La tentative d’achat de la bibliothèque d’Adolf Michaelis (Partie 1)

Dès l’été 1908, l’archéologue nancéen Paul Perdrizet (1870-1938) conseille à son ami René-Jean, tout juste recruté comme bibliothécaire par Jacques Doucet d’entreprendre des négociations avec l’archéologue allemand Adolf Michaelis (1835-1910) en vue d’acquérir sa bibliothèque privée. Détenteur de la chaire d’archéologie classique de la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg depuis 1872, Michaelis vient en effet de prendre sa retraite et n’aurait « aucune objection à négocier la cession (après décès) de sa bibliothèque », ce que confirment les propos de son collègue Bruno Keil, titulaire de la chaire de philologie, rapportés par Perdrizet dans un courrier1. Si Perdrizet se fait pressant auprès de René-Jean, c’est qu’il juge « la bibliothèque Michaelis […] incomparable » ; elle contient selon lui, « pour l’histoire de l’archéologie et de l’art, du XVIe s. à nos jours, des ouvrages de toute première rareté, dont la valeur intrinsèque est encore augmentée par le fait qu’ils forment série2 ». Connaissant le peu d’entrain de Jacques Doucet pour l’achat de « Bibliothèques toutes faites par d’autres3 », Paul Perdrizet expose avec force, dans son courrier du 18 septembre 1908, l’intérêt d’une telle acquisition pour une bibliothèque encore à ses débuts :

Comprenez-moi bien : il ne s’agit pas de livres sur l’art des XVIe, XVIIe, XVIIIe s., mais de livres publiés aux XVIe, XVIIe, & c., sur l’art ancien, sur les fouilles & monuments d’Italie, spécialement sur les statues antiques trouvées à Rome. Je considérerais comme un malheur que cette collection, si précieuse, nous échappât. Par nous, j’entends les travailleurs de chez nous. Et si l’on vous dit que les livres publiés aux XVIe, XVIIe s. sur les antiquités et les statues anciennes sont aujourd’hui sans valeur, on se trompe lourdement. Évidemment, le moindre étudiant archéologue d’aujourd’hui est plus fort que les antiquaires du XVIe et du XVIIe s. Mais les livres de ceux-ci gardent encore et garderont toujours une valeur comme témoignages historiques des variations du goût, comme documents pour « l’histoire de l’histoire de l’art », et comme sources de renseignements concernant la provenance des monuments, les circonstances des découvertes. Essayez d’étudier n’importe quel antique des musées de Rome sans recourir aux vieux antiquaires !2

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, 18 septembre 1908, Nancy.
Paris, Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 595.

Si cette bibliothèque est aussi remarquable aux yeux de Paul Perdrizet, c’est parce qu’Adolf Michaelis est un archéologue allemand de grande réputation et qu’il est un exemple de l’Altertumswissenschaft admiré et copié dans l’Europe entière, en France en particulier. Le voyage de Maxime Collignon (1849-1917), professeur de lettres à Bordeaux, membre de l’École française d’Athènes, chargé par le ministère de l’Instruction publique en 1882 de rendre compte de l’enseignement pratiqué dans les Universités de l’empire allemand, est emblématique de l’intérêt envers ces méthodes4.

Né à Kiel dans une région germanophone du Danemark, l’archéologue et philologue Adolf Michaelis y fut d’abord Privat-Dozent (en 1861) avant d’être nommé professeur à l’Université de Greifswald (en 1862), puis à l’Université de Tübingen (en 1865) et de rejoindre la nouvelle chaire d’archéologie classique de Strasbourg, en 1872. Dans cette Université vitrine du nouveau Reichsland d’Alsace-Lorraine, il fonde le musée des moulages – qui porte actuellement son nom – et le Lehrapparat correspondant. Selon les préceptes de l’Altertumswissenschaft en vigueur dans l’espace germanique, chaque chaire d’archéologie se doit d’être accompagnée d’une gypsothèque mais aussi d’une riche bibliothèque et photothèque, outils nécessaires à la pédagogie et aux travaux de recherches. Les professeurs peuvent ainsi s’appuyer sur des exemples pratiques visibles au sein du musée.

Adolf Michaelis a commencé les achats pour sa collection de moulages dès 1872. En tant que membre du jury pour le concours architectural de la nouvelle Université, il impose un cahier des charges très rigoureux pour l’exposition de ces premiers moulages, révélateur de ses intentions didactiques. Michaelis n’est pas un archéologue de terrain, mais il se passionne pour la muséographie et l’exposition des collections notamment italiennes5, mais aussi britanniques6. Il a donc souhaité que le nouvel édifice dispose de longues salles et de surfaces murales suffisantes pour exposer des moulages et des reliefs de grande taille. Soucieux de les mettre en valeur, il réclame à l’architecte Otto Warth (1845-1918) une lumière importante mais « apaisante » au sein du bâtiment7. Outre les  frises du Parthénon, on compte dans la collection de la gypsothèque de Strasbourg des moulages des frises d’Olympie et d’Égine, le Marsyas de Myron, l’Apollon du Belvédère ou encore des moulages d’œuvres découvertes plus récemment8, ce qui montre le désir de Michaelis de se tenir informé des fouilles en cours et d’en faire part à ses étudiants. Ces moulages ne donnent pas seulement à voir mais participent pleinement à l’avancée de la recherche en archéologie9.  

Sollicitant régulièrement les musées et ateliers européens pour garnir son musée, Michaelis entre en contact avec Salomon Reinach (1858-1932), conservateur du musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye, professeur à l’École du Louvre et conseiller auprès de René-Jean et de Jacques Doucet. C’est sans doute cette proximité et les visites que firent les deux savants dans leur musée respectif qui expliquent la remarque de Paul Perdrizet concernant la bibliothèque de Michaelis :

J’attache une importance extrême à l’achat de la bibliothèque Michaelis. […] Mais il faut songer à autre chose. À l’effet à produire sur les archéologues, qui croient tous, sur la foi de S. Reinach, que cette bibliothèque est extraordinaire. Quand on saura que vous l’avez achetée, personne n’osera plus douter que vous ne soyez admirablement outillés pour l’antique.10

Outil essentiel du Lehrapparat de l’archéologue allemand, la bibliothèque d’Adolf Michaelis contient aussi de nombreux livres en grec ancien et latin provenant de celle de son oncle Otto Jahn (1813-1869), professeur d’archéologie et de philologie à l’Université de Leipzig, dont il avait hérité à son décès.

Pour citer ce billet : Alix Peyrard, « La tentative d’achat de la bibliothèque d’Adolf Michaelis (Partie 1) », dans Bibliothèque d'art et d'archéologie Jacques Doucet, 15/06/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1337.
  1. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 595. Sur Perdrizet, voir, en attendant la publication de sa correspondance avec René-Jean par Samuel Provost, l’important travail disponible en ligne réalisé sous sa direction : http://perdrizet.hiscant.univ-lorraine.fr/ []
  2. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 2, 595. [] []
  3. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits,  Naf 13124, fol. 9. []
  4. Maxime Collignon, « L’enseignement de l’archéologie classique et les collections de moulages dans les universités allemandes », Revue internationale de l’enseignement,  vol. 3, 1882, p 256-270. []
  5. Salomon Reinach, « Nécrologie d’Adolf Michaelis », Revue Archéologique, 4e série, tome XVI, 1910, p. 149. []
  6. Entre 1875 et 1882, il composa, après de nombreux voyages d’étude en Angleterre, l’ouvrage Ancient Marbles in Great Britain, publié à Cambridge. []
  7. Anatole Boule, Restitution du musée idéal d’Adolf Michaelis, Mémoire de master sous la direction de Jean-Yves Marc, Université de Strasbourg, 2016. []
  8. Le moulage de l’Aurige de Delphes, découvert en 1894, lors des fouilles françaises, ou celui de la Victoire de Samothrace, découverte en 1863, sont présents dans la collection. []
  9. En s’inspirant d’un relief d’athénien, dont la gypsothèque de Strasbourg possède un moulage, Adolf Michaelis a proposé de reconstituer le groupe formé par les deux statues individuelles d’Harmodios et Aristogiton conservées au musée archéologique de Naples, en les plaçant dos à dos. Afin de mieux comprendre comment le groupe devait s’articuler, Michaelis a créé un socle commun aux deux statues. Par ailleurs, il corrige une restauration jugée erronée de la tête d’Aristogiton, et lui attribue une barbe, comme sur le relief d’Athènes. Voir Soline Morinière, « La Gypsothèque de Strasbourg : Quand les statues parlent d’elles-mêmes », Archimède, n° 2, 2015, p. 84. []
  10. Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, Autographes 144, 3, 686. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.