre du 19 janvier 1912, « […] veuillez trouver ci-inclus une recette pour le musée, qui est bien en règle pour Angleterre et j’espère aussi pour la France ». Dans sa correspondance, elle évoque également certaines de ses nouvelles réalisations et l’importance qu’elle accorde à sa présence dans la collection d’arts graphiques.
C’est ce qu’elle fait dans une lettre datant du 2 mars 1914 où elle écrit « Since I last saw you in Paris I have executed 8 new plates, and perhaps in some ways they are more successful than any of my previous work3 », puis ajoute qu’elle prévoit un prix spécial pour leur acquisition. Cette même lettre nous apprend que la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie est plus complète que les archives de l’artiste – un argument pour l’acquisition de ses nouvelles créations, comme le suggère Katharine Kimball lorsqu’elle écrit à Clément-Janin : « Since you have a more complete set of my etchings than I have myself, I am most anxious to have you get the new prints4 ». Elle indique aussi, dans une lettre du 4 avril 1912, vouloir offrir à la Bibliothèque cinq gravures, qu’elle décrit comme ayant rencontré un certain succès dans des expositions anglaises.

C’est d’ailleurs la place faite à l’œuvre de Kimball qui conduit certains amateurs ou artistes à fréquenter la Bibliothèque, à l’instar de l’Américain Otto Schneider, qui s’y rend pour voir ses estampes ainsi que celles de Muirhead Bone, décrit par Clément-Janin comme un « merveilleux pointe-sèchiste », « aussi inconnu en France que célèbre en Angleterre et en Allemagne, et qui n’est, à notre connaissance, représenté à Paris que par les pièces possédées par Monsieur Doucet5 ». Il apparaît d’ailleurs que Katharine Kimball joue un rôle d’intermédiaire pour aider la Bibliothèque à acquérir ses œuvres. Kimball écrit ainsi par exemple à Clément-Janin en 1911 : « je vous demande pardon d’être en retard avec la lettre que je vous ai promis de renseignements sur Muirhead Bone ».
Elle invite également un amateur à prendre contact avec le conservateur au sujet de pointes-sèches6 de Muirhead Bone et d’Auguste Lepère eux aussi présents dans les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Lettre de Katherine Kimball à Noël Clément-Janin, 27 novembre 1912.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dossier “Katherine Kimball”, document n° 524.

Lettre de Katherine Kimball à Noël Clément-Janin, 8 novembre 1913.
Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, dossier “Katherine Kimball”, document n° 528.

Pour citer ce billet : Camille Philippon, « Katharine Kimball à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 29/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1892.

  1. « KIMBALL Katharine » dans Emmanuel Benezit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs, édition Jacques Busse (dir.), 4e éd., Paris, Gründ, 1999, volume 7, p. 800. []
  2. Cabinet des estampes modernes, lettre autographe signée du 11 décembre 1911. []
  3. Depuis la dernière fois que je vous ait vu à Paris j’ai exécuté huit nouvelles planches, surement d’un certaine manière plus réussis qu’aucune de mes travaux précédents [traduction de l’autrice du billet]. []
  4. Puisque vous avez un ensemble plus complet de mes estampes que je n’en aie moi-même, je suis pressée que vous receviez les nouvelles impressions [traduction de l’autrice du billet]. []
  5. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 49, 12. []
  6. Gravure à la pointe fine sur support métallique, généralement en cuivre ou en zinc. Cette technique permet une certaine liberté de dessin et ainsi la création de gravures dites d’artistes, c’est-à-dire qui rendent comptent du geste du graveur ou de la graveuse. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.