La tentative d’achat de la bibliothèque d’Adolf Michaelis (Partie 2)

Jacques Doucet finalement convaincu de l’intérêt de l’achat de la bibliothèque Michaelis, Paul Perdrizet s’interroge sur les modalités de la négociation avec le savant allemand et s’en ouvre à René-Jean :

Je suis très embarrassé pour vous conseiller sur la marche à suivre maintenant. La question me semble être celle-ci : faut-il écrire à Michaelis avant d’aller à Strasbourg ? et, si vous lui écrivez de Paris, devez-vous simplement lui demander un rendez-vous ? ou lui exposer l’objet de votre visite ? Ou bien faut-il vous rendre à Strasbourg, & lui écrire ou lui téléphoner de Strasbourg même ? ou faut-il aller chez lui sans l’avoir prévenu ? – Et faut-il que je vous accompagne ? – Une foule de solutions sont à examiner. J’y ai pensé toute la journée. Le meilleur serait, je crois, d’aller à Strasbourg, vous & moi, et de demander à Michaelis, une fois à Strasbourg, l’autorisation de nous présenter chez lui1.

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, Nancy, 1908.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 593

Selon Perdrizet, ces différentes démarches doivent être accompagnées d’une lettre d’introduction. Il exhorte d’ailleurs René-Jean à ne pas se rendre à Strasbourg sans la lettre que Georges Perrot (1832-1914) a rédigée à l’attention de Michaelis : « Ne partez pas pour Strasbourg sans une introduction de Perrot pour Michaelis. Perrot est un brave homme, qui n’a pas les mesquineries des petits pontifes2 ». Cette confiance s’explique, sans doute, par le soutien accordé à Perdrizet tout au long de sa carrière par Perrot.

À l’automne 1908, René-Jean et Paul Perdrizet se rendent donc ensemble auprès de Michaelis à Strasbourg et profitent de ce déplacement « pour étudier les catalogues »3 en les comparant à celui publié en 1902 par August Mau (1840-1909)4, qui constitue pour l’archéologue nancéen la référence principale en archéologie :

Prenez celui de la bibliothèque de l’Institut archéologique all[eman]d de Rome par Mau (Rome, Loescher, 2 vol. 8o) & marquez-y ce que vous avez déjà. Peut-être l’ouvrage vous sera-t-il commode, pour faire le relevé des richesses de la bibl [iothèque] Michaelis : cela vous dispensera d’écrire les titres des livres. Achetez donc Mau, & faites le interfolier. Pour l’antiquité, je considère que ce livre excellent est le point de départ d’une bonne bibliographie.2.

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean du 5 octobre 1908, Nancy.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 596.

Ainsi Perdrizet et René-Jean semblent ainsi avoir pris toutes les précautions pour évoquer l’achat de cette bibliothèque avec Michaelis et pour en apprécier l’intérêt. Pourtant la correspondance entre les deux hommes se fait aussi l’écho des craintes de Perdrizet qui redoute peut-être un refus du savant allemand. Le courrier du 26 octobre 1908 montre ses appréhensions à cet égard :

Je suis sans nouvelle de Michaelis. Je lui écrirai peut-être demain, pour lui envoyer une publication. Je profiterai de l’occasion pour effacer autant que faire se pourra, l’impression pénible que notre visite a pu lui causer5.

Quelques jours plus tard une nouvelle lettre de Perdrizet à René-Jean vient effacer les craintes du bibliothécaire et de son conseiller :

Je reçois de Michaelis la lettre suivante, en réponse à la mienne & à l’envoi de ma thèse. Vous aurez plaisir à savoir que cet homme vénérable n’est pas froissé de la démarche que nous avons tentée auprès de lui »6.

Néanmoins, les négociations n’aboutissent pas en 1908. Elles reprennent avec les trois fils de Michaelis7 après la disparition du savant, le 12 août 1910. De part et d’autre du Rhin la situation n’est plus la même. En deux ans, la Bibliothèque d’art et d’archéologie s’est enrichie et certains ouvrages en possession de Michaelis sont aussi présents rue Spontini. À Strasbourg, les fils du savant tentent d’obtenir un prix confortable et se lancent dans une surenchère que condamne Perdrizet auprès de René-Jean :

Avec les procédés qu’il emploie, je crains fort que le lieutenant Michaelis ne trouve d’autres acheteurs que des libraires. Je crains que l’économie qu’on aurait pu faire en traitant directement avec lui pour un achat global ne soit consumée, & au-delà, par un voyage à Strasbourg, surtout si je dois vous y accompagner.8.

Les trois frères Michaelis (Otto, Rudolf et Eduard) font une grande publicité de cette future vente espérant obtenir une somme aussi importante que celle acquise par les héritiers d’Adolf Furtwängler (1853-1907)9. L’offre de Jacques Doucet, de 20 000 marks10, plus élevée que les autres propositions reçues par les fils Michaelis, permet à Perdrizet d’être confiant. La réception du protocole de vente semble confirmer la réussite prochaine du projet d’acquisition et l’archéologue français se plaît à imaginer le retentissement d’un tel achat :

Vous me tiendrez au courant de l’effet produit, je suppose que vous irez demain matin chez Reinach, d’où la nouvelle sera colportée dans tous les coins de la grande potinière parisienne. Demain soir, une foule de gens, qui ne savaient pas ce matin qui était Michaelis, donneront leur avis gravement, un avis favorable, d’autant plus favorable qu’ils n’y entendent rien.11.

Pourtant, contre toute attente, l’acquisition ne se fait pas. L’Université de Strasbourg fait valoir in extremis son droit de préemption, aidée par une subvention de la baronne Stichaner, originaire de Landau. C’est ce que confirme Eduard Michaelis dans le courrier qu’il adresse en français le 9 décembre 1910 à René-Jean : 

Je vous ai à faire – à vous et à M. Doucet lui-même- une communication, dons vous vous attristerez un peu peut être. Des deux offres la vôtre était dépassante l’autre de beaucoup. Mais une dame, dont le nom ne sera publié que plus tard, a payé le même prix pour l’Institut d’archéologie de Strasbourg. Cela nous a surpris nous-mêmes. Quand je vous ai écrit, personne n’avait prononcé le nom de cette dame moi je ne la connais pas jusqu’aujourd’hui. Il n’y a que dix jours environ, que nous avons entendu parler de 20 000 marks, auxquels on espérait.  Il m’est impossible de dire, que je regrette un arrangement, qui conserve le tout de la vie scientifique de mon père au lieu même de son activité.12.

Lettre d’Eduard Michaelis à René-Jean du 9 décembre 1910, Forbach en Lorraine. Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. A, Autographes 143, 3, 423.

Les fonds Michaelis de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg conservent aujourd’hui un ex-Libris de la Bibliothèque réalisé après cet achat par la famille Stichaner. Daté de décembre 1910 et portant l’indication « Stiftung von Stichaner », cet ex-Libris s’inspire des armes de la famille comme le montre la présence du dragon, armé d’une flèche, encadré par deux colonnes doriques.

Ex-Libris de la Fondation Stichaner-Bibliothèque Michaelis, décembre 1910.
Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Fonds Adolf Michaelis, Ms 5358.

Malgré cet échec, René-Jean maintient ses échanges avec les fils Michaelis. Mais il ne s’agit plus à présent d’acquérir que quelques ouvrages qui manquent à la Bibliothèque, en évitant tout doublon au sein de l’institution :

La liste que vous avez l’amabilité de nous communiquer était restée ici. Je viens de la consulter et vous trouverez ci-joint l’indication des ouvrages que nous serions contents d’acquérir. Pour répondre au désir que vous exprimez, j’ai indiqué des prix, en francs. Cela a été la partie la plus délicate de ma tâche car c’est la première fois que l’on nous demande de faire des offres pour des livres offerts. D’ordinaire, les libraires nous indiquent leurs prix que nous acceptons toujours. Ne vous étonnez donc pas si mes estimations sont parfois inexactes. Je ne pense pas cependant dans l’ensemble, m’être écarté beaucoup d’une valeur moyenne. Le total formerait une somme d’environ 650 francs. Si cela était possible, je voudrais, étant donné que notre catalogue n’est pas entièrement à jour, me réserver le droit de retourner dans la huitaine qui suivra leur réception, ceux des livres que, par hasard, nous avons eu en double.13

Pour l’achat de ces ouvrages comme pour celui des revues dont ne disposerait pas la Bibliothèque, René-Jean, comme il le mentionne dans son courrier aux fils Michaelis, fait appel à ses conseillers principaux, Paul Perdrizet et Salomon Reinach :

Quant aux brochures de M. de Kékulé, nous achèterions volontiers celles qui nous feraient défaut si nous pouvions avoir la liste de ce qu’il y a. Je me ferais aider dans le choix par M. Perdrizet ou par M. Reinach.14

L’échec de l’achat de la bibliothèque Michaelis, ressenti comme « rudement vexant » par Perdrizet15, n’eut pas des conséquences dramatiques pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie De 1908 à 1911, les acquisitions auprès des libraires français et étrangers ont été nombreuses. L’achat d’une bibliothèque entière n’est plus considéré comme prioritaire. Ainsi, lorsqu’il acquiert la bibliothèque de Friedrich Kekulé von Stradonitz, en 1913, la Bibliothèque d’art et d’archéologie ne garde que les ouvrages dont elle ne dispose pas, et vend les ouvrages de philologie à d’autres institutions.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « La tentative d’achat de la bibliothèque d’Adolf Michaelis (Partie 2) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 15/06/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1347.
  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 593. []
  2. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 596. [] []
  3. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 596 []
  4. August Mau, Katalog der Bibliothek des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts in Rom, Rome, Lœscher, 1902, 2 vol. []
  5. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 598. []
  6. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 599. []
  7. Le lieutenant Eduard Michaelis, le pasteur Otto Michaelis (1875-1949), et le docteur Rudolf Michaelis (1876-1971). []
  8. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 692. []
  9. Le collectionneur et banquier J. Loeb acquiert la bibliothèque de ce dernier pour 30 000 marks avant d’en faire don pour partie à l’Université de Harvard. []
  10. Une somme deux fois plus élevée que les recommandations de Perdrizet, qui a pris contact avec de nombreux savants munichois pour cette estimation de la bibliothèque Michaelis. []
  11. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 704. []
  12. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 143, 3, 423 []
  13. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, fonds Adolf Michaelis, Ms. 5358, 219-221. []
  14. Strasbourg, bibliothèque nationale et universitaire, fonds Adolf Michaelis, Ms. 5358, 219-221. []
  15. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 705. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.