Sur les traces de Jeanne Bouché Locquin

           Le fichier des lecteurs de la Bibliothèque d’art et d’archéologie tenu entre 1910 et 1914 nous renseigne sur les profils de ses visiteurs. Ce document permet de constater la présence de cent-quatre-vingt-quinze femmes sur les mille quatre cent noms répertoriés. Parmi elles se trouve Jeanne Locquin. Désignée comme « Mlle Bouché », elle fait partie des lecteurs assidus de la Bibliothèque, où elle se rend à soixante-cinq reprises au moins, seize fois en 1910 puis quarante-neuf fois en 19111.

           Née à Auxerre en 1880, Jeanne Bouché Locquin est une historienne de l’art dont la vie professionnelle est assez représentative de la société et de la discipline durant la première moitié du XXe siècle. Elle mène une carrière éclectique, occupée de traductions, publications, conférences et cours, durant laquelle elle traite de sujets particulièrement variés, allant des primitifs espagnols aux ruines d’Angkor2, mais sans jamais se spécialiser dans un domaine ni obtenir de reconnaissance publique. Épouse de l’historien de l’art et homme politique Jean Locquin, elle tente de se faire une place dans un monde encore en grande majorité masculin. Si elle fut longtemps oubliée, un fonds à son nom est conservé aux Archives nationales à côté de celui de son mari3, riche de milliers de brouillons, correspondances, documents officiels, carnets et agendas qui nous permettent de reconstituer sa vie et sa carrière.

Fiche de lectrice de Jeanne Bouché à la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Archives nationales, AJ/16/8416.

Jeanne Bouché, l’étudiante

            C’est pendant les années 1900, âgée d’une vingtaine d’années, que Jeanne Bouché quitte sa ville natale, Auxerre, pour mener des études d’histoire de l’art à Paris. Fille d’un comptable, elle se confronte alors aux acteurs de la discipline, et rencontre étudiants, professeurs, et professionnels. Elle fréquente notamment l’École du Louvre durant la même période qu’Élisa Maillard, qui devient pendant les années 1930 attachée puis conservatrice au musée de Cluny à Paris. Les deux jeunes femmes restent amies et s’entraident tout au long de leurs carrières respectives, particulièrement au sujet de sainte Marie-Madeleine, à laquelle Jeanne Locquin souhaite consacrer des recherches en 19314. À la Sorbonne, elle fait la connaissance d’André Fribourg, futur historien, journaliste et homme politique français. Les deux étudiants entretiennent entre 1909 et 1912 une relation amoureuse dont témoigne la riche correspondance conservée dans le fonds d’archives de Jeanne Locquin. Ils échangent sur la vie universitaire, leurs recherches respectives, les nombreux voyages de l’étudiante en Europe… Ces lettres laissent entrevoir le caractère affirmé de Jeanne Bouché, alors âgée d’une trentaine d’années. Aux lamentations et chantages d’André Fribourg, elle répond de manière directe et assurée. Cela est notamment visible dans la lettre qu’elle adresse au jeune homme après qu’il a rompu leurs fiançailles, « contre [s]a volonté5 », justifiant ce geste par un refus de son père. En effet, loin d’accepter ce prétexte, elle écrit : « Vous seul êtes l’arbitre de votre sort et du mien, vous seul êtes responsable de vos actes […] vous êtes libre et seul responsable6 ». Peu de temps après, en mars 1913, Jeanne Bouché se marie à Jean Locquin, également étudiant en histoire de l’art. Si l’on ne connaît pas les détails de leur rencontre et du début de leur histoire, on peut imaginer qu’ils se sont connus à la Bibliothèque d’art et d’archéologie que Jean fréquenta à de nombreuses reprises. En effet, pendant les deux années où Jeanne Bouché s’y rend, Jean Locquin est enregistré cinquante-et-une fois7.

            Les études en histoire de l’art de Jeanne Bouché s’achèvent avec la réalisation d’un mémoire sur Giovanni Niccolo Servandoni, peintre, architecte et décorateur de théâtre franco-italien de la première moitié du XVIIIe siècle. Ce travail est dirigé par Henry Lemonnier, premier titulaire de la chaire d’histoire de l’art de la Sorbonne, créée en 1899. Le choix de ce sujet est particulièrement intéressant puisqu’il implique de travailler sur des œuvres éphémères. En effet, Servandoni réalise des décors de théâtre aujourd’hui disparus et organise des fêtes et évènements pour les cours européennes. S’il est difficile d’analyser les raisons de ce choix, peut-être traduit-il une volonté de la part de Jeanne Bouché de se positionner sur une voie originale et d’avoir un domaine de spécialité innovant.

            Ce travail de fin d’étude donne en tous cas lieu à la publication d’un article intitulé « Servandoni (1695 – 1766) » dans la Gazette des Beaux-Arts en 1910. Pendant vingt-six pages, Jeanne Bouché tente de reconstruire l’existence de Servandoni, en s’intéressant particulièrement aux détails de sa vie et de sa personnalité. André Fribourg, son compagnon de l’époque, salue cette démarche et évoque dans une lettre adressée à Jeanne Bouché « [ses] intéressantes recherches sur Servandoni et en particulier sur sa vie privée8 ». Elle s’attache également à décrire avec précision et poésie les créations disparues et les innovations de Servandoni. Elle explique par exemple comment, « par des artifices ingénieux et grâce à la connaissance approfondie de la perspective, il varia à l’infini les sites, et, disposant avec habileté ses premiers plans, fit disparaître la monotonie, la froideur, la convention dont le public commençait à se lasser9 ».

            Pour étudier précisément les œuvres éphémères du décorateur de théâtre, Jeanne Bouché doit se baser sur des archives. Les fiches bibliographiques et correspondances échangées avec des conservateurs et bibliothécaires européens conservés dans son fonds d’archives nous renseignent sur sa méthode10. Ainsi, on sait que l’historienne de l’art dépouille les journaux de l’époque, tels que le Mercure ((Jeanne Bouché, « Servandoni (1695 – 1766) », Gazette des Beaux-Arts, août 1910, p. 124.)), les écrits des contemporains de Servandoni et les actes d’états civils. Elle a donc une démarche scientifique, recoupant et comparant les témoignages, s’assurant de la fiabilité de ses sources. C’est sans doute ce travail de recherche sur Servandoni qui a, au moins en partie, motivé les seize visites de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jeanne Bouché pendant l’année 1910.

            On perd la trace de l’historienne de l’art après la publication de cet article. Les actes civils nous permettent de savoir qu’elle se marie à Jean Locquin en mars 1913 et donne naissance à leur unique fille, Jacqueline, en 191411. Elle ne publie plus d’articles, ne donne pas de conférences, et même ses archives personnelles traduisent un vide.

Jeanne Locquin, l’historienne de l’art

            Jeanne Locquin ne réapparaît qu’en 1928, alors âgée de quarante-huit ans, avec une conférence intitulée « Goya, l’Art vivant » et la publication de la traduction depuis l’anglais de L’Inde Ancienne, des origines à l’époque Gupta par Kenneth de Burgh Codrington12, un archéologue et historien de l’art anglais. Laissant de côté la question de l’art éphémère du XVIIIe siècle, elle s’attèle à un sujet se référant à des objets, mais aussi à un espace et à un temps totalement différents. Ce nouveau champ d’études annonce l’éclectisme du reste de sa carrière, et particulièrement des années 1930. On peut notamment citer l’année 1933, durant laquelle elle publie un article intitulé « La civilisation pré-aryenne de la vallée de l’Indus » dans la Gazette des Beaux-Arts13 et donne deux conférences, une sur « La peinture espagnole : les primitifs » à la Maison des Centraux et l’autre sur le Greco au musée du Louvre. Tout au long de sa carrière, Jeanne Locquin cultive cet éclectisme, notamment dans ses conférences, intitulées « La peinture hollandaise », « Pise : le Dôme et la Tour penchée, le Baptistère et le Campo Sano » ou encore « Les Origines du musée Guimet ». Elle publie également deux articles en 1935, « Le dessin et les arts plastiques dans l’Inde préhistorique » dans la revue Le Dessin et « Noël en Espagne » dans La France active, une revue socialiste traitant de l’actualité.

            Si ses intérêts sont divers, il semble se dégager de ses productions et de son fonds d’archives un attrait particulier pour les Indes, leur préhistoire et leur architecture. Cet intérêt est visible dès 1928, puisque c’est avec la traduction d’un ouvrage sur l’Inde ancienne qu’elle reprend son activité d’historienne de l’art. Elle ne se contente pas de simplement traduire le texte de K. de B. Codrintgon, mais l’enrichit de notes de bas de page et d’un index dont la précision et la maîtrise sont remarquées. En 1929, Jules Barthoux publie un article dans la Gazette des Beaux-Arts dans lequel il remercie Jeanne Locquin de s’être « attelée à la tâche ardue [d’avoir analysé], […] complété et souvent clarifié un texte qui nous eût été parfois difficilement accessible14 ». Quatre ans plus tard, en 1933, elle publie dans la Gazette des Beaux-Arts, son article intitulé « La civilisation pré-aryenne de la vallée de l’Indus », dans lequel elle traite des fouilles de Sir John Marshall de 1921, choisissant là encore de travailler sur l’archéologie indienne. De plus, elle devient, la même année, chargée de mission non rétribuée au musée Guimet, poste qu’elle conserve jusqu’en 1939. Dès 1936 et jusqu’en 1944, elle est également chargée de cours sur la préhistoire indienne et l’architecture indo-musulmane à l’École du Louvre auprès de Joseph Hackin, Philippe Stern et Jeannine Auboyer. Enfin, on connaît grâce au fonds d’archives de Jeanne Locquin l’existence d’un projet de publication d’un ouvrage intitulé « L’Art Indien » en 1929 chez Garnier Frères15, projet qui n’aboutit toutefois jamais. Si aucun document n’explique clairement cet échec, l’existence d’un contrat de publication prouve la volonté de spécialisation de Jeanne Locquin dans l’art indien. Pour autant, elle ne cesse pas de dispenser des conférences sur d’autres sujets.

                        Si Jeanne Locquin a une carrière assez remplie et des opportunités de développement, elle n’a jamais véritablement été reconnue pour son travail, ni comme une spécialiste dans un domaine précis. Cette diversité est probablement le fruit d’une grande curiosité de la part de l’historienne de l’art, mais elle est également due à sa difficulté à se faire reconnaître comme experte.

Jeanne et Jean, un couple d’historiens de l’art

            Pour véritablement comprendre la carrière de Jeanne Locquin, il est nécessaire d’étudier le couple qu’elle forme avec Jean, également historien de l’art. En effet, ils partagent tout au long de leur vie commune des centres d’intérêt, tels que l’étude des Indes dans les années 1920 et surtout le travail sur la Nièvre, région d’origine de Jean dans laquelle tous deux résident avec leur fille quelques années. De fait, Jean Locquin produit régulièrement des ouvrages et articles sur la Nièvre, son histoire et son patrimoine artistique, et Jeanne consacre les dernières années de sa carrière à l’étude de cette région. Elle publie quatre articles dans le Bulletin de la Société Académique du Nivernais, un périodique local16. On peut donc imaginer que le couple travaille de manière commune, chacun informant l’autre de ses recherches. Toutefois, les deux historiens de l’art ne signent jamais leurs articles et ouvrages de leurs noms joints. Pour comprendre les dynamiques de travail au sein du couple, il faut donc chercher en creux, dans leurs archives, des traces du rôle de chacun. On retrouve dans le fonds de Jeanne Locquin de nombreux brouillons et documents attestant de l’aide administrative qu’elle apporte à Jean, notamment pour la gestion de l’Union Centrale des Arts Décoratifs dont il est vice-président entre 1934 et 194917. Elle paraît également l’aider dans ses recherches, tantôt sélectionnant des ouvrages qui pourraient lui servir, tantôt profitant de voyages personnels pour récolter des informations sur l’un de ses sujets d’étude. De son côté, Jean Locquin semble aider son épouse dans sa carrière de manière plus détournée. En effet, il l’intègre dans son propre réseau et lui permet de bénéficier plus facilement d’opportunités et d’aides administratives. C’est notamment lui qui contacte le Recteur de l’Université de Paris pour demander l’attribution d’une bourse à Jeanne Locquin dans le cadre de son voyage d’étude aux Indes en 193918. Les deux historiens de l’art se complètent donc à leur manière, respectant tout de même les rôles prédéfinis du mari et de la femme durant la première moitié du XXe siècle.

            Outre l’histoire de l’art, le couple Locquin partage également un engagement politique. Jean Locquin est un membre du Parti Socialiste, maire de Nevers, député de la Nièvre, son engagement est visible. Pour Jeanne, l’implication en politique est plus discrète, voire invisible. On en devine l’existence en dépouillant son fonds d’archives. Elle évoque par exemple dans une lettre à son époux sa « carte d’étudiant socialiste19 », tient à jour une sorte de carnet d’adresse des députés socialistes français, conserve des dizaines de coupures de presse évoquant des évènements politiques majeurs… Elle commente également avec vivacité l’actualité politique dans ses agendas, où elle exprime pleinement ses idées. Enfin, elle publie en 1935 son article « Noël en Espagne20 », relatant un voyage fait avec son époux dans une Espagne tout juste sortie de la révolution asturienne de 1934, dans le périodique La France active, particulièrement engagé politiquement.

            Le couple qu’elle forme avec Jean Locquin a donc une grande influence sur la carrière de l’historienne de l’art, tant au niveau des sujets qu’elle choisit d’étudier, que des opportunités de carrière. Étudier les dynamiques de travail au sein du couple est également nécessaire pour pleinement reconstituer les travaux de Jeanne, en partie réalisés dans l’ombre de son époux.

Être femme dans l’histoire de l’art : l’importance de la sociabilité

            Le contexte socio-culturel dans lequel Jeanne Locquin évoluait a également joué un rôle majeur dans l’orientation de sa carrière. Durant la première moitié du XXe siècle, le monde français de l’histoire de l’art est particulièrement hostile à l’intégration des femmes21. En effet, ces dernières peinent encore à intégrer les niveaux les plus élevés des études universitaires, à accéder aux doctorats et à mener des carrières semblables à celles des hommes. Cela est en partie dû aux normes socio-culturelles de cette période, qui assignent aux femmes le rôle d’épouse et de mère avant tout autre chose. Leurs études ou leurs emplois ne doivent pas interférer avec cette responsabilité. Ces traditions ont visiblement eu une grande influence sur la carrière de Jeanne Locquin. Tout d’abord, elles jouent probablement un rôle important dans son choix d’abandonner sa carrière pendant les quinze premières années de la vie de sa fille, pour se consacrer pleinement à son éducation. Elles rendent également beaucoup plus ardue la reconnaissance du travail intellectuel des femmes et provoquent une division genrée des tâches, en rendant aux historiennes de l’art plus difficile l’accession à la publication d’ouvrages, à la fonction de conservateur de musée ou au titre de professeur titulaire.

            Pour réussir à exister dans ce monde masculin, Jeanne Locquin a donc dû utiliser les armes qu’elle avait en sa possession, et particulièrement son réseau. Même si elle ne parvint pas à se faire reconnaître par ses pairs au Musée Guimet, elle sut, tout au long de sa carrière, prouver la valeur de son travail à d’autres historiens de l’art et décisionnaires importants. On peut compter parmi ces professionnels Jean d’Estournelles de Constant, directeur du programme des conférences de l’Office d’enseignement par les musées dans les années 1930, qui la contacte très régulièrement pour qu’elle participe au programme de conférences. Si aucun sujet ne plaît à Jeanne, il arrive même qu’il modifie les thématiques, refusant « que [son] nom ne figurât pas sur [le] programme22 ». Le réseau de Jeanne Locquin compte aussi des personnalités telles que Louis Réau ou le couple Wildenstein, propriétaire de la Gazette des Beaux-Arts. En effet, l’historienne de l’art est une femme mondaine, membre de plusieurs clubs parisiens très privés tels que le Cercle Interallié ; ses agendas témoignent des nombreux dîners, soirées à l’opéra et thés auxquels elle assiste. Cette appartenance à une classe sociale intellectuelle aisée est notamment visible à travers son portrait au pastel, probablement réalisé en 1924 par Cyprien Boulet, un peintre français exposant régulièrement au Salon des Artistes Français. Cette œuvre, à la localisation actuelle inconnue, figure imprimée sur une carte postale aux archives départementales de la Nièvre23. Alors âgée de quarante-quatre ans, l’historienne de l’art pose de manière distinguée, en tenue de soirée, le cou orné d’un long collier de perles.

Cyprien Boulet, Portrait de Jeanne Locquin, vers 1924.

           En 1949, à presque soixante-dix ans, Jeanne Locquin perd son époux. Après cela, elle paraît se retirer de cette vie mondaine et préfère voyager en Europe et au Maroc, où vit sa sœur24. Cette année est également la dernière de sa carrière : elle ne produit plus rien après cette date. Sa curiosité ne disparaît toutefois pas, et elle remplit des dizaines de carnets de ses notes sur des monuments, des artistes ou des évènements culturels25 jusqu’à sa mort en 1971, à quatre-vingt-onze ans.


Carte de lectrice de la Bibliothèque nationale de Jeanne Locquin, 1970-1971.
Archives nationales, 310AP/140.

           La richesse du fonds d’archives de Jeanne Locquin est un atout particulièrement précieux pour mieux envisager les difficultés rencontrées par les historiennes de l’art du début du XXe siècle. On comprend à la lecture des milliers de documents qui le composent les défis qui jalonnaient la carrière de chacune d’entre elles, les spécificités du milieu auquel elles étaient confrontées, mais également toute la détermination dont elles devaient faire preuve pour être reconnues dans leur discipline.

Pour citer ce billet : Elisa Bruel, « Sur les traces de Jeanne Bouché Locquin », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 19/07/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1607.

  1. Archives nationales, AJ/16/8416. []
  2. Voir par exemple : Archives nationales, 310AP/131, texte de conférence sur les primitifs espagnols ; Archives nationales, 310AP/137, texte de conférence sur les ruines d’Angkor. []
  3. Archives nationales, 310AP/128 – 310AP/135. []
  4. Archives nationales, 310AP/150. Correspondance entre Elisa Maillard et Jeanne Locquin. []
  5. Archives nationales, 310AP/140. Lettre d’André Fribourg adressée aux parents de Jeanne Bouché. []
  6. Archives nationales, 310AP/140. Lettre de Jeanne Bouché à André Fribourg. []
  7. Archives nationales, AJ/16/8417. []
  8. Archives nationales, 310AP/149. Lettre d’André Fribourg à Jeanne Bouché. []
  9. Jeanne Bouché, « Servandoni (1695 – 1766) », Gazette des Beaux-Arts, août 1910, p. 130. []
  10. Archives nationales, 310AP/128. Brouillons et documents bibliographiques concernant Servandoni. []
  11. Archives nationales, 310AP/146. Différentes lettres de vœux après la naissance de Jacqueline. []
  12. Kenneth de Burgh Codrington, L’Inde Ancienne des origines à l’époque Gupta : avec des notes sur l’architecture et la sculpture de la période médiévale. Traduit de l’anglais pas Mme Jean Locquin. Paris, Dorbon-Aîné, 1928. []
  13. Jeanne Locquin, « La civilisation pré-aryenne de la vallée de l’Indus », Gazette des Beaux-Arts, 1933, p. 321 – 342. []
  14. Jules Barthoux, « K. de B. Codrington du Victoria and Albert Museum […] traduit de l’anglais par Mme Jean Locquin », Gazette des Beaux-Arts, 1929, p. 372. []
  15. Archives nationales, 310AP/135. Lettre de Garnier Frères à Madame Locquin et contrat, 3 juillet 1929. []
  16. Jeanne Locquin, « L’Ancien Prieuré Saint-Sauveur de Nevers. Les sculptures conservées à la Porte du Croux, la doctrine clunisienne, les influences orientales », Extrait du Bulletin de la Société Académique du Nivernais, 1941. Jeanne Locquin, « Survivances orientales dans le plan de l’abside romane de la Cathédrale de Nevers », Bulletin de la Société Académique du Nivernais, 1944, p. 19-30. Jeanne Locquin, « Un précurseur de l’impressionnisme en Nivernais. Le peintre J. – B. Jongkind (1819 – 1891) », Extrait du Bulletin de la Société Académique du Nivernais, 1949. Archives nationales, 310AP/132. Pages de l’article « Le folklore nivernais, la légende du haut fourneau de Sauvage » dans le Bulletin de la Société Académique du Nivernais. []
  17. Archives nationales, 310AP/139. Divers documents conservés sur la gestion de l’Union Centrale des Arts Décoratifs. []
  18. Archives nationales, 310AP/137. Lettre de Jean Locquin au Recteur de l’Université de Paris, 9 janvier 1939. []
  19. Archives nationales, 310AP/149. Lettre de Jean à Jeanne, 28 août 1946. []
  20. Archives nationales, 310AP/138. Numéro de La France active de novembre 1935 et article complet. []
  21. Voir à ce sujet : Juliette Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige : 1880-1940, Paris, Fayard, 2007. []
  22. Archives nationales, 310AP/138. Lettre de Jean d’Estournelles de Constant à Jeanne Locquin, 2 juin 1936. []
  23. Document confié par Mickaël Boudard, chargé d’études documentaires aux archives départementales de la Nièvre. []
  24. Archives nationales, 310AP/140. Passeport de Jeanne Locquin. []
  25. Archives nationales,310AP/142. Blocs notes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.